En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 46 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 30 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 58 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 42 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 49 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 21 heures 12 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 47 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 22 heures 5 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 15 heures 11 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 40 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 18 heures 13 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 19 heures 10 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 20 heures 8 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 21 heures 5 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 18 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 57 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 22 heures 9 min
© DR
Désormais le séjour de rêve a lieu au St Régis de l’île Maurice pour un nouveau trip surf et des spots parmi les plus prisés au monde.
© DR
Désormais le séjour de rêve a lieu au St Régis de l’île Maurice pour un nouveau trip surf et des spots parmi les plus prisés au monde.
Grand Large

Danser avec les requins, kite surf de luxe, à la découverte de tribus coupées du monde... Évadez-vous!

Publié le 06 mai 2012
Nouveau rendez-vous Atlantico. Découvrez les requins d'Australie, le kite Surf de luxe à l’Ile Maurice, Silolona, le joyau de l’Indonésie et le voyage d'Arnaud Delattre, Président, Starquest Capital.
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nouveau rendez-vous Atlantico. Découvrez les requins d'Australie, le kite Surf de luxe à l’Ile Maurice, Silolona, le joyau de l’Indonésie et le voyage d'Arnaud Delattre, Président, Starquest Capital.

Danse avec les requins

L’Australie est un pays de fou : les requins, le surf, les kangourous, le foot australien, le bout du monde. Une journée d’avion pour s’y rendre. Bref, une destination peu commune et un pays que l’on ne visite pas tous les week-ends. Mais surtout un pays qui vous marquera. Figurant au 190e rang (sur 192) du classement des densités géographiques, l’Australie est une des rares destinations dont l’environnement ainsi que la faune et la flore ont été préservés. Ce qui en fait un véritable théâtre d’expression libre pour la nature. Ainsi environ 85% des plantes à fleurs, 84% des mammifères, plus de 45% des oiseaux et 89% des poissons du plateau continental sont des espèces endémiques. C’est-à-dire des espèces qui, en dehors de l’Australie, n’existent pas. A pays de fou, voyage de fou et donc expériences de fou. Ca tombe bien, la proposition de destination qui suit est à des années lumières de la banalité.

Le cadre ? Ningaloo Reef. Une barrière de corail longue de 260 km, allant de Bundegi Reef jusqu’à Amherst Point. Ce paradis marin est le plus grand récif corallien immergé au monde. Plus de 500 espèces animales y résident ainsi que 220 espèces de corail. Dauphins, baleines à bosse, tortues ou raies manta sont autant de rencontres possibles. Mais rien, absolument rien n’est à la hauteur des sensations éprouvées en nageant aux côtés des requins-baleines.

Nager avec des requins oui, et pas n’importe lesquels. Ces mammifères marins sont considérés comme les plus gros poissons du monde. 20 mètres de long, 34 tonnes, une peau de 15 centimètres et 3 000 dents mais zéro danger pour l’être humain puisqu’ils ils ne s’alimentent qu’à base de plancton et de petits poissons. Cette expérience est unique au monde car ces «ambassadeurs des mers» ne sont plus légions. Espèce menacée, ils ont atteint le premier niveau d’extinction et ne sont désormais observables qu’à quelques rares endroits sur Terre.

Tout cela se passe à Sal Salis, camp de luxe à l’intérieur du Parc National de Cape Range. Situé à 1200 km au nord de Perth et en bord de mer, Sal Salis est coupé de toute civilisation. Le camp propose des séances de plongée à la découverte de la barrière de corail, mais pas seulement. Car Sal Salis a cela d’exceptionnel de se situer entre deux sites magnifiques : Ningaloo Reef et le Parc National de Cape Range. Pour visiter ce dernier, plusieurs excursions sont possibles, à la découverte des wallaroos, des kangourous rouges et de nombreuses autres espèces.

Situé au milieu de la faune et de la flore australienne, le camp expose ses occupants à la vue et aux bruits de la nature tout en conservant un confort haut de gamme. Il se plie par ailleurs à des règles strictes. L’énergie est générée par le soleil, l’eau est gérée minutieusement et le recyclage y est monnaie courante. Tant d’arguments qui font de ce séjour à Sal Salis et de cette danse avec les requins un véritable voyage de fou.

Techniquement

Autres trucs de fou : Kangooroo Island (safari marin), Arhnem Land, surf sur plage, voilier dans la baie de Sydney, rouler en Harley Davidson…
Barrière de corail magnifique. Nager avec des requins baleines. Parc National à proximité.
Style : Camp de luxe en bord de mer
Nombre de tentes : 9 avec salles de bain privées et vue sur l’océan.
Période favorable : Avril à Juin
Enfants : pas de limite d’âge
Activités : Nage avec les requins, observation de la faune, pêche, plongée, randonnées, observation des étoiles, kayak.
Localisation : Sal Salis, à 70 km d’Exmouth, 1 200 km au nord de Perth. Pour s’y rendre prendre l’avion de Perth à Exmouth puis par voiture jusqu’à Sal Salis (réserver à l’avance).

(Cliquez sur la carte pour l'agrandir)

Kite Surf de luxe à l’Ile Maurice

65, c’est le nombre d’hôtels à l’Ile Maurice. Plusieurs autres en sont encore au stade de projet ou en construction. C’est énorme pour un pays de 1 800km², soit 375 fois plus petit que la France, mais qui compte plus d’hôtels au kilomètre carré que la quasi totalité des autres destinations mondiale. Une abondance qui place Maurice dans le groupe de tête en ce qui concerne la densité de chambres hôtelières dans le monde. Mais pourquoi une telle profusion d’offres ? Simplement parce qu’au fil du temps l’île Maurice a su se positionner comme un gage de séjour réussi. Jouissant d’un faible décalage horaire avec l’Europe, elle permet aux touristes de retrouver un climat estival au beau milieu d’un hiver souvent froid et humide.

Plus encore, l’île Maurice a fait de sa population une image de marque. Reconnus dans le monde entier pour leur hospitalité, les Mauriciens jouent beaucoup dans le succès international de leur île. Enfin le décor est grandiose. Les gorges de la Rivière Noire, la cascade de Chamarel et les terres de sept couleurs sont autant d’endroits fantastiques à visiter. Le tout avec en toile de fond la montagne du Morne-Brabant, haute de 555 mètres et classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008. Autant d’arguments qui incitent les différents groupes à construire de nouveaux hôtels sur cette petite île de l’océan indien. Mais cette profusion d’offres pousse également les hôtels à se spécialiser. Chacun se positionne d’une manière précise et différente et tente d’attirer les clients avec un projet exceptionnel. C’est le cas du St Régis.

Fameux groupe hôtelier créé en 1904 par le Colonel John Astor à New-York, la marque St Régis s’est exportée à travers le monde et notamment à Londres, Singapour ou Bali. Et pour son ouverture à l’île Maurice, le groupe a décidé de miser sur le kite-surf, aussi étonnant que cela puisse paraître pour un hôtel 5 étoiles très haut de gamme. Finis les trips kite-surf avec une fourgonnette, une planche et un sac de couchage direction le camping de Leucate ou d’Essaouira.

Désormais le séjour de rêve a lieu au St Régis de l’île Maurice pour un nouveau trip surf et des spots parmi les plus prisés au monde. D’autant que l’emplacement unique du St Régis lui offre un avantage certain. Placé sur la côte exposée au vent de l’île, l’hôtel propose aux professionnels, amateurs ou néophytes de kite surf une expérience unique sur un terrain de jeu protégé par une barrière de corail. Preuve de son succès, un festival de kite surf, le Mauritius Kite Jam Sports & Musical Festival, se tient tous les ans au mois d’octobre depuis 2010 sur le spot du Morne.

Plus de 300 surfeurs ou kite surfeurs sont présents chaque année dont certains grands noms du milieu de la glisse comme Peter Tyushkevic, champion du monde en 2009, ou Alberto Rondino, champion d’Europe en 2010. Et l’autre avantage du spot du Morne, c’est le vent. Il est garanti 300 jours par an au minimum et souffle presque exclusivement de côté, ce qui permet de sécuriser les lancements comme les réceptions en kite surf. Le tout dans un cadre beaucoup plus confortable qu’un camping ordinaire.

Car pour vous faire dorloter après une journée d’efforts, difficile de trouver meilleur endroit que le St Régis à l’Ile Maurice.

Techniquement

Cadre exceptionnel. Meilleur spot de kite-surf de l’île Maurice. Population accueillante.
Style : Hôtel 5 étoiles en bord de mer
Nombre de chambres : 173 dont 3 villas privées (300m²) et 49 suites (de 76 à 214m²)
Une magnifique piscine
Cinq restaurants (spécialités créole, française, asiatique et indienne)
Service de majordome 24h/24
Date d’ouverture : 15 septembre 2012
Période favorable : Novembre à Mars
Enfants : pas de limite d’âge
Activités : Kite-surf, plongée, pêche, tennis, fitness, activités nautiques
Localisation : Ile Maurice, près de la plage du Morne-Brabant, au Sud-ouest de l’île.

(Cliquez sur la carte pour l'agrandir)

Silolona, joyau d’Indonésie

Dénaturés les Inuits. Dénaturés les Iroquois et autres Zoulous. Dénaturés ils l’ont été par ces hordes de touristes avides de fantastique et de clichés en compagnie de tribus moins évoluées. Des touristes qui n’ont eu comme influence que de les moderniser et de les priver de leur aspect authentique. En partie du moins. Pourtant certaines peuplades parviennent toujours aujourd’hui à rester à l’abri de la modernisation et de la folie des séjours touristiques traditionnels. Notamment en Indonésie. La raison ? Aucune route ne mène à leurs villages.

Pour les croiser, il faut prendre un bateau car pas question de s’y rendre en avion ou hydravion. Cela serait jugé irrespectueux pour leur environnement. Mais attention, il ne s’agit pas d’un voyage classique pour prendre quelques photos. Non, il s’agit ici d’aller à la rencontre de ces tribus, de leur parler, pour mieux comprendre leur culture et leur quotidien. Et surtout il s’agit de les respecter. Ce voyage est génial, et pour cause, il a cela d’exceptionnel d’être unique au monde.

A l’origine de ce projet, une Américaine étonnante, Patti Seery. Débarquée en Indonésie en 1981, cette ancienne architecte en écume ses moindres recoins jusqu’à ce qu’une idée lui vienne. Celle de faire découvrir à sa manière cette région du monde qu’elle a découverte il y a maintenant 30 ans et qu’elle n’a jamais, depuis, cessé d’aimer. Elle entame alors la construction de son navire, dans la plus pure tradition indonésienne et avec l’aide des toutes dernières familles de charpentiers de la communauté Konjo, dans l’île de Sulawesi.

Long de 47 mètres et pouvant accueillir jusqu’à 10 passagers, le Silolona est une sorte de goélette bâtie sur le modèle des traditionnels phinisi. Utilisés, aux XVIIIe et XIXe siècles pour la pêche et le transport des épices, ils sont désormais majoritairement munis de moteurs, et font du Silolona une exception ainsi qu’une sorte de vestige d’une époque révolue. En fonction des moussons le navire vogue de novembre à février dans la mer des Andamans et l’archipel peu connu des Mergui. Le reste du temps il parcourt  les archipels indonésiens, depuis la Nusa Tenggara jusqu’aux îles les plus extrêmes, les Irian Jaya en Papouasie.

Résolument authentique de l’extérieur, le Silolona, baptisé ainsi en référence à une légende locale, est en revanche tout ce qu’il y a de plus moderne à l’intérieur. Pour le moindre besoin, à bord comme à terre, seize membres d’équipage sont à disposition et troquent, le soir venu, leurs uniformes pour une guitare et quelques morceaux de musique au clair de lune. Le tout assaisonné par les récits d’aventures de Patti Seery.

Les séjours à bord du Silolona sont privés et ajustables en fonction des désirs des passagers. Chacun est libre de choisir sa propre expérience, son propre programme et de décider où aller et quels endroits visiter. Des photographes, écrivains, naturalistes ou experts du textile peuvent même accompagner la croisière pour y apporter un côté encore plus ludique. Des équipements de plongée sont disponibles pour, dès l’ancre jetée, explorer les fonds marins les plus étonnants d’Asie.

Sept jours durant, le Silolona sillonne les îles indonésiennes, à son rythme. Plus qu’un voyage ou qu’une croisière c’est une aventure sur-mesure et hors du temps, à la découverte de l’Indonésie, à la sauce Patty Seery.

Techniquement :

Une expérience unique au monde sur un bateau tout aussi unique. Découverte de lieux méconnus grâce à une experte de la région. Croisière privée dans une région reculée.
Type : Croisière privée sur un phinisi de 47 mètres de long
Nombre de chambres : 5 dont 3 suites spacieuses et confortables
Un restaurant
Période favorable: Toute l’année, itinéraire variable selon les saisons
Enfants : pas de limite d’âge
Activités : Expéditions, plongée, jet-ski, kayak
Localisation : Flores Island. Par avion, hydravion ou hélicoptère depuis Bali.

(Cliquez sur la carte pour l'agrandir)

 

"Comment un voyage à New York a changé le cours de ma vie"

"Nous sommes en 1983, je suis en passe d'obtenir mon diplôme d'Ingénieur Agronome, avec une carrière toute tracée dans la Recherche ou l'Agriculture. il y a bien ces travaux pratiques de zootechnie qui ont déjà fait vaciller mes certitudes quant à ce destin, avec ces séances de pose d'éponges vaginales sur des brebis pour leur envoyer le bouc et synchroniser les ovulations et donc les naissances. Mais j'ai encore la foi. Et puis il y a ce stage de fin d'année à New York. 6 mois à agir dans le cadre de promotion des vins français; la découverte de cette ville lumière, du monde de l'entreprise, de ce qui va vite (plus en tout cas que le rythme des saisons). Je ferai l'ESSEC, je ferai du Marketing dans la lessive, puis du Conseil en Stratégie puis de la Direction Générale d'entreprises, avant de devenir Investisseur en Capital Risque et de soutenir l'innovation technologique. Mes brebis sont loin. Je les croiserai peut-être à nouveau sur un projet lié aux sciences vétérinaires qui sait? En tout cas New York a décidé d'un changement radical de direction dans ma vie."

Arnaud Delattre – Président, Starquest Capital

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Niala
- 08/05/2012 - 00:19
contradiction révélatrice
Bonjour,
Dans la même phrase, le requin de l'illustration est tout d'abord un mamifère (ce qu'il n'est pas) puis devient un poisson, (ce qu'il est).

L'auteur a du penser qu'un requin baleine (rhincodon typus) pouvait être de deux espèces distinctes sans problème, un peu mamifère par baleine et le reste en poisson par requin. Article dicté mais non relu, c'est cela ? Donc la faute à la secrétaire ?

Par ailleurs, oui, de belles destinations dans l'article , mais la confiance dans son contenu en a pris un coup dès le premier paragraphe. Dommage.
Niala