En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© wikipédia
Sexual healing
Et bien non….posséder une télé ne réduit pas beaucoup votre activité sexuelle, et c’est la recherche économique qui le dit
Publié le 08 août 2018
La télévision aurait un impact réel sur notre vie de couple. Mais pas celui que l'on croît. Plutôt que de réduire notre activité sexuelle, avant les ordinateurs et autres écrans individuels, parfois elle la favorisait.
Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michelle Boiron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La télévision aurait un impact réel sur notre vie de couple. Mais pas celui que l'on croît. Plutôt que de réduire notre activité sexuelle, avant les ordinateurs et autres écrans individuels, parfois elle la favorisait.

Atlantico : Selon une étude menée dans 80 pays par les économistes Adrienne Lucas et Nicholas Wilson, publiée par le NBER (National Bureau of Economic Research), le fait de posséder une télévision réduirait, selon les hypothèses les plus conservatrices, de 6% la probabilité d'une activité sexuelle au cours de la semaine précédente. Un résultat qui mettrait en avant un faible phénomène de substitution que pourrait provoquer la télévision. Comment expliquer ce résultat ?

Michelle Boiron : Vivre à deux, en couple et maintenir une relation sexuelle de qualité et harmonieuse  est un challenge. Les rituels rythment la vie à deux ils s’initient puis s’installent souvent insidieusement.  

En revanche, la vie sexuelle est d’abord soumise à l’influence du biologique et de la libido de chacun indépendamment du désir.

On peut mettre en cause les différences de rythmes du couple simplement eu égard aux heures du coucher et du levée. C’est un élément majeur qui favorise ou invalide la sexualité. Au début d’une relation amoureuse  le ou la « couche tard » acceptera de se mettre au lit plus  tôt pour s’harmoniser avec l’autre ; mais très vite les efforts ou l’envie de s’harmoniser disparaissent, « le naturel revient au galop » et l’on revient petit à petit à son propre rythme.

Les horaires décalés risquent de nuire à la relation sexuelle : au mieux on se croise ! C’est donc un élément important des habitudes. Même si l’heure de la sieste peut palier à ce décalage du rituel du coucher !

Alors l’impact de la télévision, qui est rentrée aussi dans nos chambres (après avoir envahie le salon), et le moyen de la gérer pour qu’elle n’envahisse pas notre espace a été une réelle question.  Précisément pour que la télé ne détourne pas le rituel du coucher du désir de se retrouver dans le lit : pour se rapprocher physiquement, pour dormir ou pour communiquer verbalement.

Il est important de préciser que la télévision même regardée dans un lit (ce qui n’est pas la majorité des cas) pouvait créer une communication autour d’un débat sur le film, sur le documentaire ou sur la série partagée. Aujourd’hui c’est plutôt l’ordinateur ou la tablette individuelle qui justement parce « qu’individuels » isolent chacun des deux du couple qui ne regardent pas le même programme. Pendant que l’un visionne la dernière série, l’autre regarde le débat politique ou autre ! Le timing et le choix est adapté au désir de chacun. Le zapping une réalité. L’intérêt suscité est différent pour chacun, les émotions ressenties non harmonieuses et la communication réduite à zéro.   

Les temps ont changé, les habitudes aussi et Internet a remplacé la télévision c’est pourquoi il n’est pas surprenant que les chiffres ne soient que de 6%. Il apparait qu’aujourd’hui la consommation de la télévision en « direct » n’est plus la norme. Les consommateurs ne sont plus soumis à des horaires  précis qui géraient leurs soirées : heure des infos, heure du film…. On est à l’heure du « Replay ».

On consomme des images à la demande sans l’outil télé, mais plus volontiers sur les tablettes, Iphone ou tout objet de substitutions où je veux, quand je veux, si je veux seul ou accompagné !

Il reste alors entier le problème de savoir ce que l’on investit quand on va se coucher. Le lit conjugal se  ringardise. Il faut créer, inventer d’autres scénarios. Alors la facilité du tiers représenté par ces objets a pris du terrain sur nos modes de consommation visuelle et sur nos habitudes tout court? Ou bien peut on envisager que la chambre à coucher reprendrait ces lettres de noblesse et permettrait au couple de se retrouver dans une intimité précieuse à maintenir sans se laisser prendre par le virtuel ?  Il apparait alors que lorsque le désir n’est plus le moteur du rituel on cherche un palliatif pour ne pas se retrouver juste à deux. Et là la liste est longue des excuses ou des manies pour contourner le face à face. « La lumière s’est éteinte, et les gens ont été abandonnés à des interactions mutuelles » Cet extrait de l’article de 1965 en dit long…

La télévision peut-elle entraîner des "habitudes" de long terme dans l'activité sexuelle ?

Plus que la télévision il est préférable de parler de l’impact des écrans. Pour la génération d’aujourd’hui on parle de « digital native ». La télévision créait des habitudes par ses horaires imposés, c’est la télé qui donnait le tempo ! Alors qu’aujourd’hui on regarde en replay. Donc plus d’obligation d’horaires fixes et de réunion autour du petit écran, pas plus que de conciliabules pour savoir qui allait l’emporter entre le film du dimanche soir et l’émission de variété ? Ce débat là n’a plus lieu d’être, on regarde en solo le programme qui convient à chacun. Ce que je veux à l’heure où je le veux ! Je te laisse libre de ton choix. Les sujets de discordes se sont déplacés sur le temps de consommation des uns ou des autres au détriment de la vie à deux.

On peut mentionner, car c’est un fait majeur et exceptionnel, la place des écrans de télévision autour de la coupe du monde de Football.  

On mesure bien qu’il a fallu un événement majeur et sportif de haute importance pour fédérer à nouveau un regroupement d’amis, de copains, de membre d’une famille, de collègues de bureau, d’inconnus dans un bar, se réunir autour de la télévision et en direct ! Personne ne s’est imaginé regarder le ou les matchs seul à « kifer » dans son coin. Si c’était le cas cela ressemblait à une punition ! Les émotions d’une telle ampleur se partagent forcément. Et peut être que le foot a crée une recrudescence d’acte sexuel après les matchs ?

Selon cette même étude, les niveaux de revenus et de "santé reproductrice" n'influerait pas sur les résultats. Que révèlent ces résultats ? 

Il paraît impensable de penser que les mêmes effets se reproduiraient si la panne d’électricité qui a eu lieu à New York en 1965  arrivait aujourd’hui. Les journaux de l’époque déclaraient une corrélation entre cette panne de courant et les naissances 9 mois plus tard  dans un hôpital. Le nombre de bébés nés en un jour était passé de 11 à 29 naissances ! On ne peut évidemment pas faire de cette déclaration une statistique fiable. En revanche il apparait que sans électricité on est obligé de modifier ces habitudes et peut être qu’à l’époque où la télévision était une des rares distractions dans les foyers, l’impact était réel  sur la sexualité les soirs de panne de courant. Cela a été une blague récurrente, de même nature que la panne de 2cv ! Le fameux coup de la panne a toujours gardé une connotation sexuelle.

Aujourd’hui nos écrans sont chargés et ont une autonomie qui leur permet de fonctionner sans courant !

Pour les différences en fonction des revenus  il semblerait que presque tout le monde possédait et possède encore une télévision quasiment sans distinction de classe sociale. En revanche ce qui faisait la différence selon les classes sociales c’est plutôt la dimension, la qualité de l’image et du son de la télévision et le nombre de postes  dans un même foyer que la consommation.

Aujourd’hui la télé n’a pas encore été retirée du salon mais elle est moins allumée et plus en veilleuse. Son look a tellement évolué en plus de 60 ans. Sa taille très profonde à ses débuts s’est affinée jusqu’à devenir cet écran plat qui nous a tous fait fantasmer ! Sa présence dans le salon était devenue l’objet incontournable et ses dimensions (longue, large et plate) donnaient la mesure des revenus de la famille qui la possédait!  

Aujourd’hui on se félicite et l’on mesure ses revenus au contraire à posséder l’un de ses outils de haute technologie dans une dimension infiniment réduite pour l’avoir avec soi, sur soi comme un doudou, un tiers virtuel, multi fonctions qui détient en plus cette boîte à images qui ne nous quitte plus !  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires