En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© JAVIER SORIANO / AFP
Edito
Comment éviter la tentation de l’attentisme en faveur des réformes
Publié le 24 août 2018
Emmanuel Macron a réaffirmé sa volonté de maintenir le cap des réformes et de transformer la société. L'unité au sein du gouvernement semble pourtant voler en éclats.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a réaffirmé sa volonté de maintenir le cap des réformes et de transformer la société. L'unité au sein du gouvernement semble pourtant voler en éclats.

A peine rentré de vacances, Emmanuel Macron a réaffirmé sa volonté de maintenir le cap des réformes et d’engager une nouvelle étape dans la transformation de la société. Pourtant le discours officiel manque un peu de souffle si l’on évoque l’écho qu’il rencontre au sein du gouvernement. La belle unité affichée dans les premiers mois a volé en éclats car les réticences pour ne pas parler de divergences se multiplient au sein de l’équipe ministérielle, où le débat devient la règle sur les changements à apporter. Il est vrai que les derniers sondages d’opinion témoignent d’un scepticisme croissant dans l’opinion face faux engagements présidentiels. Il s’agit moins d’une hostilité à la politique annoncée que d’une incrédulité sur la possibilité de la mettre en œuvre. L’opinion a conscience de l’ampleur des freins qui existent dès qu’il est question de changement, chacun étant inquiet des conséquences qui pourraient en résulter sur sa situation personnelle. La tâche essentielle du chef de l’Etat est de lutter contre ce courant défaitiste et de restaurer un sentiment de confiance qui a largement disparu. La seule évocation des économies dans les aides sociales qui sont au menu du gouvernement est assimilée à une tentative de réduction du pouvoir d’achat, alors qu’il faudrait opérer un tri indispensable pour promouvoir une gestion de qualité et éviter les abus et les gaspillages. Près de deux cents milliards d’euros sont ainsi indexés sur les prix, que ce soit pour les retraites de base, les prestations familiales, etc. En principe, le gouvernement devrait annoncer rapidement des décisions dans ce domaine, mais il aborde pour l’instant les problèmes par la bande pour éviter une levée de boucliers. Ainsi, il a renoncé à remettre en cause les allocations familiales pour les contribuables les plus aisés et il envisage de se cantonner à ne pas revaloriser certaines prestations en fonction d’une inflation estimée officiellement à 1,6% cette année (mais qui atteindra sans doute un niveau plus élevé). Ainsi, au fil des jours, il ne cesse de reculer dans les mesures à prendre, en se contentant pour l’instant de vouloir geler le RSA (revenu de solidarité active), alors que la ministre Agnès Buzyn a fait connaitre son hostilité à ce projet sous prétexte qu’il aboutirait seulement à des économies de bouts de chandelles.  Rien n’est donc décidé pour l’instant. Mais on voit bien que ce n’est pas en tirant parti uniquement de l’inflation qu’on parviendra à réformer le système. On devine que la politique du rabot, pourtant dénoncée par Emmanuel Macron, n’est pas loin et que l’on risque de glisser insensiblement vers les méthodes du monde ancien. Avec le développement d’un mouvement qui prend de plus en plus d’importance, en vertu duquel il est urgent d’attendre dans une période où les incertitudes sont immenses et où la politique de Donald Trump a totalement changé la donne. Ainsi, le monde patronal est en train d’évoluer rapidement : l’enthousiasme en faveur d’Emmanuel Macron est beaucoup plus réfléchi et les projets d’investissements sont en train d’être revu à la baisse en raison de la conjoncture internationale. Les prévisions de l’Insee paraissent de plus en plus irréalistes, car elles prolongent des courbes issues du rebond de la croissance de l’an dernier, alors que celle-ci est retombe vers une forme molle, comme l’atteste la stagnation de la consommation des ménages depuis le début de l’année et le refuge vers les formules d’épargne telles que le livret A. Dans ce contexte, les engagements européens de la France pour réduire les déficits risquent d’être mis à mal sans calmer la grogne qui va monter dans l’opinion.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Parkinson peut trembler
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires