En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 44 sec
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 28 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 3 heures 12 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 5 heures 20 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 43 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 6 heures 18 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 43 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 1 heure 11 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 44 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 41 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 5 heures 48 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 6 heures 9 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 43 min
© Olivier Douliery / AFP
© Olivier Douliery / AFP
Diplomatie

Xi Jinping, Kim Jong-un, Poutine, Trudeau, Erdogan… : comment jouer avec Trump au "jeu de la poule mouillée" ?

Publié le 17 septembre 2018
Le président américain a défié de nombreux dirigeants du monde entier ces derniers mois mettant en péril l'économie mondiale.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président américain a défié de nombreux dirigeants du monde entier ces derniers mois mettant en péril l'économie mondiale.

Pas facile ! Le « jeu de la poule mouillée » est celui où un joueur en défie un autre, pour savoir jusqu’où il pourra tenir. Donald Trump menace ainsi de quitter l’Alena, l’accord commercial qui lie les États-Unis au Mexique et au Canada (Nafta en anglais), sous prétexte que ces derniers y seraient trop avantagés. Il menace d’augmenter les droits de douane, puis le fait, puis menace de les augmenter encore, jusqu’à ce que l’un (Mexique), puis l’autre (Canada), cède. Chaque joueur connaît le rapport de force. Chacun sait aussi jusqu’à quand résister aux États-Unis : avant les élections intermédiaires américaines, pour que Donald Trump puisse se glorifier d’avoir gagné.

« Poule mouillée » ? « Game of chicken » en théorie des jeux : nous nous souvenons du film de 1955, « La fureur de vivre » (Rebel Without a Cause) avec James Dean et de sa joute contre le chef de la bande dans laquelle il veut entrer. Est admis celui qui reste le plus longtemps possible dans une voiture qui roule vers un précipice, à côté de l’autre voiture, conduite par le chef de la bande. Freiner ou sauter trop tôt, c’est être une « poule mouillée », donc perdre. Gagner, c’est donc résister le plus longtemps possible, plus que l’autre, qui cède.
 
Aujourd’hui, les Etats-Unis jouent à ce même jeu avec de plus en plus de « partenaires ». Mexique, Canada, puis Corée du Nord, Chine, Russie, Turquie, Allemagne… Evidemment, ils ont un objectif économique : rester autant que possible le premier PIB du monde. Il s’agit pour eux de conduire le plus longtemps l’automobile… vers le précipice ? Pour y pousser les autres ? Cet objectif économique, largement symbolique, dicte pour l’essentiel leurs actions diplomatiques. C’est ainsi qu’ils jouent au jeu de la « poule mouillée » avec « l’autre ». Mais cet « autre » n’est pas forcément une poule mouillée. Il est évidemment plus faible, mais peut préparer des stratégies de rechange, de revanche, d’alliances, parfois à son détriment (avec moins de libertés publiques par exemple), parfois dangereuses, sous la pression de la crise. Trump veut des joutes. Il pousse à séparer et diviser les joueurs pour les défier individuellement, et gagner. Mais ceci peut tout aussi bien les pousser à d’autres alliances, puisqu’ils ont vu « la fureur de vivre » !
 
Entretemps, Donald Trump déstabilise le paysage économique mondial. Comme le Mexique sait qu’il va perdre dans la signature du nouvel Alena, il peut nouer des alliances avec la Chine pour y produire des automobiles, sachant qu’il a des coûts de production encore plus bas qu’elle ! Le risque de déstabilisation des « chaîne de valeur » est conséquent. La réponse à ce même « jeu » du Canada est simple : les États-Unis représentant 40% de ses exportations. Ils devront céder, mais n’oublieront pas et chercheront aussi de nouveaux alliés : Vancouver est (presque) un port chinois. 
 
Le jeu sera plus tendu avec la Chine : les États-Unis augmentent leurs droits de douane, et menacent de continuer (comme toujours). Ils renforcent la surveillance de leurs droits de propriété, demandent à ce que leurs entreprises puissent s’y installer et les contrôler, notamment les banques. Ils veulent que le yuan ne soit pas « manipulé », ce qui veut dire ne baisse plus par rapport au dollar. La Chine sait que les États-Unis veulent la freiner dans sa croissance par l’export, au risque de la déstabiliser, les pays émergents avec. Mais elle sait aussi que Trump se disperse et ne peut gagner partout. Elle négocie donc un peu, vend des actifs aux États-Unis, n’achète plus leurs bons du trésor, renforce ses liens en Asie et en noue plus en Afrique, là où les États-Unis sont pris au piège de la baisse de leurs aides et de leurs crédits.
 
La zone euro entre alors dans la danse. L’euro est accusé par Donald Trump d’être manipulé, sous prétexte de son fort excédent commercial, en fait de celui de l’Allemagne et de ses Mercedes. Où tout cela va-t-il… conduire ?
 
En économie, nous ne savons pas traiter ce monde où les États-Unis (alias Donal Trump) avancent jusqu’à ce que les autres cèdent et deviennent « la poule mouillée » aux yeux de tous. « Canal de l’incertitude » est le mot élégant qu’ont trouvé les économistes pour dire qu’ils sont égarés, dans cet univers trumpien. Ce canal, en effet, ne mène pas, par définition, à une destination prévisible. Avant, les théories économiques classiques nous guidaient sous la férule de leurs lois (économiques avec Smith, démographiques avec Malthus, politiques avec Marx). Puis ce fut l’heureux temps des choix néoclassiques, en quête de l’optimum (Pareto), avec les soutiens publics quand on se trompait (Keynes). Puis on nous a parlé des excès de l’état, des monopoles, du laissez-faire et de la bourse. Aujourd’hui, « l’incertitude radicale » est alimentée par Donald Trump. S’ouvrent devant nous des issues nombreuses, non probabilisables, comme autant de pistes d’atterrissage, mais plus ou moins sûres. Nous sommes face à de multiples voitures et trajets, pour aller ici ou là, sans information ni tickets retour. 
 
Les économistes sont perdus, commentant en France (ou en Europe) la croissance, le déficit, l’emploi ou les inégalités. En même temps les risques montent, face à la multiplication des jeux américains. L’idée de Trump est d’enclencher une série suffisante de succès. Les marchés se demandent ce qu’il adviendra des perdants et achètent le dollar. Et si les jeux imbriqués de poule mouillée de Donald Trump ne marchent pas comme prévu, alors c’est la crise mondiale, la recherche de l’abri le plus sûr, et le dollar monte !
 
Bref, dans ce moment où se joue la nouvelle hiérarchie des puissances mondiales (et de leurs valeurs), la bataille est celle où gagne, aujourd’hui, le plus puissant au jeu de la poule mouillée. Mais tout le monde comprend qu’il faut s’y préparer, renforcer les économies régionales, prévoir l’après dominance américaine. Nos outils économiques, adaptés à un climat coopératif, ne sont pas pertinents dans la tension actuelle. N’oublions pas que celui qui défiait James Dean, le grand chef, accroche, dans le film, sa manche à la poignée de la porte. Il ne peut plus l’ouvrir, et plonge dans le ravin. La « poule mouillée » peut se venger, ou celui qui défie tout le monde peut ne pas freiner à temps.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires