En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 7 heures 9 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 8 heures 6 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 8 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 13 heures 4 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 14 heures 23 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 7 heures 39 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 8 heures 28 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 12 heures 18 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 13 heures 19 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 14 heures 13 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 14 heures 24 min
© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Tempête

Pourquoi l’Europe ferait bien de suivre de très près le coup de chaud qui frappe les places boursières mondiales

Publié le 12 octobre 2018
Le marché boursier américain subit une correction depuis la nuit du 10 octobre, plaçant le marché boursier mondial en territoire négatif.
Lars Christensen est un économiste danois spécialisé en économie internationale, marchés émergents et politique monétaire ayant plus de 20 ans d’expérience au sein de gouvernements et d'établissements bancaires. Il est l'auteur du site...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lars Christensen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lars Christensen est un économiste danois spécialisé en économie internationale, marchés émergents et politique monétaire ayant plus de 20 ans d’expérience au sein de gouvernements et d'établissements bancaires. Il est l'auteur du site...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le marché boursier américain subit une correction depuis la nuit du 10 octobre, plaçant le marché boursier mondial en territoire négatif.

Atlantico :  Quels sont les déclencheurs de cette situation?

 
Lars Christensen : Fondamentalement, je pense que ce qui se joue depuis deux jours est la poursuite de qui se passe de façon sous-jacente depuis le mois de février. Nous sommes dans une configuration ou le marché des actions américaines est simplement surévalué tandis que les perspectives d'inflation se sont orientées à la hausse, ce qui pourrait faire basculer le risque inflationniste au-delà de l'objectif de 2% qui est fixé par la Banque centrale (la Fed).
 
À cet égard, il est important de rappeler que la Fed n'a pas pour mandat de soutenir le marché boursier. Pourtant, elle continuera de le soutenir (indirectement) aussi longtemps que les anticipations d'inflation resteront à un niveau inférieur à cette cible de 2%, mais dans la situation actuelle, ce n'est plus vraiment le cas. Ce qui signifie que le vent baissier que nous avons connu sur le marché boursier américain depuis 2009 a disparu. Ce contexte a commencé à se mettre en place en février dernier et nous en avons constaté les effets, en particulier sur les marchés émergents, et aujourd'hui ces préoccupations reviennent sur les marchés américains.
 

Quelles pourraient être les principales menaces de cette situation, concernant l'Europe, et les marchés émergents? 

Tant que la Fed poursuivra le resserrement de sa politique monétaire, au travers de ces hausses de taux, il est probable que les marchés émergents - en particulier ceux qui présentent des déséquilibres financiers et extérieurs, tels que la Turquie et l'Argentine, resteront sous pression. Il en va de même pour l'Italie, aussi longtemps que le gouvernement italien refusera de reconnaître les graves problèmes fiscaux du pays. 
 

 

Que pourrait faire l'Europe pour éviter une nouvelle crise? Quelles pourraient en être les conséquences s’ils ne réagissent pas? Devrions-nous avoir peur d’une possible nouvelle crise européenne? 

 
 
Tout d'abord, il est clair que la BCE ne doit pas entamer de resserrement de sa politique monétaire aussi longtemps que les anticipations d'inflation resteront inférieures au seuil de 2%. A l'inverse, en réalité, la crise risque certainement de nécessiter davantage d'assouplissement quantitatif. (Alors que la BCE a déjà prévu l'arrêt de cette politique). 
 
En outre, il est primordial que la situation italienne soit maîtrisée. Or, cela ne peut être fait que par le gouvernement italien, qui doit réaliser de toute urgence que ses actions actuelles sont irresponsables et qu'elles pourraient bien se traduire par un suicide économique. Parce qu'en effet, oui, il existe certainement un risque réel de nouvelle crise de l'euro, même si la BCE semble cette fois-ci mieux en comprendre les risques qu'en 2011-2012.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires