En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 heures 17 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 8 heures 55 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 9 heures 44 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 10 heures 21 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 10 heures 59 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 11 heures 36 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 13 heures 32 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 7 heures 16 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 9 heures 9 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 10 heures 6 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 10 heures 38 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 11 heures 13 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 13 heures 3 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 13 heures 12 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 13 heures 34 min
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
Marasme

Conseil européen : l’affaiblissement général de l’Union n’est pas perdu pour tout le monde et voilà à qui il profite

Publié le 17 octobre 2018
Qui est à même de profiter de l’affaissement du couple franco allemand ? Est ce que l’Europe devient juste un zombie ou des acteurs arrivent-ils encore à avancer leurs pions en silence ?
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qui est à même de profiter de l’affaissement du couple franco allemand ? Est ce que l’Europe devient juste un zombie ou des acteurs arrivent-ils encore à avancer leurs pions en silence ?

Atlantico : Alors que le Conseil européen s'ouvrira ce mercredi 17 octobre, dans un contexte d'affaiblissement du couple franco-allemand, quels peuvent être les effets de cette situation en termes d'enjeux de pouvoir ? Quels sont les pays, ou les institutions, qui pourraient profiter du vide provoqué par l'affaiblissement simultané d'Emmanuel Macron et d'Angela Merkel ? 

Edouard Husson : Un éditorialiste allemand, il y a trois ans, avait expliqué que Madame Merkel était en fait Chancelière de l’Europe et que le président français était, en quelque sorte, son vice-chancelier. A l’époque, le président français s’appelait François Hollande et la Chancelière apparaissait installée pour longtemps au pouvoir. Quand l’étoile de Madame Merkel a pâli, les partisans de l’Europe fédérale se sont réjouis. En fait, Emmanuel Macron était porteur d’une façon de faire assez ancienne, datant de Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, et consistant à penser que l’entente entre la France et l’Allemagne sur les grands dossiers était non seulement nécessaire mais suffisante pour  prendre des décisions en Europe. Ce n’est plus le cas et, même, Emmanuel Macron a tellement lié son sort à celui d’Angela Merkel, qu’il a entamé un déclin prématuré, qu’il ne pourra enrayer qu’en changeant complètement de vision de la relation franco-allemande - et donc, forcément, de politique intérieure. Cependant, la nature politique ayant horreur du vide, on voit bien que, le tandem Merkel-Macron étant essoufflé, s’affirment différentes forces, non coordonnées, mais qui pèsent sur le jeu européen. Il y a tout d’abord une Europe du Nord, peu bruyante mais très hostile au plan du président français pour l’Europe. En quelque sorte, Scandinavie et Pays-Bas ont le sentiment de devoir payer pour l’endettement de l’Europe du Sud, dans laquelle ils rangent la France. Il y a ensuite une Europe que je qualifierai d’”habsbourgeoise”: le groupe de Visegrad, l’Autriche et l’Italie, qui sont d’accord pour imposer une ligne dure sur l’immigration. Ils seront rejoints par l’Espagne, dès que celle-ci aura un gouvernement conservateur, à l’issue des prochaines élections. Et puis il y a les institutions européennes, qui profitent largement de l’affaiblissement franco-allemand: la Commission européenne, le Parlement européen  et la BCE. 

Que peuvent en être les conséquences concernant les dossiers actuels que sont le Brexit et la gestion du cas italien ? 

Le cas du Brexit est flagrant: les traités européens prévoient que c’est le Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement qui doit mener la négociation. Mais comme les divisions sont profondes sur le sujet au sein d’ l’Union et comme, en particulier, la France et l’Allemagne ont été incapables d’élaborer une ligne commune, Madame Merkel étant plus opportuniste et plus conciliante vis-à-vis de Theresa May que Monsieur Macron, la Commission, et plus particulièrement Michel Barnier, s’est emparée du dossier. Au lieu d’être politique, la négociation est technocratique et donc laborieuse. En fait, la seule chose qui unit tous les pays sur le dossier, c’est le refus de devoir contribuer plus au budget européen et donc le souhait que la Commission tire le plus d’argent possible de la Grande-Bretagne. Dans le cas de l’Italie, sur l’euro, la Commission ne jouera aucun rôle au-delà du rappel aux règles budgétaires. Mais ce sont l’Eurogroup et la BCE qui vont profiter de la crise pour prendre encore plus d’influence. Et il est probable qu’il y aura unanimité par crainte de voir éclater la zone euro, autour de l’idée que l’Italie est “too big to fail”. En outre, on ne peut pas exclure une intrigue pour essayer de renverser le gouvernement Conte à l’occasion d’une telle crise: Angela Merkel et Emmanuel Macron ont des revanches à prendre sur Matteo Salvini. Mais il est plus que probable que les pays partisans des contrôles migratoires stricts bloqueront le renversement d’un gouvernement avec lequel ils sont en phase.

Quelles en sont les conséquences pour la France, et notamment sur les ambitions européennes d'Emmanuel Macron ?

Emmanuel Macron est confronté à différentes difficultés dans l’Union Européenne. Tout d’abord, quel que soit son volontarisme européen, l’Europe du Nord, l’Allemagne, le groupe de Visegrad, l’Autriche, l’Espagne soulignent que la croissance économique n’est pas encore au rendez-vous en France. Ah ces Français qui parlent beaucoup mais livrent peu de résultats, pensent-ils tous! Personne ne veut voir que la BCE a commencé à réduire son quantitative easing dans les semaines qui ont suivi l’élection d’Emmanuel Macron: cela suffit pour expliquer le ralentissement de la croissance en France, dont l’économie est plus sensible que d’autres aux fluctuations de l’euro. A ceci vient s’ajouter le fait que la plupart des gouvernements européens ont mal accepté le fait que le président français ne prenne pas le temps de venir leur montrer son plan européen et recueillir leurs avis et leur soutien. Non seulement Madame Merkel n’est plus “chancelière européenne” mais l’Union ne veut pas d’inspecteurs des finances à la française! Ce qu’elle attendait, c’était un président français pragmatique, homme d’action, traitant tout le monde avec égards, n’oubliant pas que chaque voix compte au Conseil européen. Au lieu de cela, le président français a instauré des rapports de force avec la Hongrie et l’Italie - leur permettant de peser plus - et il a donné le sentiment d’ignorer les Européens du Nord - les coalisant contre lui. 
Il est encore temps de changer, d’autant plus que le président français aurait une majorité s’il s’efforçait de peser pour que le Conseil exerce toutes ses prérogatives et ramène l’influence de la Commission et du Parlement à de plus justes proportions. Mais on en est loin. 
En effet, il faut insister sur le fait que le déclin de l’autorité de Madame Merkel ne signifie pas la disparition des capacités d’influence de l’Allemagne par l’intermédiaire de la Commission et du Parlement. Pensez au rôle que joue Martin Selmayr, secrétaire général de la Commission, qui en est le vrai président, dans l’ombre d’un Juncker qui connaît des sautes de concentration. Pensez aussi au Parlement européen, tant que le PPE et le groupe social-démocrate restent forts. Au lieu de se préoccuper de listes transnationales, Emmanuel Macron devrait profiter de la nouvelle donne pour se demander comment renforcer la présence française au Parlement européen à l’occasion des élections du printemps prochain. Au lieu de de cliver entre progressistes et conservateurs, un bras de fer qu’il est condamné à perdre, le président français devrait s’affirmer en rassembleur de la nation, considérer que tous les députés français serviront à renforcer l’influence du pays dans les institutions européennes. 
Dans tous les cas, on peut dire à la fois que le “plan de la Sorbonne” est mort; mais aussi qu’en changeant de méthode, en acceptant une Europe plus confédérale, le président de la République pourrait reprendre l’initiative. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires