En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 4 heures 53 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 5 heures 48 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 10 heures 16 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 13 heures 28 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 14 heures 6 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 5 heures 24 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 6 heures 51 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 7 heures 42 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 10 heures 8 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 11 heures 14 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 13 heures 52 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 14 heures 11 min
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Disraeli Scanner

Un Brexit deal à la canadienne, la solution vers laquelle les Leavers et Michel Barnier semblent converger

Publié le 06 septembre 2018
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraëli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraëli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Londres,
Le 5 septembre 2018
 
Mon cher ami, 
 
Au risque d'accumuler les références cinématographiques désobligeantes pour notre Premier ministre, Theresa May me fait penser à Basil dans Fawlty Towers, cette série télévisée de la fin des années 1970. Pris régulièrement en flagrant délit de ratage, Basil, le patron d'hôtel immortalisé par John Cleese, ne reconnaît jamais qu'il a tort et défend mordicus le bien fondé de ses décisions. La question, me direz-vous, est de savoir qui sera sa Sybil - devant qui Basil finit toujours par filer doux: le peuple britannique ou la Commission Européenne? 
 
Et si le dilemme était tranché par le fait que les partisans du Brexit et Michel Barnier tombent d'accord sur un accord de type canadien? C'est en effet le résultat le plus important de la semaine. Tandis que nous travaillons avec David Davis, depuis sa démission, à un plan alternatif au plan de Chequers, calqué sur le modèle de l'accord signé en 2016 entre le Canada et l'Union Européenne, Michel Barnier vient de faire savoir à une délégation de députés britanniques que le plan de Chequers était, selon lui, enterré, et qu'il fallait prendre modèle, si l'on voulait un accord sur le traité entre le Canada et l'Union Européenne! 
 
Pour faire vite, la grande différence avec le plan de Chequers tient à ce que la Grande-Bretagne ne continuerait pas à se soumettre aux normes de l'UE comme le prévoit le plan de Chequers et n'aurait pas à se recourir aux arbitrages de la Cour Européenne. L'accord avec le Canada est fondé sur la reconnaissance réciproque des normes sur une proportion donnée de produits, modulable et révisable, et sur le recours, en cas de litige, à un tribunal d'arbitrage établi en commun. Ajoutons, point essentiel, que la Grande-Bretagne reprendrait le contrôle des flux migratoires puisque le traité ne porte que sur la liberté d'échange des biens et des services. Le point d'achoppement qui reste est celui de l'Irlande du Nord, que l'Union Européenne, contre toute prudence historique et politique, s'obstine à vouloir maintenir dans le marché unique européen. Un peu comme si l'on avait expliqué à Ottawa qu'il fallait un statut spécial pour le Québec dans l'accord. 
 
Mon cher ami, je ne sais pas ce qu'il en adviendra mais le fait est que la convergence entre David Davis et Michel Barnier pourrait permettre une sortie par le haut. Le parti conservateur, globalement libre-échangiste - trop, à mon goût - pourrait se rallier à un tel accord. Le Labour se diviserait à son propos. Il faut juste trouver à Theresa May un moyen de sauver la face. Si elle abandonnait le plan de Chequers instantanément, on peut imaginer que ses soutiens s'effondreraient comme une avalanche. Elle va donc vraisemblablement continuer à proclamer "C comme.... Chequers" jusqu'à ce qu'un plaisantin réplique "C comme....Canada" et déclenche un pas de danse du Premier ministre et les applaudissements de la salle. 
 
Je ne sais pas si nous sommes dans Fawlty Towers ou dans un théâtre de l'absurdité politique comme le monde postmoderne sait le mettre en scène. Nous allons devoir faire avec le débat quelque peu anarchique qui traverse les deux grands partis. Sans compter qu'à Bruxelles, on ne s'ennuie pas plus qu'à Londres: la Commission vient de proclamer une interdiction pour les capitales européennes d'organiser des séminaires bilatéraux avec Londres. Michel Barnier ne tient pas plus ses troupes que Theresa May. 
 
Rien n'est fait, donc. Mais une solution raisonnable - et révisable dans le sens des intérêts britanniques - est à portée de main. Ma seule véritable crainte c'est que Boris Johnson semble se rallier à la solution canadienne.....
 
Bien fidèlement
 
Benjamin Disraëli
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires