En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 1 heure 32 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 5 heures 9 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 5 heures 21 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 6 heures 21 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 9 heures 13 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 9 heures 13 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 2 heures 4 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 5 heures 12 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 5 heures 49 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 7 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 8 heures 17 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 9 heures 13 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Succès en librairies

Eric Zemmour est-il en train de gagner la bataille des idées comme le croit la presse américaine ? Rien n’est moins sûr et voilà pourquoi

Publié le 04 octobre 2018
Suite à la sortie du dernier livre d'Éric Zemmour "Destin français", le Washington Post s'est intéressé à la forte popularité de l'auteur dans la société française. Pourtant, ne peut-on pas voir ici un leurre de cette popularité au regard des préoccupations des Français.
Bruno Jeanbart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeanbart est le Directeur Général adjoint de l'institut de sondage Opinionway. Il est l'auteur de "La Présidence anormale – Aux racines de l’élection d’Emmanuel Macron", mars 2018, éditions Cent Mille Milliards / Descartes & Cie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à la sortie du dernier livre d'Éric Zemmour "Destin français", le Washington Post s'est intéressé à la forte popularité de l'auteur dans la société française. Pourtant, ne peut-on pas voir ici un leurre de cette popularité au regard des préoccupations des Français.

Atlantico : Alors qu'Éric Zemmour indique que "la guerre civile est un risque", ne peut-on pas voir un décalage entre l'intérêt suscité par l'auteur et l'idée qu'il aurait gagné "la bataille des idées" auprès des Français ?

 
Bruno Jeanbart : Il convient toujours de ne pas confondre chiffres de vente d’un livre et popularité. Ce sont deux choses très différentes. On l’a vu à de nombreuses occasions : Nicolas Sarkozy a connu en 2015 un grand succès en librairie mais n’a pour autant pas franchi le cap de la primaire. François Hollande peut multiplier les dédicaces en librairie, il ne suscite plus d’appétence politique.  Quand bien même le livre d’Eric Zemmour est en tête des ventes de livres, si on prend le volume atteint par son précédent ouvrage, 500.000 exemplaires, cela ne représente que 1% au regard du nombre d’électeurs dans le pays. On ne peut donc en déduire automatiquement une forte popularité de l’essayiste. Il est d’ailleurs assez compliqué de connaître celle-ci puisqu’il ne figure pas dans les baromètres de popularité, mais une enquête de 2015 ne lui accordait que 29% de bonnes opinions, contre 46% de mauvaises. Son succès en librairie traduit moins une popularité que l’existence dans une partie de la population, d’une base de fan, ce qui n’est pas rien mais ne peut pas non plus être interprété comme le signe qu’il aurait gagné la bataille des idées. Les Français n’adhèrent pas, à ce jour, à un risque de guerre civile, même s’ils estiment que la société tend à se déliter et craignent la montée des communautarismes. Mais la montée de l’individualisme dans la société française, comme dans les autres sociétés occidentales, n’est pas qu’un phénomène subi, elle correspond également à la manière dont souhaitent vivre beaucoup de citoyens, en privilégiant leur sphère privée. Les comportements en disent souvent plus sur les peuples que leurs bulletins de vote.   
 
 
 

Au regard des attentes des Français, ne peut-on pas voir plutôt une attente d'un discours qui soit simplement plus "équilibré" entre une position qui serait perçue comme trop "lisse" et les positions défendues par Éric Zemmour ?

 
Il est évident que la radicalité, la rupture de consensus que constituent les positions d’Eric Zemmour expliquent en partie son succès. Majoritairement, les Français jugent qu’on ne leur dit pas toute la vérité et qu’on leur cache des choses, dans les médias et dans le débat public. Dès lors, tout discours qui détonne suscite de l’intérêt d’une partie de la population sur ce simple principe. Mais les idées défendues par Eric Zemmour sur certains sujet restent extrêmement clivantes et on ne peut pas considérer qu’elles sont celles de la société française : c’est le cas par exemple sur les rapports hommes/femmes. La société française, à l’image des autres démocraties occidentales, semble sortie d’un cycle au cours duquel la recherche de consensus était l’évolution naturelle, pour connaître de nouveau une phase de polarisation politique. Ainsi, à l’élection présidentielle, les électeurs des quatre grands candidats n’aimaient aucun des trois pour lesquels ils ne pensaient pas voter, d’où le sentiment de dureté du débat parfois tant entre les candidats que les électeurs. Mais sur beaucoup de sujets, ce sont encore les attitudes non pas contradictoires mais moins radicales qui l’emportent. Ainsi, les Français valorisent aujourd’hui massivement le rôle de la famille mais estiment également que le mariage pour les couples homosexuels est une bonne chose. De même, ils pensent qu’il faut accorder davantage de liberté aux entreprises au détriment de davantage de régulation, tout en jugeant qu’il ne faut pas permettre de licencier sans contrainte.
 
 

Sur ces questions relatives à l'immigration ou l'intégration -notamment concernant la polémique des prénoms-  largement abordées par Éric Zemmour, quels sont les enseignements à tirer des positions des Français ?

 
Eric Zemmour est très largement majoritaire lorsqu’il exprime ses réticences sur l’immigration. Environ les deux-tiers des Français considèrent qu’il y a trop d’immigrés en France et toutes les enquêtes sur les pérégrinations de l’Aquarius soulignent un rejet de l’accueillir dans un port français. Pour autant, comme souvent, les attitudes sont moins tranchées qu’il n’y paraît. Le souhait de voir les réfugiés politiques avoir le droit de venir en France demeure aussi reconnu par une majorité et l’idée que les migrants doivent être traités décemment une fois en France aussi. Quant à la polémique sur les prénoms, je n’ai pas vu d’enquêtes permettant d’avoir une idée de l’opinion des Français sur le sujet, mais là encore, on peut considérer qu’ils « votent avec leurs actes » : il n’y a pas que les Français issus de l’immigration qui donnent des prénoms absents du calendrier à leurs enfants, c’est devenu une pratique très courante. Les prénoms d’origine anglo-saxonne notamment, sont très prisés de Français que certains qualifieraient de souche, particulièrement dans les catégories populaires. Le prénom donné à son enfant reste un marqueur de distinction sociale et les pratiques dans ce domaine varient plus selon ce critère qu’en fonction de l’origine ethnique de parents.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires