En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Scepticisme

Réforme de l’assurance chômage : la CFDT tombe à son tour dans le doute

Publié le 18 septembre 2018
A l’approche de la publication de la lettre de cadrage gouvernemental de la négociation sur l’avenir de l’assurance chômage, les dirigeants des organisations salariales se montrent décidément fébriles. Après Pascal Pavageau, le secrétaire général de la CGT-FO, et ses problèmes de vue quant au positionnement du Medef, c’est au tour de Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, de perdre son calme.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’approche de la publication de la lettre de cadrage gouvernemental de la négociation sur l’avenir de l’assurance chômage, les dirigeants des organisations salariales se montrent décidément fébriles. Après Pascal Pavageau, le secrétaire général de la CGT-FO, et ses problèmes de vue quant au positionnement du Medef, c’est au tour de Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, de perdre son calme.

Interrogé dimanche dans les colonnes de l’Opinion, Laurent Berger a fait part de ses craintes au sujet de la prochaine négociation chômage. Il a estimé tout à fait possible que le Président de la République soit tenté de « tendre un piège » aux partenaires sociaux. « Je soupçonne surtout le gouvernement de nous tendre un piège. Nous attendons la lettre de cadrage mais je redoute qu’elle ne pose des objectifs inatteignables » a-t-il en effet affirmé. Offensif, il a promis de ne pas « laisser faire » l’exécutif en cas de négociation uniquement guidée par un impératif « budgétaire » : « Nous ne sommes pas dupes: nous n’accepterons pas la lettre de cadrage s’il n’y a qu’un angle budgétaire. Je le répète, si c’est un jeu de dupes, avec des injonctions inatteignables, et des chances de réussite faibles, alors on ne laissera pas faire ».

« Je soupçonne surtout le gouvernement de nous tendre un piège. Nous attendons la lettre de cadrage mais je redoute qu’elle ne pose des objectifs inatteignables » 

La défense du bilan

Bien remonté contre l’exécutif, Laurent Berger a insisté sur le bilan positif de la gestion paritaire de l’assurance chômage. Il a ainsi vanté les mérites de l’accord sur l’assurance chômage signé au début de l’année : « sur l’assurance chômage, les partenaires sociaux ont trouvé un accord, qui permet de faire 800 millions d’euros d’économies par an » et qui doit permettre un retour « à l’équilibre budgétaire d’ici 2020 ». D’après M. Berger, ce résultat est d’autant plus notable que l’Unédic doit prendre en charge « des dépenses de la responsabilité de l’État ». « Et l’assurance chômage assume une part des dépenses de la culture – avec les intermittents du spectacle -, des dépenses de Pôle emploi, des frontaliers, alors que ce sont des dépenses de la responsabilité de l’État » précise-t-il en l’occurrence. 

La CFDT en position difficile

L’agacement affiché par Laurent Berger est probablement à mettre en lien avec la situation difficile dans laquelle se trouve la CFDT à l’approche de la négociation sur l’assurance chômage. D’une part, l’organisation modérée demeure largement mise à l’écart des processus d’élaboration des réformes sociales, bien plus en tout cas qu’elle n’en a l’habitude depuis le début des années 1990. D’autre part, M. Berger n’ignore pas que, dans le cas de la réforme de l’assurance chômage comme dans d’autres d’ailleurs, le Medef pourrait tout à fait s’accommoder des positions gouvernementales, fussent-elles défendues et portées contre le paritarisme. Dans cette configuration, le patron de la CFDT a bien compris que son organisation a bien des chances de laisser quelques plumes et de manger quelques chapeaux dans le cadre la négociation chômage à venir. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires