En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

05.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 1 heure 3 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 6 heures 43 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 7 heures 45 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 10 heures 12 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 11 heures 9 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 14 heures 19 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 4 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 6 heures 30 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 10 heures 48 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 11 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 14 heures 41 min
© FRED TANNEAU / AFP
© FRED TANNEAU / AFP
Pas comme les autres

Générations gâchées : comment l’Education nationale passe totalement à côté des besoins des (nombreux) neuro-atypiques

Publié le 24 septembre 2018
Autistes, dyslexiques, dyspraxiques, hyperactifs... les neuro-atypiques sont très nombreux, près d'un sur quatre des enfants à s'installer sur les bancs de l'école. Pour eux, la rentrée est cependant souvent un parcours du combattant.
Philippe Garnier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Formateur à l'INS HEA, docteur en sciences de l'éducation, qualifié aux fonctions de maître de conférences en 70e section.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Autistes, dyslexiques, dyspraxiques, hyperactifs... les neuro-atypiques sont très nombreux, près d'un sur quatre des enfants à s'installer sur les bancs de l'école. Pour eux, la rentrée est cependant souvent un parcours du combattant.

Atlantico : Un récent article de Wired détaille comment les écoles ont longtemps échoué à former les enfants neuroatypiques parce qu'il les ont préparés à des emplois classiques adaptés à la société post-révolution industrielle. Est-ce quelque chose que vous avez également constaté ? Pourquoi l'école classique a-t-elle échoué à former les enfants neuroatypiques ?

Philippe Garnier : Effectivement, parfois la scolarisation ne prend pas assez en compte la diversité. C'est à dire qu'il y a certains enseignants - sans qu'il faille pour autant généraliser - qui ont tendance à faire la même chose pour tout le monde, y compris avec des élèves qui s'éloignent un petit peu de la norme. Donc les activités proposées ne correspondent pas forcément aux besoins spécifiques des enfants neuroatypiques. 

Il y a probablement une remise en cause de l'école à effectuer. Chez certains des enseignants, c'est leur formation qui est en cause. Celle-ci ne prépare pas forcément à accueillir au sein de leur classe des élèves avec des profils très divers. On leur apprend à enseigner les maths, le français, etc pour l'élève moyen, et pas forcément à adapter les programmes aux différentes spécificités. 

Il est aussi vrai qu'en France, on a un système qui repose sur la présence d'un enseignant pour un groupe d'élèves, pour une classe. Ce n'est pas le cas dans tous les pays. En Italie, par exemple, pour des élèves en situation de handicap, il y a deux enseignants dans la même classe : un enseignant classique et un enseignant spécialisé qui va aider à faire en sorte que la pédagogie soit plus adaptée aux élèves qui ont des besoins spécifiques. Dans d'autres pays encore - et quelques établissements français le font -, l'école s'organise de telle façon à ce que ne soit pas forcément tout le temps le même enseignant avec les mêmes élèves mais que des groupes de besoin soient organisés, de telle façon à ce que l'ensemble de l'équipe pédagogique puisse essayer de répondre aux besoin des enfants. Par exemple, pour un groupe de non-lecteurs, plusieurs classes peuvent être regroupées avec un enseignant et la pédagogie sera adaptée à ces jeunes-là, au moins pour un petit moment. 

Comment, en France, sont désormais pris en charge les enfants neuroatypiques ? Quelles différences il y a-t-il avec les cursus classiques qu'ils suivaient auparavant ? Dans quelle proportion les enfants neuroatypiques suivent-ils des cursus adaptés ?

Il y a, en France, des dispositifs institutionnels qui sont mis en place. Dans les écoles, collèges et lycée, il y a ce qu'on appelle des unités localisées pour l'inclusion scolaire (ULIS), des dispositifs destinés aux élèves en situation de handicap, parmi lesquels on retrouve des élèves autistes, dislexiques, des élèves avec des déficiences intellectuelles, etc. Ces ULIS sont des dispositifs dans lesquels les élèves vont être regroupés pendant une période de la semaine dans une classe spécifiques. Le reste du temps, ils vont aller dans une classe ordinaire et pouvoir être conseillés, accompagnés par un enseignant spécialisé. Ce dernier va conseiller les enseignants ordinaires pour adapter leur pédagogie. Ceci dit, ces dispositifs ne sont pas du tout présents dans chacune des établissements scolaires en France. Il y en a un certain nombre. 

Egalement, certains élèves neuroatypiques en classes ordinaires sont accompagnés par ceux qu'on appelle des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH). C'est la maison départementale pour les personnes handicapées qui indique, à travers une commission, que ces élèves ont vraiment d'un accompagnant, mais ce n'est pas automatique. Ce sont les parents, en premier lieu, qui font la demande auprès de l'entité publique. Toutes les informations relatives à l'enfant (médicales, scolaires, sociales, etc.) sont ensuite transmises à la maison départementale, puis une commission examine les dossiers et détermine les aides qui peuvent être apportées à ces enfants. Il peut s'agit d'une aide humaine, d'aides techniques. Par exemple, pour les élèves dyslexique, il y a des logiciels, des ordinateurs adaptés, qui permettent de faciliter le travail des enfants.

Que reste-t-il encore à faire pour ces enfants neuroatypiques ? Comment améliorer leur apprentissage, les orienter vers une formation, puis un métier, adapté à leur condition ?

De plus en plus, et cela à un niveau international, se développe ce qu'on appelle l'école inclusive. C'est faire en sorte que les enfants neuroatypiques ne soient pas dans des centres spécialisés mais le plus possible dans une école et des classes ordinaires. La condition est que la pédagogie soit adaptée. Pour que cela marche, il y a la formation des personnels au sens large, et en premier lieu celle des enseignants. Quelque fois, ces derniers n'ont aucune formation pour travailler efficacement avec ces élèves qui sont très différents les uns des autres, qui présentent des spécificités. Il existe déjà un certain nombre de formation mais à mon sens, il faudrait qu'elles soient plus répandues, que pour chaque enseignant de classe ordinaire formé, cette problématique soit abordée de manière forte. Que l'on travaille pour faire progresser la diversité des élèves, et non pas seulement les éléves "classiques". 

Il devrait également y avoir de la formation continue pour les enseignants. Pour l'autisme, un plan a récemment été annoncé et si les mesures prévues se mettent en place, je pense que ce sera effectivement très positif. Dans le même temps, il faut donner accès à ceux qui en ont besoin à différentes aides (humaines ou techniques). 

Je pense qu'en alliant une meilleure formation des enseignants et en aidant les familles de ces enfants neuroatypiques les plus en difficultés, on pourra répondre mieux qu'on ne le fait actuellement aux besoins spécifiques de ces élèves.

Sur le plan de la formation professionnelle de ces élèves, je pense qu'on peut sensibiliser en amont le milieu professionnel. Je sais que des actions de sensibilisation sont faites auprès des managers, dans les entreprises, pour faire en sorte de faire connaitre cette diversité. 

Il faut, par exemple, que si des jeunes adultes entrant dans le milieu professionnel ont besoin de matériel technique spécifique pour exercer une activité, les employeurs sachent que ce matériel existent. D'autre part, les employeurs doivent savoir que se munir de ces outils pourra rendre le jeune adulte neuroatypique tout à fait efficace dans son travail.

Dans le cas de jeunes autistes, parfois avec des déficiences intellectuelles associées, l'important est également d'avoir un diplome permettant d'accéder à l'emploi. Ce que prévoit la nouvelle stratégie des autorités, c'est que même si on obtient pas un diplome dans sa totalité, on puisse tout de même obtenir une attestation de compétences pour montrer que quel que soit le jeune, quel que soit son niveau, il a des compétences et pourra trouver un travail. 

Il faut aussi essayer de trouver quels sont les points forts de ces étudiants neuroatypiques. Car la scolarité leur constamment montré quels sont leurs points faibles, toujours en termes négatifs. Or, certains jeunes autistes, certains jeunes dyslexiques ou même d'autres ayant des troubles du comportement, par exemple, ont des points forts. Il s'agit alors que le système scolaire mette en valeur ces points forts, que les élèves puissent définir eux-mêmes leurs points forts afin de trouver un emploi qui correspond à ces points forts. Il y a beaucoup de jeunes neuroatypiques présentant des qualités de ce type mais ne sont pas forcément mis en valeur par l'école, alors qu'elles pourraient attirer des employeurs. Je pense par exemple aux personnes autistes qui sont souvent très vigilantes dans des tâches répétitives, plus vigilantes que des personnes plus typiques. C'est le cas, par exemple, pour déceler des bugs dans des programmes informatiques. Les personnes autistes peuvent alors être plus performantes que les personnes qui ne le sont pas. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires