En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 35 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 10 heures 51 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 12 heures 24 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 14 heures 6 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 16 heures 29 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 17 heures 13 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 17 heures 37 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 17 heures 53 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 18 heures 14 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 11 heures 50 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 13 heures 36 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 16 heures 39 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 16 heures 54 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 17 heures 38 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 18 heures 11 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 18 heures 35 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Budget, Europe, populisme : Geoffroy Roux de Bézieux embarque les patrons dans le débat politique mais reste tellement prudent ou indécis sur le rôle et la mission du Medef

Publié le 29 août 2018
Université d’été du Medef, le nouveau président, tout nouveau, tout beau, a cédé au politiquement correct.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Université d’été du Medef, le nouveau président, tout nouveau, tout beau, a cédé au politiquement correct.

Il faut dire que l‘exercice ne prêtait pas forcement à l’énoncé d’un programme d’action. Mais pourquoi se souvient-on de Ernest-Antoine Seillière il y a plus de 20 ans ou de Pierre Gattaz plus récemment ? Ils n’avaient pas mâché leur mot, ni leurs ambitions. Fini les promesses de campagne, place aux responsabilités et derrière les responsabilités, les ambiguïtés d’un discours qui hésite entre l’opposition au gouvernement et le soutien aux réformes.

Pour son premier discours de président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux s’est engouffré dans le débat politique en essayant avec difficulté, de se positionner par rapport à l’action politique de Emmanuel Macron, et dans un second temps beaucoup plus facilement en s’engageant franchement et sans réserve à défendre la construction européenne.

Pour les adhérents du Medef, c’est certainement intéressant de savoir que leur nouveau président a des convictions et une vision géopolitique de l’économie de marché. Mais il a peut-être cédé à la contrainte trop polissée de l‘exercice. La question est de savoir si les adhérents du Medef, et au delà les chefs d’entreprise, attendaient une telle posture. Pas forcément ou du moins, pas seulement.

Après les remerciements d’usage que doit tout nouvel élu à ceux qui l’ont fait roi, après avoir mesuré l'ampleur de la responsabilité qui est désormais la sienne, Geoffroy Roux de Bézieux est rentré dans l'actualité et c’est là qu’il a plongé dans l’ambiguïté.

1er point : le nouveau président du Medef s’est évidemment félicité du changement de climat en France depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée, des postures délibérément pro business qui favorisent l’expression et l’image de l’entreprise, d’un diagnostic polarisé sur le déficit de compétitivité, lequel est partagé par tous les chefs d’entreprise. Et des premières réformes sur la flexibilité du travail et sur la fiscalité. Mais en sortant du chapitre dominé par la satisfaction, il a abordé quelques questions d’actualité qui fâchent.

D’un côté, un budget resserré qui rabote quelques avantages promis aux entreprises comme la baisse de charges qui sera sans doute reportée.

Mais surtout, un budget qui ne propose rien de très nouveau sur le front des dépenses publiques, seul moyen de financer des baisses d’impôts. Alors, le président du Medef ne se met pas en colère, pas encore, mais il fait savoir que ses troupes sont un peu déçues.

Bref, le Medef en vient à reprocher au gouvernement d’Edouard Philippe de s’embourber dans les habitudes ancestrales et de renoncer à franchir le pas vers un Etat plus libéral sur le plan économique.

Quelque part, les reproches formulés par le patron du Medef sont assez justifiés. Le gouvernement recule dans sa reconquête de la souveraineté budgétaire, le gouvernement recule dans son ambition de réformes structurelle, etc. Mais de là à se mettre en position d’affrontement, il n’y a qu’un pas. Et s’il le franchissait, le Medef se rapprocherait de l’hôpital qui se moque de la charité.

Parce ce que s’il y a une catégorie socio professionnelle qui a bénéficié de toute l’attention et la bienveillance de la part du chef de l’Etat, c’est bien celle des chefs d’entreprises. Ça lui a d’ailleurs valu d’abimer son image politique en lui collant à la peau le qualificatif guère élogieux de « président des riches ».

2e point : D’un strict point de vue politique, les plus cyniques des analystes y verront une manœuvre plus ou moins habile de Geoffroy Roux de Bézieux. Parce qu’en tapant sur Emmanuel Macron, le président du Medef peut vouloir montrer que le président de la République a lâché les chefs d’entreprises, ce qui viendrait à désamorcer les critiques qui submergent l’Elysée depuis un an. Si les patrons se plaignent de Macron, c’est qu‘ils n’en sont pas contents.  Donc en se plaignant, le Medef rend service à Emmanuel Macron.

3e point : Ce raisonnement un peu spécieux relève de la politique politicienne. Le président du Medef sait mieux que quiconque, que si le gouvernement piétine et tergiverse dans la poursuite de ses projets de réformes, c’est parce qu‘il sent monter la grogne et la rogne de l’opinion. Laquelle rogne et grogne sont alimentées par certains lobbys patronaux. Les réformes libérales sont acceptées en théorie... Elles ne sont plus acceptables par ceux qui se voient supprimer quelques rentes ou quelques avantages par la mise en concurrence. La fin programmée des impôts de production est incontournable pour alléger le poids de la fiscalité, sauf que ces impôts de production financent un tas de subventions que des secteurs industriels entiers défendent bec et ongles. Si les patrons ont acquis de la liberté, ils doivent aussi en assumer les responsabilités et renvoyer l’ascenseur, selon l’expression du Premier ministre, beaucoup plus direct dans sa réponse.

4e point : En engageant le mouvement patronal dans la bataille pour la protection de l’Europe, Geoffroy Roux de Bézieux ne manque ni d’audace, ni de courage. L’enjeu est considérable, parce qu’il s’agit de faire reculer, partout en Europe, des forces populistes qui refusent le système libéral de marché et qui veulent tourner le dos à l’Europe. Ce faisant, c’est courageux parce que beaucoup de patrons ont plein de raison de se plaindre de l’Europe et de la mondialisation.

Alors, une telle position serait utile et intéressante si le Medef allait jusqu'à proposer des solutions pour débloquer le fonctionnement de l’Union européenne. Quelle organisation, quelle hiérarchie de pouvoir, quel degré de fédéralisme, quel niveau d’harmonisation. Le problème est gigantesque et en ne faisant que dénoncer les dysfonctionnements pour rappeler que les entreprises ont besoin de l’Europe sans dire de quelle Europe on parle, le président du Medef prend le risque d’apporter de l’eau au moulin de ceux qui travaillent contre le système. Le projet Europe est donc un piège.

5e point : GRDB - c’est comme cela qu’on l’appelle depuis qu’il est président du Medef - avait une autre solution pour éviter cette série d’ambiguïtés. C’était de ne point en parler. Rester au niveau des faits et des chiffres en essayant d’être cohérent. Réclamer des allègements de charges et d’impôts, oui, mais à condition d’accepter de se voir privé d’un certain nombre de prestations et de subventions.

Mais c’était aussi et surtout de redéfinir l‘utilité et la mission de l’organisation patronale. Le problème central est là : dans ce monde qui a terriblement changé en 20 ans, quel peut être le rôle du Medef dans la société française ? C’est le cœur du problème du Medef.

Doit-il continuer d’être l'acteur majeur du jeu social sachant que la solidarité du modèle a obligé l’Etat à intervenir pour faire les fins de mois des organismes sociaux, parce que c’est le coeur du problème ?

Ou alors doit-il devenir un prestataire de services aux entreprises comme c’est le cas dans d’autres grands pays européens, l’Allemagne par exemple ?

Faute de faire ce choix très simple, le nouveau président du Medef a préféré rendre à son organisation son rôle de groupe de pression politique. Quitte à le mettre en porte-à-faux, compte tenu de l’action du gouvernement.

Le gouvernement ne mérite pas une approbation aveugle, loin s’en faut. Mais il ne mérite pas pour autant des critiques court-termistes. Il mérite avant tout des propositions de réformes acceptables.

Surtout de la part des chefs d’entreprise qui se veulent mondialistes, européens et digitaux... Trois caractéristiques qui sont porteuses d'évolutions anxiogènes pour ceux qui n'ont accès ni au digital, ni au marché mondial ou même à Bruxelles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires