En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 5 heures 41 min
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 10 heures 48 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 11 heures 56 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 17 heures 27 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 26 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 11 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 12 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 15 heures 1 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 15 heures 59 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 17 heures 14 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 19 heures 23 min
© Flickr
© Flickr
La faille

Libération par erreur d'un djihadiste présumé : quand l'Etat de droit se tire une balle dans le pied

Publié le 23 août 2018
En avril dernier, un djihadiste a été remis en liberté par erreur à la suite d'un oubli d'un juge d'instruction de renouveler sa détention provisoire. Comment comprendre cette décision ?
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En avril dernier, un djihadiste a été remis en liberté par erreur à la suite d'un oubli d'un juge d'instruction de renouveler sa détention provisoire. Comment comprendre cette décision ?

Atlantico : C'est fou, mais c'est vrai. En avril dernier, un soupçonné djihadiste du nom de Oualid s'est retrouvé en liberté par erreur à la suite d'un oubli d'un juge d'instruction de renouveler sa détention provisoire. Le 16 mai, le suspect est interpellé au volant d'une voiture hors de la ville de Meaux (qu'il n'a pas le droit de quitter), sans permis et muni d'un smartphone contenant des images djihadistes. Après un jugement, il ressort de nouveau libre… Comment comprendre la libération -sous contrôle judiciaire- d'un individu soupçonné d'être un djihadiste, et qui pourrait ainsi être fiché S, en raison d'un "oubli" de la juge d'instruction de renouveler sa détention provisoire ? Comment comprendre également sa seconde libération, après une arrestation ulltérieure à sa première sortie ? 

Gérald Pandelon : Ces erreurs à répétition témoignent d'une dimension qui excède largement les arcanes de la procédure pénale. Car l'essentiel est ailleurs et, à mon sens, dépasse les erreurs qui peuvent être effectuées par des magistrats qui, comme tous êtres humains, ne sont pas parfaits. Loin s'en faut... En effet, ce qu'il y a de plus préoccupant c'est que nos magistrats disposent d'un pouvoir considérable dans notre pays, pour, parfois, maintenir en détention, par erreur ou par simple volonté, des individus qui n'ont rien à y faire et, à l'inverse, libérer, fut-ce sous un contrôle judiciaire strict, des personnes qui devraient être largement maintenus sous les verrous. La difficulté en l'espèce, c'est que cette mise en liberté ne s'est pas fondée sur un doute persistant dans un dossier pénal ou encore sur un respect, une fois n'est pas coutume, du sacro-saint principe de présomption d'innocence, mais tout simplement par le désintérêt du magistrat pour son office. Car il y a davantage de "jemanfoutisme" dans cette erreur commise par un juge que d'incompétence. En effet, tout magistrat connaît la règle simple des conditions de prorogation des mandats de dépôt. Non... ce qu'il y a de grave dans cette affaire c'est le désintérêt croissant des juges pour leur métier, un désintérêt qui se mêle à une absence de sérieux, une absence de sérieux qui n'est d'ailleurs que le reflet de leur démotivation. Autrement dit, nous avons non seulement affaire à des magistrats dont il est quasiment impossible de mettre en jeu la responsabilité en cas d'erreurs, fussent-elles persistantes, qui disposent donc d'une impunité et infaillibilité absolues, mais également, dont les erreurs n'entraînent de la part de leurs auteurs aucune remise en question sur leur manière de servir. Et ce, même quand l'erreur est grave voire particulièrement grave si l'on admet que la personne relâchée injustement a sans doute commis des faits graves ; qu'au surplus, cette erreur est d'autant plus criante qu'elle intervient dans un contexte d'après attentats ; que par conséquent, une attention et vigilance particulières auraient dû être observées à l'endroit de ce type de prévenus ; autrement dit, et pour le dire plus simplement et plus directement encore, ces magistrats n'en ont rien à faire, ni de leur métier ni de la réalité, fût-elle préoccupante, celle qui fait couler le sang de nos compatriotes, de Paris à Nice, tout comme des attentes des peuples dont leurs décisions procèdent, ils sont totalement et scandaleusement "hors sol"...   Or, lorsqu'une autorité peut effectuer à peu près ce qu'elle veut sans encourir les foudres d'une quelconque sanction, si ce n'est celle, morale, de l'opprobre publique et, parfois, médiatique, nous versons subrepticement d'un gouvernement des juges à une autre forme de régime, un régime hors contrôles.  Est-il alors et encore spécifiquement démocratique... ? 
 
 

Plus généralement que penser de l'évolution de nos pratiques judiciaires au regard de cet incident ? 

Gérald Pandelon : Au-delà de la question des erreurs judiciaires et du sentiment d'impunité des magistrats en dépit de leur multiplication, ce qui soulève une difficulté c'est la sempiternelle question du réel critère d'appréciation en matière judiciaire. Quel est l' esprit des lois, quel est l'esprit des juges ? Quel est le fondement secret de l'acte de juger ? Quel en est la cause adéquate ? Quel est, au sens où l'entendait Montesquieu, cet esprit qui préside à la décision, ce qui le fait agir ? Un esprit judiciaire qui cède le pas confusément à des lois sans Esprit ? Car face aux antinomies et contradictions structurelles qui président à l'acte de juger, et à sa faculté au sens kantien, comment ne pas sceller le divorce définitif entre le justiciable et le juge, entre l'institution et la démocratie, entre le pouvoir judiciaire et le pouvoir politique, lorsque le juge n'est limité par aucune instance hétéronome ? Je crois qu'il est urgent que notre appareil judiciaire fasse son aggiornamento, son examen de conscience, ce toilettage éthique qui ne concernerait plus exclusivement ceux qui sont à juger en raison de leur transgression de la norme, mais qui aurait trait au premier chef à ceux qui en sont les censeurs, des censeurs aux pouvoirs illimités car sans partages ni limites, des pouvoirs qui tranchent avec l'exigence de transparence qu'ils s'étaient pourtant attachés à promouvoir. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires