En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 26 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 5 heures 42 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 7 heures 15 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 8 heures 57 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 11 heures 20 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 12 heures 4 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 12 heures 28 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 12 heures 44 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 13 heures 5 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 6 heures 41 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 8 heures 27 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 10 heures 59 sec
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 11 heures 30 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 11 heures 45 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 12 heures 29 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 13 heures 2 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 13 heures 26 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Money, money, money

L’ "exorbitant privilège fiscal américain" : des profits de rente (pétrole) et de monopole (nouvelles technologies) quasiment sans impôt. Que faire ?

Publié le 13 septembre 2018
De plus en plus de multinationales américaines stockent leurs profits dans des pays avec une fiscalité privilégiée.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De plus en plus de multinationales américaines stockent leurs profits dans des pays avec une fiscalité privilégiée.

Atlantico : Les économistes Gabriel Zucman et Thomas Wright, dans leur étude "the exorbitant tax privilege" ont pu dresser le profil des multinationales américaines qui stockent leurs profits dans des pays à "fiscalité privilégiée". Ainsi, en 2016, 76.5 milliards étaient comptabilisés en Irlande par ces entreprises, 43.3 milliards aux Pays Bas, ou encore 40.9 milliards à Singapore. Alors que la réforme fiscale de Donald Trump a pu être présentée comme un moyen de lutter contre ce phénomène, peut-on d'ores et déjà en mesurer les résultats ? 

 
Jean-Paul Betbeze: Oui, on peut mesurer ce phénomène dans la montée actuelle des bourses américaines, avec encore du mieux dans la croissance et l’emploi, toujours au plus haut, mais pas dans les hausses de salaires ! Paradoxe si l’on veut, c’est en fait l’achèvement d’une stratégie ancienne. La réforme fiscale de Donald Trump, en abaissant les impôts sur les profits des multinationales américaines, hors impôts car non encore rapatriés aux États-Unis, entérine une course à la baisse des impôts, et donne raison aux entreprises qui attendaient. Elles attendaient un traitement fiscal plus « aimable », sachant qu’en bonnes patriotes leurs profits étaient, quand même, investis en bons du trésor américain. Barak Obama leur demandait régulièrement de faire leur devoir et de payer 35% d’impôts. Elles ont plutôt attendu Donald Trump qui les a taxées à 15,5% si l’argent revenait avant fin 2017. Un tiers du trillion (estimé) de dollars de profits ainsi parqué est revenu. Le reste devrait suivre.
 
C’est du Donald Trump pur sucre : conforter la croissance américaine par l’effet richesse, autrement dit par la hausse des bourses. En effet, les 300 milliards de dollars revenus au bercail en décembre ont payé l’impôt, en vendant leurs bons du trésor, ce qui ne s’est pas vu, puis ont racheté les actions de leur société pour en faire monter le cours. Pas plus d’investissements, ils sont déjà élevés. Pas plus de salaires : il s’agit d’Apple ou de Facebook, dont les salariés sont à l’abri du besoin, et aussi leurs descendants !
 
Surtout, le travail remarquable de Gabriel Zucman et Thomas Wright, qui exploitent pour la première fois les données issues de la dernière loi fiscale américaine, explique le miracle américain : comment le pays le plus endetté du monde gagne-t-il autant d’argent à l’extérieur ? Les entreprises américaines ont-elles une expertise particulière, pour être plus rentables que leurs concurrentes ?
 
La réponse est non : les entreprises américaines ne sont pas plus rentables : elles exploitent des situations de rente, puis de monopole, en payant moins d’impôts !
 
Ces profits viennent en effet, pour moitié, de l’industrie pétrolière, donc de la rente pétrolière, et les taxes des pays producteurs y ont brutalement baissé, passant de 70% à 40%... après la Guerre du Golfe. En « paiement » de la protection américaine ? Puis, l’impôt sur les bénéfices a continûment baissé depuis mi-1990, mais ceci n’a pas empêché les multinationales non pétrolières de mettre leurs profits dans des havres fiscaux, de 20% à 50%, incités en cela par les autorités américaines ! Jusqu’aux profits des GAFA, clairement monopolistiques.
 
 
 

Quels sont encore les avantages que ces entreprises peuvent retirer de cette détention à l'étranger de leurs profits ? Peut-on estimer que ce phénomène pourrait refluer de façon encore plus significative ? 

 
C’est du protectionnisme financier. Les profits des entreprises américaines viennent donc du parapluie militaire pour le pétrole et de la révolution de l’information, pour les GAFA. Gardés à l’extérieur, liquides, ils peuvent être facilement mobilisés pour des investissements industriels, et surtout financiers. En même temps, ils dissuadent de toute action hostile.
 
 
C’est du protectionnisme boursier, quand ces montants sont rapatriés pour racheter les actions et faire monter les cours. Apple à 1 000 milliards de dollars a montré le chemin à Amazon, et les autres vont monter, fusionner, inachetables donc.
 
Ce phénomène reflue quand les dieux boursiers trébuchent. Facebook est tellement soucieux de vendre ses informations, qu’il ne demande pas si les acheteurs ne seraient pas Russes. Apple pourrait ne pas toujours réussir à innover et à répondre à ses concurrents chinois, qui vendraient deux fois moins cher, au moment où le Président Trump leur demande de produire au pays ! Il y a toujours des problèmes, amplifiés à ces niveaux de valorisation.
 
 

Quelles sont les leçons à en tirer pour les pays européens ? 

 
La première leçon est qu’il n’y a pas de miracle organisationnel américain qui ferait de leurs entreprises des unités super-efficaces. Les États-Unis ont eu, des années durant, un avantage militaro-fiscal tiré de la rente pétrolière. Çà aide. Ils ont ensuite renforcé le génie de Steve Jobs et de Mark Zuckerberg en leur faisant payer la moitié des impôts de leurs concurrents, et sans les embêter sous le prétexte qu’ils abuseraient de leur position dominante. Çà aide aussi.
 
La première leçon à tirer est de diffuser ces travaux !
 
La deuxième est, en Europe, de mesurer les « marchés pertinents » à l’aune de l’économie mondiale pour étudier, et permettre, les concentrations.
 
La troisième leçon est de baisser les impôts !
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires