En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 15 min 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 36 min 9 sec
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 2 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 10 heures 43 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 27 min 43 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 55 min 31 sec
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 12 heures 53 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 13 heures 7 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 14 heures 26 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 15 heures 10 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 16 heures 1 min
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Prise de conscience

Glyphosate et loi alimentation : ce déficit de culture scientifique qui pollue les débats politiques

Publié le 05 octobre 2018
Prenant le relais de Ségolène Royal et partageant les convictions de son ex-ministre Nicolas Hulot, le Président Macron a décidé d’interdire le glyphosate d’ici 3 ans.
Gérard Kafadaroff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Kafadaroff est ingénieur agronome, auteur de plusieurs livres sur les OGM dont OGM : la peur française de l'innovation (préface du professeur M.Tubiana ; éditions Baudelaire). Il est également le fondateur de l’Association française des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Prenant le relais de Ségolène Royal et partageant les convictions de son ex-ministre Nicolas Hulot, le Président Macron a décidé d’interdire le glyphosate d’ici 3 ans.

Un désherbant qui, depuis 43 ans rend de grands services  aux agriculteurs (et à bien d’autres utilisateurs), sans que cela ait généré de problèmes sanitaires ou environnementaux identifiés.

43 ans : un retour d’expérience exceptionnel qui aurait dû rassurer !
C’est pourtant le risque sanitaire qui a été mis en avant pour justifier la décision d’interdire le glyphosate. Ce fut le cas lors du Salon de l’Agriculture, en février, ou devant les parlementaires réunis à Versailles le 9 juillet dernier.
Le glyphosate serait-il une priorité sanitaire, plus urgente à traiter que le tabac, l’alcool ou la drogue ? 
 
Le classement «cancérogène probable» par le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) en mars 2015 a sans doute pesé dans cette décision. Plus encore, la virulente campagne de stigmatisation du glyphosate par la mouvance écologiste accompagnée de l’habituel  emballement médiatique.
Le souci de préserver la santé est louable, mais cette décision d’interdiction est-elle pertinente ?
Qu’en pense la Ministre de la Santé, bien discrète sur un sujet qui la concerne ?
 
Peut-elle ignorer que le classement du CIRC :
- exprime un danger potentiel et non un risque lié à l’exposition au glyphosate, ce qu’à bien mis en évidence la vaste étude américaine (Agricultural Health Study) publiée en novembre 2017 portant sur une cohorte de 54.000 agriculteurs suivis pendant plus de 20 ans qui conclut à l'absence de lien entre exposition au glyphosate et cancer ;
- classe la viande rouge «cancérogène probable» comme le glyphosate sans que cela  conduise à  l’interdire, alors que la viande est directement consommée, contrairement au glyphosate ;
 
Peut-on sérieusement occulter les avis favorables au glyphosate émanant des agences sanitaires créées pour éclairer les choix politiques, qu’il s’agisse de l’ANSES en France, de l’EFSA et l’ECHA dans l’Union européenne ou des autres agences nationales ou internationales dans le monde qui ont évalué le glyphosate ?
Quel crédit accorder au CIRC dont l’avis a été contesté par toutes les agences sanitaires, y compris par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), maison-mère du CIRC ?
 
Pourquoi la toxicité aigüe du glyphosate (exprimée par la DL50) évaluant les effets à court terme d’une forte exposition est si rarement évoquée alors qu’elle est inférieure à celle du sel de cuisine et 25 fois plus faible que celle de la caféine ?
 
 
La décision d’interdire le glyphosate aurait-elle d’autres raisons ?
L’ex-Ministre de l’Ecologie aurait-t-il convaincu le Président que le glyphosate est un obstacle à la transition écologique en agriculture ? 
Pourtant les hypothétiques alternatives au glyphosate, reposant essentiellement sur le travail mécanique, consommateur de carburant et émetteur de CO2, marquent un net recul sur le plan environnemental.
Pire, les techniques de conservation des sols - combinant abandon du labour (semis direct) et couvert végétal en interculture qui nécessitent, certes, l’emploi d’une faible dose de glyphosate - seront condamnées, alors qu’elles concilient bénéfices économiques (réduction des coûts de mécanisation), agronomiques (activité biologique et fertilité des sols améliorées, érosion réduite) et écologiques (séquestration du CO2 atmosphérique dans le sol, abri et nourriture pour la faune sauvage).
Par cette décision, les méthodes agronomiques qui satisfont le mieux la transition écologique en agriculture sont condamnées alors qu’elles devraient être promues !
 
Quelle est donc la vraie raison de cette interdiction programmée du glyphosate, alors que beaucoup d’autres «pesticides» offrent des profils toxicologiques moins favorables et que la plupart des grands pays agricoles autorisent ce désherbant ? 
Pourquoi une telle précipitation sans la moindre analyse risques/bénéfices, sans étude d’impact, sans estimation du coût de cette interdiction pour la France, sans proposer une alternative aussi performante et bon marché que le glyphosate ?
Un préjudice important pour l’agriculture estimé à 2 milliards d’euros par la FNSEA, à plus d’un milliard par la Fondation Concorde et près de 500 millions pour la SNCF !
 
Cette décision serait-elle strictement politique et symbolique pour satisfaire les exigences du populaire Ministre d’Etat Nicolas Hulot démissionnaire et du puissant lobby que constitue l’écologie politique ?
En obtenant l’interdiction programmée du glyphosate, les militants verts n’ignorent pas qu’ils condamnent les OGM, tout au moins les plantes tolérantes au Roundup® (à base de glyphosate), les plus utilisées et cultivées annuellement sur plus de 150 millions d’hectares dans le monde (sauf en Europe !). Opération gagnante pour les écolos mais certainement pas pour l’écologie ! 
 
Nicolas Hulot, ignorant les avis des agences sanitaires, préférait s’appuyer sur la décision d’un jury populaire de San Francisco de 12 membres n’ayant aucune expertise en toxicologie, condamnant Monsanto à payer 290 millions de dollars à un jardinier atteint d’un cancer attribué au glyphosate.
Un faux-procès qui devrait en susciter d’autres, intentés par des malades manipulés par des avocats prédateurs avides d’honoraires exorbitants que seuls peuvent payer des sociétés comme Bayer/Monsanto.
 
En se laissant entraîner sur le terrain du glyphosate, en négligeant l’esprit d’écoute revendiqué, en adoptant l’idéologie écologiste radicale, en donnant du crédit à la pensée magique et en tordant le cou à l’expertise scientifique, le Président et son gouvernement ont fait un mauvais choix.
Déjà, face à la réalité, ils ont dû faire des concessions.
Seraient-ils victimes à leur insu du torrent de fake news qui s’abattent sur le glyphosate ? Dernière en date : le glyphosate serait un «tueur d’abeilles» !
 
Cette politique infondée et régressive sur le glyphosate rencontre-t-elle des résistances dans le pays ? Bien peu chez les scientifiques, les médias et même les organisations agricoles pourtant les  plus concernées.
La bien-pensance étouffe le débat, le principe de précaution dévoyé inhibe la prise de risques et la croyance naïve dans le naturel paré de toutes les vertus progresse en douceur dans la société, anesthésiant toute démarche rationnelle.
 
Les agriculteurs,  les jardiniers amateurs, les collectivités, les sylviculteurs, la SNCF, pourront se passer du glyphosate demain. 
Mais à quel prix ? 
Une régression technologique lourde de conséquences pour la compétitivité de l’agriculture française, pour les finances de l’Etat,  pour l’environnement et pour le consommateur.
Faudra-t-il alors brandir de nouvelles normes européennes et françaises sans fondements scientifiques  pour tenter de protéger une agriculture privée d’innovation face à une concurrence étrangère compétitive ?
 
Peur de la génétique avec les OGM et les nouvelles techniques de sélection variétale, peur de la chimie avec le glyphosate et les produits phytopharmaceutiques, la France s'affiche en pays craintif, dogmatique, où les multiples forces de l'irrationnel l'emportent sur l'acceptation de la réalité et de la science.
Face aux peurs sans fondement, la politique de l’interdiction est délétère et doit céder la place à la pédagogie, à l’explication, exercices il est vrai plus difficiles.
 
Puissiez-vous, Monsieur le Président ainsi que votre nouveau Ministre de l’Ecologie, François de Rugy, vous inspirer dans votre action des propos de Barack Obama exprimés en 2008 :
« Il faut faire en sorte que les faits et les preuves ne soient pas déformés ou occultés par la politique ou l’idéologie. Il faut écouter ce que les scientifiques ont à nous dire, même si cela dérange, surtout si cela dérange ».
 
Alors, peut-être, reviendrez-vous sagement sur une décision inopportune ?
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires