En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

07.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

01.

Mayotte, 101ème département

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 2 heures 48 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 4 heures 27 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 20 heures 43 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 21 heures 45 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 22 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 1 jour 56 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 5 heures 15 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 21 heures 3 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 22 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 1 jour 46 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 1 jour 1 heure
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Disraeli Scanner

Le Brexit va-t-il finir en tragédie ou en tragicomédie ?

Publié le 29 septembre 2018
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraëli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraëli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.

Londres, 

Le 28 septembre 2018

Mon cher ami, 

Les calculs à courte vue de Jeremy Corbyn

A quel genre dramatique attribuerons-nous finalement le Brexit? S’agit-il d’une tragicomédie? Nous voici dans l’obscurité, avant que la scène se rallume pour le dernier acte. Le 4è acte s’est terminé avec Jeremy Corbyn en protagoniste. Avant-hier, il a prononcé le discours de clôture du Congrès du parti travailliste; et hier il a rencontré Michel Barnier à Bruxelles. Le chef du parti travailliste a complètement raté son coup. Il avait une occasion unique de prendre de la hauteur; or il a fait, devant ses militants un discours politicien, expliquant que le Labour avait peu de chances de voter le texte final sur le Brexit, énumérant une série de conditions si spécifiques qu’elles obscurcissent considérablement l’enjeu et n’excluant pas un second référendum sans le réclamer franchement. Or, loin de corriger cette image d’indécision et de manoeuvre à courte vue, la visite de Corbyn à Bruxelles le fait apparaître comme encore plus indifférent à l’intérêt du pays, prêt à déstabiliser le Premier Ministre au lieu de faire du Brexit une cause d’union nationale. Comment Jeremy Corbyn peut-il être crédible en expliquant à Barnier qu’il faut un accord, après avoir mis des conditions quasi-insurmontables à un vote par le Labour du futur texte d’accord? 

Jeremy Corbyn aurait pu entrer dans l’histoire comme un grand leader travailliste. Il lui arrive d’avoir une vision de l’avenir industriel de la Grande-Bretagne. Mais il vient, en deux jours, de rapetisser. Il est des hommes politiques qui révèlent leur grandeur grâce aux circonstances. Corbyn vient de nous montrer toutes ses limites. 

Les Tories vont-ils faire passer l’intérêt national avant toute chose? 

Le 5è acte va donc s’ouvrir, avec la Conférence du parti conservateur. Les Tories  sauront-ils utiliser les erreurs stratégiques de Corbyn pour retrouver une unité partisane, faire bloc derrière le gouvernement et imposer à Bruxelles un front enfin uni? Il faudrait pour cela que Theresa May accepte de se rapprocher autant que possible d’une proposition d’accord ressemblant au traité de libre-échange entre le Canada et l’Union Européenne - la proposition qui commence à faire unanimité chez les opposants conservateurs à Chequers; et que les Brexiteers du parti soient suffisamment convaincus par l’évolution de Theresa May pour se réconcilier avec le Premier ministre. Il faudrait trouver un moyen que Theresa May sauve la face en conservant les apparences de Chequers mais en le transformant de fait.  

Dans le Telegraph de ce jour, Boris Johnson propose ce qu’il appelle un accord « SuperCanada». Lisez-le attentivement et vous verrez que la Theresa May du discours de Lancaster de janvier 2017 pourrait sans problème s’y rallier. Beaucoup est dans les mains de Boris: son intérêt n’est pas de renverser le Premier Ministre maintenant mais d’amener Theresa May à évoluer et de pouvoir, ensuite, fort d’un tel succès, jouer la carte d’une candidature au 10 Downing Street. Sans être exagérément optimiste, quelque chose me dit que le parti conservateur pourrait laisser parler son instinct et saisir l’occasion d’une spectaculaire réconciliation. Je n’ai jamais pris Boris très au sérieux, jusqu’à aujourd’hui; mais il faut souhaiter qu’il révèle le contraire de Jeremy Corbyn: un tempérament à la hauteur des circonstances. Nous allons voir s’il est plus qu’un Matamore prenant des accents churchilliens. 

Merkel et Macron ne réussissent à s’entendre que contre Londres

Si l’on se déplace vers le continent, on retrouve les suspects habituels. Michel Barnier vient d’annoncer qu’il donnait la priorité à l’obtention d’un accord entre l’UE et la Grande-Bretagne; il ne briguera pas la présidence de la Commission Européenne; cependant à Bruxelles il se murmure qu’un succès de Michel Barnier dans le Brexit lui permettrait de s’imposer finalement. Le commissaire européen a donc profondément intérêt à trouver un accord rapidement. Mais il devra composer avec une partie des gouvernements de l’Union Européenne, à commencer par l’Allemagne et la France. 

Il n’est pas sûr qu’Angela Merkel sera encore sur la scène à la fin du 5è acte; cela n’empêche pas la Chancelière, alors qu’elle vient de rater l’élection d’un de ses proches à la présidence du groupe chrétien-démocrate au Bundestag, de refuser ce que souhaite profondément son parti: un accord avec la Grande-Bretagne qui ne mette pas en danger la croissance du continent. Si Corbyn a pu susciter des espoirs, aujourd’hui déçus et si Johnson est peut-être en train de se hisser à la hauteur des circonstances, Angela Merkel reste fidèle à elle-même, à son rôle de Secrétaire Générale du Parti Progressiste de l’Union Européenne. Aucune imagination, aucune grandeur; seulement une formidable capacité à conserver le pouvoir qui est en train de s’émousser. 

La Chancelière fait partie de ceux, dans l’UE, qui pensent qu’il faut faire un exemple, à propos de la Grande-Bretagne, pour dissuader tous les autres pays de sortir. Et, alors que nous avions pu espérer le contraire il y a quelques semaines, le camarade président pense comme la camarade Chancelière.  Emmanuel Macron, qui a dû faire face à une rentrée politique difficile, abandonne les ouvertures qu’il avait pu faire cet été; il a argumenté dans le même sens qu’Angela Merkel il y a un peu plus d’une semaine, à Salzbourg. Mon ami David Davis identifie deux autres motivations chez le Français: l’espoir d’affaiblir les entreprises de Grande-Bretagne au profit de l’économie française (il faudrait simplement que la camarade maire de Paris nettoie un peu mieux sa ville si vraiment vous autres Français vous voulez sérieusement que des entreprises établies à Londres viennent s’installer à Paris); et un vieux ressentiment, bien français dit David, envers « l’économie à l’anglo-saxonne ». Comme tant de responsables politiques français avant lui, Emmanuel Macron est prisonnier de représentations historiques ancestrales dans lesquelles l’Angleterre est « l’ennemi héréditaire ». 

Au moment où commence le dernier acte, il est donc bien difficile de prévoir comment vont se comporter les personnages qui représenteront l’Union Européenne sur la scène.  L’ambitieux Barnier, la Merkel (comme l’appellent les Italiens) et le petit Napoléon (comme le surnomme mon ami David) sont prêts à entrer sur scène bardés de certitudes. Les amèneront-elles à étaler des divisions à un moment, dont profitera mon pays? Ou bien resteront-ils unanimes dans leur fascination quelque peu nihiliste pour la possibilité d’un échec, d’un no deal Brexit? Tragicomédie ou tragédie? 

Le peuple est le choeur du théâtre: il fait entendre sa plainte et craint de subir les caprices des puissants

Tout ceci montre pas mal de myopie: au même moment, Donald Trump, s’est entretenu avec Theresa May en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Certes elle s’est entendu dire, une fois de plus, qu’il fallait négocier bien plus durement qu’elle ne le fait; mais la conversation a porté ausssi sur un accord de libre-échange qui sera négocié entre Washington et Londres dès que la Grande-Bretagne sera sortie de manière irréversible. Theresa May sera-t-elle à la hauteur du partenariat que lui propose le nouveau président américain. Si ce dernier a l’étoffe d’un nouveau Reagan, Theresa May n’est pas une nouvelle « Dame de Fer ». Elle n’a pas réussi, jusqu’à maintenant à formuler une vision d’avenir, à se laisser porter par elle. 

Le peuple britannique attend de voir comment tout cela va tourner. Le rideau vient de se lever, au début du 5è acte. Le choeur est assis un peu en retrait. Il retient son souffle.  Est-on proche du dénouement ? Une atmosphère de calme avant la tempête règne sur la scène. Les voix du choeur expriment tout à tour l’espoir d’un avenir de liberté pour la Grande-Bretagne, l’incompréhension devant les querelles byzantines de la classe politique britannique, la crainte d’être volé du résultat du référendum. Comme dans toute tragédie, le choeur exprime en partie l’impuissance de ceux qui s’apprêtent à subir des choix sur lesquels ils n’ont pas prise. Habituellement, dans la tragédie, le choeur et les protagonistes ne se parlent jamais. Mais nous sommes en Grande-Bretagne; au premier acte de la pièce, le Parlement a respecté le vote du peuple, alors qu’il ne partageait pas forcément son avis. N’excluons pas que le choeur puisse faire à nouveau entendre sa cause en ce cinquième acte. La tragédie est un genre littéraire pour la monarchie absolue; la démocratie réclame la tragicomédie, une fin heureuse malgré le déchaînement de passions chez les puissants. 

Espérons que le dénouement soit heureux, malgré la démesure, la méchanceté et la bêtise qui se sont emparées de certains protagonistes dans les quatre premiers actes. Souhaitons que le bon sens et le goût de la mesure l’emportent! Souhaitons que la liberté triomphe du destin! 

Je vous souhaite une belle fin de semaine

Fidèlement à vous 

Benjamin Disraëli

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

07.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

01.

Mayotte, 101ème département

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires