En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 1 min 24 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 4 heures 5 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 17 heures 7 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 18 heures 50 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 1 jour 10 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 4 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 16 heures 35 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 18 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 19 heures 18 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 1 jour 24 min
© FRED DUFOUR / AFP
© FRED DUFOUR / AFP
Revenant

Ce que les critiques de François Hollande sur Emmanuel Macron révèlent (de gênant) sur lui même

Publié le 02 septembre 2018
François Hollande n'est pas en reste de critiques sur le nouveau chef de l'Etat. Mais toutes ces critiques révèlent peut-être ses propres défauts de gestion de l'Etat et de sa famille politique.
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande n'est pas en reste de critiques sur le nouveau chef de l'Etat. Mais toutes ces critiques révèlent peut-être ses propres défauts de gestion de l'Etat et de sa famille politique.

Atlantico :  A l'occasion d'une interview donnée à Europe 1, François Hollande a commenté la démission de Nicolas Hulot en déclarant : "S'il a pensé qu'il n'avait pas les moyens de poursuivre son action et de contrecarrer l'influence de lobbies notamment dans le domaine qui est le sien, il a eu raison", venant ainsi critiquer une nouvelle fois l'action du gouvernement. Si derrière la réelle divergence de personnalité, il est possible d'avancer que le hollandisme n'est pas fondamentalement différent du macronisme en termes d'orientations politiques, comment comprendre ces critiques ? 

Jean Petaux : On constate, chaque semaine pour ne pas dire chaque jour, qu’à la faveur de sa « tournée » « Dédicaces et tête de gondole (des rayons de librairies)… » que François Hollande ne manque presqu’aucune occasion, avec des modes opératoires variés, sur des terrains différents qui tiennent à l’actualité nationale ou internationale, de s’exprimer. Cette parole est d’ailleurs autant mal ressentie par l’Elysée (il y a de quoi) que par la direction du PS (il y a de quoi aussi, mais pour d’autres raisons évidemment). Même si François Hollande ne vise pas systématiquement et directement Emmanuel Macron ou Olivier Faure, l’interprétation qui est faite de ses propos, la compréhension (plus ou moins capillo-tractée par les traducteurs du « Hollande courant », ramènent toujours la parole de l’ancien président de la République à une critique plus ou moins cachée de ses successeurs (l’actuel locataire de l’Elysée et l’encore locataire de la rue de Solférino). Ce qui ne manque pas de surprendre quand on prête attention aux paroles de François Hollande, à celles qui sont rapportées, c’est qu’il répète très souvent le même mantra (encore hier à Cherbourg en présence de son dernier (et, largement, meilleur) Premier ministre : « Je n’ai pas quitté la politique. Je continue de m’intéresser au sort des Français, aux événements du monde, à la vie politique tout simplement ». Dans son livre est plus subtile. S’il revient longuement sur tout son quinquennat (d’où le titre « Les leçons du pouvoir ») il consacre les derniers chapitres à une analyse qu’il veut prospective de ce que c’est que la social-démocratie aujourd’hui et ce qu’elle pourrait (devrait) devenir pour se rénover et s’adapter au XXIè siècle. C’est sans doute de ce côté qu’il faut essayer de chercher pour comprendre le sens caché des critiques émises par F. Hollande à l’égard de son successeur E. Macron et de sa « ligne » politique. La relation personnelle dégradée, le ressentiment que l’un et l’autre peuvent désormais éprouver l’un envers l’autre sont autant de déclencheurs des critiques, ils n’en sont pas les causes profondes. Hollande assimile clairement Macron à la trahison, à la ruse, à la dissimulation… Macron, de son côté, n’a sans doute guère révisé le jugement et l’appréciation qu’il a forgés de François Hollande quand celui était son patron à l’Elysée puis celui qui présidait les conseils des ministres auxquels il assistait : procrastineur ; vélléitaire ; préoccupé par les détails de forme et pas par le fond, préférant un bon mot à une décision courageuse et toujours soucieux de l’opinion des journalistes sur son action…

Sur le fond en revanche les critiques de Hollande à l’égard de Macron cherchent à accréditer, dans l’esprit du premier mais aussi chez le second, l’idée selon laquelle il y aurait bien deux cosmogonies différentes et surtout deux voies distinctes pour transformer ces deux représentation du monde. La réalité montre que ce désir de différenciation n’est pas qu’un pur construit politique et symbolique. Il existe des deux côtés et n’est pas sans consistance concrète. Mais cette différence procède plus de comportements ou de traits psychologiques que de fractures idéologiques.

Comment lire le quinquennat de François Hollande au travers des critiques que l'ancien président exprime à l'égard d'Emmanuel Macron ? Celles-ci ne sont-elles pas révélatrices des propres incohérences du quinquennat de François Hollande ? 

Ce qui a considérablement plombé le quinquennat de François Hollande n’est pas son attentisme et son absence de volonté de réforme c’est son incapacité à réduire les oppositions qui se sont manifestées très vite dans son propre camp. A cet égard le président élu en 2012 aurait dû trancher bien plus tôt et placer les « Frondeurs » (soit disant détenteurs des morceaux de la « vraie croix socialiste ») devant leurs responsabilités : « Ma politique est légitime, approuvée par une majorité de Français, vous y adhérer ou vous quittez les rangs de la majorité  parlementaire ». D’une certaine façon on pourrait considérer que lorsque François Hollande critique Emmanuel Macron aujourd’hui, il envie en fait secrètement la discipline et la loyauté du groupe parlementaire LREM pléthorique sorti des urnes législatives de juin 2017. Lui n’a pas eu cette opportunité politique (plus exactement il n’a pas su faire en sorte qu’elle se présente).. Il n’a même pas réussi à surveiller (et à contrôler) la désignation des candidats PS aux législatives de juin 2O12. « Héritant » ainsi d’autant de petites bombes à retardement dûment amorcées par sa camarade Martine Aubry.

Il y a un deuxième élément qui ressort des échanges plus aigres que doux entre Hollande et son cadet. L’ancien patron du PS pendant plus de 10 ans, qui a « inventé » en 1987  les « Transcourants » dans un PS encore déchiré entre 1981 et 1995 par le conflit violent et dur qui a opposé Mitterrand à Rocard au Congrès de Metz en 1979, François Hollande plus deloriste que mitterrandiste, déteste les conflits. Sans faire de la psychologie politique élémentaire, il les déteste depuis sa plus tendre enfance quand il voyait son frère (décédé aujourd’hui) se quereller frontalement avec son père, chaque fois plus méchamment. Le quinquennat de Hollande a été marqué par ce trait de caractère. Ainsi, lors du débat sur la loi Taubira autorisant le mariage pour tous, pour « déminer » ce qu’il a cru être une fronde des maires hostiles au projet de loi, François Hollande a proposé que ceux-ci fassent jouer une sorte de clause de conscience leur permettant de ne pas célébrer des mariages entre personnes du même sexe si cet acte était contraire à leurs convictions. Bronca générale des associations défendant la cause homosexuelle. François Hollande, tout à son souci de ne pas opposer des Français à d’autres, a failli ici ne pas retirer un des rares avantages politiques, à gauche, d’une loi qu’il a réussi à fait adopter malgré l’opposition dans la rue de la droite conservatrice. En l’espèce comme souvent chez Hollande il ne s’agissait ni d’incohérence ni de manque de courage (il en a fait preuve, sans aucune faille, pour le « go » à Serval et lors des attentats de 2005-2016), ce qui se révélait alors c’était cette quasi-panique à l’idée de dresser durablement une part des Français contre une autre. C’est évidemment-là que l’on mesure combien Hollande est, intrinsèquement, l’héritier du radical-socialisme d’Henri Queuille et de Jacques Chirac, tous deux hommes politiques de Corrèze…

Qu'est ce que cet échange à distance éclaire de ce que sont réellement le macronisme et le hollandisme ? 

Le hollandisme et le macronisme sont deux pragmatiques. Ce ne sont pas des pensées politiques sophistiquées et construites sur un appareil théorique qui puiserait chez les grands auteurs de référence de telle ou telle grande famille idéologique. Cela peut surprendre chez Emmanuel Macron qui revendique un statut de « président-philosophe » (assez largement construit d’ailleurs pour la seconde partie de l’expression). Hollande, plus modeste, ne se présente pas comme un intellectuel original, il s’est (pratiquement tout le temps de sa carrière politique) présenté comme un héritier de toute l’histoire du PS sans prétendre apporter sa pierre à l’édifice théorique construit depuis Jaures.

Même Mitterrand (dont Guy Mollet, qui avait la dent dure mais qui visait juste a dit, après la refondation du PS à Epinay en 1971 et la prise de contrôle par le futur président qui allait entrer 10 ans plus tard à l’Elysée : « Mitterrand n’est pas devenu socialiste, il a juste appris à le parler »), même Mitterrand donc, bourgeois opportuniste qui n’avait rien de socialiste faisait plus semblant, dans le verbe, que Hollande. Quant à Macron, si on sait qu’il n’est pas de gauche, si on comprend maintenant qu’il est économiquement adepte d’un libéralisme thatchéro-scandinave, on a le sentiment que sa « doctrine » procède plus d’une forme bien personnelle que d’un fond emprunté et vaguement contradictoire (quand le « en-même-temps » confronté au réel – Lacan dit : « Le réel c’est quand on se cogne » - révèle davantage d’apories qu’il ne règle de contradictions…).

Emmanuel Macron et sa proto-pensée (le macronisme) est exactement à l’opposé de François Hollande de sa pragmatique (le hollandisme). Il fonctionne à l’antagonisme et au  conflit permanent. D’où la relation privilégiée qu’il entretient avec Jean-Luc Mélenchon. D’où sa jubilation lors du débat qui l’a opposé entre les deux tours de la présidentielle à une étrange et survoltée Marine Le Pen : plus MLP était énervée et plus le conflit entre les deux finalistes de la présidentielle était apparent et plus Macron se renforçait. D’où, dernier exemple en date, à Copenhague : la charge contre le premier ministre hongrois et le ministre de l’Intérieur italien (« Ils disent que je suis leur premier adversaire et ils ont raison, je le suis…) et « l’humour » contre « les Gaulois réfractaires au changement » qui remet du carbure dans la relation déjà tendue entre une majorité de Français et lui selon les récents sondages. Hollande contourne, Macron confronte : c’est là une vraie différence entre eux.

Emmanuel Macron qui était au Danemark cette semaine aurait dû en profiter pour aller voir dans une salle obscur l’excellent premier long métrage d’un cinéaste danois de 40 ans, Gustav Möller sortit en France en juillet dernier, « The Guilty ». Dans ses propos le président français a convoqué le sociologue Max Weber et son « éthique protestante » pour expliquer en quoi la forte influence du protestantisme (« ce peuple luthérien » (sic)) a permis le développement du capitalisme dans ce pays et en Scandinavie plus globalement. Emmanuel Macron aurait pu retenir aussi un autre marqueur culturel que le protestantisme a inculqué : l’aveu et le rapport à la faute. Dans « The Guilty », Asger Holm policier à l’écoute au 112, présent quasiment seul à l’écran pendant 85 minutes, avoue un assassina dans l’exercice de ses fonctions. Régis Debray a montré dans un petit livre, toujours aussi brillant et inspiré, combien « Le Nouveau pouvoir » (Cerf, 91 p.) qui s’incarne dans le macronisme  doit à l’avènement de la civilisation issue du néo-protestantisme. Il semble quand même qu’Emmanuel Macron ait sauté quelques pages de Luther : en particulier celles qui parlent de la reconnaissance des erreurs commises. Peut-être n’est-ce qu’une question d’âge et d’expérience avec François Hollande, parce que sur ce dernier aspect, l’ancien président la République n’est pas avare d’autocritique dans son dernier ouvrage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires