En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

05.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

06.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

07.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 43 sec
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 2 heures 37 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 3 heures 41 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 8 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 19 heures 58 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 21 heures 8 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 22 heures 26 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un homme a été placé en garde à vue
il y a 1 heure 54 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 6 heures 46 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 7 heures 39 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 19 heures 33 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 20 heures 17 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 21 heures 44 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 23 heures 24 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
Coucou !
© LUDOVIC MARIN / AFP
Coucou !
Come back ?

L'illusion du retour de François Hollande avant la réunion du PS à La Rochelle

Publié le 19 août 2018
Le Parti socialiste se réunit à la Rochelle pour son université d'été, et une rumeur d'un retour de François Hollande semble masquer les enjeux que va devoir affronter le nouveau Parti Socialiste.
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Parti socialiste se réunit à la Rochelle pour son université d'été, et une rumeur d'un retour de François Hollande semble masquer les enjeux que va devoir affronter le nouveau Parti Socialiste.

Atlantico : Alors que les élus PS se réuniront du 23 au 25 août à la Rochelle, François Hollande songerait à rejoindre les siens à cette occasion, réintégrant ainsi la vie politique française d'une manière plus claire. Peut-on maintenant parler de « vrai retour » de l'ancien président ? 

Chloé Morin : Il est vrai que, depuis la sortie de son livre, François Hollande manifeste de plus en plus ouvertement son désir de revenir dans le débat politique. S’il nie - à ce stade - tout velléité de se présenter à nouveau à des élections, on l’a vu prendre position sur de multiples sujets ces derniers temps, et il ne semble manquer aucune occasion de critiquer son successeur… En réalité, il n’a jamais réellement quitté la vie politique. Non seulement il a pris la parole très tôt après sa sortie de l’Elysée, mais il l’a fait de manière « politique » alors qu’on eût pu s’attendre à ce qu’il observe une sorte de période de réserve, en donnant à son successeur le bénéfice du doute. Par conséquent, à la différence de responsables politiques - on pense à Juppé, par exemple, ou même à ce que Nicolas Sarkozy avait tenté de faire à travers une diète médiatique entrecoupée de cartes postales entre 2012 et 2015 - qui prennent leurs distances pour mieux revenir, lui n’a pas bénéficié d’une période de diète médiatique. Du coup, la plupart des Français n’on apparemment pas reconsidéré leur opinion sur lui et son bilan : dans les baromètres de popularité IPSOS/Le Point, il navigue autour de 20% de popularité (21% en Juillet) depuis sa sortie de l’Elysée. 

Il n’est donc pas possible de parler de rédemption ou de « Hollande nouveau », d’autant que plusieurs personnalités de gauche sont plus populaires que lui : Christiane Taubira (27%), Jean-Luc Mélenchon (27%), Martine Aubry (25%), Anne Hidalgo (23%) ou encore Benoît Hamon (23%). Même auprès des sympathisants PS, Hollande est populaire (51% de bonnes opinions), mais devancé par Lang (62%), Hulot (58%), Taubira (57%) et fait jeu égal avec Hamon. Il est vrai qu’un certain nombre de ces personnalités de gauche sont plutôt en retrait du champ politique, ou ne manifestent pas d’ambition nationale à ce stade… Par ailleurs comme la nouvelle génération peine à émerger - une difficulté structurelle, due à la nature du paysage médiatique, que l’on retrouve à LREM mais aussi chez LR -, Hollande occupe habilement l’espace laissé vacant, en tentant de se positionner comme premier opposant à Emmanuel Macron. 

Quelles sont ces attentes des sympathisants socialistes, et celles qui animent ceux qui ont pu quitter le parti au bénéfice de LREM ou de la FI ? En quoi François Hollande peut-il correspondre à cette « envie », y a-t-il un réel appétit à gauche pour le retour de l’ancien Président ? 
 

Il existe incontestablement, chez les sympathisants socialistes restants ainsi que chez un certain nombre d’ex-socialistes ayant voté LFI ou LREM, une aspiration à voir émerger des idées nouvelles, et à davantage de justice sociale dans la politique menée. Pour une bonne partie des sympathisants de gauche, Jean-Luc Mélenchon ne peut incarner l’avenir de la gauche de gouvernement - il est perçu trop à gauche, certaines de ses solutions sur l’Europe ou l’économie peuvent paraître irresponsables ou susciter des craintes… Un certain nombre - moins conséquent qu’on n’eût pu le penser - des électeurs LREM venant de la gauche sont également frustrés par une politique dont ils estiment qu’elle oublie certains principes, notamment celui de justice sociale, ou l’humanité dans le cas de l’accueil des migrants. 

Mais à ce stade, ces aspirations restent en suspens, elles ne trouvent aucune incarnation suffisamment forte - ni Hollande, ni aucune autre figure de gauche - pour les porter. Les sympathisants de gauche social-démocrate n’ont pas le sentiment qu’il existe une offre réellement nouvelle, en prise avec les enjeux d’aujourd’hui et de demain. C’est là un défi incontournable pour le PS : savoir faire émerger des personnalités, mais aussi et surtout des idées, des propositions qui puissent parler au coeur des français et répondre à leurs préoccupations quotidiennes. De ce point de vue, François Hollande joue sur la notoriété acquise dont il dispose, mais il ne semble pas avoir investi le champ des idées et des propositions… Cela lui sera d’autant plus difficile que son exercice d’explication de son bilan, réalisé à travers son livre, ne semble pas réellement avoir modifié le jugement de la plupart des Français. Or, comment proposer, quand on peut constamment vous demander pourquoi vous ne l’avez pas fait quand vous auriez pu? C’est un piège dont Nicolas Sarkozy, et toute la génération qui a exercé le pouvoir avec lui, a eu le plus grand mal à se sortir...

Au regard d'une telle situation, quels sont les enjeux pour Olivier Faure, nouveau secrétaire général du parti ? Peut-il capitaliser sur l'ancien président, ou est-il nécessaire pour lui de parvenir à faire tourner la page au parti ? 

Le premier défi d’Olivier Faure est de se faire connaître au delà du cercle des militants socialistes, qu’il a su convaincre - avec un score plus élevé que prévu - pour parvenir à ses fonctions. On constate, avec le renouvellement profond du personnel politique du printemps 2017, qu’il est aujourd’hui extrêmement difficile d’émerger sur la scène politique. Plus de la moitié des Français interrogés dans le cadre du baromètre IPSOS Le Point ne connaissent pas Olivier Faure - mais c’est aussi le cas du porte parole du Gouvernement Benjamin Griveaux, et d’autres poids lourds du gouvernement comme J-M Blanquer ou A. Buzyn sont méconnus de la moitié des Français… Ainsi, même un parti dominant comme La République En Marche connait encore bien peu de « figures » connues du grand public - cela a d’ailleurs posé quelques difficultés quand il a fallu organiser la riposte médiatique sur l’affaire Benalla. Mais pour le Premier secrétaire socialiste, cet exercice est rendu d’autant plus difficile que le PS n’est plus LE parti dominant, le prétendant logique à l’alternance à gauche. 

Olivier Faure doit donc, en même temps, s’imposer et remettre le PS dans le paysage politique. Ajoutons, pour compliquer encore les choses, qu’autour de lui il compte de nombreux élus, notamment dans les territoires, mais que bien peu disposent d’une notoriété dépassant le périmètre de leur circonscription. Il a donc à ce stade peu de relais médiatique puissants, ce qui donne le sentiment, dans un système médiatique très centralisé, où croit souvent que tout ce qui compte se passe à Paris, qu’il est seul. Auparavant, le fait d’avoir des réseaux, des relais, des militants pour tracter, était un atout conséquent pour un parti politique. Avec internet et les réseaux sociaux, un certain nombre de barrières à l’entrée qui empêchaient autrefois de nouveaux « entrepreneurs politiques » d’émerger sont tombées. Les vieux partis, structurés et comptant plusieurs dizaines de milliers de militants dévoués, ont ainsi perdu un avantage considérable. Emmanuel Macron, ou Jean Luc Mélenchon, ont montré qu’un leader pouvait s’imposer sur la scène politique sans avoir de troupes nombreuses et organisées, pour peu qu’il sache habilement jouer un jeu médiatique qui valorise les coups d’éclats, le charisme, et les mises en scène habiles. Mais pour un parti comme le PS, qui a une culture du collectif et s’est toujours méfié de la personnalisation du pouvoir, les règles du jeu médiatique représentent un handicap… 

Si le principal défi pour le Premier secrétaire est d’émerger par lui-même, il doit aussi parvenir à faire en sorte que les Français de gauche qui ont été déçus par le PS sous Hollande en viennent à réviser leurs jugements. C’est à dire leur faire la démonstration que le PS a changé. Sans cela, l’étiquette du PS risque de rester pendant un moment un handicap important. Or, de ce point de vue, et même si les querelles de personnes sont un des éléments comportementaux du PS qui ont écoeuré militants et électeurs ces dernières années, il n’est pas certain qu’Olivier Faure ait intérêt à laisser François Hollande occuper le devant de la scène comme il le fait… Ne serait que parce que, rappelons le, chaque parti a un temps d’antenne défini par le CSA. Or, chaque minute de « temps PS » accordé à Hollande est une minute de moins pour la jeune génération d’élus qui cherchent à se faire entendre...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires