En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 41 min 37 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 30 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 2 heures 59 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 17 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 37 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 5 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 16 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 36 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 6 heures 1 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 13 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 18 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 10 heures 58 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 12 heures 51 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Sources d'inspiration

Keynes, Laffer, Ricardo… ? Qui donc inspire le budget d’Emmanuel Macron ?

Publié le 01 octobre 2018
6 milliards d’impôts en moins sur les ménages en 2019 et, « en même temps », 19 en moins sur les sociétés, ceci après avoir augmenté de 4 milliards en 2018 la CSG sur les retraités et baissé de 3 l’impôt sur la fortune, qui ne frappe plus désormais que l’immobilier. On dira qu’il y a des zigzags dans cette politique budgétaire, mais qu’à la fin l’impôt baisse, et pour les ménages et pour les entreprises. Quels grands économistes se cachent donc derrière tout cela ?
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
6 milliards d’impôts en moins sur les ménages en 2019 et, « en même temps », 19 en moins sur les sociétés, ceci après avoir augmenté de 4 milliards en 2018 la CSG sur les retraités et baissé de 3 l’impôt sur la fortune, qui ne frappe plus désormais que l’immobilier. On dira qu’il y a des zigzags dans cette politique budgétaire, mais qu’à la fin l’impôt baisse, et pour les ménages et pour les entreprises. Quels grands économistes se cachent donc derrière tout cela ?

Keynes est aux premières loges. Les ménages « moyens » seront moins imposés, sachant que les ménages « modestes », non imposés et qui perçoivent le SMIC ont déjà bénéficié d’une hausse de leur revenu, par réduction des charges sociales et bénéficieront d’une hausse à la Prime pour l’emploi.  Comme ces deux groupes ont une très forte propension à consommer (part du revenu qui est consommée), ils contribueront fortement à la consommation en 2019. Et ce soutien devrait atténuer le risque de baisse qui pourrait survenir en début 2019, les ménages « découvrant » ce que devient leur revenu après prélèvement de l’impôt à la source.

Ricardo n’est pas loin, contre Keynes, avec l’accent mis sur la réduction à terme de la dette publique. En théorie, « l’équivalence ricardienne » suppose que les ménages épargnent plus quand le déficit budgétaire monte : ils se disent qu’il faudra bien la rembourser, cette dette ! C’est donc pour ne pas trop faire monter le taux d’épargne en 2019  qu’on annonce que ceci ne durera pas. 2019 rompt la tendance baissière du déficit budgétaire par rapport au PIB, 2,8% contre 2,6% en 2017, mais le déficit ne sera plus que de 1,4% en 2020, et moins encore par la suite : -0,7% du PIB en 2021, -0,3% en 2022. Inutile donc, ménages français, de sur-réagir en épargnant plus : pas d’excès de ricardisme !
 
Laffer a été entendu, ce célèbre économiste de « la courbe » qui montrait que l’impôt détruisait l’activité à partir d’un certain seuil, donc l’impôt lui-même. « L’impôt tue l’impôt » : on reconnaît la sagesse populaire mise en graphique. L’ISF a disparu pour sa partie mobilière, reste sa taxation sur l’immobilier (à partir d’un niveau élevé), immobilier qui ne semble pas avoir grand attrait de la part de notre Président. Pour lui, il semble que c’est « quand tout va que le bâtiment va », non l’inverse. De fait, la taxe sur l’immobilier rapportera plus que prévu : 1,2 milliard en 2018, alors que le gouvernement attendait 850 millions, avant 1,5 milliard en 2019. A l’inverse, la flat tax sur les revenus du capital en enlève la progressivité et pousse les épargnants à prendre plus de risque pour leur épargne. Ceci arrive au moment même où on se rend compte que la bourse de Paris a de moins en moins d’attrait pour les investisseurs étrangers. Quel hasard ! Selon la Banque de France, 9,1 milliards d'euros d'actions ont été vendues en 2017 par les non-résidents, quatrième baisse annuelle consécutive, mais heureusement les résidents ont investi 19,4 milliards dans le Cac cette année-là. Ne pas oublier Laffer.
 
Voilà donc List et le souci de maintenir la propriété nationale des entreprises ! Revoilà les « noyaux durs » de Balladur face aux OPA géantes qui se dessinent partout, maintenant que l’argent n’est pas cher pour emprunter (surtout en zone euro) et que les grandes entreprises sont riches (surtout aux États-Unis). Comme elles voient venir le ralentissement économique, elles se disent qu’il faut désormais compter davantage sur la croissance externe (par achat des concurrents) que sur la croissance interne.
 
Vient Milton Friedman : on le suit, sans le dire. « La responsabilité sociale de l’entreprise est d’augmenter les profits » assène-t-il. C’est bien ce qui explique le souci des politiques actuels de réduire les charges sociales, les impôts et de chercher à simplifier la vie des entreprises, notamment dans le social, le comptable et le juridique. CICE, pérennisé avec Emmanuel Macron, lois El Komry, Pénicault et Le Maire (Pacte) déplacent des milliards en faveur des profits. Mais on ne dira pas qu’on cherche à accroître la rentabilité des entreprises françaises, pourtant plus faible que celle des concurrents, notamment allemands ! On parlera de « responsabilité sociétale de l’entreprise ». Pas de Milton Friedman donc, trop à droite avec ses shareholders, mais plutôt Edward Freeman et ses stakeholders. On les trouvera dans le rapport Senard-Notat avec « la raison d’être de l’entreprise ». Elle permet de diluer tous ces soutiens actuels au profit : pas idiot.
 
Et voilà les zigzags. Premier : le bonneteau. Il s’est agi d’enlever au retraité « aisé » pour donner au salarié « modeste » en disant qu’on soutient ainsi l’équilibre à terme du système de retraite. Mais attention : enlever un euro est plus vivement ressenti qu’en donner un. La baisse de la consommation début 2018 l’a montré, et la baisse des sondages pro-Macron ! L’idée (ricardienne) qu’il faut se projeter dans le long terme ne doit pas être trop mise en conflit avec l’immédiateté keynésienne : elle perd.
 
Deuxième zigzag : différencier deux épargnes. Celle des ménages à revenu modeste doit être protégée de l’inflation pour augmenter : ce sont les 45 milliards des Livrets d’épargne populaire. 40% de la population y serait éligible (revenu inférieur à 19 468 euros, pour une part), contre un pourcentage actuel de 13%. Elle touchera 1,45% l’an net. En face, 2,8 millions de livrets A sont remplis : ils représentent 67% des encours totaux (260 milliards) et ne bougent pas. Qu’ils soient donc rémunérés à 0,75% net ! Qu’ils perdent du pouvoir d’achat s’ils restent où ils sont, sachant que tout est fait pour les inciter à financer les entreprises, cotées ou non. Ils y auront plus de rendement avec plus de risque : Harry Markovitz.
 
Troisième zigzag : réduire la capacité des collectivités locales de lever l’impôt, sachant qu’elles recevront de l’état les ressources pour faire leur travail, donc qu’elles seront plus contraintes dans leurs investissements et embauches. Elles ne vont pas aimer d’être seulement gestionnaires : Turgot, en 1776, s’en est aperçu.
 
Quatrième zigzag : éviter la contagion italienne qui fait monter les taux longs. Les responsables italiens expliquent qu’ils auront un déficit public moindre que les français, or ils s’endettent à 3.14% à 10 ans et les français à 0,81%. Pas juste ! Cherchons Kydland  et Prescott, Nobels 2004, et la théorie des anticipations rationnelles : une politique économique doit être crédible pour marcher. Il faut dire (et prouver) que la France n’est pas l’Italie !
 
Les grands économistes sont là. Keynes à gauche, pour soutenir les revenus des ménages pauvres et modestes, la consommation et la croissance, la cote du Président et pour cacher « les autres ». « Les autres » sont plus à droite : Ricardo pour diminuer le déficit public, réduire l’impôt des riches (l’ISF) et les pousser vers la Bourse, List pour soutenir les groupes français, Turgot pour serrer la dépense publique locale, et tous pour se différencier de l’Italie. Bien sûr, c’est lent. Au fond, ce budget n’est pas aussi keynésien qu’il le dit ! Machiavel n’est pas cité, mais il n’est pas économiste.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires