En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 6 min 59 sec
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 4 heures 23 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 13 heures 48 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 15 heures 3 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 19 heures 27 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 21 heures 38 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 1 heure 50 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 4 heures 48 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 14 heures 21 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 19 heures 18 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 20 heures 56 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 23 heures 43 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Effrondrement

Cette étrange obsession pour nos Institutions qui nous fait oublier que la démocratie française est bien plus menacée que la République

Publié le 07 octobre 2018
Et si le vrai danger venait de l'effondrement des classes moyennes ?
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si le vrai danger venait de l'effondrement des classes moyennes ?

Atlantico : Discours à l'occasion du 60e anniversaire de la Constitution de 1958, réforme constitutionnelle...en quoi ce débat constant sur les institutions françaises rate sa cible en oubliant de prendre en compte la menace que fait peser la disparition des classes moyennes sur la démocratie ? 

Edouard Husson : D’un côté, la France devrait se réjouir, d’avoir une continuité institutionnelle qui confirme la solidité de la construction gaullienne. D’un autre côté, il faudrait se rappeler que la IIIè République a duré....soixante-dix ans; soit dix ans de plus que la Vè République. Mais, surtout, l’histoire de la IIIè République constitue un avertissement pour toute nouvelle république française. Aussi solides soient-elles, des institutions ne peuvent pas à elles seules absorber des tensions politiques, sociales, culturelles, spirituelles permanentes. Après tout, les institutions de la IIIè République avaient une forme de stabilité, sinon elles n’auraient pas duré aussi longtemps. Mais elles ont été rongées de l’intérieur par des tensions créées par ceux-là même qui auraient dû s’assigner pour mission de faire vivre la République. L’incapacité de la gauche à modérer, dans les années 1880 puis, surtout, dans les années 1900, son envie d’en découdre avec le catholicisme, a miné de l’intérieur les institutions. Passe encore dans les années 1880, on pouvait penser que la majorité des catholiques restait monarchiste; mais après le ralliement des catholiques à la République dans les années 1890, à la demande du pape Léon XIII ! La passion anticatholique de la gauche, dans les années 1900, a complètement déstabilisé la République. Celle-ci n’a retrouvé son équilibre que par une sorte de fuite en avant dans l’hostilité à l’Allemagne. Faire la guerre a réconcilié droite et gauche, catholiques et anticléricaux. Mais à quel prix! Une saignée terrible d’un peuple démographiquement moins dynamique que ses voisins. La IIIè République était suffisamment solide pour absorber, apparemment, ce choc. En fait, 1940 a prouvé que le pays était à la merci d’un nouveau coup de boutoir extérieur. 

Nous devrions tirer des leçons de cet enchaînement. Car la Vè République, aussi solides soient ses institutions, n’est pas à l’abri d’une catastrophe politique et sociale. Cette fois, c’est un autre aveuglement des élites qui est en cause. Depuis les années 1970, les présidents successifs, la haute fonction publique, les grands dirigeants d’entreprises sont d’accord pour imposer au pays une politique qui n’est pas sans performances mais au profit d’un petit nombre. Si vous ajoutez que l’école a été prise en étau entre l’idéologie des pédagogistes et l’égoïsme social des soixante-huitards, vous obtenez cette politique contraire aux intérêts du plus grand nombre, dont Christophe Guilluy décrit brillamment, ouvrage après ouvrage, les effets ravageurs socialement mais aussi politiquement! De Giscard à Macron, on a mis les institutions, que de Gaulle voulait appuyer sur la plus large intégration sociale possible, au service d’un projet économique, l’adhésion à la mondialisation et d’une architecture monétaire, l’euro, qui ne considèrent pas que la cohésion sociale soit un critère de performance. 

De la désindustrialisation qui a pu conduire à l'affaiblissement des syndicats, des difficultés des partis à garder le contact avec les citoyens, en passant pas l'isolement des élites, quels ont été les processus qui ont pu produire un tel résultat d'un peuple devenu population, venant affaiblir la nécessité, pour une démocratie, de définir un projet commun à tous ?

La faiblesse de beaucoup de critiques de la politique suivie depuis quarante ans vient de ce qu’elles se contentent de décrire les symptômes économiques, sociaux, politiques sans revenir aux fondements de la démocratie. Je voudrais renvoyer ici aux analyses de Norman Palma (www.normanpalma.fr) qui nous rappelle qu’aux sources du projet démocratique il y a d’abord, pour reprendre les catégories de la philosophie grecque, une isothymie, une égalité en dignité de tous les êtres humains qui composent une société politique. C’est la première couche du soubassement. L’isothymie conduit à l’isonomie: l’égalité de tous les citoyens devant la loi, deuxième couche du soubassement. L’isonomie permet à la démocratie de répondre à ce qui est sa raison d’être: isocratie, c’est-à-dire le gouvernement des égaux. Au fond, quand un président français issu du PS parle en privé des « sans-dents »; ou quand une candidate à l’élection présidentielle américaine traite les électeurs potentiels de son adversaire de « déplorables », cela veut dire que la gauche occidentale ne croit plus à l’égalité en dignité de tous les électeurs. Les fondations du pacte politique sur lequel reposent nos démocraties sont ébranlées. L’isonomie est détruite car les lois sont faites, de plus en plus, pour ceux qui adhèrent au projet de l’élite et en profitent. Regardez comment les derniers paysans français sont en train d’être broyés par l’incapacité de nos gouvernements successifs à soit défendre la PAC soit lui substituer une autre politique agricole, qui serait conforme, elle, à l’intérêt national. L’isocratie n’existe plus: nos gouvernants passent plus de temps avec leurs semblables d’autres pays qu’avec leurs concitoyens; quand ils doivent colmater une brêche dans le tissu économique et social, ils préfèrent appeler une grande entreprise ou une grande banque internationale à la rescousse, dans un objectif de communication de court-terme, plutôt que se demander comment protéger toutes les catégories de la population. 

Comment en sommes nous arrivés à une situation ou les positions "populistes" semblent aujourd’hui incarner le mieux la démocratie, dans le sens de la définition d'un projet commun, intégrant l'ensemble de la population ? 

Au fond, la notion de « populisme » n’est pas si mal trouvée car elle rappelle que ces hommes et ces femmes politiques que nos médiasmainstream et nos intellectuels, qui ne croient plus à la société, vouent aux gémonies, se font le porte-voix du peuple, non seulement des « sans-dents » et des « déplorables » mais aussi des classes moyennes de plus en plus précarisées. Quand la démocratie renonce à être une isocratie, quand l’isonomie, l’égalité devant la loi, n’existe plus car vous ne pouvez faire valoir vos droits qu’à condition de pouvoir payer très cher des juristes qui vous aideront à tourner à votre avantage la primauté du droit communautaire sur le droit national ou la prépondérance du droit anglo-saxon sur le droit romain et germanique. Quand l’isothymie n’existe plus dans les esprits des dirigeants au point que les chômeurs soient systématiquement soupçonnés d’être rétifs au travail ou les retraités d’être des pleurnichards, le pacte démocratique est très ébranlé. 

Comprenons bien ce qui est en jeu: on pouvait bien, dans les années 1980, décider de réduire le train de vie de l’Etat-providence; après tout la social-démocratie des années 1960 et 1970, avait habitué la société à vivre au-dessus de ses moyens; mais alors il fallait, parallèlement, réduire les flux de main d’oeuvre à bon marché issus de l’immigration et amener les entreprises à investir non pas dans de la main d’oeuvre à très bas salaire mais dans la modernisation de leurs chaînes de production, la robotisation etc....Une politique libérale intelligente en matière économique était possible: elle consistait à réduire les dépenses sociales donc le taux d’imposition et inciter les entreprises à investir les marges ainsi dégagées dans les transformations de la « troisième révolution industrielle ». La croissance ainsi générée aurait augmenté, de fait, les rentrées fiscales de l’Etat et permis à celui-ci d’investir plus et mieux dans la formation scolaire, universitaire et permanente. L’enjeu était celui d’accompagner ce que les analystes de l’iconomie (www.iconomie.org) appellent le passage d’un besoin de « main d’oeuvre » à un besoin de « cerveau d’oeuvre » - les emplois dont a besoin l’industrie d’après la révolution de l’information. Cela entraînait naturellement - et sans aucun besoin de polémique idéologique - le passage d’une immigration de main d’oeuvre bon marché à une immigration qualifiée là où le pays n’était pas capable de fournir immédiatement les diplômés adéquats à nos entreprises. Au lieu de cela, droite et gauche de gouvernement se sont abandonnées à la ligne de plus grande pente et se sont régulièrement sauvées politiquement en mobilisant des classes moyennes en voie de précarisation mais pas très lucides, contre les populismes. La nouveauté, c’est qu’après quelques décennies, cela ne marche plus. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires