En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

04.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 50 min 57 sec
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 1 heure 50 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 2 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 13 heures 54 sec
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 16 heures 11 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 17 heures 12 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 21 heures 58 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 23 heures 31 sec
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 1 jour 16 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 13 heures 15 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 16 heures 37 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 18 heures 35 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 20 heures 46 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 23 heures 56 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 jour 37 min
© Valery HACHE / AFP
© Valery HACHE / AFP
Catastrophe

Viaduc de Gênes : comment l’Italie a renoncé à ses investissements et à ses services publics depuis 10 ans

Publié le 16 août 2018
L'effondrement du viaduc de Gênes qui a fait 39 victimes selon le dernier bilan met aussi en lumière le grave problème du manque d'investissements dans le pays.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'effondrement du viaduc de Gênes qui a fait 39 victimes selon le dernier bilan met aussi en lumière le grave problème du manque d'investissements dans le pays.

Atlantico : Après l'effondrement du viaduc de Gênes, c'est l'état de délabrement des infrastructures italiennes qui ont été une nouvelle fois pointées du doigt, faute d'investissements réalisés au cours de ces dernières années. Quelle a été la réalité des "efforts" consentis par la population italienne depuis la crise de 2008 ? Des investissements publics aux services publics, quels sont les secteurs qui ont été le plus "utilisés" pour réaliser des économies ? 

Christophe Bouillaud : Depuis des années, les finances publiques italiennes affichent un solde primaire positif. Le montant des dépenses publiques – hors intérêts de la dette publique – est presque toujours inférieur aux impôts et taxes encaissés par l’Etat. Le but affiché de cette austérité permanente depuis le début des années 1990 est de contenir l’explosion de la dette publique italienne. De fait, ce but a plutôt été atteint, même si bien sûr la dette publique italienne se situe à plus de 130% du PIB italien et pèse plus de 2000 milliards d’euros.

A cette tendance de fond à la multiplication des plans d’économies au fil des décennies passées, le gouvernement Monti a ajouté en 2011-12 une cure d’austérité drastique au nom de la défense de la solvabilité italienne et du maintien de l’Italie dans la zone Euro, qui a provoqué une sévère récession dont l’Italie n’est sortie qu’en 2015. Cette cure d’austérité a porté en particulier sur le système de retraite (« réforme Fornero »), mais, comme les plans précédents de maîtrise de la dépense publique, elle a touché tous les secteurs de la dépense publique sans exception. De fait, il n’y a pas de secteur de la dépense publique qui ait été épargné : la défense, l’éducation, l’université, la santé, le patrimoine, etc., tout a été impacté. Bien sûr, dans chaque secteur de l’action publique, la composante de la dépense en termes d’investissements a particulièrement souffert. La seule chose qui ait été relativement épargné par ces coupes sombres n’est autre que celui des transferts sociaux, en particulier le poste, essentiel en Italie, du versement des retraites. Ce ne sont que les futurs retraités qui ont vu leurs droits restreints, en particulier par le recul de l’âge de la retraite. Contrairement à la Grèce, il n’y a donc pas eu une baisse généralisée des retraites déjà versées par le système public de retraite. Du coup, l’Italie affiche toujours de forts transferts sociaux dans son budget public avec une priorité aux retraites, mais de faibles investissements publics.
 

D'une Italie présentée comme économiquement performante et compétitive au milieu des années 2000, au constat actuel, comment mesure le coût réel de ces 10 dernières années sur le pays, et sa population ?

En fait, l’inquiétude pour le manque d’investissements de toute nature – y compris en matière éducative - et pour le vieillissement des infrastructures ne date pas d’hier. J’en entends parler depuis un  bon quart de siècle. Le retard accumulé dans tous les domaines est énorme. Déjà, en 2001, S. Berlusconi faisait d’ailleurs campagne sur ce thème des infrastructures à relancer. Cela ne veut pas dire que rien ne se fait, mais disons que tout se fait parfois très, très lentement. Des projets des années 1960 ne sont pas encore finis aujourd’hui, comme la célèbre autoroute allant de Salerne à Reggio-di-Calabre. A un manque général de financements, il faut en effet ajouter que toute dépense publique en termes de BTP semble attirer à la fois les entrepreneurs maffieux et les juges anti-mafia. Du coup, dès que l’Etat ou les collectivités locales investissent, les risques sont énormes que ces travaux finissent par un scandale qui bloquera complètement les travaux entrepris, ou pire encore que les travaux soient si mal faits par des firmes en odeur de maffia que tout finit par se délabrer à toute vitesse, voire à s’écrouler. Inversement, il suffit parfois d’un changement de majorité politique dans une localité au profit de politiciens un peu moins corrompus ou plus habiles pour que les choses s’accélèrent subitement. 

 

Le coût de cette incapacité à investir se ressent à deux niveaux.
 
D’abord à un niveau très général : comme le système éducatif et universitaire reçoit depuis des lustres trop peu d’argent, l’élévation du niveau de formation de la population italienne s’effectue bien moins vite que l’économie ne le réclamerait si l’Italie veut vraiment se maintenir à la « frontière de la technologie » ou au centre de l’économie mondiale. Pendant le plus fort de la crise économique, les inscriptions à l’Université ont ainsi baissé nettement, car les taxes universitaires augmentaient trop pour beaucoup de familles. Les dépenses en « R&D du « système Italie » sont aussi notoirement insuffisantes. 
 
Deuxième niveau plus spécifique : les infrastructures matérielles sont effectivement médiocres, ce qui complique la vie économique,  mais cela ne joue à fond que dans le sud du pays. Ce dernier malgré des promesses en ce sens depuis des décennies reste mal relié au reste du pays. 
 
Il faut toutefois noter que, malgré ces deux handicaps, l’Italie reste compétitive dans bien des secteurs, tout particulièrement dans ceux situés dans le nord du pays. Finalement, que ce  pont autoroutier de Gênes ne se soit écroulé qu’en 2018 a aussi permis de l’exploiter au-delà du raisonnable. On découvrira sans doute qu’il aurait plus raisonnable de le détruire dès les années 1980 pour le remplacer par un ouvrage mieux conçu, mais son exploitation aura permis de faire fonctionner cet axe routier vital pour Gênes et la Ligurie sans interruption et avec tous les bénéfices afférents. En somme, ce pont me paraît le symbole de la prise de risque de fait qui soutient bien souvent l’économie italienne. C’est un peu la même chose pour l’aciérie ILVA de Tarante, dont tout le monde sait qu’elle constitue un monstre de pollution, mais qui a pu continuer à fonctionner grâce à cette négligence organisée de la sécurité des populations environnantes.  
 

Quel peut être l'impact politique d'un tel drame ? N'est-ce pas finalement un argument de plus pour l'alliance actuelle, dans leur combat qui s'annonce pour le budget ? 

Les deux partis au pouvoir, le M5S et la Ligue, ont visiblement décidé d’exploiter à fond ce drame pour faire avancer leur agenda commun. D’une part, conformément à leur programme de gouvernement, ils veulent relancer la dépense publique, en particulier en matière de maintenance des infrastructures. Ils ont là une occasion idéale de démonter l’urgence absolue des investissements publics. Matteo Salvini, Ministre de l’Intérieur, a déjà accusé l’Union européenne d’être l’un des responsables de ce drame, en ayant poussé le pays à l’austérité. Or il faut se rappeler que, déjà les précédents gouvernements, voulaient décompter les dépenses d’infrastructures du calcul du déficit public italien à maintenir sous les 3% du PIB. Avec ce drame, le présent gouvernement aura un argument de poids à faire valoir pour aller dans ce sens. 
 
D’autre part, ils vont s’en prendre à la société concessionnaire des autoroutes, et donc responsable de l’entretien de ce viaduc. Le Président du Conseil a déjà annoncé la révocation des concessions autoroutières et la divulgation de l’intégralité des contrats de concession. Ils le font d’autant plus facilement que l’un des actionnaires du concessionnaire n’est autre que la famille Benetton, vue plutôt comme une famille de capitalistes de gauche libérale. Et aussi, comme les tarifs des autoroutes sont vexatoires en Italie pour une qualité vraiment très médiocre du service offert au final, ce genre d’annonce péremptoire ne peut que satisfaire tous les automobilistes italiens – sauf les actionnaires du concessionnaire bien sûr.
 
Enfin, comme dans toute affaire liée au BTP en Italie, en enquêtant sur l’écroulement de ce viaduc autoroutier, les juges ne manqueront pas de découvrir quelques détournements d’argent public. Cela fera plutôt avancer l’agenda du M5S, qui a été fondé pour dénoncer la corruption de tous les politiciens italiens. 
En résumé, ce drame qui arrive juste deux mois après l’arrivée au pouvoir du duo M5S/Ligue, constitue une occasion parfaite de mettre en accusation tous les anciennes élites italiennes, politiques comme économiques, et de marquer, au moins symboliquement, la différence entre les nouveaux gouvernants et ceux d’hier. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires