En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 40 sec
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 37 min 38 sec
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 14 heures 15 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 15 heures 8 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 17 heures 12 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 18 heures 8 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 20 heures 10 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 20 min 51 sec
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 50 min 47 sec
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "La communauté scientifique internationale a fait preuve d’une grande réactivité et l’effort de recherche n’a sans doute jamais été aussi soutenu et puissant"

il y a 1 heure 55 min
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 14 heures 38 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 16 heures 7 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 17 heures 45 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 19 heures 4 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 20 heures 44 min
© FRED TANNEAU / AFP
© FRED TANNEAU / AFP
Effet de levier

Pourquoi les menaces de l’Arabie saoudite pourraient propulser le baril de pétrole à 200 dollars et provoquer une récession mondiale

Publié le 16 octobre 2018
Alors que la pression monte sur le Royaume saoudien, suite à la disparition de Jamal Khashoggi - Donald Trump ayant évoqué la possibilité d'une "punition sévère" - une source gouvernementale saoudienne a pu rejeter ces menaces en annonçant que "si le pays faisait l’objet d’une telle action, il réagira par une action plus énergique alors que son économie a un rôle influent et vital dans l’économie mondiale." Or, selon certaines sources, une riposte concernant la production pétrolière pourrait envoyer le prix du baril à des niveaux allant de 100 à 200 $ le baril.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la pression monte sur le Royaume saoudien, suite à la disparition de Jamal Khashoggi - Donald Trump ayant évoqué la possibilité d'une "punition sévère" - une source gouvernementale saoudienne a pu rejeter ces menaces en annonçant que "si le pays faisait l’objet d’une telle action, il réagira par une action plus énergique alors que son économie a un rôle influent et vital dans l’économie mondiale." Or, selon certaines sources, une riposte concernant la production pétrolière pourrait envoyer le prix du baril à des niveaux allant de 100 à 200 $ le baril.

Atlantico : En imaginant un tel scénario, quels en seraient les effets sur l'économie mondiale ? 

 
Jean-Paul Betbeze : « Un problème très sérieux » dit le Président Trump. En effet, notre monde danse sur un volcan, et s’envoie des menaces d’un bord à l’autre du cratère. Et ceci au moment où le FMI vient de recalculer la croissance à la baisse et d’avertir des risques d’une bataille protectionniste. Cette fois, la menace vient de l’Arabie Saoudite, suite à la disparition du journaliste Jamal Khashoggi, en rupture totale avec ce qu’on croyait être la stratégie du pays. 
L’Arabie Saoudite, dans l’esprit des marchés financiers, voulait accompagner la montée graduelle du prix du pétrole. Elle en produisait plus, pour satisfaire une demande croissante. L’idée était d’atteindre ainsi, peu à peu, un prix du baril de brut autour de 100$. Ceci permettait idéalement au Royaume de mettre en bourse 5% d’Aramco (son monopole pétrolier) pour en obtenir au moins 100 milliards $ et financer ainsi son programme Vision 2030. Il était vaste : « Arabie Saoudite : le cœur des mondes arabe et islamiques, la puissance d’investissement et le centre connectant trois continents ». 
 
Dans cette démarche, une éventuelle rupture aurait pu être économique, les États-Unis souhaitant plus de pétrole pas cher pour alimenter leur croissance non inflationniste, ou bien militaire, avec la montée des tensions avec l’Iran, l’Erythrée ou Qatar. 
 
Mais il semble qu’elle pourrait être politique, suite à un refroidissement des relations avec les États-Unis, l’allié le plus proche ! Une escalade verbale se met en place. Les États-Unis veulent savoir, comme la Turquie, ce qui s’est passé. Le Royaume-Unis la France et l’Allemagne disent qu’elles vont traiter le cas avec « un extrême sérieux ». Mais le Royaume rejette ces menaces et s’apprêterait à y répondre plus fort, sachant que l’économie du Royaume a « beaucoup d’influence et un rôle vital sur l’économie globale », selon une source gouvernementale anonyme – comme il est de coutume dans ce genre d’escalade.
 
Dans ce contexte, le prix du pétrole monte à 77$ le baril, faisant penser à 100$ voire à 200$ le baril, mais redescend à 71$ à mi-journée (heure de Paris) le 15 octobre. Tout semble fait pour éviter le pire, mais sans avoir trouvé d’explication pour la disparition du reporter. Les marchés semblent penser que la crainte du pire l’a fait éviter !
 
De fait, s’ils avaient pensé que le prix du pétrole allait monter, l’Arabie Saoudite freinant « seulement » sa production, le prix du baril s’envolait sur les marchés à terme, donc les taux à dix ans montaient vite, donc les bourses chutaient, tout ceci avant même que les prix n’aient effectivement augmenté ! L’Arabie Saoudite, qui est décisive pour ancrer les anticipations mondiales d’inflation, a ainsi la confirmation de son rôle mondial, plus financier encore qu’économique. En un mot, si l’Arabie Saoudite menace de produire moins, suite à ces accusations qu’elle rejette, elle fait plonger les marchés, puis la croissance mondiale. Jamais son « pouvoir de nuisance », comme disent les juristes, n’a été aussi élevé.
 
 

Concernant la France et l'Europe, qui, au contraire des Etats Unis, ne peuvent se reposer sur une production domestique, le risque n'est-il pas encore plus important ? 

 
La France et l’Europe n’ont pas de vraie stratégie énergétique intégrant des risques de conflit sévère. En matière de pétrole, les pays diversifient les sources, signent des contrats à long terme, stockent… mais les conceptions écologiques qui les animent ne sont pas confrontées à des conflits ou à des embargos stricts et durables. On nous dit plutôt que le diesel pollue, mais on ne peut pas dire que les véhicules à hydrogène soient très soutenus. Quant aux véhicules électriques, que l’on souhaite développer par des avantages fiscaux, dans notre pays en déficit budgétaire, on ne nous dit pas d’où ils tireront leur électricité si on veut, en France, réduire à terme de moitié le parc de centrales nucléaires. Le soleil est sans doute charmant, surtout le jour et en été, mais il donne une électricité chère et variable. Et l’éolien suppose du vent, de plus en plus contradictoire avec le réchauffement en cours. Au total, soleil et vent produisent moins de 10% de notre électricité, le nucléaire n’émettant pas de gaz à effet de serre.
 
Supposer que le monde est gentil, uniquement soucieux de la planète que nous laisserons à nos petits-enfants est non seulement puéril mais contradictoire. Réduire en effet le pouvoir des états pétroliers suppose de poursuivre ce que font les majors du pétrole ici, mais aussi de travailler sur l’évolution du travail (à domicile), la mobilité (électricité et hydrogène), le nucléaire et l’hydraulique, plus l’efficacité énergétique, en avançant des scénarios de tensions géopolitiques, à côté de prévisions techniques. Le risque, c’est de rêver.
 

Comment mesurer la probabilité de telles actions de la part de l'Arabie saoudite ? Les risques encourus par une telle action ne sont-ils pas disproportionnés pour le pays ?

 
Nous sommes dans une situation économique tendue, les États-Unis, avec Donald Trump, forçant leur machine économique au risque de la surchauffe avec une montée de l’inflation. Les derniers chiffres de septembre ont été de 2,25%, pas trop de quoi inquiéter la Fed, mais assez, pour l’heure, pour qu’elle continue à monter ses taux, pesant sur la bourse et énervant Donald Trump. Un prix du baril en hausse rapide, c’est une menace d’inflation, donc de montée des taux courts aux États-Unis et des taux longs partout. On peut imaginer, dans ce contexte, que l’Arabie Saoudite est parfaitement au courant des risques disproportionnés de ses menaces, d’autant qu’elle propose de réagir plus violemment encore en cas d’actions contre elle. 
 
Nous sommes donc dans une escalade de menaces et de contre-menaces, l’Arabie Saoudite sachant qu’elle met en jeu sa crédibilité et sa nouvelle politique, plus sa croissance. Mais les marchés financiers pensent qu’une solution sera trouvée, pas nécessairement morale, mais qui pourrait affaiblir le Crown Prince, et aider Donald Trump. Ils ont choisi d’attendre. Tout ceci est très risqué : nous venons de rallumer une autre source de tensions mondiales. Comme si cela ne suffisait pas !
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires