En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 2 heures 42 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 3 heures 20 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 5 heures 15 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 6 heures 33 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 8 heures 39 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 11 heures 6 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 2 heures 57 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 4 heures 24 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 5 heures 54 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 7 heures 13 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 8 heures 56 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 9 heures 25 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 11 heures 18 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Sceptique

Pourquoi le roman noir du prélèvement à la source ne fait que commencer

Publié le 07 septembre 2018
Le prélèvement à la source, projet défendu par le gouvernement, continue de semer le doute chez la plupart des économistes mais aussi dans les milieux politiques, de gauche et de droite confondus.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le prélèvement à la source, projet défendu par le gouvernement, continue de semer le doute chez la plupart des économistes mais aussi dans les milieux politiques, de gauche et de droite confondus.

Ils avaient la mine réjouie le 4 septembre au soir, qu’il s’agisse d’Emmanuel Macron, Edouard Philippe ou Gerald Darmanin, comme s’ils avaient conquis l’Everest après une série de péripéties qui laissaient à penser qu’ils étaient prêts à faire demi-tour avant d’avoir atteint le sommet. Pourtant, le doute qui avait été distillé pendant des semaines n’a pas été dissipé pour autant. Il subsiste un grand scepticisme sur le bienfondé du projet aussi bien chez la plupart des économistes que dans les milieux politiques qu’ils soient de droite ou de gauche. Et qui seraient tentés d’invoquer la célèbre formule de Molière « mais que diable allait-il faire dans cette galère ? « 

En fait, la France traîne ce boulet depuis trois quarts de siècle : le prélèvement à la source avait été mis en pratique par le régime de Vichy avec un impôt sur le revenu bien différent et alors que l’informatique n’existait pas. C’est Jacques Chirac qui a repris l’idée, alors que les réformes fiscales successives avaient conduit à un système d’une grande complexité qui rendait sa mise en oeuvre délicate. Au demeurant, à l’époque, le prélèvement à la source apparaissait comme le stade ultime d’une série d’étapes qui devaient organiser un véritable big bang fiscal qui aurait nettoyé les écuries d’Augias des sédiments qui avaient proliféré au fil du temps. Malheureusement, les gouvernements successifs ont renoncé à engager les réformes prévues pour se contenter de promouvoir la mesure technique du prélèvement qui devait intervenir à la dernière étape, en ayant fait l’impasse sur tout le reste.

C’est d’autant plus fâcheux que l’impôt sur le revenu concerne moins de la moitié des contribuables et qu’il rapporte peu. Il est très concentré puisque dix pour cent des assujettis acquittent 70% du produit. Pas étonnant que le prélèvement à la source soit le  favori des sondages comme l’était l’ISF parce que dans la pratique il concerne seulement une minorité de personnes. Mais c’est une minorité qui a de la voix parce qu’elle comporte une population influente au niveau des entreprises, des travailleurs indépendants et de certains retraités. Le gouvernement a contribué lui -même à entretenir le doute et à fabriquer de l'inquiétude en annonçant régulièrement des aménagements à son projet initial ; certains contribuables gagneront un an de répit, en attendant que les logiciels fonctionnent parfaitement, tandis que l’injustice concernant les crédits d’impôt va être réparée.

Mais on peut prévoir que chaque jour verra surgir d’autres doléances, à commencer par ceux qui sont en haut de la pyramide fiscale qui vont s’insurger contre l’importance de la facture à payer au départ, même si on leur affirme que rien ne changera sur le prélèvement total en fin d’année. Citons aussi un aspect qui n’avait pas été perçu par l’administration et qui concerne les jeunes qui entrent dans la vie active : ils devront payer l’impôt immédiatement, alors qu’ils bénéficiaient jusqu’ici d’un répit d’une année avant de débourser le premier centime, ce qui leur permettait de s’installer dans la vie et d’avoir un peu de trésorerie devant eux. Il faut s’attendre à l’annonce de nouvelles rectifications ou modifications jusqu’à la date de l’entrée en vigueur officielle.

Tout cela contribue à créer un climat anxiogène dans un pays où les affaires fiscales prennent toujours une importance exagérée, parce que la France est incapable d’organiser un système basé sur des idées simples. Conséquence : la belle image de la conquête du pouvoir d’Emmanuel Macron s’est ternie brutalement : le doute est revenu au galop devant ses hésitations, la confiance de l’opinion est en chute libre, ce qui pourrait rapidement avoir une influence sur la croissance. C’est le plus beau croc en jambe que François Hollande, l’initiateur de la réforme a tendu à son successeur qui n’était pourtant pas tenu de la mettre en oeuvre, pour le déstabiliser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires