En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 1 heure 49 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 7 heures 36 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 11 heures 9 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 11 heures 51 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 12 heures 25 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 22 heures 37 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 2 heures 15 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 4 heures 13 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
Stratégique

Positivisme et "gestion des émotions", ces deux freins à l'esprit critique en entreprise

Publié le 19 septembre 2018
Une étude américaine de la Nortwestern University à Chicago souligne l'importance de donner de bons retours au travail et surtout de choisir le moment optimal où donner un avis négatif. Si la critique est souvent pénible pour celui qui la reçoit, elle peut aussi être ardue pour celui qui l'émet. 44% des employeurs trouvent qu'émettre une critique négative est difficile et 20% n'osent pas en émettre du tout. Et l'impact peut-être redoutable pour une entreprise et ceux qui y travaillent.
Vincent de Gaulejac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Gaulejac est professeur de sociologie à l'UFR de Sciences Sociales de l'Université Paris 7 Denis-Diderot.Il est l'auteur du livre Les sources de honte (2011, Point). Il a également publié Manifeste pour sortir du mal-être au trava...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude américaine de la Nortwestern University à Chicago souligne l'importance de donner de bons retours au travail et surtout de choisir le moment optimal où donner un avis négatif. Si la critique est souvent pénible pour celui qui la reçoit, elle peut aussi être ardue pour celui qui l'émet. 44% des employeurs trouvent qu'émettre une critique négative est difficile et 20% n'osent pas en émettre du tout. Et l'impact peut-être redoutable pour une entreprise et ceux qui y travaillent.

Atlantico : L'étude de la Northwestern University souligne la difficulté et l'importance de traiter la critique sur le lieu de travail. Au niveau émotionnel, comment peut se traduire la réception d'une critique par un employé et comment mieux l'aborder ? 

Vincent de Gauléjac : L’article que vous évoquez est un bel exemple du « management paradoxal » qui se développe actuellement dans les entreprises. Les managers doivent élaborer des «  critiques constructives », des « strokes »  positifs  pour mobiliser leurs équipes, motiver leurs collaborateurs. On fait appel à la psychologie comportementale pour lutter contre le stress, développer des relations harmonieuses, favoriser « l’esprit d’équipe », dans un contexte de compétition intense où le lutte des places est permanente. Il faut optimiser la performance tout en cultivant de bonnes relations. La tension entre l’exigence d’excellence durable qui met tout le monde sous pression et la nécessité de maintenir la cohésion interne entre les employés s’accroît. La littérature managériale tend à traiter au niveau émotionnel, des problèmes qui sont avant tout liés à l’organisation du travail.

La culture du travail française est-elle la même qu'aux États-Unis en ce qui concerne les relations entre subordonnés et employeurs ? Est-ce que le modèle social joue dans cette problématique ?

La pensée managériale, aux USA comme en France, est dominée par le positivisme : « Ici, il n’y a pas de problème, il n’y a que des solutions « . Cette posture sanctionne l’esprit critique, La critique est perçue comme négative, inutile, voire nuisible. Celui qui l’exprime est considéré comme inefficace et improductif. Dans un monde qui prône l’efficience dans tous les registres, la contestation de la hiérarchie et a fortiori celle du système ne sont plus recevables.  C’est une des raisons pour laquelle les syndicats sont de plus en plus déconsidérés, surtout ceux qui sont les plus contestataires. L’idéologie gestionnaire  prône d’un côté la franchise, la transparence, le dialogue, à condition qu’ils restent dans le registre relationnel et interpersonnel. Par contre il récuse les manifestations collectives et les critiques des outils de gestion et des pratiques managériales.

Peut-on s'orienter vers une nouvelle vision du monde du travail en se basant sur la psychologie pour y augmenter le bien-être et l'efficacité ?

La psychologisation des problèmes sociaux est une des caractéristiques de l’idéologie managériale. L’évaluation individualisée des performances, le management par objectif,  la qualité totale, autant de pratiques qui  conduisent à focaliser l'attention au niveau des comportements individuels. Les grilles d’évaluation évoquent des résultats insuffisants, "en deçà des attentes", un manque de motivation… Comme on ne peut critiquer l’organisation du travail, on renvoie les problèmes au niveau psychologique. Dans ce contexte, il faut apprendre aux managers d’un côté à développer l'exigence du toujours plus, à maintenir une motivation optimum et, de l’autre, à supporter l’augmentation exponentielle du stress, du burn out et de l’épuisement professionnel. Face au mal-être grandissant dans le monde du travail, on voit se développer des discours sur le bien-être au travail, la QVT (qualité de vie au travail). Le recours aux techniques de développement personnel, à la PNL (programmation neurolinguistique), à la méditation de pleine conscience, au yoga, à l’analyse transactionnelle, n’est pas une nouvelle vision du travail. Elles accompagnent une dégradation subjective des conditions de travail liée aux exigences d’adaptabilité, de productivité, de flexibilité et  de rentabilité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires