En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 22 min 2 sec
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 57 min 18 sec
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Religion
Persécutions ?

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 2 heures 45 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 19 heures 2 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 20 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 21 heures 4 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 1 jour 12 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 46 min 12 sec
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 1 heure 56 min
décryptage > International
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 18 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 21 heures 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 21 heures 8 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 23 heures 24 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 1 jour 26 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Budget, Europe, populisme : Geoffroy Roux de Bézieux embarque les patrons dans le débat politique mais reste tellement prudent ou indécis sur le rôle et la mission du Medef

Publié le 29 août 2018
Université d’été du Medef, le nouveau président, tout nouveau, tout beau, a cédé au politiquement correct.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Université d’été du Medef, le nouveau président, tout nouveau, tout beau, a cédé au politiquement correct.

Il faut dire que l‘exercice ne prêtait pas forcement à l’énoncé d’un programme d’action. Mais pourquoi se souvient-on de Ernest-Antoine Seillière il y a plus de 20 ans ou de Pierre Gattaz plus récemment ? Ils n’avaient pas mâché leur mot, ni leurs ambitions. Fini les promesses de campagne, place aux responsabilités et derrière les responsabilités, les ambiguïtés d’un discours qui hésite entre l’opposition au gouvernement et le soutien aux réformes.

Pour son premier discours de président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux s’est engouffré dans le débat politique en essayant avec difficulté, de se positionner par rapport à l’action politique de Emmanuel Macron, et dans un second temps beaucoup plus facilement en s’engageant franchement et sans réserve à défendre la construction européenne.

Pour les adhérents du Medef, c’est certainement intéressant de savoir que leur nouveau président a des convictions et une vision géopolitique de l’économie de marché. Mais il a peut-être cédé à la contrainte trop polissée de l‘exercice. La question est de savoir si les adhérents du Medef, et au delà les chefs d’entreprise, attendaient une telle posture. Pas forcément ou du moins, pas seulement.

Après les remerciements d’usage que doit tout nouvel élu à ceux qui l’ont fait roi, après avoir mesuré l'ampleur de la responsabilité qui est désormais la sienne, Geoffroy Roux de Bézieux est rentré dans l'actualité et c’est là qu’il a plongé dans l’ambiguïté.

1er point : le nouveau président du Medef s’est évidemment félicité du changement de climat en France depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée, des postures délibérément pro business qui favorisent l’expression et l’image de l’entreprise, d’un diagnostic polarisé sur le déficit de compétitivité, lequel est partagé par tous les chefs d’entreprise. Et des premières réformes sur la flexibilité du travail et sur la fiscalité. Mais en sortant du chapitre dominé par la satisfaction, il a abordé quelques questions d’actualité qui fâchent.

D’un côté, un budget resserré qui rabote quelques avantages promis aux entreprises comme la baisse de charges qui sera sans doute reportée.

Mais surtout, un budget qui ne propose rien de très nouveau sur le front des dépenses publiques, seul moyen de financer des baisses d’impôts. Alors, le président du Medef ne se met pas en colère, pas encore, mais il fait savoir que ses troupes sont un peu déçues.

Bref, le Medef en vient à reprocher au gouvernement d’Edouard Philippe de s’embourber dans les habitudes ancestrales et de renoncer à franchir le pas vers un Etat plus libéral sur le plan économique.

Quelque part, les reproches formulés par le patron du Medef sont assez justifiés. Le gouvernement recule dans sa reconquête de la souveraineté budgétaire, le gouvernement recule dans son ambition de réformes structurelle, etc. Mais de là à se mettre en position d’affrontement, il n’y a qu’un pas. Et s’il le franchissait, le Medef se rapprocherait de l’hôpital qui se moque de la charité.

Parce ce que s’il y a une catégorie socio professionnelle qui a bénéficié de toute l’attention et la bienveillance de la part du chef de l’Etat, c’est bien celle des chefs d’entreprises. Ça lui a d’ailleurs valu d’abimer son image politique en lui collant à la peau le qualificatif guère élogieux de « président des riches ».

2e point : D’un strict point de vue politique, les plus cyniques des analystes y verront une manœuvre plus ou moins habile de Geoffroy Roux de Bézieux. Parce qu’en tapant sur Emmanuel Macron, le président du Medef peut vouloir montrer que le président de la République a lâché les chefs d’entreprises, ce qui viendrait à désamorcer les critiques qui submergent l’Elysée depuis un an. Si les patrons se plaignent de Macron, c’est qu‘ils n’en sont pas contents.  Donc en se plaignant, le Medef rend service à Emmanuel Macron.

3e point : Ce raisonnement un peu spécieux relève de la politique politicienne. Le président du Medef sait mieux que quiconque, que si le gouvernement piétine et tergiverse dans la poursuite de ses projets de réformes, c’est parce qu‘il sent monter la grogne et la rogne de l’opinion. Laquelle rogne et grogne sont alimentées par certains lobbys patronaux. Les réformes libérales sont acceptées en théorie... Elles ne sont plus acceptables par ceux qui se voient supprimer quelques rentes ou quelques avantages par la mise en concurrence. La fin programmée des impôts de production est incontournable pour alléger le poids de la fiscalité, sauf que ces impôts de production financent un tas de subventions que des secteurs industriels entiers défendent bec et ongles. Si les patrons ont acquis de la liberté, ils doivent aussi en assumer les responsabilités et renvoyer l’ascenseur, selon l’expression du Premier ministre, beaucoup plus direct dans sa réponse.

4e point : En engageant le mouvement patronal dans la bataille pour la protection de l’Europe, Geoffroy Roux de Bézieux ne manque ni d’audace, ni de courage. L’enjeu est considérable, parce qu’il s’agit de faire reculer, partout en Europe, des forces populistes qui refusent le système libéral de marché et qui veulent tourner le dos à l’Europe. Ce faisant, c’est courageux parce que beaucoup de patrons ont plein de raison de se plaindre de l’Europe et de la mondialisation.

Alors, une telle position serait utile et intéressante si le Medef allait jusqu'à proposer des solutions pour débloquer le fonctionnement de l’Union européenne. Quelle organisation, quelle hiérarchie de pouvoir, quel degré de fédéralisme, quel niveau d’harmonisation. Le problème est gigantesque et en ne faisant que dénoncer les dysfonctionnements pour rappeler que les entreprises ont besoin de l’Europe sans dire de quelle Europe on parle, le président du Medef prend le risque d’apporter de l’eau au moulin de ceux qui travaillent contre le système. Le projet Europe est donc un piège.

5e point : GRDB - c’est comme cela qu’on l’appelle depuis qu’il est président du Medef - avait une autre solution pour éviter cette série d’ambiguïtés. C’était de ne point en parler. Rester au niveau des faits et des chiffres en essayant d’être cohérent. Réclamer des allègements de charges et d’impôts, oui, mais à condition d’accepter de se voir privé d’un certain nombre de prestations et de subventions.

Mais c’était aussi et surtout de redéfinir l‘utilité et la mission de l’organisation patronale. Le problème central est là : dans ce monde qui a terriblement changé en 20 ans, quel peut être le rôle du Medef dans la société française ? C’est le cœur du problème du Medef.

Doit-il continuer d’être l'acteur majeur du jeu social sachant que la solidarité du modèle a obligé l’Etat à intervenir pour faire les fins de mois des organismes sociaux, parce que c’est le coeur du problème ?

Ou alors doit-il devenir un prestataire de services aux entreprises comme c’est le cas dans d’autres grands pays européens, l’Allemagne par exemple ?

Faute de faire ce choix très simple, le nouveau président du Medef a préféré rendre à son organisation son rôle de groupe de pression politique. Quitte à le mettre en porte-à-faux, compte tenu de l’action du gouvernement.

Le gouvernement ne mérite pas une approbation aveugle, loin s’en faut. Mais il ne mérite pas pour autant des critiques court-termistes. Il mérite avant tout des propositions de réformes acceptables.

Surtout de la part des chefs d’entreprise qui se veulent mondialistes, européens et digitaux... Trois caractéristiques qui sont porteuses d'évolutions anxiogènes pour ceux qui n'ont accès ni au digital, ni au marché mondial ou même à Bruxelles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires