En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 35 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 13 heures 47 sec
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 14 heures 48 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 16 heures 48 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 18 heures 53 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 13 heures 5 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 15 heures 38 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 18 heures 47 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 8 heures
© FRED TANNEAU / AFP
© FRED TANNEAU / AFP
Effet de levier

Pourquoi les menaces de l’Arabie saoudite pourraient propulser le baril de pétrole à 200 dollars et provoquer une récession mondiale

Publié le 16 octobre 2018
Alors que la pression monte sur le Royaume saoudien, suite à la disparition de Jamal Khashoggi - Donald Trump ayant évoqué la possibilité d'une "punition sévère" - une source gouvernementale saoudienne a pu rejeter ces menaces en annonçant que "si le pays faisait l’objet d’une telle action, il réagira par une action plus énergique alors que son économie a un rôle influent et vital dans l’économie mondiale." Or, selon certaines sources, une riposte concernant la production pétrolière pourrait envoyer le prix du baril à des niveaux allant de 100 à 200 $ le baril.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la pression monte sur le Royaume saoudien, suite à la disparition de Jamal Khashoggi - Donald Trump ayant évoqué la possibilité d'une "punition sévère" - une source gouvernementale saoudienne a pu rejeter ces menaces en annonçant que "si le pays faisait l’objet d’une telle action, il réagira par une action plus énergique alors que son économie a un rôle influent et vital dans l’économie mondiale." Or, selon certaines sources, une riposte concernant la production pétrolière pourrait envoyer le prix du baril à des niveaux allant de 100 à 200 $ le baril.

Atlantico : En imaginant un tel scénario, quels en seraient les effets sur l'économie mondiale ? 

 
Jean-Paul Betbeze : « Un problème très sérieux » dit le Président Trump. En effet, notre monde danse sur un volcan, et s’envoie des menaces d’un bord à l’autre du cratère. Et ceci au moment où le FMI vient de recalculer la croissance à la baisse et d’avertir des risques d’une bataille protectionniste. Cette fois, la menace vient de l’Arabie Saoudite, suite à la disparition du journaliste Jamal Khashoggi, en rupture totale avec ce qu’on croyait être la stratégie du pays. 
L’Arabie Saoudite, dans l’esprit des marchés financiers, voulait accompagner la montée graduelle du prix du pétrole. Elle en produisait plus, pour satisfaire une demande croissante. L’idée était d’atteindre ainsi, peu à peu, un prix du baril de brut autour de 100$. Ceci permettait idéalement au Royaume de mettre en bourse 5% d’Aramco (son monopole pétrolier) pour en obtenir au moins 100 milliards $ et financer ainsi son programme Vision 2030. Il était vaste : « Arabie Saoudite : le cœur des mondes arabe et islamiques, la puissance d’investissement et le centre connectant trois continents ». 
 
Dans cette démarche, une éventuelle rupture aurait pu être économique, les États-Unis souhaitant plus de pétrole pas cher pour alimenter leur croissance non inflationniste, ou bien militaire, avec la montée des tensions avec l’Iran, l’Erythrée ou Qatar. 
 
Mais il semble qu’elle pourrait être politique, suite à un refroidissement des relations avec les États-Unis, l’allié le plus proche ! Une escalade verbale se met en place. Les États-Unis veulent savoir, comme la Turquie, ce qui s’est passé. Le Royaume-Unis la France et l’Allemagne disent qu’elles vont traiter le cas avec « un extrême sérieux ». Mais le Royaume rejette ces menaces et s’apprêterait à y répondre plus fort, sachant que l’économie du Royaume a « beaucoup d’influence et un rôle vital sur l’économie globale », selon une source gouvernementale anonyme – comme il est de coutume dans ce genre d’escalade.
 
Dans ce contexte, le prix du pétrole monte à 77$ le baril, faisant penser à 100$ voire à 200$ le baril, mais redescend à 71$ à mi-journée (heure de Paris) le 15 octobre. Tout semble fait pour éviter le pire, mais sans avoir trouvé d’explication pour la disparition du reporter. Les marchés semblent penser que la crainte du pire l’a fait éviter !
 
De fait, s’ils avaient pensé que le prix du pétrole allait monter, l’Arabie Saoudite freinant « seulement » sa production, le prix du baril s’envolait sur les marchés à terme, donc les taux à dix ans montaient vite, donc les bourses chutaient, tout ceci avant même que les prix n’aient effectivement augmenté ! L’Arabie Saoudite, qui est décisive pour ancrer les anticipations mondiales d’inflation, a ainsi la confirmation de son rôle mondial, plus financier encore qu’économique. En un mot, si l’Arabie Saoudite menace de produire moins, suite à ces accusations qu’elle rejette, elle fait plonger les marchés, puis la croissance mondiale. Jamais son « pouvoir de nuisance », comme disent les juristes, n’a été aussi élevé.
 
 

Concernant la France et l'Europe, qui, au contraire des Etats Unis, ne peuvent se reposer sur une production domestique, le risque n'est-il pas encore plus important ? 

 
La France et l’Europe n’ont pas de vraie stratégie énergétique intégrant des risques de conflit sévère. En matière de pétrole, les pays diversifient les sources, signent des contrats à long terme, stockent… mais les conceptions écologiques qui les animent ne sont pas confrontées à des conflits ou à des embargos stricts et durables. On nous dit plutôt que le diesel pollue, mais on ne peut pas dire que les véhicules à hydrogène soient très soutenus. Quant aux véhicules électriques, que l’on souhaite développer par des avantages fiscaux, dans notre pays en déficit budgétaire, on ne nous dit pas d’où ils tireront leur électricité si on veut, en France, réduire à terme de moitié le parc de centrales nucléaires. Le soleil est sans doute charmant, surtout le jour et en été, mais il donne une électricité chère et variable. Et l’éolien suppose du vent, de plus en plus contradictoire avec le réchauffement en cours. Au total, soleil et vent produisent moins de 10% de notre électricité, le nucléaire n’émettant pas de gaz à effet de serre.
 
Supposer que le monde est gentil, uniquement soucieux de la planète que nous laisserons à nos petits-enfants est non seulement puéril mais contradictoire. Réduire en effet le pouvoir des états pétroliers suppose de poursuivre ce que font les majors du pétrole ici, mais aussi de travailler sur l’évolution du travail (à domicile), la mobilité (électricité et hydrogène), le nucléaire et l’hydraulique, plus l’efficacité énergétique, en avançant des scénarios de tensions géopolitiques, à côté de prévisions techniques. Le risque, c’est de rêver.
 

Comment mesurer la probabilité de telles actions de la part de l'Arabie saoudite ? Les risques encourus par une telle action ne sont-ils pas disproportionnés pour le pays ?

 
Nous sommes dans une situation économique tendue, les États-Unis, avec Donald Trump, forçant leur machine économique au risque de la surchauffe avec une montée de l’inflation. Les derniers chiffres de septembre ont été de 2,25%, pas trop de quoi inquiéter la Fed, mais assez, pour l’heure, pour qu’elle continue à monter ses taux, pesant sur la bourse et énervant Donald Trump. Un prix du baril en hausse rapide, c’est une menace d’inflation, donc de montée des taux courts aux États-Unis et des taux longs partout. On peut imaginer, dans ce contexte, que l’Arabie Saoudite est parfaitement au courant des risques disproportionnés de ses menaces, d’autant qu’elle propose de réagir plus violemment encore en cas d’actions contre elle. 
 
Nous sommes donc dans une escalade de menaces et de contre-menaces, l’Arabie Saoudite sachant qu’elle met en jeu sa crédibilité et sa nouvelle politique, plus sa croissance. Mais les marchés financiers pensent qu’une solution sera trouvée, pas nécessairement morale, mais qui pourrait affaiblir le Crown Prince, et aider Donald Trump. Ils ont choisi d’attendre. Tout ceci est très risqué : nous venons de rallumer une autre source de tensions mondiales. Comme si cela ne suffisait pas !
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires