En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 2 min 32 sec
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 22 min 31 sec
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 33 min 22 sec
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 43 min 23 sec
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 11 sec
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 14 min 11 sec
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 27 min 56 sec
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 37 min 14 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 5 heures 12 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 19 heures 18 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 22 heures 36 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 22 heures 33 min
© YVES HERMAN / AFP / POOL
© YVES HERMAN / AFP / POOL
Inquiétude

Pourquoi les ventes records d’obligations italiennes par les investisseurs étrangers mettent Rome au pied du mur de la négociation avec Bruxelles

Publié le 24 août 2018
Les investisseurs étrangers seraient en train de fuir le marché italien. Comment se traduit ce mouvement sur les taux d'intérêts du pays ? Cette situation va-t-elle empirer ?
Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frederik Ducrozet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les investisseurs étrangers seraient en train de fuir le marché italien. Comment se traduit ce mouvement sur les taux d'intérêts du pays ? Cette situation va-t-elle empirer ?
 

Atlantico : Les investisseurs étrangers seraient en train de fuir le marché italien, 38 milliards de dettes auraient ainsi été cédées au cours du mois de juin, selon les données fournies par la Banque centrale européenne, après une baisse de 34 milliards le mois précédent. Comment se traduit ce mouvement sur les taux d'intérêts du pays, et comment peut-on anticiper la suite en cas de poursuite du mouvement ? 

 
Frederik Ducrozet : Ces données de flux d’investissement ont effectivement été très commentées mais il faut d’abord préciser qu’elles sont intrinsèquement « backward-looking », publiées avec un délai de plusieurs semaines après les épisodes de stress financier. En l’occurrence, on savait que les taux d’intérêt sur la dette souveraine italienne étaient fortement remontés aux mois de mai et juin. On sait également que la BCE continue d’acheter ces papiers à un rythme relativement constant. Ce n’est donc pas une surprise en soi de constater que les investisseurs étrangers ont nettement réduit leur exposition au cours de ces deux mois, même si l’ampleur du mouvement, comparable aux périodes de crise existentielle de 2011-2012, a de quoi inquiéter en cas de nouvelles tensions politiques dans les mois à venir. 
 
Il faut noter que dans le même temps, les banques italiennes ont acheté 14 milliards d’euros de dette souveraine en juin, et 46 milliards sur l’ensemble du second semestre, permettant ainsi que compenser une partie des flux sortants. 
 
L’évolution des taux souverains italiens dans les prochains mois dépendra avant tout de l’issue des négociations budgétaires entre Rome et Bruxelles. Une confrontation est probable – la question est de savoir jusqu’où le gouvernement italien est prêt à aller pour obtenir des concessions. Les conditions me semblent toujours réunies pour que les deux parties finissent par trouver un accord. Dans l’intervalle, les marchés surveilleront notamment d’éventuelles décisions des agences de notations (Moody’s a notamment indiqué avoir besoin de plus d’information). 
 

Comment faire la part des choses entre la responsabilité du nouveau gouvernement dans ce mouvement, et le ralentissement de la croissance en Europe ? Quels seraient les catalyseurs à surveiller qui pourraient entraîner un retour d'une crise de la dette en Italie ? 

Il est vrai que la croissance économique est la principale condition pour une baisse durable de la dette italienne à long terme, mais il n’est pas évident que les fluctuations cycliques, en zone euro ou en Italie, jouent un rôle prépondérant dans l’évolution des taux italiens à court terme. Dans un cas extrême, on pourrait presque avancer l’argument inverse : si l’ensemble de la région ralentit plus fortement, la BCE pourrait être amenée à maintenir un réglage monétaire ultra accommodant pendant plus longtemps, ce qui est favorable au marché de la dette italienne.
 
Tout est une question de dosage. Si le tassement des indicateurs conjoncturels se transforme en un ralentissement beaucoup plus marqué, voire en récession suite à une vraie guerre commerciale par exemple, alors les craintes sur la croissance l’emporteraient et remettraient de nouveau en question la soutenabilité de la dette italienne à long terme.
 

Comment le gouvernement et les institutions européennes pourraient neutraliser la situation actuelle et ainsi permettre un retour au calme ?

Non seulement il n’est dans l’intérêt d’aucune des parties d’aller vers une confrontation totale, mais le contexte politique et économique pourrait pousser la Commission européenne (en pratique, les autres Etats-membres) à davantage de flexibilité, y compris en termes de dépenses d’infrastructure suite à la catastrophe de Gênes, d’autant que les dossiers compliqués vont s’accumuler à la rentrée : immigration, Brexit, etc.
 
Si un accord politique peut être trouvé, les arguments techniques ne seraient alors qu’une formalité, d’autant que le pacte de stabilité inclut des clauses de flexibilité suffisamment vagues pour être interprétées. Le resserrement budgétaire imposé à l’Italie pourrait être étalé dans le temps sous conditions. Certaines dépenses pourraient être exclues du calcul. Quoi qu’il en soit, les marchés ne prêteront probablement pas attention à ce type de détails et devraient se concentrer sur les risques politiques au cours des négociations, notamment celui d’une éviction du ministre italien des finances qui pourrait refléter des désaccords plus profonds entre la Ligue et le mouvement M5S. 
 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires