En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 1 heure 57 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 3 heures 49 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 5 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 7 heures 33 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 8 heures 56 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 9 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 10 heures 34 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 11 heures 9 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 3 heures 2 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 4 heures 19 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 6 heures 22 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 7 heures 15 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 11 heures 39 min
© Flickr
Les éditorialistes Sophie de Menthon, Serge Federbusch, et Eric Verharghe nous aident à savoir qui a gagné le match du débat présidentiel.
© Flickr
Les éditorialistes Sophie de Menthon, Serge Federbusch, et Eric Verharghe nous aident à savoir qui a gagné le match du débat présidentiel.
Ring

Débat Hollande-Sarkozy, ils l'ont vu, ce qu'ils en ont retenu

Publié le 03 mai 2012
Surpris, pas surpris, les contributeurs d'Atlantico Sophie de Menthon, Serge Federbusch, et Eric Verhaeghe étaient devant leur télévision comme 17,79 millions de Français.
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Surpris, pas surpris, les contributeurs d'Atlantico Sophie de Menthon, Serge Federbusch, et Eric Verhaeghe étaient devant leur télévision comme 17,79 millions de Français.

Qu’avez-vous pensé du débat entre les deux candidats ?

Sophie de Menthon : C’était un débat sans surprises. Hollande a fait du Hollande et Sarkozy du Sarkozy. On n’a pas été véritablement surpris par la teneur, les propos de chaque candidat lors de ce débat. Ceux qui sont pro-Sarkozy le sont encore plus, et les pro-Hollande sont confortés dans leur jugement. Mais ce qui importe est donc de savoir ce que les indécis ont ressenti. Mais c’est assez difficile à déterminer car je ne trouve pas qu’il y ait vraiment eu de sujets clivants.

Serge Federbusch : Je pense que le débat a dû surprendre les téléspectateurs. Les gens attendaient un Sarkozy agressif, mordant car en situation de challenger. Il a réussi à garder son calme quand Hollande l’interrompait constamment. De l’autre côté Hollande a montré plus de pugnacité que ce qu’on pouvait imaginer de sa part. Ils jouaient un peu tous les deux à contre-emploi pour corriger leurs défauts présumés respectifs. C’est un débat qui va contribuer à calmer les enjeux, ce n’est pas l’espèce de guerre civile qui se profilait depuis quelques jours. Mais il faut noter que le débat a été trop technique de manière générale. C’était un débat de technocrates.

Eric Verhaeghe : C’est un débat qui s’est fait de l’implicite et de l’allusion. En permanence, il y avait ce que les candidats disaient ouvertement, et il y avait l’allusion implicite au sujet dont on ne voulait pas parler, les concessions faites au FN. On a donc eu un débat à trois, le troisième étant Marine Le Pen, et c’est bien ce qui fait l’originalité de cette soirée. Ce qui a manqué est l’évocation politique. Tout s’est fait sur des points techniques.

Peut-on parler de victoire pour l’un des candidats à l’issue de ce débat ?

Sophie de Menthon : Je pense que Nicolas Sarkozy a totalement emporté ce débat sur la connaissance des dossiers, la volonté, la force de conviction. Il a été plus agressif, dans le sens positif, comme dans le sens négatif du terme. Pour moi il a été l’attaquant. Il a clairement été dominant sur la connaissance des dossier, ça en devenait presque écrasant. Je me suis senti un peu gêné pour François Hollande. Économiquement, Sarkozy était bien meilleur. Sur l’international aussi… Mais j’ai trouvé Hollande plutôt bon sur sa tirade « si je suis président » avec ses répétitions, ses attaques à chaque phrases contre Nicolas Sarkozy. C’était le moment de Hollande.

Serge Federbusch : Je pense que Sarkozy a été globalement meilleur, mais peut-être pas suffisamment. Hollande a été trop agressif, il l’a trop interrompu. Une grosse erreur de Hollande a été sa tirade de trois minutes pendant laquelle il a répété « Moi président, moi président ». On avait envie de se lever et lui mettre une baffe, ce n’est pas un monologue. Sarkozy l’emporte donc au point légèrement, mais il fallait qu’il gagne par KO donc ce ne sera probablement pas suffisant.

Eric Verhaeghe : La bonne question est qui est parvenu le plus à modifier la tendance pour le second tout. Il me semble que Nicolas Sarkozy a réussi à donner des gages à un certain nombre d’électeurs du FN sur le danger idéologique que représenterait pour eux une élection de François Hollande. En revanche, sa stratégie a-t-elle été payante ? Il faut attendre pour le découvrir.

 

Le débat sur les questions liées à l’immigration a été plutôt agité. Qu’en avez-vous pensé ?

Sophie de Menthon : Le débat sur les centres de rétention a en effet été marquant. Nicolas Sarkozy a cherché la faute chez son adversaire et il l’a trouvée. Le thème de l’immigration aurait vraiment pu être un sujet clivant, mais il ne l’a pas été selon moi. Hollande est lui aussi allé chasser sur les terres de Marine Le Pen. Discrètement, mais il a été plus ferme qu’on ne l’attendait sur le sujet. Sarkozy a été plus soft.

Serge Federbusch : Sur l’immigration, Sarkozy a été le plus crédible. Il n’a toutefois pas été assez pugnace sur la question de la rétention. Quand Hollande dit qu’elle ne vise pas les immigrés illégaux, c’est complètement faux. C’est un énorme mensonge qui démontre l’inanité de son raisonnement. Sarkozy était donc plus convaincant du point de vue factuel. Mais il y a eu tellement de chiffres échangés qu’on ne peut pas vraiment avoir une idée précise sur la question.

Eric Verhaeghe : En terme de présence, François Hollande a été le plus clair sur l’immigration. Mais techniquement, Nicolas Sarkozy l’a dominé et l’a mis en position de contradiction permanente entre ses affirmations et la réalité. Ça s’est senti sur la question des zones de rétention ; François Hollande a été déstabilisé. 

Propos recueillis par Antoine Kalewicz et Romain de Lacoste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (54)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Néfertiti
- 04/05/2012 - 18:36
Pas la peine de vous disputer les gars !
D'après Georges SOROS (qui en connait un rayon !!! ) :

"Que l’euro perdure ou non, l'Europe est confrontée à une longue période de stagnation économique, voire pire. D'autres pays ont connu des expériences similaires. Les pays d'Amérique latine ont subi une décennie perdue après 1982, et le Japon stagne depuis un quart de siècle, tous ont survécu. Mais l'Union européenne n'est pas un pays, et il est peu probable qu’elle survive. Le piège de la dette déflationniste menace de détruire une union encore politiquement inachevée."

Voilà, de toute façon, Hollande où Sarkosy, les carottes sont cuites puisque c'est la fin des haricots ....
Néfertiti
- 04/05/2012 - 18:34
Pas la peine de vous disputer les gars !
D'après Georges SOROS (qui en connait un rayon !!! ) :

"Que l’euro perdure ou non, l'Europe est confrontée à une longue période de stagnation économique, voire pire. D'autres pays ont connu des expériences similaires. Les pays d'Amérique latine ont subi une décennie perdue après 1982, et le Japon stagne depuis un quart de siècle, tous ont survécu. Mais l'Union européenne n'est pas un pays, et il est peu probable qu’elle survive. Le piège de la dette déflationniste menace de détruire une union encore politiquement inachevée."

Voilà, de toute façon, Hollande où Sarkosy, les carottes sont cuites puisque c'est la fin des haricots ....

‹ précédent
sam84
- 04/05/2012 - 17:37
Le gagnant on s'en fou
Car quelque soit le résultat les perdants c'est nous au lendemain des élections..La crise s'est arrêté aux frontières provisoirement, depuis le début de la campagne,mais elle est encore bien la et nous attend ..Fini les rodomontades des agences de notation ,des puissances financières......Chut il faut laisser le bon peuple croire qu'il fait le choix de son avenir ,il n'en sera que plus docile pour avaler ce que la mondialisation et l'Europe,et les puissances financières nous réserve...Le futur president est chargé de distribuer et la vaseline et le bâton merdeux...Prenez une grenouille si vous la jetez dans une casserole eau bouillante son réflexe sera de sauter hors de le casserole ...Prenez la même grenouille mettez la dans une casserole d'eau froide et faite chauffer doucement ,lorsque l'eau sera bouillante elle aura perdu toute notion de survie dans un apparent bien être d'abord ,suivit d'un torpeur trompeuse et puis la cuisson aura raison de la pauvre bête...Qui peut veut,éteindre le feu sous la casserole ?