En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

05.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

06.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 16 heures 57 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 17 heures 57 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 18 heures 33 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 20 heures 23 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 21 heures 1 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 21 heures 55 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 23 heures 24 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 23 heures 58 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 1 jour 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 17 heures 45 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 18 heures 16 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 20 heures 8 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 20 heures 44 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 23 heures 14 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 23 heures 44 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 1 jour 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 12 heures
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Budget, Europe, populisme : Geoffroy Roux de Bézieux embarque les patrons dans le débat politique mais reste tellement prudent ou indécis sur le rôle et la mission du Medef

Publié le 29 août 2018
Université d’été du Medef, le nouveau président, tout nouveau, tout beau, a cédé au politiquement correct.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Université d’été du Medef, le nouveau président, tout nouveau, tout beau, a cédé au politiquement correct.

Il faut dire que l‘exercice ne prêtait pas forcement à l’énoncé d’un programme d’action. Mais pourquoi se souvient-on de Ernest-Antoine Seillière il y a plus de 20 ans ou de Pierre Gattaz plus récemment ? Ils n’avaient pas mâché leur mot, ni leurs ambitions. Fini les promesses de campagne, place aux responsabilités et derrière les responsabilités, les ambiguïtés d’un discours qui hésite entre l’opposition au gouvernement et le soutien aux réformes.

Pour son premier discours de président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux s’est engouffré dans le débat politique en essayant avec difficulté, de se positionner par rapport à l’action politique de Emmanuel Macron, et dans un second temps beaucoup plus facilement en s’engageant franchement et sans réserve à défendre la construction européenne.

Pour les adhérents du Medef, c’est certainement intéressant de savoir que leur nouveau président a des convictions et une vision géopolitique de l’économie de marché. Mais il a peut-être cédé à la contrainte trop polissée de l‘exercice. La question est de savoir si les adhérents du Medef, et au delà les chefs d’entreprise, attendaient une telle posture. Pas forcément ou du moins, pas seulement.

Après les remerciements d’usage que doit tout nouvel élu à ceux qui l’ont fait roi, après avoir mesuré l'ampleur de la responsabilité qui est désormais la sienne, Geoffroy Roux de Bézieux est rentré dans l'actualité et c’est là qu’il a plongé dans l’ambiguïté.

1er point : le nouveau président du Medef s’est évidemment félicité du changement de climat en France depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée, des postures délibérément pro business qui favorisent l’expression et l’image de l’entreprise, d’un diagnostic polarisé sur le déficit de compétitivité, lequel est partagé par tous les chefs d’entreprise. Et des premières réformes sur la flexibilité du travail et sur la fiscalité. Mais en sortant du chapitre dominé par la satisfaction, il a abordé quelques questions d’actualité qui fâchent.

D’un côté, un budget resserré qui rabote quelques avantages promis aux entreprises comme la baisse de charges qui sera sans doute reportée.

Mais surtout, un budget qui ne propose rien de très nouveau sur le front des dépenses publiques, seul moyen de financer des baisses d’impôts. Alors, le président du Medef ne se met pas en colère, pas encore, mais il fait savoir que ses troupes sont un peu déçues.

Bref, le Medef en vient à reprocher au gouvernement d’Edouard Philippe de s’embourber dans les habitudes ancestrales et de renoncer à franchir le pas vers un Etat plus libéral sur le plan économique.

Quelque part, les reproches formulés par le patron du Medef sont assez justifiés. Le gouvernement recule dans sa reconquête de la souveraineté budgétaire, le gouvernement recule dans son ambition de réformes structurelle, etc. Mais de là à se mettre en position d’affrontement, il n’y a qu’un pas. Et s’il le franchissait, le Medef se rapprocherait de l’hôpital qui se moque de la charité.

Parce ce que s’il y a une catégorie socio professionnelle qui a bénéficié de toute l’attention et la bienveillance de la part du chef de l’Etat, c’est bien celle des chefs d’entreprises. Ça lui a d’ailleurs valu d’abimer son image politique en lui collant à la peau le qualificatif guère élogieux de « président des riches ».

2e point : D’un strict point de vue politique, les plus cyniques des analystes y verront une manœuvre plus ou moins habile de Geoffroy Roux de Bézieux. Parce qu’en tapant sur Emmanuel Macron, le président du Medef peut vouloir montrer que le président de la République a lâché les chefs d’entreprises, ce qui viendrait à désamorcer les critiques qui submergent l’Elysée depuis un an. Si les patrons se plaignent de Macron, c’est qu‘ils n’en sont pas contents.  Donc en se plaignant, le Medef rend service à Emmanuel Macron.

3e point : Ce raisonnement un peu spécieux relève de la politique politicienne. Le président du Medef sait mieux que quiconque, que si le gouvernement piétine et tergiverse dans la poursuite de ses projets de réformes, c’est parce qu‘il sent monter la grogne et la rogne de l’opinion. Laquelle rogne et grogne sont alimentées par certains lobbys patronaux. Les réformes libérales sont acceptées en théorie... Elles ne sont plus acceptables par ceux qui se voient supprimer quelques rentes ou quelques avantages par la mise en concurrence. La fin programmée des impôts de production est incontournable pour alléger le poids de la fiscalité, sauf que ces impôts de production financent un tas de subventions que des secteurs industriels entiers défendent bec et ongles. Si les patrons ont acquis de la liberté, ils doivent aussi en assumer les responsabilités et renvoyer l’ascenseur, selon l’expression du Premier ministre, beaucoup plus direct dans sa réponse.

4e point : En engageant le mouvement patronal dans la bataille pour la protection de l’Europe, Geoffroy Roux de Bézieux ne manque ni d’audace, ni de courage. L’enjeu est considérable, parce qu’il s’agit de faire reculer, partout en Europe, des forces populistes qui refusent le système libéral de marché et qui veulent tourner le dos à l’Europe. Ce faisant, c’est courageux parce que beaucoup de patrons ont plein de raison de se plaindre de l’Europe et de la mondialisation.

Alors, une telle position serait utile et intéressante si le Medef allait jusqu'à proposer des solutions pour débloquer le fonctionnement de l’Union européenne. Quelle organisation, quelle hiérarchie de pouvoir, quel degré de fédéralisme, quel niveau d’harmonisation. Le problème est gigantesque et en ne faisant que dénoncer les dysfonctionnements pour rappeler que les entreprises ont besoin de l’Europe sans dire de quelle Europe on parle, le président du Medef prend le risque d’apporter de l’eau au moulin de ceux qui travaillent contre le système. Le projet Europe est donc un piège.

5e point : GRDB - c’est comme cela qu’on l’appelle depuis qu’il est président du Medef - avait une autre solution pour éviter cette série d’ambiguïtés. C’était de ne point en parler. Rester au niveau des faits et des chiffres en essayant d’être cohérent. Réclamer des allègements de charges et d’impôts, oui, mais à condition d’accepter de se voir privé d’un certain nombre de prestations et de subventions.

Mais c’était aussi et surtout de redéfinir l‘utilité et la mission de l’organisation patronale. Le problème central est là : dans ce monde qui a terriblement changé en 20 ans, quel peut être le rôle du Medef dans la société française ? C’est le cœur du problème du Medef.

Doit-il continuer d’être l'acteur majeur du jeu social sachant que la solidarité du modèle a obligé l’Etat à intervenir pour faire les fins de mois des organismes sociaux, parce que c’est le coeur du problème ?

Ou alors doit-il devenir un prestataire de services aux entreprises comme c’est le cas dans d’autres grands pays européens, l’Allemagne par exemple ?

Faute de faire ce choix très simple, le nouveau président du Medef a préféré rendre à son organisation son rôle de groupe de pression politique. Quitte à le mettre en porte-à-faux, compte tenu de l’action du gouvernement.

Le gouvernement ne mérite pas une approbation aveugle, loin s’en faut. Mais il ne mérite pas pour autant des critiques court-termistes. Il mérite avant tout des propositions de réformes acceptables.

Surtout de la part des chefs d’entreprise qui se veulent mondialistes, européens et digitaux... Trois caractéristiques qui sont porteuses d'évolutions anxiogènes pour ceux qui n'ont accès ni au digital, ni au marché mondial ou même à Bruxelles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires