En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

07.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 2 heures 23 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 3 heures 48 sec
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 4 heures 14 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 5 heures 38 sec
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 7 heures 59 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 2 heures 38 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 3 heures 26 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 4 heures 42 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 7 heures 15 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 7 heures 48 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 11 heures 15 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Monnaie unique

L’Euro, 20 ans après : l’euro a-t-il tenu des promesses ? La banque de France s’est posée la question

Publié le 01 octobre 2018
Ce lundi 1er octobre, la Banque de France organise une "conférence exceptionnelle" en présence de Jean-Claude Trichet et de l'ancien ministre des finances allemands Théodor Waigel pour répondre à la question "Vingt ans après : l'euro a-t-il tenu ses promesses".
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce lundi 1er octobre, la Banque de France organise une "conférence exceptionnelle" en présence de Jean-Claude Trichet et de l'ancien ministre des finances allemands Théodor Waigel pour répondre à la question "Vingt ans après : l'euro a-t-il tenu ses promesses".

Atlantico : Quelle serait la réponse à apporter à une telle question, dans quelle mesure l'euro a-t-il répondu aux promesses qui avaient faites aux différentes populations qui composent la zone euro ? 

 
Mathieu Mucherie : Un bilan de l’euro par Trichet et un ancien ministre allemand,… c’est comme si Brejnev et Souslov étaient invités à disserter sur le bilan de l’URSS à la fin des années 70 !! Ces gens là ont promis les soviets et l’électricité ; l’euro devait en effet permettre : plus de croissance (c’est raté !), concurrencer le dollar comme monnaie de réserve et de facturation à l’échelle globale (complètement raté, la part de marché de l’euro n’excède pas la somme de la part des anciennes monnaies nationales), canaliser l’inflation (pas la peine, elle est moribonde partout), plus de réformes structurelles (les pays qui ont le plus réformé sont tous en dehors de la zone euro), des avancées dans la construction européenne avec plus d’affectio societatis (échec, et même régression), plus de transparence dans les affaires monétaires (quelle blague !), la constitution d’un vaste marché de la dette, unifié, à l’américaine (réussite partielle, mais pas uniquement attribuable à l’euro, et les flux financiers s’inversent depuis quelques années).
 
Cet échec était écrit par avance. L’idée soviétique selon laquelle un petit groupe d’hommes dans un bureau pourrait déterminer le pouvoir d’achat d’une nouvelle monnaie par rapport à d’autres et pour l’éternité, par exemple dire qu’un euro vaut 1936,27 lires italiennes jusqu’à la fin des temps, cette idée est une superstition scientiste, un mélange de Lyssenko et de Jdanov. Pas de chance, c’est l’ADN même de l’euro.
 
Pour un bilan plus impartial, regardez les actes concrets, ceux réalisés avec de l’argent bien tangible à la clé. Ci-dessous, la performance relative des marchés d’actions depuis le début de la crise (dividendes inclus, en monnaie commune) ; les valeurs européennes sont à la traîne, systématiquement et dans les grandes largeurs, y compris celles soutenues par la BCE à l’aide de plusieurs centaines de milliards d’euros : 
 
De tels écarts, sur des boîtes matures qui sont gérées à peu près de la même façon qu’elles soient situées à Dallas, Munich, Osaka ou Milan, sont terribles, et n’annoncent rien de bon pour le vieux continent. Et si on constate une amélioration ou une convalescence depuis trois ou quatre ans, pourquoi le marché européen, dans sa grande distraction capitaliste, n’est-il pas au courant ? Parce que la reprise est une affaire de commentateurs, qui jouent avec des mots, pas une affaire d’investisseurs, qui jouent avec de l’argent.  
 
Cela me rappelle la confidence désabusée d’un investisseur, vers la fin 2008 : « cette crise, c’est pire qu’un divorce : non seulement j’ai perdu la moitié de ma fortune, mais en plus ma femme est toujours là ! ». Cette crise déflationniste européenne est pire qu’un divorce, non seulement on se japonise à vue d’œil (sans les avantages du Japon), mais en plus l’euro est toujours là. Le citoyen ne peut pas sortir, il n’a même pas la possibilité de mettre des actions non-européennes dans son PEA ; mais le reste du monde ne rencontre pas ce blocage, au début il perdait patience face à la procrastination eurolandaise, aujourd’hui il se moque de nous et, pire, il commence à nous ignorer. 
 
Que répondent nos élites eurocratiques ? comme pour la psychanalyse : “Si vous vous sentez bien et que vous n’utilisez pas l’euro, vous êtes considérés en situation de déni ; si vous vous sentez mal et que vous n’utilisez pas l’euro, vous êtes un idiot ; si vous êtes dans l’euro et que vous vous sentez bien, alors c’est grâce à l’euro ; si vous êtes dans l’euro et que ne vous sentez pas bien, alors c’est que vous avez encore plus besoin de l’euro“.
 
Mais on voit que le malaise progresse, peut-être parce qu’ils n’ont pas une culture du pêché mais une culture de la honte ; pas un début d’autocritique, certes, mais les propos les plus outrageusement pro-euro se font de plus en plus rares (« L'euro, c'est une grande réussite et c'est ce qui irrite », Valéry Giscard d'Estaing, Entretiens à Strasbourg, 25 novembre 2011). On nous dit maintenant qu’en effet la vie en zone euro n’est pas chose facile, mais qu’”on” va y arriver : comme pour les migrants, “on” va y arriver, “on” a bon dos.  
 
Le propos de Milton Friedman, par contre, peut aujourd’hui apparaître comme un avertissement prophétique : « La possibilité plus vraisemblable, disait-il en 1998, est qu’il y aura des chocs asymétriques frappant les différents pays. Cela signifiera que le seul mécanisme d’ajustement dont ils pourront se satisfaire sera budgétaire et fiscal, avec du chômage : pression sur les salaires, pression sur les prix ». Pour synthétiser sa pédagogie : un système de changes fixes laisse de petits problèmes devenir de gros problèmes, jusqu’à ce que la volonté de payer ne soit plus là, et alors le système implose. Ce qui n’est pas très éloigné des travaux de Jacques Rueff, qui considérait les taux de changes comme les égouts collecteurs des droits non gagnés ; au bout de 20 ans en zone euro avec des égouts bloqués, il est assez logique que cela ne sente pas très bon. Et, au rythme actuel, la durée de vie maximale historique d’un tel régime (les 4 décennies agitées de l’étalon-or) ne sera sans doute pas atteinte.
 

Est-il possible de dresser un bilan comparatif entre les pays qui en ont effectivement bénéficié, et ceux qui ont pu en subir les effets d'une manière négative ?

 
Je crois que l’euro sera, à la fin, néfaste pour tout le monde, et qu’en attendant il pousse à la divergence ; mais le graphique ci-dessous résume tout l’argument :
 
 
Si quelque chose un jour était bien une solution à la recherche d’un problème, c’était bien la création de l’euro ; et, bien sûr, cette solution a amené sa propre série de problèmes. Face à cette réalité, il ne reste aux nomenklaturistes de l’euro que le relativisme. Ou l’insouciance et le cynisme des puissants. Les autorités de Francfort nous disent : l’euro, c’est notre monnaie, et votre problème. Le corps social allemand ne dit pas au fond autre chose. « Il ne suffit pas de réussir dans la vie, écrivait Sacha Guitry, encore faut-il que vos amis échouent ».
 

Quelles seraient les corrections envisageables, et politiquement réalisables, qui pourraient permettre un meilleur résultat pour les 20 prochaines années ? 

 
On n’en est plus aux corrections politiquement correctes ; ça, c’était le débat des 10 dernières années, la critique contre une BCE autiste qui remontait ses taux en 2008 et en 2011, la promotion d’une détente monétaire face à des technocrates protégés qui ne voulaient pas entendre parler d’achats d’actifs par la banque centrale, le fol espoir d’un début de solidarité de la part de l’Allemagne, etc. Des milliers de pages ont été écrites, en pure perte. Ils ont fait trop peu, et trop tard, et maintenant on doit réfléchir à la déstructuration moléculaire de l’euro, ne serait-ce que par prudence ; quand, comment, à quel coût, remplacé par quoi. 
 
Au coût (incertain) de la sortie de la zone euro, il faut comparer le coût (certain) d’un maintien : l’usine à gaz des transferts, un marasme déflationniste sans fin, et une perte de souveraineté totale pour les nations. Coût sans cesse croissant, et nous n’avons encore rien vu. En Angleterre, une déflation de six années (1925-1931) n’a pas été capable de rééquilibrer les prix et les salaires, qui n’étaient surévalués que de 10% environ, c’est à dire beaucoup moins que les pays du sud de l’eurozone de nos jours. A la fin, les anglois, face à un taux de chômage à 20%, ont dévalué. A l’époque ce sont les premiers pays à avoir quitté le bateau des changes fixes qui s'en sont sorti le mieux.
 
Rien n’est plus délicieux que l’attente de ce qui parait inéluctable. Des signaux concordent, et pas seulement du côté des élections allemandes où l’AfD progresse ; les esprits évoluent. Des économistes organiques de grands établissements nous disent aujourd’hui que leur cher euro est devenu inutile avant même son implosion, puisque le capital ne circule plus en zone euro, et qu’après tout les banques paneuropéennes sont rares. Les partisans du « capitalisme rhénan » reconnaissent désormais qu’il n’existe plus, ce qui revient à dire que notre beau partenaire germanique s’est anglosaxonnisé grave (aurions nous fait l’union monétaire avec lui si nous avions su ?). Quant aux récalcitrants, de la Suisse à la Pologne, de la Norvège à la Suède, ils n’ont pas la moindre intention de rejoindre cette prison des peuples qu’est l’euro, ce qui devrait nous interpeller, d’autant que leur inflation est maitrisée et que leurs taux d’intérêt sont bas. Tout se met en place pour une révolution dans les affaires monétaires en Europe, pour un retour de la liberté des taux de changes.
 
Aujourd’hui, seule la peur fait tenir la zone euro (et l’agence de communication de la BCE). La peur (pas infondée) d’une nouvelle crise financière dans la période transitoire, la peur (exagérée) de la re-dénomination des dettes, la peur (très exagérée) du retour des fluctuations de changes, la peur (hypocrite) d’une fragilisation de la construction européenne à un moment où elle se porte déjà bien mal. La peur, dont on dit qu’elle est mauvaise conseillère. Reste à savoir si ce pilier de la peur sera assez solide, et pour combien de temps. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires