En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 9 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 6 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 5 heures 54 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 6 heures 32 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 6 heures 51 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 58 sec
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 3 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 1 heure 53 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 4 heures 30 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 8 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 34 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 16 heures 48 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 17 heures 48 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 22 heures 38 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Beaucoup de bruit pour rien

Les leçons du remaniement

Publié le 16 octobre 2018
Deux longues semaines à attendre un nouveau gouvernement. Huit entrants (Castaner, Riester...) et quatre sortants (Nyssen, Mézard...). Retour sur un remaniement qui déçoit.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux longues semaines à attendre un nouveau gouvernement. Huit entrants (Castaner, Riester...) et quatre sortants (Nyssen, Mézard...). Retour sur un remaniement qui déçoit.

Leçon numéro 1 : « tout ça pour ça ! »

Ce remaniement, minime dans ses modalités, est bien à l’image du macronisme, qu’on peut résumer de la manière suivante « tout ça pour ça ! ». Un an et demi après son arrivée au pouvoir, tout le monde, y compris ses plus fidèles soutiens anglo-saxons, finit par se rendre à l’évidence : Emmanuel Macron, dans le droit fil de son prédécesseur, gère, mais ne réforme pas la France !

Pour ce qui est du remaniement proprement dit, c’est un mouvement purement technique. Aucun changement profond, aucune personnalité nouvelle d’envergure ! L’on touche ici à l’une des limites du macronisme : le fait que derrière Emmanuel Macron, il n’y a personne, ou quasiment personne, ce qui correspond à la congruence de deux éléments : l’un structurel qui est l’assèchement d’un vivier politique ou ne pataugent désormais plus – ou quasiment plus - que des médiocres ; l’autre plus conjoncturel qui est la trajectoire fulgurante d’Emmanuel Macron, qui est, en résumé, l’aventure d’un homme seul.

Leçons numéro 2 : il n’y a toujours pas de Premier ministre en France, pas plus d’ailleurs que de réel gouvernement

Au cours des dernières semaines, la presse dite « spécialisée » dans les affaires politiques, s’est évertuée à expliquer la lenteur des choses par une opposition naissante entre le Premier ministre et le Président de la République. Si besoin en était, la preuve est faite : avec aucune entrée de personnalités de droite autres qu’insignifiantes (à la culture par exemple), le Premier ministre, comme le Roi du conte d’Andersen, est nu ! Monsieur Philippe ne compte absolument pas, et il serait bien avisé de quitter le bateau de la macronie tant qu’il est encore temps de se rattraper aux branches d’une Mairie de Paris ou d’un grand poste européen !

La réalité est que, plus encore que ses prédécesseurs, Emmanuel Macron exerce un pouvoir solitaire. Le Premier ministre n’a aucun espace. Les Ministres, par ailleurs de faible envergure, n’ont aucun pouvoir. Il n’y a à la vérité rien que d’évident : sous François Hollande, Emmanuel Macron a bien vu qu’un Ministère en particulier avait une existence propre, celui de la défense. Il a donc, dès son arrivée, mis ce Ministère au pas.

En l’état, la France est dirigée par deux personnes, qui s’appuient directement sur les chefs de l’administration qu’ils ont nommés et/ou connaissent : Emmanuel Macron et Alexis Kohler. Entre eux et les français, il n’y a rien personne. C’est une situation dangereuse, et vouée à l’échec.

Leçon numéro 3 : le Ministère de l’Intérieur ne sera pas en mesure d’assurer à suffisance la sécurité des français.

Emmanuel Macron avait deux bons choix pour Beauvau, un mauvais. Les deux bons étaient de placer soit une personnalité « technicienne », par exemple un ex-grand flic comme F.Pechenard, soit une personnalité « politique » ayant suffisamment d’autorité. Le mauvais choix était de récompenser l’un des rares fidèles de la première heure, sans aucune réelle expérience du sujet, et sans envergure politique : c’est ce qui a été fait ! 

C’est une erreur grave pour deux raisons. La première, que tout le monde comprend, c’est qu’alors que la sécurité des français est menacée comme rarement, l’on ne prend pas les dispositions pour que le Ministère de l’Intérieur fonctionne au mieux de ses possibilités. La seconde, plus subtile, c’est que l’Histoire de la V em république montre que le régime dysfonctionne quand la liaison Beauvau/ Elysée est mauvaise. Elle l’était avec G. Collomb, Ministre falot qui a terminé comme l’on sait. Elle le sera avec C. Castaner.

A la vérité, cette nouvelle bévue d’Emmanuel Macron s’explique. Par construction intellectuelle propre, l’Inspecteur des finances qu’il est, enfant de la fluidité, bardé de succès économiques, ne s’intéresse pas aux sujets régaliens (migrations, islam, sécurité etc.), sauf quand il s’agit des oripeaux du Pouvoir incarné (d’où son intérêt pour les questions de défense). L’on se souvient de la réponse de Lionel Jospin à des journalistes « que voulez-vous que cela me fasse que l’Islam se développe en France ? ». Ensuite, Emmanuel Macron, depuis l’affaire Benala, veut mettre la police, qu’il estime responsable de cette crise, au pas.

Leçon numéro 4 : les socialistes détiennent les portefeuilles régaliens. 

C’est un élément important que tout le monde semble oublier. Si l’on prend les portefeuilles de la Défense (Mme Parly), de l’Intérieur (M.Castaner), des Affaires étrangères (M.Le Drian), de la Justice (Mme Belloubet), les quatre principaux ministres en charge des affaires régaliennes sont des personnalités clairement marquées par leur parcours (et pour certains par l’élection) au sein ou avec l’étiquette du parti socialiste. Il est particulièrement regrettable qu’alors même que c’est sur ce terrain que le parti socialiste au pouvoir a particulièrement pêché au cours des trois dernières décennies, pour le plus grand malheur des français, il se retrouve aujourd’hui, de fait, de manière indirecte, à la manœuvre.

Leçon numéro 5 : les difficultés à venir

Au final, la leçon essentielle de ce remaniement, c’est qu’Emmanuel Macron se replie sur un mini carré de fidèles. Il aurait pu essayer de redonner du souffle politique à son gouvernement en ouvrant à quelques personnalités ayant un peu d’envergure. Il a fait le contraire. Ceci veut dire qu’il se place en situation périlleuse pour les prochaines élections européennes. L’on dit que si le pouvoir corrompt le pouvoir absolu corrompt absolument. En l’espèce, l’isolement du Président se nourrit lui-même. C’est une mauvaise nouvelle pour Emmanuel Macron. C’est surtout une mauvaise nouvelle de plus pour la France et les français.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires