En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© FRANCOIS LO PRESTI / POOL / AFP
Edito

Pourquoi le prélèvement à la source est la réforme de trop

Publié le 31 août 2018
La réforme fiscale semble de plus en plus menacée malgré les récentes déclarations de Gérald Darmanin.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réforme fiscale semble de plus en plus menacée malgré les récentes déclarations de Gérald Darmanin.

Depuis quelques jours une petite musique distillée depuis le sommet de l’Etat laisse entendre que la fameuse réforme fiscale du prélèvement à la source pourrait être à nouveau retardée. Emmanuel Macron vient d’exprimer à deux reprises lors de déplacements à l’étranger ses doutes sur les risques que comporterait le changement de système. Tout se passe comme s’il voulait revenir sur un projet qui n’était pas le sien à l’origine, mais celui de François Hollande, sans perturber l’administration qui s’était donnée corps et âme à cette révolution qui au demeurant a déjà coûté dans sa préparation au moins deux cents millions d’euros avec une campagne de communication d’envergure auprès des Français.

Il est vrai que le climat politique s’est profondément modifié depuis quelques mois. Dés le 6 juillet, nous écrivions dans ces colonnes que la réforme avait du plomb dans l’aile. La popularité du chef de l’Etat a sensiblement fléchi, suscitant des résistances de plus en plus fortes au changement. Emmanuel Macron se veut depuis son élection le champion de la transformation du pays et vient de réaffirmer son intention de continuer sur cette voie à marche forcée. Cette boulimie de réformes qui se traduit par un embouteillage des textes au Parlement commence à inquiéter l’opinion qui voudrait des résultats immédiats alors qu’un certain temps est nécessaire pour produire des effets. D’autant que la puissance publique a toujours beaucoup d’imagination pour concevoir de nouveaux projets, mais se montre souvent moins efficace dans leur mise en œuvre. Et voici que la croissance se dérobe alors que sa poursuite au rythme de 2017 aurait mis de l’huile dans les rouages. Les marges de manoeuvre du gouvernement ont disparu alors que la conjoncture devient maussade et que rien n’a été fait pour réduire le poids de la dette et des dépenses publiques. La poursuite de la baisse du chômage parait de plus en plus aléatoire, alors qu’on connait la sensibilité de nos compatriotes sur ce point. Menée par les seize millions de retraités qui vont subir la désindexation de leurs pensions alors que l‘inflation revient et que ceux-ci ont déjà subi l’augmentation de la CSG, l’opposition se durcit sous la houlette du monde des petites entreprises qui mesurent la surcharge de travail et de coûts que le dispositif nouveau entrainerait pour elles. La crainte d’une diminution du pouvoir d’achat se généralise d’autant que les feuilles de paye à la fin du mois de janvier se traduiraient par une diminution sensible puisqu’elles déduiraient l’impôt qui serait désormais prélevé au fil des mois au lieu d’être payé avec le décalage que l’on connait aujourd’hui. Un choc sensible pourrait en résulter, dont on ne peut mesurer l’ampleur.
 
C’est cet aspect psychologique qui inquiète le plus les dirigeants avec aussi le risque imprévisible d’un bug informatique, comme celui qui a sévi pendant plusieurs années au niveau des soldes des militaires. Mais on peut être assuré que la population n’aurait pas la patience dont a fait preuve à l’époque la grande muette. Il y a une certaine « traitrise » des logiciels souligne un spécialiste, d’autant qu’il existe des secteurs difficiles comme celui des employés à domicile, le régime du RSI, les crédits d’impôts, les APL, d’autant que la multiplicité des régimes particuliers constitue autant de chausse-trappes pour l’efficacité du nouveau dispositif.
 
Alors que la moitié des Français ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu, et qu’une grande partie des assujettis ont opté pour le prélèvement mensuel, on s’interroge sur l’intérêt que présente aujourd’hui un projet qui est en train de créer un nouveau pôle de stress dans l’opinion. En réalité, le prélèvement à la source conçu par Bercy parait inopportun dans le climat anxiogène actuel : pour de nombreux spécialistes il constitue la réforme de trop qu’il convient de reporter à des jours meilleurs.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Les Français contre le burkini mais de moins en moins nu(e)s à la plage : la France devient-elle puritaine malgré elle ?

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

05.

Meurtre d’un policier à Toulouse : les raisons qui expliquent cette explosion des violences gratuites (et les moyens de l’endiguer)

06.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

07.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires