En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 15 heures 11 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 15 heures 43 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 16 heures 47 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 17 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 18 heures 28 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 21 heures 37 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 22 heures 23 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 22 heures 26 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 15 heures 26 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 16 heures 10 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 17 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 34 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 21 heures 30 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 21 heures 49 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 22 heures 8 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 22 heures 26 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 22 heures 27 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Expertise controversée

Marine Le Pen peut-elle avoir confiance en la justice de son pays ?

Publié le 21 septembre 2018
Marine Le Pen a été convoquée pour une expertise psychiatrique dans le cadre de sa publication sur Twitter des images des exactions de Daech.
Maître Kub est un avocat au barreau de Paris écrivant sous pseudonyme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Kub
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Kub est un avocat au barreau de Paris écrivant sous pseudonyme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Le Pen a été convoquée pour une expertise psychiatrique dans le cadre de sa publication sur Twitter des images des exactions de Daech.

Marine Le Pen vient d’être convoquée pour être examinée par un psychiatre dans l’affaire dite des tweets.

 
Rappelons qu’en décembre 2015 elle a diffusé sur le réseau Twitter des photos d’exactions de Daesh, en réplique sans doute quelque peu polémique, à une mise en cause implicite d’un journaliste faisant un parallèle, sans doute tout aussi polémique, entre le parti Front National et l’État islamique.
 
Trois photos d’horreurs commises par Daesh ont ainsi été diffusées par la Présidente du FN avec la mention « Daesh c’est ça ! »
 
Face au tollé médiatique qui s’en est suivi le ministre de l’intérieur de l’époque, adversaire politique de la twitteuse avait demandé la mise en œuvre de poursuites judiciaires.
 
A l’aulne du syndrome dit de justice/émotion (qui veut qu’une émotion suscite dans la foulée une réponse judiciaire) le Parquet de Nanterre a le jour même ouvert une enquête préliminaire.
 
Ce tweet, quel que soit le jugement qu’on porte sur son contenu, sa légitimité, s’est inscrit dans un débat politique qui relève de la liberté d’expression.
A supposer une poursuite nécessaire, il eut été logique qu’elle soit fondée sur les dispositions de la loi sur la presse seules à même d’apporter des limites à la liberté d’expression.
 
Or, le Parquet de Nanterre s’est bien rendu compte que la loi sur la presse ne permettait pas de poursuivre ce tweet qui n’était ni injurieux, ni diffamatoire, ni constitutif d’une fausse nouvelle, ni même d’une provocation à la haine ou de tout autre délit du même ordre.
 
Mais puisqu’il fallait poursuivre, il fallait un texte.
 
Le choix s’est porté in fine sur l’article 227-24 du code pénal qui réprime « le fait de (...) diffuser (...) un message à caractère violent est puni de 3 ans d’emprisonnement et 75000 € d’amende lorsque ce message est susceptible d’être vu ou perçu par un mineur (...) ».
 
Le choix de ce texte pénal est-il légitime quand on sait qu’il est inséré au sein du code pénal dans la section intitulée « De la mise en péril des mineurs » ?
 
Pour mener une réflexion d’ordre juridique, je propose, afin d’apaiser les tensions, d’éviter tout parti-pris, et de dépassionner les débats, de poursuivre en anonymisant le nom de la principale intéressée que nous appellerons dorénavant Madame X.
 
Le choix du fondement de poursuites suscite donc une légitime interrogation.
 
Initialement, le Parquet a même imaginé poursuivre sur le fondement du texte incriminant le « happy slapping », c’est-à-dire la diffusion d’image de violence à d’autres fins que l’information du public.
 
Au final, et en désespoir de cause, le Parquet a choisi de retenir la diffusion de messages violents, pornographiques ou portant atteinte à la dignité humaine en direction des mineurs, infraction prévue dans la partie du Code Pénal qui contient d’autres infractions toutes en lien avec les risques pesant sur les mineurs.
 
Comme celles de privation de soins reprochée aux parents d’un mineur, de non-inscription scolaire, de provocation à un mineur au trafic ou à la consommation de stupéfiants, de provocation à la consommation excessive d’alcool par un mineur, d’atteintes sexuelles par ascendant, etc..
 
La limite d’un tel choix se manifeste avec éclat avec la mise en œuvre de la convocation de Madame X en vue d’une expertise psychiatrique.
 
Cette mesure est prévue par les dispositions des articles 706-47 11° et 706-47-1 du code de procédure pénale relatives aux « infractions de nature sexuelle et de la protection des mineurs victimes ».
 
Ainsi toute personne poursuivie, avant le jugement au fond, doit être soumise à une expertise médicale sur l’opportunité d’une injonction de soins.
 
Madame X doit donc être entendue par un médecin psychiatre qui devra s’interroger sur l’utilité d’éventuelles mesures comme celle « de traitement inhibiteur de libido » !!
 
Si, si, c’est bien prévu par le texte.
 
L’exercice de la liberté d’expression peut donc conduire dorénavant à la nécessité d’une expertise psychiatrique visant à traiter des problèmes de déviance sexuelle.
 
Comprenne qui pourra !
 
 
A suivre la logique du Parquet, le tweet litigieux avait pour but d’adresser un message violent à l’attention des mineurs, ce qui dénoterait chez son auteur un problème de déviance sexuelle qui ne dirait pas son nom.
 
La liberté d’expression est donc criminalisée au plus haut degré de ce que l’on pourrait imaginer puisqu’à terme c’est l’asile psychiatrique qui, à défaut de toute possibilité de soins, devrait accueillir Madame X pour avoir commis ce tweet.
 
On se souvient de l’usage des hôpitaux psychiatriques par des régimes autoritaires pour bâillonner la parole, les lecteurs ayant à l’esprit notamment l’hospitalisation du dissident Sakarov par le régime soviétique.
 
Pour tenter de justifier une telle situation, il a été objecté que cette expertise était rendue obligatoire par les textes eux-mêmes.
 
Certes mais ce n’est pas le caractère obligatoire de l’expertise qui pose problème, c’est avant tout le choix de la poursuite de Madame X sur la base d’un texte inadapté et sans relation avec les faits objets de la poursuite.
 
D’aucuns pourront objecter qu’il y avait peut-être dans le code pénal d’autres textes pour poursuivre Madame X.
 
Certains ont même suggéré le délit de provocation ou d’apologie du terrorisme prévu par l’article 421-2-5 du code pénal.
 
La difficulté étant que les propos de Madame X qui accompagnent les photos de Daesh sont sans aucune ambiguïté sur la présentation des exactions de Daesh comme étant des monstruosités et des horreurs.
 
De plus, Madame X est difficilement soupçonnable de complaisance à l’égard de l’Etat Islamique.
 
Quelle est donc cette curieuse époque qui veut que tout propos doit automatiquement faire l’objet d’une incrimination ?
 
Dans un débat d’idées (de haut ou de bas niveau peu importe), il faut pour avoir raison obtenir l’imprimatur judiciaire.
 
J’ai raison parce que le tribunal m’a dit que j’avais raison et j’ai tort pour les mêmes raisons...
 
C’est la fin de la rhétorique et du débat.
 
Nous assistons impuissants à la judiciarisation folle du débat politique alors que la Cour Européenne des Droits de l’Homme rappelle sans cesse que la liberté d’expression suppose que le débat d’idées ne puisse pas faire l’objet de poursuites quand bien même les opinions exposées  n’ont pas l’heur de plaire à la majorité ou à ceux qui prétendent détenir la vérité.
 
Quelles sont donc les raisons qui conduisent aujourd’hui à un tel déchaînement face à Madame X ?
 
L’explication n’est pas juridiquement rapportée.
 
Pour répondre peut-être est-il temps de recourir aux modalités inverses de celles choisies initialement pour mener une réflexion juridique sereine et désanonymiser Madame X.
 
Dès lors pourquoi poursuivre Marine Le Pen ?
 
Et soudain les réponses et les justifications affluent tout naturellement : il faut la poursuivre parce que c’est elle. CQFD. 
 
La morale ne fait pas bon ménage avec le droit !
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires