En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Grève du 5 décembre : bloquer le pays est-il une stratégie payante ? Petit retour sur les conflits des 50 dernières années

07.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 53 min 28 sec
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 3 heures 8 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 10 heures 19 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 11 heures 46 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 12 heures 17 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 2 heures 50 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 46 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 6 heures 59 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 8 heures 22 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 10 heures 36 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 11 heures 29 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 12 heures 2 min
décryptage > France
Mobilisation gouvernementale

Agiter la menace des casseurs ou la stratégie gouvernementale du parti de l’ordre

il y a 12 heures 56 min
© DOUGLAS MAGNO / AFP
© DOUGLAS MAGNO / AFP
Tirer les leçons

Election présidentielle au Brésil : mais comment le géant sud-américain est-il passé du statut d’espoir de l’économie mondiale à son marasme actuel ?

Publié le 06 octobre 2018
L'Europe pourrait bien tirer quelques leçons en observant les difficultés économiques du Brésil pré-élections présidentielles.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Europe pourrait bien tirer quelques leçons en observant les difficultés économiques du Brésil pré-élections présidentielles.

Atlantico : Le premier tour de l'élection présidentielle brésilienne aura lieu ce dimanche, et devrait voir s'opposer Jair Bolsonaro, candidat de l'extrême droite à Fernando Haddad, du parti des travailleurs. Comment expliquer les difficultés économiques du pays à la veille de scrutin ? 

Rémi Bourgeot : Le Brésil présente un potentiel très important. Le pire, avec un immense secteur informel, y côtoie le meilleur, avec une industrie aéronautique par exemple bien positionnée sur la scène mondiale. Le Brésil a été vu comme un des pays les plus prometteurs parmi les grands pays émergents, puis la récession de 2015-2016, la pire de l’histoire du pays (-8% combinés) a attiré le regard sur un certain nombre de failles. Les années 2000 ont été considérées comme une grande période d’avancées économiques et sociales sous Lula, sur fond de boom des matières premières. Depuis 2013, le pays a été à la fois frappé par le retournement des marchés de matières premières et par le resserrement des conditions de financement auquel sont confrontés en particulier les pays qui affichent un déficit extérieur important. Le Brésil a néanmoins connu une très forte réduction de son déficit courant ces dernières années de 4% à une situation actuellement proche de l’équilibre, contrairement à la Turquie et à l’Argentine.

Malgré ce rééquilibrage, le pays souffre de très faibles gains de productivité, une situation qui freine autant la croissance que le rééquilibrage du modèle social depuis plusieurs décennies.

Le Brésil est un pays ultra-inégalitaire, malgré l’amélioration pour les classes les plus défavorisées sous Lula. Il s’avère par ailleurs que le système de redistribution social agit plus généralement comme une sorte de « Robin des Bois à l’envers », comme certains l’ont qualifié ; c’est-à-dire que la dépense sociale profite de façon démesurée aux ménages aisés, en particulier ceux parmi les plus riches. Le Brésil affiche un déficit budgétaire d’environ 7% du PIB (dont environ 5% du PIB en paiement d’intérêts) ; ce déficit provient notamment de ce système social extrêmement déséquilibré et notamment d’un système de retraites intenable financièrement, qui profite massivement à des groupes affluents.

Le combat politique suit les intérêts des diverses classes sociales, sans qu’une voie commune ne parvienne à émerger pour remettre le pays sur la voie d’un développement équilibré. La présidence très contestée de Michel Temer, après la destitution de Dilma Rousseff, a été un modèle du genre, avec une focalisation sur la question fiscale qui a abouti à un gel grossier de la dépense publique à son niveau réel de 2015, sans souci de réformes concrètes ciblées sur les faiblesses du modèle du pays. Il n’a ainsi pas même abordé le dossier brûlant des retraites.

Fernando Haddad, le remplaçant de Lula, suite à l’emprisonnement de ce dernier, offre néanmoins une ligne modérée, qui semble intégrer les limites liées à la précarité de la dépendance sur les matières premières dans le modèle macro-financier du pays. Jair Bolsonaro, qui ne mène plus activement campagne depuis qu’il a été poignardé, a présenté une ligne d’extrême droite reposant sur la répétition d’invectives racialistes accompagnées d’un programme économique conçue comme une offensive de charme libérale, focalisée sur la politique fiscale. Le candidat privilégié par les marchés, Geraldo Alckmin, a pour sa part offert un programme également très limité, centré sur la question fiscale, sans réflexion sur le modèle économique du pays, et ne suscite naturellement qu’un engouement très limité de l’électorat.

En quoi les erreurs commises peuvent être comparées, dans une certaine mesure, à la sous-performance économique européenne ? 

Le Brésil est un exemple assez typique de pays souffrant régulièrement d’épisodes d’hyper-surévaluation monétaire. Au cours des années 2000 jusqu’à 2011, le real s’est apprécié de presque 200% en termes réels par rapport à l’ensemble des partenaires commerciaux du pays. La situation s’était aggravée dans le sillage de la crise financière mondiale, la politique monétaire de la Fed conduisant à des flux de capitaux massifs vers les pays émergents où les taux d’intérêt étaient bien plus élevés. Cette situation avait conduit le ministre des Finances brésiliens de l’époque à proposé la notion de « guerre des monnaies ». Mais au-delà de cette prise de conscience très tardive, l’élite brésilienne tend à se réjouir des épisodes de boom financier, de surévaluation malgré les déséquilibres dévastateurs qui se creusent dans ces périodes.

Le Brésil est un des pays à avoir le plus souffert dans les années 1980-90 des politiques visant à fixer le taux de change national vis-à-vis du dollar dans l’espoir d’abaisser le taux d’inflation. A taux de change nominal fixe, la différence d’inflation qui demeurait entre le pays et les Etats-Unis se traduisait par une considérable appréciation du taux de change réel (les prix des produits brésiliens en dollars) qui précipitait une crise de compétitivité, un effondrement du taux de change et une envolée de l’inflation, contrairement à l’objectif poursuivi.

On retrouve ainsi, dans cette vision monétaire, de nombreux points de comparaison avec la situation européenne, avec l’idée que la convergence économique pourrait naître de la rigidité monétaire ou de l’apparence de stabilité apportée par des bulles. Le mécanisme d’affaissement de la compétitivité brésilienne comme résultat d’un régime monétaire de surappréciation est comparable aux déséquilibres engendrés par l’euro pour les pays qui avait dans les années 2000 des taux d’inflation plus élevés que l’Allemagne. Cette situation étant couverte par les bulles immobilières qui gonflaient la croissance, le système apparaissait comme durable malgré le creusement de déséquilibres commerciaux massifs.

Dans le cas du Brésil comme des pays de la zone euro, ce qui est régulièrement présenté comme une stratégie indiscutable visant à la stabilité par les milieux politiques qui parlent au nom du marché a tendance à s’avérer intenable et à la source de graves déséquilibres qui pèsent sur le développement technologique des pays concernés.

Comment inscrire l'opposition politique qui se profile au Brésil dans le jeu d'une polarisation mondiale qui opposeraient "populistes" et "progressistes" ?

On constate au Brésil une polarisation extrême du débat politique entre des politiciens qui se tentent de se faire l’écho de couches sociales définies. Le clan Bolsonaro revendique une vision proche de celle de Donald Trump, mais la comparaison n’a en réalité guère de sens sur le fond, au-delà peut-être d’une certaine conception stylistique. Sur le plan économique par exemple, Bolsonaro défend une vision fiscale qui se veut stricte, à l’attention des marchés, tout en préservant les intérêts des milieux auxquels il est lié. Son approche économique est à l’opposé de celle de Donald Trump, qui s’est fait le champion des baisses d’impôts et de la relance par le déficit public, et de la tentative de rééquilibrage commercial au moyen de mesures douanières. En réalité, à choisir à tout prix le candidat à une comparaison forcément bancale, c’est le PT qui aurait des conceptions finalement plus proches de celles de Trump, si on le compare aux autres partis. La notion de front populiste mondial a aussi peu de sens que celle de front progressiste. Les divers pays ont des problèmes en commun, mais présentent surtout des situations très différentes, aussi bien sur le plan du développement économique que sur celui des cultures politiques. L’idée qui consiste réduire à le débat à cette grande confrontation qui se déploierait prétendument à l’échelle mondiale, ente populistes et progressistes, ferait peut-être un bon sujet de bande dessinée politique mais n’offre pas une clé de compréhension pertinente.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Grève du 5 décembre : bloquer le pays est-il une stratégie payante ? Petit retour sur les conflits des 50 dernières années

07.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires