En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

05.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

06.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 12 heures 24 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 15 heures 42 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 17 heures 11 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 18 heures 25 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 21 heures 15 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 21 heures 16 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 21 heures 17 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 14 heures 44 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 17 heures 22 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 17 heures 28 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 18 heures 39 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 19 heures 23 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 20 heures 28 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 21 heures 17 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 21 heures 20 min
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Savoir oublié

Grave perte de compétences sur le nucléaire : serions-nous même capables de démonter nos centrales ?

Publié le 14 octobre 2018
Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet, s'inquiète de la "perte d'expérience" en matière de nucléaire civil. En 20 ans, les ingénieurs français se sont en effet détourné du nucléaire.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet, s'inquiète de la "perte d'expérience" en matière de nucléaire civil. En 20 ans, les ingénieurs français se sont en effet détourné du nucléaire.

Atlantico : Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet, s'inquiète de la "perte d'expérience" en matière de nucléaire civil et appelle à "une extrême vigilance". Concrètement quelle est la situation dans les centrales aujourd'hui ?

Loïk Le Floch-Prigent : Nous avons encore en France 58 réacteurs en fonctionnement répartis dans 19 centrales. Les derniers réacteurs ont été raccordés au réseau fin 1999, et il a fallu attendre ces dernières années pour voir resurgir un nouvel investissement, le fameux EPR de Flamanville qui multiplie les retards et les surcoûts. En supposant que Flamanville fonctionne l’année prochaine, c’est une période de vingt ans qui se sera écoulée. Dans le monde très technologique que nous connaissons aujourd’hui, vingt ans c’est énorme, ce sont deux générations qui n’ont pas connu de mise en route de nouvelles centrales.

Les techniciens avaient préparé le maintien des compétences de deux façons : la coopération avec les Chinois qui construisent un grand nombre de centrales pendant cette période et un programme de surgénérateurs, avec le réacteur à neutrons rapides, Super Phénix, qui préparait en particulier la transmutation de déchets radioactifs de haute activité. L’arrêt décidé par le gouvernement Jospin de Super Phénix en Juin 1997 a été une catastrophe pour le maintien des compétences dans le domaine nucléaire, et le programme chinois a maintenu vaille que vaille les habitudes mais en en faisant en priorité bénéficier les Chinois.

Certes la maintenance des 58 réacteurs permettait à de milliers de travailleurs de garder une activité, mais l’absence de programme national nouveau a fait fuir vers d’autres secteurs une grande partie des ingénieurs et techniciens du nucléaire. Des métiers de précision sur les métaux qui nécessitent de véritables artistes n’avaient plus leur place dans l’Hexagone et robinetiers et soudeurs par exemple ont peu à peu disparu. Les Directeurs de centrales ont tenu bon avec des compétences internes et externes, mais il n’y avait plus le feu sacré des pionniers et les coups de boutoir de la presse et des anti-nucléaires finissaient par faire fuir les jeunes : « était-ce vraiment un métier d’avenir ? ». Nous avons tous observé ce laminage incessant et cette détérioration du moral dans les équipes et lorsque le nouvel outil de Flamanville a été décidé, nous nous sommes tous interrogés sur notre capacité à relever le défi, non pas scientifique mais proprement industriel, celui du savoir-faire, du tour de main.

L’accident de Fukushima comme on le sait a déréglé la machine. Les Allemands, nos partenaires, se sont défilés, et nous avons du repartir sur le design d’une machinerie dont la construction avait déjà commencé, d’où les délais et les coûts. La perte d’expérience industrielle était manifeste, et les ingénieurs et techniciens travaillent pour y remédier, mais ce n’est pas gagné ! Par contre pour le parc actuel, celui qui devrait être prolongé grâce au « grand carénage », on peut dire que les compétences ont été en grande partie reconstituées… à quelques exceptions près, ce qui explique la prudence de Pierre-Franck Chevet. L’abandon de Super Phénix en 1997 a été une catastrophe nationale, et c’est à l’Autorité de sureté nucléaire de bien étudier les risques et de ne faire aucune impasse. Mais nous sommes loin en France de la situation d’autres pays amis qui ont même perdu les compétences de maintenance.

Comment expliquer ce manque de main d'œuvre qualifiée ? Comment en sommes-nous arrivés là ?

Imaginez des fabricants de téléphone obligés de ne plus fournir d’appareils à partir de 1999, ils ne reconnaîtraient plus rien en revenant dans le business aujourd’hui ! Tout a changé dans les techniques, le numérique a révolutionné le secteur nucléaire, ceux qui ont continué à construire, les Russes et les Chinois, ont pris une avance considérable ! Nous n’avons pas compris collectivement les exigences de l’activité industrielle : continuer la recherche, poursuivre la fabrication, se confronter au réel. Aucun dirigeant de notre pays n’avait de culture industrielle et ils ont cédé à l’idéologie anti-nucléaire très facilement pour bien se faire voir des électeurs, et quand ils ont pu expliquer au peuple que l’éolien et le solaire allaient résoudre tous leurs problèmes, ils ont sauté sur le concept « renouvelable » qui risque de nous envoyer dans le mur aujourd’hui. C’est un mix électrique qui va se développer et non une monoculture improprement appelée « verte » ou « propre ». Il fallait développer le solaire, mais considérer que cela allait suffire à la consommation des Français était un mensonge. On aurait pu aussi maintenir des compétences nucléaires françaises en installant des centrales à l’étranger, mais les gouvernements n’ont pas su non plus arrêter la stupide guerre des égos et confier le dossier à quelqu’un de loyal et compétent comme l’avait fait le Général de Gaulle.

Mais est-il possible encore de seulement démonter les centrales si l'on souhaitait sortir du nucléaire ?

Démonter c’est démanteler, c’est d’autant moins cher que cela se fait sur une longue période, cela aussi peut s’expliquer à la population. Mais aujourd’hui 75% de l’énergie électrique provient du nucléaire français, et les centrales sont amorties, elles ne coûtent donc plus grand-chose. Nous ne sommes pas assez riches avec notre endettement et notre balance commerciale déséquilibrée pour abandonner ces trésors que des générations ont édifiés et maintenus. Par ailleurs, notre électricité est championne bas carbone, nous sommes les bons élèves du monde avec nos centrales. Il faut donc les conserver, y compris Fessenheim, surtout si nous souhaitons par ailleurs développer la mobilité électrique dans nos agglomérations. Un peu de cohérence ne nuit pas pour faire de la bonne politique, le porte-monnaie des Français n’est pas de la communication, c’est une réalité : les consommateurs paient la moitié de la facture comparé à leurs amis allemands, et ceci grâce aux centrales nucléaires ! Sortir du nucléaire est inenvisageable pour la France, j’ai cru comprendre que même monsieur Hulot s’en est aperçu !

Quels sont les risques aussi bien du point de vue économique mais également au niveau de la sureté des installations ?

Le risque essentiel est celui de l’idéologie et de la manipulation des peurs conduisant d’une part à de mauvaises décisions, et d’autre part à une chute de motivation dans le personnel nucléaire. Il faut redire, comme le GIEC, qu’une partie de l’avenir énergétique de l’humanité est dans la poursuite des programmes nucléaires. Avec notre esprit de système nous avons peut-être été trop loin avec 75 % et 58 réacteurs, mais c’est cela le point de départ de notre réflexion. Nous devons réaliser le programme de carénage des 58 réacteurs, y mettre nos meilleurs ingénieurs et techniciens, et leur dire la confiance de la nation dans le travail dont ils vont avoir la responsabilité. Les dénigrer comme on commence à le faire est anxiogène pour la population, mais c’est également augmenter les risques économiques et ceux de la sureté. Nous n’avons pas le choix, il faut donc s’assurer de la qualité de ceux qui vont relever le défi, tout en suivant les directives de l’ASN qui a bien vu les pertes de compétences subies par le pays.

Comment faire pour remédier à cette situation selon vous ?

Ne pas hésiter malgré notre orgueil national bien normal à aller chercher chez ceux qui ont maintenu leurs programmes nucléaires les compétences nécessaires à la sureté nucléaire. Après tout, nous avons vendu nos turbo-alternateurs Alstom, les meilleurs du monde, à l’américain General Electric, nous pouvons bien demander aux Russes de nous aider si nécessaire !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires