En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le journalisme au conditionnel

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 30 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 36 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 10 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 31 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 3 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 44 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 39 sec
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 32 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 10 heures 47 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 28 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 43 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 14 heures 54 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 7 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Monsieur le Premier ministre

Remaniement en vue, le moment Philippe est-il venu ?

Publié le 05 octobre 2018
Après un été mouvementé et une rentrée animée avec la tempête des affaires et des départs en cascade, le Premier ministre pourrait assumer un rôle clé. La logique politique voudrait que le président de la République s'appuie en effet sur une personnalité qui a su résister au désamour des Français et qui pourrait le protéger.
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après un été mouvementé et une rentrée animée avec la tempête des affaires et des départs en cascade, le Premier ministre pourrait assumer un rôle clé. La logique politique voudrait que le président de la République s'appuie en effet sur une personnalité qui a su résister au désamour des Français et qui pourrait le protéger.

Atlantico : Alors qu'un remaniement ministériel est attendu pour les prochaines heures, en quoi le contexte politique actuel, actant la faiblesse de la position d'Emmanuel Macron dans l'opinion, pourrait se traduire par une opportunité pour Edouard Philippe ? 

 
Jean PETAUX : Le Premier ministre est dans une situation paradoxale. Il n’est pas impacté personnellement par la succession des « affaires » (avec beaucoup de guillemets) qui  viennent polluer la présidence d’Emmanuel Macron : formulations inutilement clivantes ; cas Benalla ; démissions de Nicolas Hulot et de Gétrard Collomb ; images contre-intuitives (comme celle qui a tourné en boucle depuis dimanche sur les réseaux sociaux avec les deux jeunes gens de Saint-Martin). Pour autant malgré le fait que tous ces événements ne le concernent pas, comme il est dans un « attelage » avec le chef de l’Etat (les fameuses « deux têtes de l’exécutif » ou comme on disait dans les années 70 « la dyarchie »), sa cote de popularité est aussi impactée même si elle se dégrade moins rapidement que celle du président.
 
Peut-il en tirer profit ? Politiquement la réponse est évidemment négative car chercher à capitaliser sur la tendance  baissière d’Emmanuel Macron  dans l’opinion publique (en quelque sorte profiter de la désaffection présidentielle) serait immanquablement perçu comme une marque de déloyauté absolue ou de cynisme brutal.
 
Les conditions politiques ne sont pas réunies actuellement pour qu’Edouard Philippe prenne publiquement ses distances avec le chef de l’Etat et quitte Matignon. Car le jeu est bien binaire dans ce contexte. Le PM n’a que deux options dans l’alternative actuel : soutenir ou se démettre. Et pour se démettre il faudrait qu’il y ait encore une fracture politique rendue publique entre les deux hommes qui réifierait une démission par exemple. Or il n’y a pas de désaccord politique entre le PR et son PM. Voilà pourquoi finalement, opportunité ou pas, Edouard Philippe voit son sort lié à celui du chef de l’Etat.
 

La démission de Gerard Collomb ne peut-elle pas également être un signe, parmi d'autres, qu'Edouard Philippe détient un pouvoir plus important dans la macronie que cela n'est généralement évoqué ?  

 
Non et oui. Non parce que la démission de Gérard Collomb est totalement en dehors de la « sphère Philippe ». Le PM y est tellement pour rien que Collomb avait même gagné tous ses arbitrages budgétaires justement grâce à l’appui de Matignon contre Bercy. Oui car elle montre la faiblesse actuelle du titulaire du fauteuil élyséen passé en quelques mois du statut de « Jupiter » à celui de « Judépiter ». C’est la comparaison qui pose problème à Emmanuel Macron, par l’influence d’Edouard Philippe…
 
 

Dans quelle mesure Emmanuel Macron aurait-il intérêt à voir Edouard Philippe assumer plus largement l'action du gouvernement, et permettre ainsi son retour vers une fonction présidentielle au-dessus des vicissitudes du quotidien ? Sa personnalité peut-elle le permettre ? 

 
Vous avez totalement raison de poser la question en ces termes. Evidemment qu’Emmanuel Macron aurait tout intérêt à laisser « le paratonnerre » Edouard Philippe prendre la foudre jusqu’à, dans l’absolu, griller comme un fusible dans une fonction de coupe-circuit. C’est d’ailleurs la lettre de la Constitution qui fête ses 60 ans en ce moment : la président préside et le chef du gouvernement gouverne. Mais ce n’est pas l’esprit et ce n’est surtout pas la disposition d’esprit du chef de l’Etat. Le président Macron, sans prétendre à l’hyper-présidence qui fut celle (affichée) d’un Nicolas Sarkozy, allant même jusqu’à traiter en public son premier ministre François Fillon de « collaborateur », n’envisage pas d’être a minima un président qui « inaugure les chrysanthèmes » et au quotidien un « souverain lointain ». Il lui faut descendre dans l’arène, relever le gant et engager des combats politiques sans cesse recommencés. Sa personnalité est ainsi faite qu’il fonctionne par omni-présence. Alors qu’il aurait tout intérêt à prendre de la hauteur et laisser ses ministres (et le premier d’entre eux évidemment) s’impliquer dans les combats de première ligne, c’est lui « qui s’y colle ». C’est audacieux mais vain. Et surtout contre-productif en termes de remontée dans l’opinion. Ce qu’il faudrait à Emmanuel Macron, président de la République, c’est de vivre l’expérience de la cohabitation. Avec un premier ministre hostile.
 
Comme ce n’est pas le cas, le président Macron n’a plus de « fidèle protecteur » et se prend tout le vent qui tourne en tourbillons actuellement sur la scène politique française, européenne et mondiale.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires