En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 51 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 1 heure 14 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 3 heures 9 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 4 heures 21 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 7 heures 35 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 8 heures 49 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 1 heure 28 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 2 heures 38 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 3 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 5 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 11 heures 3 min
© JOSE JORDAN / AFP
© JOSE JORDAN / AFP
Info Atlantico

Sondage exclusif : après l'Aquarius, toujours 54% des Français opposés à l'accueil de migrants en France

Publié le 18 août 2018
Les Français sont un peu plus favorable à l'accueil qu'il y a deux mois. Mais le casse-tête pour Macron reste entier, entre tentation de séduire la droite et soutien de son électorat à l'accueil des migrants.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français sont un peu plus favorable à l'accueil qu'il y a deux mois. Mais le casse-tête pour Macron reste entier, entre tentation de séduire la droite et soutien de son électorat à l'accueil des migrants.

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

Atlantico : 46% des Français sont aujourd'hui favorables à ce que les migrants arrivant sur les côtes grecques et italiennes soient répartis entre différents pays d'Europe, soit 4 points de plus qu'en juin, et 7 points de plus qu'il y a un an. Quelle partie de l'électorat français a le plus contribué à cette évolution ?

Jérôme Fourquet : On constate effectivement un légère progression de la propension à l’accueil de migrants en France dans le cadre d'un plan européen de répartition de cet accueil entre les différents partenaires. Cette légère progression de l’adhésion par rapport au précédent épisode Aquarius peut s’expliquer justement, partiellement sans doute, de par la réitération de ce type de crises et de polémiques qui produit pour effet sur une partie de l’opinion que cette  dernière estime qu’il faut prendre le taureau par les cornes et qu’il est du devoir pour la France de participer à l'accueil. Et ce parce qu’on n’est pas face à quelque chose de ponctuel mais face à une problématique structurante. Et qu'en conséquence ils considèrent qu’il va falloir que la France ne reste pas à l’écart. Il faut dire aussi que la précédente affaire dite « Aquarius » date à quelques jours près de seulement deux mois. C’est un rythme très soutenu. Entre temps on a eu un certain nombre d'informations sur la hausse des arrivées sur les cotes espagnoles, sur la poursuite des noyades en Méditerranée centrale… Tout cela sensibilise quelque peu toute une frange de l’opinion publique française par rapport au mois de juin. 

Si on regarde, on va constater que les choses sont différentes selon qu’on regarde en termes de niveaux ou en termes d’évolution.

Tout d'abord si on regarde en termes de niveau, on est toujours sur un dossier qui est très fortement polarisé selon le vieux clivage gauche droite puisque qu’on a un électorat de gauche massivement favorable à l’accueil des migrants. Sur ce type de sujets, l'électorat d'En Marche se classe à gauche. Ce qui n’est pas sur le cas sur les sujets économiques et sociaux. Et on a en face un électorat des Républicains qui est massivement opposé à l’accueil, et un électorat frontiste qui est unanimement opposé à l’accueil. Si on a brouillage du clivage sur un certain nombre de thématiques, sur la question migratoire on retrouve parfaitement la distinction gauche droite avec, élément important, un centre de gravité des électeurs En Marche qui penche clairement du côté de la gauche. 2/3 des sympathisants Insoumis et En Marche sont pour l’accueil, ¾ des sympathisants PS, contre ¾ des Républicains qui y sont opposés et 92% des sympathisants RN qui s’y opposent. 

Cette opposition gauche-droite s'est encore davantage affirmée que lors de la précédente mesure, car c’est à gauche que l'adhésion à l'accueil à le plus progressé par rapport à la précédente arrivée de migrants. On voit bien que la réitération de ces affaires, les problèmes humanitaires que cela pose émeuvent ou sensibilisent une partie du public qui serait potentiellement favorable à l’accueil et qui finit donc d’être convaincu. On progresse de 4 points entre juin et août pour l’ensemble des Français, La progression est du double dans l'électorat insoumis, de 9 points dans l’électorat du PS et de 6 points dans l’électorat d’En Marche. C’est clairement à gauche que la progression s’est faite : on a +2% chez les LR et +4 au RN, sachant qu’on partait de très bas (96% d’opposés alors). Il y a un discours des humanitaires et des ONG qui a manifestement eu un écho. On a en tête aussi par exemple qu’une personnalité comme Jean-Claude Gayssot, qui n’est pas forcément une personnalité très connue mais qui est un ancien ministre des Transports aujourd’hui en charge du port de Sète s’est exprimé quand la polémique sur l’accueil à nouveau ou non de nouveaux migrants recueillis pas l’Aquarius. En tant que responsable du port de Sète, il s’était déclaré favorable à l’ouverture de ses installations pour l’accueil des migrants. On voit bien que du côté de la gauche, notamment la gauche la plus à gauche, les voix se sont faites entendre et qu’elles ont été manifestement entendues par des électeurs de gauche qui étaient plus frileux et réfractaires il y a deux mois et qui le sont moins aujourd’hui. 

 

En quoi cette question pose-t-elle un défi particulier au "en même temps" d'Emmanuel Macron ?

Cela pose une double difficulté pour Emmanuel Macron. D'une part une difficulté philosophique, rhétorique et de cohérence des propos dans le sens où Macron candidat était sur des positions très favorables à l'accueil et rendait hommage au courage et à l’humanité d’Angela Merkel qui avait ouvert très largement ses frontières aux migrants qui empruntaient alors la route des Balkans et l'Emmanuel Macron président qui est beaucoup plus sensible à la façon de voir de la place Beauvau, occupée par son bras droit Gérard Colomb, affichant une position de beaucoup plus grande fermeté vis-à-vis de l’accueil. Il s’agit pour lui d’articuler les deux positions. Lors de la première affaire Aquarius, Emmanuel Macron avaient eu un discours très dur vis-à-vis de Salvini qui faisait preuve pour lui d'absence d'humanisme alors même que la France refusait également d’accueillir le bateau mais acceptait de prendre en charge les occupants du bateau. Une tentative de concilier des contraires manifestement peu réussie au début donc. La difficulté pour Macron est d’arriver à être sur la ligne de crête, concilier les contraires tout en ayant une position relativement cohérente. 

La deuxième difficulté est beaucoup plus électorale, même si les deux sont liées : on le voit à la lueur de deux chiffres. Deux tiers de son électorat penche du côté de la gauche sur la question de l’accueil des migrants alors que l’électorat qu’il a en ligne de mire qui fait parti de l’électorat LR, et qu’il compte séduire dans la perspective des européennes puis des municipales pour élargir le cercle du macronisme est dans des proportions quasiment inversées, et donc opposé à l’accueil. Emmanuel Macron se pose la question sur la façon dont il peut satisfaire le canal historique tout en envoyant des signaux à l’électorat à conquérir qui se trouverait sur des positions radicalement opposées à celle de son électorat naturel.

Comment mesurer l'impact de la solution trouvée pour l'Aquarius -une arrivée à Malte et une répartition entre plusieurs pays- pourrait elle finalement ne convenir à personne ? Ni à ceux qui refusent l'arrivée de migrants, ni à ceux qui auraient souhaité voir l'Aquarius être directement accueilli en France ?

Vacances oblige peut-être, mais peut-être pas quand même : Emmanuel Macron s’est exprimé sur un certain nombre de sujets ces derniers jours, en dépit de son statut de vacancier présidentiel. Sur l'Aquarius "saison 2", on a eu silence radio du côté du fort de Brégançon alors qu'il avait jugé bon de monter au créneau sur le premier épisode avec un discours présidentiel qui était, nous l’avons dit, assez alambiqué. On a pas eu de prise de parole présidentielle mais on a juste entendu que la France comme lors de la première affaire n’ouvrait pas ses ports mais faisait parti là encore des pays qui s'étaient dévoués pour se répartir les occupants du navire. Il continue donc sur la même ligne tout en ne la claironnant pas. 

Est-ce le bon équilibre ? Ce n’est pas évident de se prononcer pour l’instant. Emmanuel Macron peut espérer pouvoir tenir l'argumentation que lui et ses proches avaient utilisé lors de la loi Asile et Immigration, affirmant que d'un côté à gauche on le traite de fasciste et à droite de laxiste, affirmant que c’était le signe qu’ils devaient sans doute se trouver au point d’équilibre acceptable pour concilier à la fois les valeurs humanistes qui les animent et les impératifs économiques et d’équilibre social qu’ils doivent surveiller compte tenu de la situation de la société française aujourd’hui. 

Concernant la question de l'Aquarius, on peut voir apparaître, fait inhabituel, une réelle rupture entre LREM (favorables à l'accueil à 59%) et le Modem (35%). Cet écart peut-il nuire à la cohésion de la majorité sur ces questions ? 

Ce qu’on voit si vous voulez, c’est qu’En Marche est proche du PS, un Modem qui se situe plus proche des Républicains et à mon avis un UDI qui se situerait certainement entre le Modem et LREM. On voit bien que la question migratoire continue de faire perdure le clivage gauche droite. La majorité présidentielle est un alliage fait de différentes sensibilités politiques, il est naturel qu’on retrouve ce clivage gauche-droite au sein même de la majorité présidentielle. Avec des électeurs du Modem qui sont plutôt de centre-droit et des électeurs de LREM qui étaient des anciens électeurs majoritairement du PS.  Sur ces questions-là, les anciens électeurs socialistes n’ont pas changé de point de vue ni de valeurs. Idem pour le Modem et les UDI voire les gens comme Philippe et les autres anciens LR qui sont sans doute plus d’accord avec l’électorat LR proche de Wauquiez mais moins que l’électorat LREM qu’il a rejoint. 

Jean-Pierre Raffarin dans un entretien récent donné au Monde s’est projeté sur quelle configuration et quelle stratégie la famille de droite libérale, humaniste et réformiste a laissé entendre que toutes les options étaient ouvertes. Bien évidemment, le camp présidentiel aura à cœur de convaincre cette famille de faire liste commune avec elle, même si Raffarin a indiqué que la définition d’une politique migratoire équilibrée serait une des clés de décision pour la droite qu’il représente. On voit bien qu’une politique trop favorable à l’accueil empêcherait le gouvernement de récupérer une partie conséquente de l’électorat de droite. En revanche, s’il mène une politique plus mesurée, la chance de captation grandira. Le sujet de la crise des migrants va continuer d’empoisonner le quotidien de l’effectif, notamment parce que l’Aquarius devrait repartir en mer et lui ou un autre navire posera le même type de problème. Le gouvernement va devoir trouver une solution pratique à cette situation, qui a dans le même temps une dimension éminemment européenne et éminemment politique au plan intérieur français et va peser sur les élections européennes à venir. 

L’enjeu d’une intégration, coopération et harmonisation au plan européen est importante pour En Marche, qui a besoin d’un bilan à présenter aux Français. Macron devrait chercher une réponse concertée tout en trouvant une réponse politique interne équilibrée pour ne pas s’aliéner ses soutiens historiques, qui sont pour l’accueil tout en tentant de convaincre la droite humaniste qui penche vers moins d’accueil avec une politique qu’elle jugerait crédible. 

Un autre enjeu majeur pour cette droite modérée sera aussi la position du gouvernement sur la réduction du déficit public. Là encore, la question va être complexe pour Emmanuel Macron. 
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires