En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 7 heures 24 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 8 heures 22 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 9 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 13 heures 20 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 14 heures 39 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 7 heures 55 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 8 heures 44 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 12 heures 34 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 13 heures 34 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 14 heures 29 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 14 heures 40 min
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
Galerie des glaces

Emmanuel Macron, l’homme qui ne voulait pas avoir de meilleur opposant que lui-même

Publié le 20 septembre 2018
"Les Journées du patrimoine symbolisent ainsi la tension entre la « coupure » et la « couture » du lien démocratique : comme le négatif du miroir de la représentation politique, les files d’attentes devant les palais nationaux montrent à la fois la barrière derrière laquelle vit le pouvoir et la présence du peuple souverain".
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Les Journées du patrimoine symbolisent ainsi la tension entre la « coupure » et la « couture » du lien démocratique : comme le négatif du miroir de la représentation politique, les files d’attentes devant les palais nationaux montrent à la fois la barrière derrière laquelle vit le pouvoir et la présence du peuple souverain".

Les journées du patrimoine, depuis leur création, symbolisent un moment de « communion nationale » autour du passé et des lieux qui unissent les Français par les liens de la mémoire collective. De longues files d’attente s’allongent, notamment devant les bâtiments officiels chargés d’histoire : ce sont de belles images, elles renvoient à notre « faire France » ensemble. Mais ces files d’attentes devant les palais nationaux évoquent aussi la dualité du rapport entre les citoyens que nous sommes et nos dirigeants. Cette dualité est inscrite dans le marbre de la représentation politique : les élus, les dirigeants vivent dans un autre monde, presque par définition ; mais ils doivent tout à nos suffrages. Sans nous ils ne sont rien, grâce à nous ils entrent dans cet autre monde de galeries, de palais, de dorures, de protocoles, le monde du pouvoir. Les Journées du patrimoine symbolisent ainsi la tension entre la « coupure » et la « couture » du lien démocratique : comme le négatif du miroir de la représentation politique, les files d’attentes devant les palais nationaux montrent à la fois la barrière derrière laquelle vit le pouvoir et la présence du peuple souverain.

L’alchimie de ces Journées repose dans cette curieuse dualité : le peuple, à la fois déférent et souverain ; on ne sait plus qui est le sujet de l’autre et qui, au bout du compte, est le « maître des lieux ». L’édition 2018 de ces journées, qui s’est déroulée le week-end dernier, projette sur cette dualité une lumière fascinante. Répondant à un jeune horticulteur au chômage, venu découvrir le palais de l’Elysée, Emmanuel Macron l’a encouragé à se rendre dans le quartier Montparnasse à Paris, un lieu très dynamique dans le secteur de la restauration afin d’y trouver un emploi dans ce secteur : « si vous êtes prêt et motivé, dans l’hôtellerie, la restauration ou le bâtiment, il n’y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu’ils cherchent des gens (…) Honnêtement, hôtels, cafés, restaurants… je traverse la rue, je vous en trouve ».
 
La séquence traduit la distance irrémédiable qui sépare le pouvoir en son jardin et l’horticulteur hors les murs de son champ quotidien. La scène est métaphorique de la coupure entre le Président, à qui tout a réussi (ou presque), et les Français qui gèrent leur vie comme ils peuvent. Le jardin de l’Elysée devient alors le théâtre d’une sidérante incompréhension entre deux France qui ne vivent pas la même vie. Sans doute que « traverser la rue » est bien indispensable pour trouver un emploi, que le chef de l’Etat est également dans son rôle en voulant donner de l’élan et de l’énergie aux Français, mais est-ce bien là le problème ? L’objet du débat est sans doute ailleurs : pour quelles raisons un secteur professionnel cherche, apparemment sans les trouver, ses salariés ? Question complexe avec beaucoup de variables qui rentrent en jeu. Parmi celles-ci, une évidence s’impose à toute personne qui connait la réalité de ces beaux mais difficiles métiers de la restauration : ne serait-ce pas en raison des conditions de travail et niveaux de salaires ? Combien de jeunes de ce pays, formés dans les lycées professionnels à l’excellence du service et de la restauration à la française, ont été déçus et même trahis dans leurs espoirs, par un secteur qui joue parfois avec les lignes du code du travail ?
 
L’enquête conduite par BVA pour la Tribune, du 11 au 13 septembre dernier, montre en tout cas que les Français ne sont toujours pas, pour le moment, convaincus que les réformes économiques d’Emmanuel Macron vont dans le bon sens : il n’y a pas que l’horticulteur qui s’interroge. Si l’on sort du jardin de l’Elysée, les deux-tiers des personnes interrogées déclarent que la politique économique menée actuellement par le gouvernement est mauvaise, la même proportion a le sentiment que son pouvoir d’achat a diminué depuis 12 mois et 75% déclarent ne pas faire confiance à Emmanuel Macron pour prendre des mesures permettant d’augmenter leur pouvoir d’achat. Les retraités et les catégories populaires sont particulièrement négatives. Le tableau sociologique qui ressort des données montre des fractures sociales importantes. A l’exception des sympathisants de LaREM, toutes les autres familles politiques sont également largement négatives, y compris les sympathisants du centre-droit qui étaient nettement plus positifs avant l’été.
 
Il y a, décidément, quelque chose de fascinant à observer et analyser la vie politique depuis l’élection d’Emmanuel Macron : il alterne tellement les accélérations fulgurantes et les dérapages plus ou moins contrôlés, les séquences réussies et les « petites phrases » de trop. Comme si, trop sûr de lui et de la faiblesse supposée des oppositions, il se défiait lui-même : être son meilleur ennemi, incarner tous les rôles, ne pas avoir d’autre opposant que lui-même. Comme dans une féérique galerie des glaces.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 13/08/2019 - 10:40
Qu'iraient-ils faire dans cette galère!
Quand la lune de miel est tombée en morceaux depuis longtemps pour faire place au désamour que le peuple des serfs et des gueux du royaume en est réduit à réclamer sa simple pitance devant une cour qui se gausse et des dignitaires toujours plus repus,alors ,il ne reste que le profond désarroi du prince.Celui qui voulait être adoré à l'égal d'un dieu et qui d'accélérations brutales en virages non contrôlés à fini par chuter du haut de son Olympe.Le règne qui se voulait pourtant glorieux à cédé la place à une sinistre pantomine,et point d'adversaire pour raviver le lustre de l'apprenti divin.D'ailleurs qu'iraient ils faire dans cette cette galère qu'est devenue la macronie.
clo-ette
- 12/08/2019 - 16:25
Macron
se croit insubmersible .....comme le Titanic .......
zelectron
- 12/08/2019 - 11:20
les maux ont un sens
les Français ne sont toujours pas, pour le moment, convaincus que les réformes d’Emmanuel Macron vont dans le bon sens !
reforme : se dit d'un cheval, d'un char d’assaut, "rancart" synonyme de "réforme" (mettre à la réforme, au rencart (rancard?) détruire (militaires) mettre au rebut . . . ON COMPREND LES FRANÇAIS.