En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

03.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

04.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 52 min 33 sec
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 1 heure 45 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 3 heures 26 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 4 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 5 heures 4 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 6 heures 48 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 7 heures 20 min
© Reuters
La liste des maux qui accablent la jeunesse française ressemble pourtant à un inventaire à la Prévert, la poésie en moins.
© Reuters
La liste des maux qui accablent la jeunesse française ressemble pourtant à un inventaire à la Prévert, la poésie en moins.
Vieille histoire

Pourquoi la jeunesse française ne s’indigne-t-elle pas ?

Publié le 06 mai 2012
Les jeunes seraient-ils la dernière roue du carrosse ? Variables d'ajustement pour les entreprises, laissés-pour-compte du logement social ... Ils sont bien éloignés des préoccupations électorales des candidats. Les jeunes ne devraient-ils pas se distinguer du mythe de mai 68 pour créer leur propre mouvement d'indignation ?
Alexis Normand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Normand est diplômé d'HEC et de Sciences-Po. Il poursuit son engagement public au travers de la Fondation Concorde.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les jeunes seraient-ils la dernière roue du carrosse ? Variables d'ajustement pour les entreprises, laissés-pour-compte du logement social ... Ils sont bien éloignés des préoccupations électorales des candidats. Les jeunes ne devraient-ils pas se distinguer du mythe de mai 68 pour créer leur propre mouvement d'indignation ?

Non contents d’afficher des records de pessimisme, de chômage et de précarité, les jeunes Français font aussi preuve d’une passivité saisissante au pays de Gavroche et de Mai 68. Faute de prise de conscience collective, l’élection présidentielle est passée à côté de l’enjeu national que constitue l’avenir de la jeunesse en France. Comment expliquer cet aveuglement collectif?

La liste des maux qui accablent la jeunesse française ressemble pourtant à un inventaire à la Prévert, la poésie en moins. Sur le front de l’emploi d’abord, où l’exclusion est plus palpable, les jeunes font face à des difficultés d’insertion historiquement élevée, avec plus d’un actif sur cinq de moins de 30 ans au chômage. Selon la DARES, les actifs de 15-29 ans sont trois fois plus nombreux que leurs ainés à enchaîner les contrats précaires, CDD ou intérim, qui leur sont presqu’exclusivement réservés. Parce que même plus qualifiés, les jeunes coûtent moins chers à licencier, ils sont devenus la variable d’ajustement du marché du travail. 

Outsiders, les jeunes le sont par contrecoup sur le marché du logement, où le CDI est un sésame. Dans le parc privé, les prix se sont envolés sans que la solvabilité suive. L’INSEE a montré que le taux d’effort net pour se loger des ménages de moins de 30 ans avoisine un quart de leur revenu. C’est deux fois plus que pour les plus de 45 ans. Dans le parc social, où la mobilité est quasi inexistante, il faut attendre huit ans pour obtenir un logement social. La loi SRU en exige 20% dans chaque commune, mais 60% des ménages y sont éligibles. Comment, dans ces conditions, éviter les injustices?  

Pourtant, aucun candidat à la présidentielle n’a proposé de réforme substantielle pour redresser ces maux. La proposition de passer de 20 à 25% de logements sociaux, en deçà de l’enjeu, ne résout pas les problèmes d’attribution. Concernant l’emploi, ni les emplois aidés, qui ont déjà échoué à faire baisser durablement le chômage des jeunes, ni les contrats de génération, ni le service civique, ne répondent aux problèmes de fonds, la rigidité et le coût du travail. Le contrat unique, évoqué à gauche et à droite en 2007 reste absent du débat français.

Et puis évidemment, il y a la dette publique, qui avoisine les 85% du PIB. Les jeunes en paieront le prix fort, puisqu’ils paieront plus de prélèvements obligatoires plus longtemps. Réduire la dette en augmentant l’impôt, c’est renchérir le coût du travail et frapper les actifs d’aujourd’hui, pour rembourser les dettes contractées par leurs ainés. C’est faire perdurer un modèle dépassé.

Face à cette désintégration intergénérationnelle, pourquoi la jeunesse reste-elle passive?

Selon une première hypothèse, les jeunes n’auraient pas trouvé  de porte-voix pour exprimer leurs aspirations collectives. Et pour cause, jouer la carte des jeunes n’est pas payant électoralement, quand on sait que 30% des moins de trente ans ont voté systématiquement à tous les tours des élections présidentielles et législatives de 2007, contre plus de 60% des plus de 60 ans… Ou bien la classe politique française est-elle tout simplement déconnectée car elle est elle-même vieillissante ? L’âge moyen à l’Assemblée, 61 ans, est le plus élevé depuis 1945, et dépasse celui du Sénat. Le cumul de mandats et l’absence de proportionnel favoriseraient ceux qui se sont constitué un capital politique de longue date. Peu de changement en perspective.

Selon une dernière hypothèse, plus perverse, la jeunesse française serait prisonnière de ses propres mythes, incapable de remettre en question un modèle social façonné par la génération de Mai 68, désormais au pouvoir. La mythologie nationale assimile volontiers la jeunesse à cette révolte fondatrice, source de conquêtes sociales. Les rebelles d’hier sont devenus les conservateurs d’aujourd’hui. Le modèle est rouillé et la jeunesse s’est fait duper par une vision romantique. C’est le signe qu’elle rêve encore… 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
RF
- 06/05/2012 - 14:32
Avec H ça viendra peut
Avec H ça viendra peut être...
LSD
- 06/05/2012 - 14:00
parce qu
ils sont formatés a etre des bons petits soldats du socialisme, leur avenir s inscrit dans la fonction publique selon leurs souhaits ( sondages ).
Quand les officines de gauche les font descendre dans la rue contre les retraites ou le CPE ils obeissent au doigt et a l oeil croyant défende leurs interets alors qu ils se tirent une balle dans le pied.
Pour s emanciper il faut effectivement "tuer le père" cad le mythe 68 dont ils se pensent les heritiers alors que 68 est en fait un moyen pour la generation actuellement au pouvoir de les ecraser.
En France chaque generation doit tuer la precedente sinon elle en subit le diktat
Mémoris
- 06/05/2012 - 13:36
A COEURS DEFAILLANTS...
Sous le haut patronage socialiste de maîtres à penser de la décérébration de masse, entreprise depuis plusieurs décennies dans les écoles et à travers la presse de gauche : si habiles à intoxiquer de jeunes cervelles, mises intentionnellement en situation de conditionnement intellectuelle (voir G. Orwel) pour cause d’élevage collective de jeunes soumis sociaux,
l’idéologie marxo-socialiste ne cesse de produire en batterie des cœurs défaillants.

Or, si, « A cœur vaillant tout est possible », au nom de quoi devrait-on s’abstenir de penser que son contraire ne soit : à cœur défaillant tout…devient impossible ? C’est d’ailleurs pourquoi, sachant que les marxo-socialistes n’apprécient que l’indignation à géométrie invariable : la leur, tout mouvement d’indignation les desservant se retrouverai immédiatement convaincu de tentation fasciste.