En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

02.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

03.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

07.

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

06.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Et après ?
Brexit : Quelles sont les démarches que les Français devront effectuer pour se rendre en Grande-Bretagne ?
il y a 41 min 56 sec
pépites > Santé
Conoravirus
Coronavirus : comment les Français atteints du virus sont-ils pris en charge sur le territoire ?
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Politique
C'est grave docteur ?

Et Benjamin Griveaux dérailla gravement à la gare de l'Est…

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Politique
Nouvelle technologie

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Politique
Lendemains qui déchantent

L’Europe face à une gueule de bois post Brexit

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Santé
Le fugitif

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Société
Inquiiétude

De l’inquiétant au dramatique : ces réalités diverses qui se cachent derrière le chiffre global de la hausse des actes racistes et xénophobes

il y a 9 heures 54 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit à J-4 : Boris Johnson doit tout changer pour que rien ne bouge

il y a 9 heures 26 min
pépite vidéo > Social
Aucune réponse du gouvernement
Eric Drouet se confie sur sa décision de se retirer du mouvement des Gilets jaunes
il y a 20 heures 35 min
pépites > Politique
Officialisation
Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, s’engage dans la campagne des municipales et sera tête de liste à Tourcoing
il y a 22 heures 21 min
pépite vidéo > Media
Un bad buzz
Rognée d'une photo officielle : Vanessa Nakate dénonce un acte raciste
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dépendances" : une pièce de théâtre où la fratrie est mise en avant

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Là où chantent les écrevisses" : un roman qui a déjà conquis 4 millions de lecteurs

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Santé
Un nouveau débat ?

Fongicides : ces lanceurs d’alerte qui plombent les débats scientifiques

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Santé
Septicémies

Alerte à l’empoisonnement du sang : une mort sur 5 dans le monde causée par les sepsis

il y a 8 heures 26 min
décryptage > High-tech
Adieu l'intimité !

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Economie
Attention !

Alerte au Coronavirus sur l’économie mondiale : une panique planétaire couve sur les marchés

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Politique
Un parti à bout de souffle ?

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

il y a 9 heures 53 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Coronavirus : l'OMS fait évoluer son évaluation de la menace en la qualifiant "d'élevée" à l'international
il y a 21 heures 16 min
light > Culture
Héritage du Prince Bleu de Montmartre ?
Après la mort de Michou, que va devenir son célèbre cabaret ?
il y a 1 jour 19 min
© Stefan Rousseau / AFP
© Stefan Rousseau / AFP
Disraeli Scanner

Pourquoi le Royaume-Uni va gagner aux points son combat avec l’Union Européenne

Publié le 05 octobre 2018
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraëli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraëli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Londres, 
5 octobre 2018
 

Mon cher ami, 

 

Boris flamboie, Theresa rassemble et Donald (l’autre) a un gros chagrin

 
J’ai quitté Birmingham et l’édition 2018 de la Conférence du parti conservateur avec le sentiment du devoir accompli. Voici trois mois qu’avec David Davis et quelques autres nous nous sommes battus pour neutraliser le plan de Chequers. Theresa May, dans son discours à la Conférence a réussi à ne pas prononcer une seule fois le nom de Chequers. Elle a parlé de « notre proposition » mais a décrit son objectif dans les termes suivants: « un accord de libre-échange qui permette une circulation sans entraves des biens ». Le plan de Chequers garde l’arbitrage de la Cour Européenne de Justice pour cet accord commercial. Le Premier ministre n’en a rien dit hier. Elle peut donc faire comprendre la différence entre sa vision du libre commerce des marchandises et la fin de la libre circulation des personnes. Les mots utilisés sont suffisamment vagues pour pouvoir décrire aussi un accord du style « SuperCanada ». Boris a-t-il déployé sa verve pour rien? En aucun cas, d’abord parce que son discours - je le concède - fut le plus flamboyant de la Conférence; ensuite parce qu’il a obligé le Premier Ministre à utiliser les termes d’un Brexit qui rassemble le parti au lieu de le diviser. Comment Theresa ne tiendrait-elle pas compte de l’affluence au débat sur le Brexit organisé par la plateforme « BrexitCentral »? Cependant, à aucun moment de la Conférence Boris Johnson n’a été en mesure de prouver qu’il pouvait rassembler une majorité du parti derrière lui. Et le Premier ministre a eu beau jeu d’en appeler à la réalité du Brexit contre la théorie de la sortie de l’Union Européenne. Elle a su dire à la fois qu’elle ne craignait pas une absence d’accord mais aussi qu’elle entendait rassembler le parti et la nation pour gagner dans la négociation qui s’ouvre. 
 
Au fait, mon cher ami, il faut faire quelque chose: Donald Tusk est malheureux. Theresa a osé dire que le Conseil Européen, à Salzbourg, avait manqué de respect à la Grande-Bretagne ! Le président du Conseil européen en est très marri! Il trouve que le Premier ministre britannique a laissé parler ses émotions. Et comme un maître d’école - l’Union Européenne sait-elle produire autre chose, désormais, que des donneurs de leçons? - il gronde la petite fille: « Allons, maintenant il faut se remettre au travail! ». Au passage, il dit la seule chose importante: l’Union Européenne est prête à un accord du type « Canada ». Allons, Boris! Accepte que le monde soit mal fait: tu rêves de vivre à l’époque de Churchill et tu n’es entouré que de clones de Clement Attlee. Tu voudrais que ton Premier ministre foudroie l’Europe et c’est Donald Tusk qui est d’accord avec toi! Theresa, laborieusement, a imaginé Chequers dont une partie peut plaire aux Remainers du Parti et l’autre aux Leavers. Ce n’est pas bien glorieux mais tu as contribué par ta démission du gouvernement, à déclencher l’étape suivante: enfin, le Premier ministre a affiché une position de négociation modérée mais ferme; elle ne transigera pas sur l’Irlande du Nord; ni sur l’unité du Royaume: elle s’est payé le luxe de rappeler à Nicola Sturgeon qu’elle défendrait mieux les intérêts des pêcheurs écossais qu’un Premier ministre d’Ecosse. Elle ne transigera pas sur l’immigration. Elle veut un accord sur la circulation des marchandises. A l’Union Européenne de jouer. 
 

Pourquoi la Dame de Roseau va l’emporter

 
Boris se rêve en enfant de Churchill et il doit accepter qu’une Dame de Roseau - pas une Dame de Fer - unisse tant bien que mal le Parti derrière elle. Oui, nous aurions mieux aimé, à tout prendre, une négociation à la Donald Trump; il y a eu beaucoup de temps perdu. Mais, finalement l’opiniâtreté d’un Premier ministre assez pâle va obliger l’Union à bouger. Theresa va gagner aux points parce que les négociateurs de l’Union Européenne ont été encore plus pâles et falots. Contre le texte des traités, le Conseil européen a fui ses responsabilités; c’était à lui de négocier le Brexit. Michel Barnier s’est comporté comme un membre de la Commission: procédurier et technocrate à la fois. Des préalables à l’engagement des négociations ont été inventés qui n’avaient aucune base, là non plus, dans les traités. Le rythme a été celui de l’escargot. A présent, l’échéance se rapproche; le risque d’un Brexit sans accord se précise. Et l’Union Européenne fait soudain ses calculs. Elle a plus à perdre, en points de croissance que la Grande-Bretagne en cas de rupture du dialogue. Emmanuel Macron et Angela Merkel ont bien envie de punir la Grande-Bretagne qui est sortie sans permission. Mais Angela va bientôt remettre son tablier. Et Jupiter a cassé son éclair, il va surtout être occupé à rétablir son autorité dans les prochains mois; donc les réalistes, en France et en Allemagne, vont pouvoir se faire un peu entendre. Et Michel Barnier s’appuiera sur eux ou bien même avancera seul, car il tient l’occasion de sa vie professionnelle: un accord pour le Brexit qu’on lui attribuera dans les livres d’histoire. Et qui lui permettra peut-être d’être président de la Commission. 
 
Tout cela va être laborieux. Le Conseil des maîtres d’écoles va continuer à faire la morale aux chahuteurs qui ont fugué loin de l’Union. L’accord signé sera fragile, derrière les apparences. Il faudra envisager, un jour, un nouveau type de relations entre la Grande-Bretagne et l’Europe continentale. Mais il est n’est pas à exclure que la Dame de Roseau survive à l’Union Européenne, au rythme où vont les choses. Imaginez que les élections européennes du printemps prochain marquent le début de la fin de l’UE au moment même où un parti conservateur soulagé d’avoir préservé son unité et soucieux de bloquer l’accès du pouvoir au Labour votera unanimement l’accord obtenu par Theresa! 
 
N’embellissons pas la situation mais reconnaissons que le Premier ministre a trouvé les mots qu’il faut. Le Labour annonce travailler « non pas pour le petit nombre mais pour le grand nombre ». Et comme si elle venait de retrouver au grenier les outils de Benjamin l’Ancien, un peu abimés mais encore reconnaissables, Theresa répond: « Ni pour le petit ni pour le grand nombre mais pour chacun qui travaille et respecte les règles ! ». Elle laisse entrevoir la fin de la politique d’austérité, des mesures en faveurs de l’accès au logement, un plan ambitieux de dépistage précoce du cancer. Timide retour d’un authentique conservatisme. C’est à l’image de la Dame de Roseau: insuffisamment ambitieux, prudent, presque timide; mais la nacelle vogue entre les rochers et, pour l’instant, elle a évité le naufrage. 
 
Oui, j’aurais tant à dire! J’ai soutenu David et mes amis Brexiteers au sein du Parti malgré mon scepticisme quant à leur libre-échangisme radical; mais ils ont su mettre sous pression les wets, les mous Remainers. Je pense que la position affichée par Theresa reste toute d’ambiguïté. Mais, avant de philosopher il faut vivre. Il me semble que l’unité du parti sera préservée. J’ai lutté contre Chequers jusqu’à hier. Désormais, le nom que je porte m’enjoint de travailler à l’unité du Parti. Jusqu’au vote par les deux Chambres d’un accord arraché à Bruxelles par Theresa! 
 
Bien fidèlement à vous 
 
Benjamin Disraëli
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

02.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

03.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

07.

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

06.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires