En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 3 heures 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 3 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 6 heures 49 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 7 heures 44 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 8 heures 29 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 11 heures 43 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 3 heures 10 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 7 heures 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 8 heures 5 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 8 heures 43 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 12 heures 56 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 14 heures 49 min
© THIBAULD MALTERRE / AFP
© THIBAULD MALTERRE / AFP
Talibans

Afghanistan : dix ans après, retour sur l’embuscade d’Uzbin

Publié le 17 août 2018
Premier épisode d'une série en trois volets du colonel Michel Goya sur l'embuscade d'Uzbin en Afghanistan, qui fera dix morts chez les soldats français et 21 blessés.
Michel Goya
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Goya est colonel dans l'armée de terre, aujourd'hui retiré du service actif. Il est désormais consultant en stratégie et organisation.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Premier épisode d'une série en trois volets du colonel Michel Goya sur l'embuscade d'Uzbin en Afghanistan, qui fera dix morts chez les soldats français et 21 blessés.

Premier épisode d'une série en trois volets du colonel Michel Goya sur l'embuscade d'Uzbin en Afghanistan qui a opposé les FIAS  (Force internationale d'assistance et de sécurité) composées de Français, Américains et Afghans à des talibans et insurgés de Hezb-e-Islami Gulbuddin. Une embuscade qui entraînera la mort de dix soldats français ainsi que leur interprète et fera 21 blessés dans nos rangs.

Article initialement publié sur "La Voix de l'épée".

Je suis allé pour la première fois à Kaboul durant l’été 2006. Cette période correspondait à de grands changements. Il y avait alors en Afghanistan cette situation étrange où les forces armées d’une même coalition étaient séparées en deux opérations différentes et parallèles.  Ces deux opérations correspondaient aux visions divergentes du département d’Etat, qui voulait faire du Nation Building, et de la Défense, qui ne voulait faire que combattre. Le tout s'appuyait sur une stratégie globale américaine largement improvisée, et comme d’habitude, totalement ignorante des réalités locales.

Il y avait donc l’armée qui faisait la guerre le long de la frontière pakistanaise, celle de l’opération Enduring Freedom, et celle qui aidait à la construction du « nouvel Afghanistan », la Force internationale d’assistance et de sécurité (FIAS ou plus communément ISAF). Dans les faits, l’ISAF, armée principalement par les membres non-Américains de l’OTAN (40 000 soldats européens au plus fort de l’engagement, sans par ailleurs la moindre vision commune européenne), restait longtemps confiné à Kaboul par les Seigneurs de la guerre afghans, premiers alliés des Américains. La plupart d’entre eux ne souhaitaient pas en effet avoir trop d’interférences dans leurs affaires. Ils étaient favorables à l’aide économique, qui permettait de construire de belles villas à Dubaï, mais moins aux importuns. La « sous-traitance » de la sécurité leur convenait bien et effectivement selon leurs rapports les choses semblaient ne pas trop mal se passer, y compris dans les provinces pashtounes du Sud et de l’Est.
 
Après des années, l’ISAF avait pu finalement étendre son action dans les zones calmes du Nord et de l’Ouest d’abord, où allaient se réfugier les Allemands et les Italiens. Et puis en 2006 elle a pris en compte le reste du pays. Les contingents britanniques, canadiens, néerlandais et danois, pour ne citer que les principaux, s’engageaient dans les provinces pashtounes du Sud, avec la ferme intention d’y étendre les bienfaits de la stabilisation. Il n’était nulle part question de combat mais plutôt d’appui aux Equipes provinciales de reconstruction (PRT), ces organismes de coordination des moyens de la gouvernance et du développement mis en place dans chaque province. Le ministre britannique de la défense déclarait même qu’il espérait qu’aucune cartouche ne soit tirée durant les trois ans de la mission.
 
La surprise fut totale. Les soldats de Sa Majesté, très insuffisants en nombre et assiégés partout, tirèrent finalement plus de 500 000 cartouches et 13 000 obus en six mois. Quant aux autres nations engagées, adeptes des missions de maintien de la paix ou de stabilisation, ce fut un choc. Quelqu'un leur avait menti et cette guerre dont ils ne voulaient pas entendre parler les avait pris par surprise. C’est dans ce contexte que le Canada demanda l’aide de la France.
 
La position de la France en Afghanistan était alors, à l’instar de beaucoup, celle de l’engagement symbolique. Il était difficile après les attaques du 11 septembre 2001 de ne pas montrer sa solidarité avec les Etats-Unis en n’étant pas présents à leurs côtés mais dans le même temps il n’était pas question non plus pour le Président Chirac de prendre de srisques. Tout au plus, après la crise avec les Américains en 2003 avait-on accepté, en geste de bonne volonté, d’engager 300 hommes des Forces spéciales dans la province sud de Kandahar à la frontière du Pakistan (Task Force Arès). Pour le reste on refusait de constituer une PRT française, à la différence de tous les autres alliés. Les équipes de conseillers, OMLT (Operational Mentoring Liaison Team), venaient d’être mises en place mais la France refusait alors d’en envoyer dans les bataillons afghans. Les règles d’engagement de nos chasseurs-bombardiers étaient si restrictives qu’ils ne frappaient quasiment jamais.
 
Nous étions depuis le début de l’intervention centrés sur Kaboul avec un dispositif de formation, par ailleurs très efficace, des cadres de l’armée afghane (Epidote) et un petit bataillon (le BATFRA), qui faisait de la « présence » dans la capitale et ses abords. Nous étions clairement dans la continuité des opérations de stabilisation pratiquées en Bosnie depuis 1995 et au Kosovo depuis 1999 à ce détail près que ces deux opérations balkaniques se déroulaient « après » la paix et non pendant une guerre qui continuait.
 
 
Dans le cadre de la réorganisation de l’ISAF, nous étions très satisfaits de rester à Kaboul dans le nouveau « Commandement de la capitale » dont nous assurerions la direction tournante avec les Italiens et les Turcs. Il y a avait juste un petit district, la Surobi, à prendre en compte aux sorties Est de Kaboul. Il fut décidé que ce serait à la charge de la nation alors au commandement de la zone.
 
Nous étions très clairement dans le camp des combattants non-pratiquants et entendions le rester, avec même l’idée de se retirer le plus vite possible. Mais dans le même temps, nous étions fiers de ne pas afficher de « caveats », ces restrictions d’emploi (« nos hélicoptères ne prennent pas d’afghan à bord », « nous ne faisons pas de maintien de l’ordre », etc.) qui empoisonnent la capacité opérationnelle des forces en coalition. Prenant prétexte de cette absence officielle de restrictions, les Canadiens, alors très en difficulté dans la province de Kandahar, demandaient à ce que l’on engage à leurs côtés la compagnie d’infanterie du BATFRA. Après quatre jours de tergiversations, la France refusait, suscitant une belle période de French bashing au sein de certains de nos Alliés.
 
 
Quelques temps après ce refus, je suis allé voir la compagnie d’infanterie qui s'était malgré tout préparée à partir, une excellente unité du 126e Régiment d'infanterie. Je me suis alors rendu compte qu’il n’avait jamais été sérieusement envisagé, hors la TF Arès, d’engager une unité au combat en Afghanistan. Le commandant d’unité n’avait pas de véhicule de commandement blindé (heureusement, comme la France venait de prendre le commandement de la zone de Kaboul, la compagnie de transmissions a pu lui en prêter un), il ne disposait pas de plus d’une unité de feu et demi (en gros de quoi combattre pendant 72 h) bien évidemment stockée comme en métropole, ce qui a pris un temps fou à reconditionner en dotations de combat. Le ravitaillement pour la suite ? Les Américains ! Leurs munitions sont compatibles avec nos armes ? On ne sait pas ! (au passage, cela ne pouvait être pire que celles qu’on importait à l’époque). Depuis assez peu, les camions avaient été remplacés par des VAB (des véhicules blindés donc), avec seulement avec des mitrailleuses légères de 7,62, mais pas pour la logistique, qui restait en camion. Aucune arme à longue portée, hormis deux mortiers de 81 mm, et bien sûr des sections réduites très en deçà du tableau d’effectifs théorique. Sans entrer sans plus de détails, il était évident que si cette unité, comme n’importe quelle autre de l’infanterie française, avait été engagée dans le Kandahar elle aurait éprouvé de grandes difficultés et sans doute des pertes sensibles.
 
Dans mon rapport final, je concluais que l’alerte avec été chaude mais que la foudre ne nous épargnerait pas éternellement. Il fallait absolument se préparer sérieusement à combattre en Afghanistan, non pas simplement répondre à des agressions dans des petits accrochages mais être capables de manœuvrer plusieurs sections ou pelotons, coordonner des feux, faire face à une menace IED omniprésente, toutes choses qu’à force de « soldats de la paix », d’interpositions, de « tirage de la violence vers le bas », de « non emploi raisonné de la force », nous avions un peu perdu l’habitude de faire.
 
Je n’étais évidemment pas le seul à penser cela, loin de là, mais les forces contraires étaient puissantes. Nous gérions la misère le nez sur le guidon en multipliant les opérations avec des moyens toujours réduits, avec des unités de marche », des non-fantassins effectuant des missions de fantassins, des mélanges d’unités, des structures toujours différentes d’un théâtre à l’autre (et parfois même sur le même théâtre), des économies de postes qui faisaient fondre et désorganiser les sections, bref toutes choses qui permettaient de faire les choses à peu près bien…tant qu’il n’était pas question de combattre, auxquels cas tous ces manquements au principes de base nécessaires à l’efficacité au  combat ne manqueraient pas de nous éclater au visage. En fait, ils n’avaient pas déjà manqué d’éclater déjà à plusieurs reprises sur différents théâtres mais heureusement à échelle réduite.
 
Ajoutons que nous venions de sortir des turbulences de la professionnalisation pour tendre les bras vers la Révision générale des politiques publiques (RGPP) (à ce jour le plus grand ennemi des armées françaises depuis le Front de libération nationale pendant la guerre d'Algérie), le tout avec un budget en berne, un capital matériel massivement usé et modernisé au compte-gouttes et des effectifs qui s’apprêtaient à être à nouveau taillés au sabre. Difficile dans ces conditions de préparer sereinement des combats dont nous percevions de toute façon qu’ils étaient la hantise de nos gouvernants. Parmi les conclusions de mon rapport, il y avait la nécessité de demander aux forces spéciales de nous transmettre leur retour d’expérience tactique de leur action dans la province de Kandahar, où sept d’entre eux étaient tombés, et surtout de regarder de très près ce que faisaient les armées alliées qui combattaient en Afghanistan.
 
Je plaidais pour ma paroisse puisque c’était alors mon travail, avant que l’on décide de ne plus s’intéresser à ce que faisaient les autres et finalement que je ne sois pas remplacé à mon  poste après mon départ en 2007. Je ne suis pas sûr qu’il y ait eu alors à ce moment-là quelqu’un dans nos armées qui ait eu le temps de s’intéresser en profondeur aux campagnes militaires du moment. En tout cas, je n’ai vu aucune publication.
 
Pour autant, il y avait des évolutions intéressantes comme la mise en place de l’adaptation réactive, une manière d’assouplir les procédures d’acquisition des équipements, ou celle du « bureau exploitation », synthétisant les comptes rendus de fin de mission (CRFM) des unités françaises, pour les présenter régulièrement aux décideurs de l’armée de terre pour leur demander de…décider des suites à donner. Un processus rationnel se mettait en place qui aboutirait à la transformation du visage de nos forces engagées en Afghanistan mais, avec l'inertie, après août 2008. Il présentait cependant plusieurs limites. La première étant d’être un processus « d’exploitation », au sens de James March, c’est-à-dire un processus incrémental, et non un processus « d’exploration ». On améliorait progressivement les choses et essentiellement d’un point de vue matériel mais sans grande réflexion de niveau opératif. On restait dépendant de notre « sentier » à l’intérieur duquel on circulait de mieux en mieux jusqu’à le creuser continuellement et avoir de plus en plus de mal à en sortir et même voir au-delà.
 
Il est vrai aussi que le flou de la conduite stratégique n’incitait pas non plus à sortir de ce sentier. Il n’avait jamais été question de rester très longtemps en Afghanistan et il était en 2006 plus que jamais question de se replier. Les Forces spéciales étaient retirées du pays et lors de la campagne présidentielle de 2007, le futur vainqueur laissait assez clairement entendre qu’il en serait de même pour les autres soldats français.
 
Et puis une fois élu le Président Sarkozy a changé d’avis. Le 26 mars 2008, il annonçait devant le Parlement britannique que la France enverrait un millier de soldats supplémentaires en Afghanistan pour relever les forces américaines dans la province de Kapisa. Les raisons de cet engagement n’ont jamais été très clairement expliquées, hormis la lutte contre « ces barbares qui coupent les doigts vernissés des petites filles » (une fake news venue des Etats-Unis). Il s’agissait sans doute plus vraisemblablement de donner des gages de bon élève à cet OTAN dans lequel nous revenions tout entier. En avril 2008, lors du sommet de l’OTAN à Bucarest, un sommet marqué par les difficultés de l'organisation en Afghanistan, la France pouvait briller et faire preuve de volontarisme. Contrairement aux nations qui avaient envoyé des troupes dans le Sud afghan et qui avaient été surprises, la France s’engageait volontairement en juillet dans une zone que l’on savait largement tenue par divers mouvements rebelles. En août, elle apprêtait à faire de même en Surobi après avoir repris le commandement de Kaboul. 
 
Etait-on vraiment bien conscient de ce que l’on faisait ? Rien n’est moins sûr. Comme souvent au niveau politique, l’envoi de militaires était une fin en soi, leur nombre constituant la mesure de l’action. Que d’énergie dépensée là-aussi, avec celle des réorganisations à absorber ou des listes de postes à supprimer, à respecter des structures de forces à l’homme près (pas un de plus que 4 000 !), un exercice aussi crétin et déstructurant que si on passait au crible le porte-avions Charles de Gaulle pour le faire fonctionner avec pile 1 000 marins parce que 1 950, c’est trop. Que l’on songe simplement à ce qui pouvait rester là encore comme temps disponible pour la réflexion opérative et tactique.
 
Le Président de la République n’avait pas pris la peine de s’adresser aux Français pour expliquer une décision qui allait faire des centaines de morts et blessés et coûter des milliards d’euros et avait choisi les parlementaires britanniques plutôt que français pour l’annoncer. Cela suscita une petite grogne. Une motion de censure du gouvernement fut déposée, ce qui permet au Premier ministre d’expliquer que « La France n’est nullement en guerre en Afghanistan » (François Filon, 8 avril), mantra repris ensuite à plusieurs reprises par le ministre de la Défense, Hervé Morin. L’argument premier était que la guerre ne pouvait se faire et donc se déclarer (prérogative un peu oubliée des parlementaires) qu’entre Etats, ce que les anciens des guerres d’Algérie ou d’Indochine ont pu apprécier. Après le Président Mitterrand déclarant « La France n’a aucun ennemi au Liban » après la mort de quinze soldats en six mois et quelques jours avant l'attaque du poste Drakkar (58 morts), la France s'engageait pleinement en guerre tout en proclamant le contraire. Les dégâts d'une mauvaise surprise ne pouvaient alors n'être que considérables.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires