En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 19 min 23 sec
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 3 heures 32 sec
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 51 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 1 heure 2 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 2 heures 16 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Politique
Personne à la barre

Démocratie française : l'aveu de faiblesse

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 15 heures 16 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 16 heures 47 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 19 heures 24 min
© IAN LANGSDON / POOL / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / POOL / AFP
Positionnement stratégique

Ce que l’économie française aurait à gagner à se concentrer sur son commerce extérieur

Publié le 15 août 2018
La France ne cesse de se donner des objectifs et de se fixer des plans à la suite de la publication de rapports. Réduire le déficit extérieur français est pourtant l’objectif qui pourrait permettre de résoudre bien des problèmes.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France ne cesse de se donner des objectifs et de se fixer des plans à la suite de la publication de rapports. Réduire le déficit extérieur français est pourtant l’objectif qui pourrait permettre de résoudre bien des problèmes.

La France veut plus de croissance, moins de chômeurs, jeunes et aussi séniors, sans oublier ceux de longue durée. La France veut aussi réduire son déficit budgétaire, diminuer les inégalités, calmer la hausse de ses prix, faire naître un réseau de métropoles et renforcer ses pôles de compétitivité, augmenter les salaires, soutenir ses PME, aider les territoires en difficulté, nouer plus de liens avec l’Afrique, l’Allemagne, l’Espagne, innover et breveter davantage, avoir plus d’ingénieurs, de germanistes, de TPE, d’apprentis, d’utilisateurs d’Internet, d’entreprises « branchées » avec leurs sites… etc. 

La France ne cesse de se donner des objectifs, des plans (banlieues, réseaux de soins, économies d’énergie et autres méthanisations…). Chaque fois, elle attend un « rapport ». Pour l’Intelligence artificielle elle vante, puis range, le rapport Villani. Pour la SNCF, elle apprécie ses audaces, ce qui lui permet de le mettre en œuvre seulement en partie, après avoir envoyé les signaux de sa détermination. Elle peut aussi les enterrer : Plan Borloo des Banlieues – jugé trop cher et étatique, ou Rapport Cette sur le SMIC qui proposait de ne plus l’indexer aux prix – jugé trop explosif.
 
La France a la manie des objectifs (et des rapports), pour préparer les esprits, lancer des chiffres, ou bien montrer que le pays sait où il va. Mais cette multiplication d’objectifs, si elle provoque des réactions politico-syndicales et emplit les gazettes a un grave défaut : plus la France se dote d’objectifs, plus il apparaît qu’ils sont contradictoires. Augmenter les salaires soutient la demande mais pèse sur les profits, tout en creusant le déficit extérieur. Soutenir les autoentrepreneurs en augmentant le plafond de leurs revenus n’aide pas les TPE, les artisans et les commerçants - qui vont se plaindre. Augmenter le SMIC n’aide pas les TPE, mais plutôt les « Smicards », mais qui peuvent alors le rester à vie. Hausser le taux du Livret A soutient l’épargne, au détriment de la consommation (on n’en parle jamais), et renchérit le coût de financement du logement social (on en parle un peu), sans jamais se demander si ce ne sont pas les cadres qui bénéficient en fait de l’avantage fiscal du célèbre Livret. Baisser les taux d’intérêt pour le logement et/ou les subventionner fait augmenter le prix du mètre carré en solvabilisant les acquéreurs… Et ainsi de suite : tout objectif s’accompagne d’effets pervers et de moyens financiers, coûts dont il s’agira de démontrer qu’ils s’amortissent avec le temps (bien sûr) – avec leurs effets pervers (bien sûr). Au fond, toutes les politiques publiques sont favorables à la majorité des habitants et rentables à terme, économiquement et socialement !
 
Le hic est que l’augmentation du déficit budgétaire montre que les effets contradictoires, annoncés pour le court terme, de ces politiques ne se compensent pas à long terme, au contraire. C’est le contraire qui joue : plus d’objectifs (louables, bien sûr) et plus de politiques (autofinancées à long terme, bien sûr) donnent plus de déficit et de dette publique (depuis quarante ans) !
 
Donc, il ne faut pas multiplier les objectifs et les politiques qui les escortent. Pas 100, 10 alors ? 
 
 
Le risque est alors de renforcer les oppositions entre ces objectifs, ainsi réduits : consommer ou épargner, grandes villes ou moyennes, tours ou logements plus denses, subventions à l’agriculture actuelle ou fermes immenses… Donc, à chaque fois, les bénéficiaires et les perdants des politiques proposées sont plus clairement visibles : riches/pauvres, jeunes/vieux, ville/campagne, salariés/retraités. Plus il y a d’objectifs, plus tout est flou. Personne n’est très content, mais personne n’est furieux. La croissance ne monte donc pas, le déficit et la dette oui. 
 
Et si l’on retenait qu’un seul objectif pour la France, dont la satisfaction serait de nature à convaincre la majorité de la population, en lui donnant des avantages rapides et visibles ? Et si on testait la baisse du déficit extérieur en biens et services ? On peut voir d’où il vient, les biens et services que l’on achète plus que ceux que l’on vend, d’où et pourquoi. 
 
On mettrait alors l’accent sur le tourisme (toujours gagnant), sur l’exportation de voitures ou de pièces, sur les ventes de logiciels et de brevets, sur les foires et les expositions, sur la marque France, ses régions et leurs points forts. Exporter plus de valeur ajoutée qu’on en importe, c’est monter en efficacité dans les chaînes de production, rapprocher les grandes entreprises des PME, les centres de recherche des entreprises, réduire les charges, optimiser les formations et les transports, monter en qualité pour satisfaire toujours mieux cette « demande de différence » qui seule permet d’accroître, année après année, l’excédent commercial.
 
Ce seul objectif permet de relativiser les tensions internes, entre entreprises, régions et corps sociaux. En même temps, une culture de l’efficacité et de la qualité s’étend, publique et privée, qui permet plus de croissance et d’emploi, moins de déficit extérieur et public, une valorisation de l’épargne… Bien sûr, on va dire que c’est trop simple, ou alors que c’est ce que fait l’Allemagne ou ce que veut faire Donald Trump. Et alors ? 
 
D’abord reconnaissons les différences de situation en France et Allemagne, France et États-Unis. L’Allemagne a un excédent de son compte courant de 8% de son PIB (et budgétaire de 1,3%), contre -0,6% et -2,6% pour la France. Pour les États-Unis, le déficit du compte courant est de 2,4% de leur PIB et 3,5% du PIB pour le budget. « Perdre » sur les biens et services, comme dirait Donald Trump, c’est en fait perdre régulièrement en emplois, en qualifications, avec en contrepartie plus de déficit public pour financer les frais fixes de l’économie, une économie dont les capacités humaines et les infrastructures se détériorent. En France, ce déficit extérieur crée du chômage, financé par du crédit bancaire accordé aux Caisses d’Allocation, implicitement garanti par l’Etat, et par du crédit aux Caisses de retraite, implicitement garanti par l’Etat, plus la dette publique ! Le chômage est le seul prix visible, le reste est différé, mais les bons du trésor français ne sont pas les bons du trésor américain ! 
 
Ce qu’on ne dit pas, avec le déficit commercial français, c’est que c’est une perte répétée d’année en année, pas d’argent (à la Trump), mais d’emplois et de compétences, avec des PME qui se fragilisent, innovent, investissent et exportent de moins en moins. Si on l’explique bien, et si on le fait bien, par la montée en qualité, formation, rentabilité et taille, réduire le déficit extérieur français est l’objectif qui permet de satisfaire l’essentiel des autres. Ce n’est pas plus simple, loin s’en faut, mais c’est plus efficace, parce que c’est plus vrai !
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires