En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 29 sec
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 5 heures 38 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 13 heures 18 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 14 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 5 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 7 heures 22 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 16 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 12 heures 59 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 13 heures 29 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 14 heures 21 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 14 heures 25 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Etat de droit

Opposant en furie : pourquoi Jean-Luc Mélenchon se trompe de combat face à une justice même politisée

Publié le 17 octobre 2018
Suite aux perquisitions menées au domicile de Jean-Luc Mélenchon et dans les locaux de La France insoumise, on a aperçu au détour de plusieurs vidéos le président de groupe dénoncer une justice politique et perdre son sang-froid. Une attitude qui, au fond, le dessert.
Olivier Gracia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite aux perquisitions menées au domicile de Jean-Luc Mélenchon et dans les locaux de La France insoumise, on a aperçu au détour de plusieurs vidéos le président de groupe dénoncer une justice politique et perdre son sang-froid. Une attitude qui, au fond, le dessert.

Atlantico : Suite à la perquisition de son domicile, et des locaux de La France insoumise, Jean Luc Mélenchon a semblé "perdre le contrôle" au cours de plusieurs vidéos, en ciblant une politisation de la Justice. En quoi la forme utilisée par Jean Luc Mélenchon conduit-elle finalement à affaiblir le fond de son propos ?

Olivier Gracia : Concernant la forme, c'est vrai qu'elle est un peu douteuse, mais elle est fréquemment utilisée par Jean-Luc Mélenchon, qui a toujours eu ce don d'aimer les petites vidéos courtes sur internet. Il a même fait une profession de foi avec une chaîne YouTube. Donc, pour lui, c'est vraiment un moyen de communication qui semble toujours aussi efficace pour échanger avec sa communauté. Sauf que là, la vidéo a été tournée de manière spontanée, il ne s'agit pas d'un montage ou d'une construction. Jean-Luc Mélenchon s'y sent le besoin de partager auprès de sa communauté, et même auprès des Français, la situation dans laquelle il est - ce besoin de filmer les policiers qui viennent perquisitionner son domicile - pour montrer une forme de posture de victimisation pour exprimer ce message qui marche toujours autant aux extrêmes : je suis la victime d'un système qui m'opprime. Donc, finalement, sur le fond et le message qu'il veut véhiculer, on n'est pas sur quelque chose de nouveau en sachant que dans l'Histoire, les partis d'extrême gauche, comme d'extrême droite, ont toujours été évidemment dans une posture de victimisation. Par rapport au système, au pouvoir, aux élites. Là-dessus, on est donc sur une forme de respect de traditions des extrêmes, en hostilité permanente par rapport au pouvoir. 

Il a donc une logique d'hostilité officielle face au pouvoir, mais il est également capable, comme le montrent les images enregistrées par Quotidien, d'une forme d'agressivité qu'on lui connaît parfois dans l'arène publique, politique. Il a toujours eu des mots très durs à l'encontre des journalistes, des médias, du système. Mais il est parfois capable de manifester une forme de coup de sang, et de montrer à la force de ses bras qu'il a l'air d'être en opposition avec les gens qu'il estime être ses détracteurs. Il est complètement dans une logique de "je suis opprimé et je me défends avec les moyens dont je peux me servir". Mais Jean-Luc Mélenchon est un citoyen comme les autres, qui n'échappe pas aux lois, comme les autres. 

Puisque ces vidéos seront sans aucun doute utilisées dans le futur pour illustrer un manque de sang-froid, quels sont les traces que peuvent laisser cet événement aux yeux des Français ? 

Numériquement, Jean-Luc Mélenchon est déjà tracé par une autre vidéo, qui est celle tournée à Marseille, lors de sa rencontre avec Emmanuel Macron. C'est quand même le moment où son image commence un peu à s'effriter. Ce n'est pas la seule étape dans la déconstruction de son image, mais il est certain que Jean-Luc Mélenchon, qui a toujours été cohérent par rapport à son image d'opposition avec le pouvoir et le système, de devoir se retrouver face au président de la République à Marseille, de devoir lui rendre une sorte de politesse, cela a été perçu, par les gens qui avaient peut-être une idée d'un Jean-Luc Mélenchon rentre-dedans, dans l'opposition systématique, fier de ses convictions, comme une reculade face au président, jusqu'à nier les propos qu'il avait tenu le jour même. On avait alors vu le sénateur socialiste Mélenchon, qui à l'époque commençait en politique. C'était rassurant car cela montrait une forme de respect de Jean-Luc Mélenchon pour la Ve République, pour ses institutions, pour le chef de l'État. C'est aussi rassurant de le voir dans cette posture-là. Parce que cela avait été beaucoup commenté et critiqué jusque dans son propre camp, j'imagine, parce que ça l'a un peu décrédibilisé. Mais ça a montré une image de lui un peu plus conventionnelle, républicaine. 

Ensuite, il y a cette vidéo de mardi (16 octobre) a tourné chez lui. Et c'est comme si celle de Marseille n'avait jamais existé : il y a une volonté de l'efface complètement du répertoire de Jean-Luc Mélenchon. Il a conscience de son image numérique et de l'impact de l'image numérique, c'est quelqu'un qui la travaille beaucoup. C'est quand même, rappelons-le, l'homme politique français qui est le plus suivi sur YouTube. Pour un politique, il fait énormément de vues. Donc c'est quelqu'un qui a quand même conscience du potentiel de l'image, du numérique. Il est quand même, en termes de communication, dans une sorte de modernité, parce qu'il utilisé des moyens qui sont plutôt modernes : plutôt que de faire un communiqué de presse avec la France insoumise diffusé à tout le monde, il préfère le choix d'une vidéo prise sur le tas. En tout cas, cela va laisser des marques dans l'extraordinaire répertoire de Jean-Luc Mélenchon en termes d'image. On pourrait en faire une bible, de toutes les images de Jean-Luc Mélenchon : manifestations, hurlements sur des journalistes, déclarations intempestives à l'Assemblée... Ca participe évidemment du personnage. Après, la grande question pour lui, c'est de savoir si ça lui a permis de fédérer des gens à lui ou, au contraire, d'attiser une forme d'incompréhension. Parce qu'il y a ceux qui vont être très compatissants avec lui, qui vont se dire que "oui, le système oprime", "la justice est politisée et Jean-Luc Mélenchon est traqué comme un opposant politique tel qu'on les traque en dictature".

En se plaçant comme n'étant pas "un homme de la rue", en déclarant notamment "je suis la République" pour souligner son statut de représentant de la nation, Jean Luc Mélenchon ne se place-t-il pas également à l'opposé de ce qui est souhaité par les Français ? 

Vous soulevez un point extrêmement intéressant chez Jean-Luc Mélenchon : c'est, en effet, cette opposition très dure dans sa tête entre "je suis un révolutionnaire" et "je suis un homme des institutions". Ce débat, Jean-Luc Mélenchon le traverse dans toute sa carrière politique. C'est-à-dire qu'aujourd'hui, il est évidemment un homme du système : sénateur socialiste qui a fait ses armes dans la politique, dans la construction idéologique de son parti de l'époque (le PS), qui à même soutenu, à l'époque Maastricht. Il n'y pas d'homme qui soit davantage du système que Jean-Luc Mélenchon. 

Et de l'autre côté, il a compris quelque chose : que le meilleur positionnement électoral pour lui, c'est de dire, au contraire : "contre les élites, prenons le pouvoir par la rue". Parce qu'il a compris aussi qu'à gauche, il y avait un besoin, une forme de régénération de l'extrême gauche sous l'arête républicaine. Il l'a compris, il fait le choix de combat-là, il a pris ce chemin-là. La France insoumise l'a induit dans ce chemin de ce qu'il appelle "la révolution citoyenne". Et à la fois, il y a ce côté Maximilien de Robespierre. C'est très intéressant, parce que Jean-Luc Mélenchon se réclame énormément de Maximilien de Robespierre pour des raisons historiques, idéologiques, même d'affinités intellectuelles avec lui. Il a une forme d'admiration pour Robespierre. Typiquement, Robespierre n'est pas un homme de la rue. Mais c'est un homme de la Révolution. C'est-à-dire que c'est un homme qui comprend le peuple, mais qui ne le comprend pas trop. Qui parle du peuple, mais qui ne le voit pas trop. Qui fait des grands projets mais est un peu enfermé dans sa tour d'ivoire à écrire des discours sur ses carnets et qui n'est pas forcément d'une humanité folle à l'égard de son entourage. C'est intéressant chez Jean-Luc Mélenchon, cette froideur robespierrique de "je représente le peuple, mais à l'Assemblée". Et Robespierre est quelqu'un qui, finalement, avait très peur de la rue. Il a été très dépassé par les événements de la révolution. Il a toujours eu en horreur les massacres de septembre, etc. Ce sont des gens qui se revendiquent du peuple, parle de l'intérêt général, mais qui en même temps ont conscience aussi que la révolution ne même pas forcément à des choses bien et que la rue peut dégénérer. Et donc, en ce sens-là, ils ont besoin de revendiquer leur statut d'officiels. C'est ce que fait Jean-Luc Mélenchon : lorsqu'il dit "je ne suis pas n'importe qui, je suis un homme de la République", ça sonne bizarrement. Oui, on aimerait que Jean-Luc Mélenchon, dans sa logique de discours révolutionnaire, dise : "Je suis quelqu'un comme les autres, je suis un homme de la rue, j'aimerais avoir un traitement comme les autres Français". Et finalement, il est dans l'impasse. Il a une forme d'arrogance républicaine qui est un peu dépassée. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires