En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Charlotte Casiraghi & Dimitri, Laure Manaudou & Jérémy attendent leurs 2èmes enfants, Benjamin Castaldi son 4e; Sean Penn fait un mariage à la Lavoine, Vitaa flambe, Jenifer Lawrence fait des pertes; Bradley Cooper et l’ex de Ben Affleck sont très amis

02.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

03.

Mais qu’est-ce que les Turcs font dans l’OTAN ? Et s’ils y sont qu’y faisons-nous encore ?

04.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

05.

Ce moustique qui pourrait accroître la dengue, le zika et le chikungunya en France

06.

Comment Facebook et les géants de la Silicon Valley nous manipulent pour que nous leur abandonnions toujours plus de données privées

07.

La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Mauvaise nouvelle
Réchauffement climatique : la fonte de la calotte glaciaire du Groenland a atteint un point de non-retour
il y a 5 heures 12 min
pépites > International
Menace
Le Pentagone crée une unité d'étude des ovnis (pas forcément extraterrestres)
il y a 6 heures 31 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Le Haut conseil de santé publique recommande le port du masque dans tous les lieux clos collectifs
il y a 7 heures 43 min
décryptage > International
Nuances

Trump président impulsif, incendiaire... mais souvent efficace ?

il y a 9 heures 38 min
pépite vidéo > International
Tendresse
Beyrouth : une association réunit les victimes de l'explosion avec leurs animaux de compagnie
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Santé
Avec modération

L’abus de yoga serait-il mauvais pour la santé ?

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Histoire
Mémoires d'outre-tombe

Série de l'été : les femmes qui ont changé l'Histoire. Aujourd’hui, Charlotte Corday

il y a 12 heures 17 min
décryptage > High-tech
Big Brother

Comment Facebook et les géants de la Silicon Valley nous manipulent pour que nous leur abandonnions toujours plus de données privées

il y a 12 heures 37 min
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Europe
Mobilisation
Bélarus : Loukachenko s’est entretenu avec Poutine, le Kremlin assure que les "problèmes en cours" vont être bientôt résolus
il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > Religion
Célébrations
15 août : à Lourdes, une messe de l’Assomption en petit comité
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Là où chantent les écrevisses", une enquête policière envoûtante à lire absolument.

il y a 9 heures 3 min
pépite vidéo > Sport
Historique
Ligue des champions : revivez les 10 (!) buts du match où le Bayern Munich a humilié Barcelone
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Santé
Vecteur

Ce moustique qui pourrait accroître la dengue, le zika et le chikungunya en France

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Santé
Mode inutile

L’eau de coco : impact positif zéro sur votre santé

il y a 12 heures 10 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Charlotte Casiraghi & Dimitri, Laure Manaudou & Jérémy attendent leurs 2èmes enfants, Benjamin Castaldi son 4e; Sean Penn fait un mariage à la Lavoine, Vitaa flambe, Jenifer Lawrence fait des pertes; Bradley Cooper et l’ex de Ben Affleck sont très amis
il y a 12 heures 30 min
décryptage > International
Bruit de vagues en Méditerranée

Mais qu’est-ce que les Turcs font dans l’OTAN ? Et s’ils y sont qu’y faisons-nous encore ?

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 1 jour 4 heures
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
PLF 2019

Pouvoir d’achat : les 5 raisons pour lesquelles le gouvernement aura du mal à convaincre les Français

Publié le 25 septembre 2018
Le gouvernement a officiellement dévoilé ses objectifs pour le budget 2019 ce lundi 24 septembre.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement a officiellement dévoilé ses objectifs pour le budget 2019 ce lundi 24 septembre.

Atlantico : En quoi la promesse du gouvernement de faire baisser les impôts de 6 milliards d'euros est, en elle-même, peu crédible, dans un contexte ou certaines hausses viendront "compenser" les baisses ? 

 
Philippe Crevel : L’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) souligne que les baisses d’impôt s’élèveront à 3,5 milliards d’euros contre 6 milliards pour le Gouvernement. L’OFCE intègre le manque à gagner en termes de prestations sociales quand le Gouvernement ne le prend pas en compte. Ce dernier met en avant 9,1 milliards de baisses, compensées par 3,1 milliards de hausses.
 
Pour les ménages, es 9,1 milliards d’euros se décomposent de la manière suivante :
 
  • baisse de la taxe d'habitation des Français (3,8 milliards d'euros),
 
  • suppression de certaines cotisations salariales (4,1 milliards d'euros),
 
  • baisse de la CSG pour 300.000 retraités (350 millions d'euros),
 
  • ·exonération de cotisations sur les heures supplémentaires (600 millions),
 
  • mise en place du prélèvement forfaitaire unique, PFU (300 millions d'euros).

 

 
Au niveau des hausses figurent :
 
  • la fiscalité énergétique (1,9 milliard d'euros),
 
  • les droits sur le tabac (400 millions d'euros)  
 
  • les restrictions du périmètre du CITE (crédit d'impôt pour la transition énergétique -  800 millions d'euros).
 
Conclusion, le Gouvernement jongle entre les promesses incontournables, sa volonté d’avoir un profil moins à droite et les engagements européens. De ce fait, le déficit public atteindra 2,8 points de PIB contre 2,6 % en 2017. Par ailleurs, l’effort de réduction du déficit structurel, indépendamment des effets de conjoncture est quasi-nul, 0,3 point de PIB, en 2019, quand le Gouvernement avait pris l’engagement devant les autorités européennes d’atteindre 0,5 point de PIB. Le Haut Comité des Finances Publiques estime que l’exécutif s’en remet une fois de plus à la bonne tenue de la conjoncture pour limiter la dérive du déficit. Il souligne que la France ne réduit pas encore la part de la dette dans la richesse nationale, « à la différence de la quasi-totalité des pays européens ».
 
 

En quoi la différence des profils des contribuables, et des consommateurs, peuvent  rendre une telle situation illisible ? 

 
Depuis plusieurs années, face à la difficile équation budgétaire, les gouvernements pratiquent à merveille le jeu de bonneteau. Les augmentations et les baisses d’impôts se déplacent d’un chapeau à l’autre ni vu, ni connu. De même, le consommateur est appelé à la rescousse en contrepartie des allègements opérés au bénéfice du contribuable. Le Gouvernement donne ce qu’il a pris hier avant de le reprendre demain. Nul n’y retrouve ses petits mais c’est le but. Il en est également ainsi avec les cotisations sociales. Les exonérations ne font que compenser leur niveau excessif. La France aime les niches fiscales qui atténuent des prélèvements exorbitants.
 
 
 
 

En quoi les Français, ont tendance à trop se reposer sur l'État concernant le pouvoir d'achat, et ce, bien au-delà de ses capacités réelles ? 

 
Les dépenses publiques s’élèvent en France à 56 % du PIB, un record mondial. De ce fait, la vie économique et sociale dépend de la présentation des lois de finances. Par ailleurs, la France, pays centralisé, aux corps intermédiaires faibles, reste suradministrée. Les Français considèrent à juste titre payer trop d’impôt mais ils sont les premiers à hurler quand des prestations diminuent. Il y a une dépendance forte à la dépense publique.
 
 

En quoi les dépenses contraintes, de l'essence au loyer en passant par les prix du gaz, peuvent-elles toucher de façon disproportionnée les ménages, et ce, bien au-delà des capacités du Gouvernement ? 

Les ménages qui habitent en milieu rural ou au sein d’une banlieue mal desservie sont évidemment frappés par les mesures du Gouvernement d’autant plus si leur travail est éloigné de leur lieu de résidence. Les histoires de gains et de pertes sont des moyennes qui par nature ne prennent pas en compte les situations individuelles. Les retraités soumis à la CSG ne bénéficiant pas de la baisse de la taxe d’habitation et qui de plus vivent en milieu rural sont soumis à une double peine. Ils perdent sur tous les tableaux.
 

De manière générale, en quoi les hausses de pouvoir d'achat, même lorsque celles-ci sont réelles, peuvent passer politiquement inaperçues par les électeurs ? 

Dans son projet de loi de finances présenté lundi, le Gouvernement promet 6 milliards de baisses d’impôts pour les ménages dans un contexte de faible croissance.
 
Le revenu disponible brut des ménages s’élève à 1 400 milliards d’euros. L’État reversera 6 milliards d’euros, soit 0,4 % du revenu disponible brut. Nous sommes dans l’épaisseur de l’épaisseur du trait. L’inflation a des effets bien plus considérables. Du fait de l’indexation partielle des pensions, elle réduira le pouvoir d’achat des retraités de 4,8 milliards d’euros.
 
Le consommateur est plus sensible aux hausses d’impôt qu’à leur baisse, à la remise en cause d’une prestation qu’à son augmentation. Par ailleurs, en corrigeant le tir, le gouvernement n’efface pas la première attention. En réduisant la CSG pour 300 000 retraités, il rappelle aux autres que leur pension a été amputée. Pour les heureux bénéficiaires, il n’y voit que justice et non pas aide de l’Etat. C’est la dure loi de la politique.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires