En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 31 min 22 sec
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 3 heures 20 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 5 heures 5 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 6 heures 36 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 7 heures 28 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 9 heures 15 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 11 heures 3 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 3 heures 5 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 3 heures 46 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 5 heures 31 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 6 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 11 heures 22 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Châtaignes

Bandes à Paris : comment en est-on arrivé à des bagarres dont le seul objectif est la recherche de la violence

Publié le 07 août 2018
Selon un article paru dans le JDD, 117 bagarres entre bandes ont été répertoriées à Paris en 2017. 46 bandes seraient suivies par les services de polices, recouvrant 879 personnes. Ces bagarres ne semblent pas avoir de causes précises à l'exception de revendications territoriales, ce qui met en avant une volonté de recherche de la violence pour la violence elle-même.
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un article paru dans le JDD, 117 bagarres entre bandes ont été répertoriées à Paris en 2017. 46 bandes seraient suivies par les services de polices, recouvrant 879 personnes. Ces bagarres ne semblent pas avoir de causes précises à l'exception de revendications territoriales, ce qui met en avant une volonté de recherche de la violence pour la violence elle-même.

Atlantico : Comment lutter efficacement contre de telles dérives ?

Gérald Pandelon : Ce qui me préoccupe, c’est le fait que, dans certains endroits de la société, la violence devienne un mode d’expression qui prend le pas sur un certain nombre de limites que, dans une société civilisée, on s’accorde à respecter. Par exemple, on note que dans les banlieues, la violence se manifeste par des rixes entre bandes et des combats. Parfois même, cette ultra-violence s'exporte dans des aéroports et peut concerner des rappeurs en concurrence davantage d'Ego que de territoires à conquérir. Mais les vols et les agressions physiques sont également de plus en plus nombreux. Selon l’AFP, les vols violents à Paris augmentent, surtout dans les transports en communs. Selon le parisien, plus de 9000 agressions pour vol sont régulièrement recensés contre 6 821 à la même époque il y a 10 années, soit une augmentation de 39,3%. Avec 50,3% des vols, Paris est le principal lieu de ces agressions, 27,4% ayant eu lieu dans la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) et 22,3% dans les départements de la grande couronne (Val-d'Oise, Yvelines, Essonne et Seine-et-Marne). Plus préoccupant encore, cette violence est de plus en plus décrite comme gratuite, c'est dire sans revendications territoriales précises, contrairement aux justifications qui sont souvent apportées, comme des leitmotiv par  les auteurs desdites violences lors de leurs interpellations, souvent en flagrance, et leur placement en garde à vue. Les explications fournies par les mis en cause sont sempiternellement les mêmes. Il s'agirait essentiellement d'ambitions trop présentes et pressantes de voisins ne respectant pas les règles. Mais, à l'épreuve des faits, cette violence est de moins en moins motivée par quelque ambition, de quelque nature que ce soit. Elle est donc une pure tautologie, une violence pour la violence. D'ailleurs, les auteurs de cette violence post-moderne ne respectent plus grand-chose à partir du moment où ils l'orientent aisément contre les membres de leur propre famille (la mère, le père, la sœur, etc.)  ou encore des institutions constitutives du lieu de résidence. A telle enseigne qu'elle est non seulement brutale, absurde et dénuée de finalité, ce qui constitue un changement radical dans les motivations qui présidaient antérieurement au passage à l'acte, lequel était peu ou prou toujours causé.  Car auparavant, et pour le dire encore plus simplement, on ne frappait pas sans motifs, on ne cassait pas sans motifs, qu'ils soient justifiés ou non, le passage à l'acte reposait toujours sur une raison d'ordre idéologique et/ou politique. L'exercice de la violence avait, en d'autres termes, un fondement, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui, et c'est en cela que la violence aujourd'hui a muté. C'est ainsi qu'il est inexact de considérer, comme la plupart des sociologues manifestement en mal de réflexion (ils répètent toujours la même chose avec plus ou moins de bonheur), que cette violence puisse être interprétée comme une réaction des jeunes face à l'exclusion. Car, en réalité, non seulement elle se manifeste par une grande diversité de formes : Razzia dans les commerces, rodéo de voitures volées, racket, rixes entre bandes, provocation  et injures verbales ou gestuelles contre les adultes du voisinage et les agents des institutions, agressions physiques, trafics divers ( dont la drogue ), saccages et pillages ; mais également, sur le fond, elle incorpore le plaisir dans l'étiologie criminelle, donc l'acte gratuit.

La police a pu mettre en place, en 2010, un plan de riposte spécifique à ces violences entre bandes. Comment évaluer l'action de ce plan de riposte ? Quels en sont les manques ?

La police, en France, effectue un travail remarquable ; la difficulté c'est qu'elle est dépassée en raison, à mon sens, d'une hiérarchie souvent frileuse. En effet, si nos forces d'élite avaient véritablement les coudées franches pour ramener l'ordre, elles le feraient. Mais ce n'est pas possible. C'est d'ailleurs le motif essentiel pour lequel, nous sommes contraints, de Paris à Marseille, mais pas uniquement, de se cantonner à des mesurettes. Car, une fois n'est pas coutume, essayons de regarder la réalité en face, cette réalité qui déplaît souverainement à nos politiques, toutes tendances confondues, mais encore davantage à gauche, et qui fait parfois irruption de façon brutale dans des affaires de terrorisme, quand en France, du Bataclan parisien à Nice, sur la tristement célèbre promenade des Anglais, coule le sang, le sang d'innocents. Cette réalité violente qui devient la marque la plus évidente des théories niaises et fallacieuses d'une certaine gauche bien-pensante, haineuse de la vérité, laquelle, malheureusement, n'en arrive à douter de ses propres théories (et encore...), que lorsque l'évidence absolue, vue et vécue, lui apporte la preuve irréfutable de son ineptie. Pourtant, en France, ce qui est communément admis comme une "zone de non-droit", un espace où plus personne ne peut pénétrer sauf les caïds, fait l'objet d'une classification bien précise, à 4 niveaux. Un premier niveau 1, les QSN (QUARTIERS SENSIBLES DE NON-DROIT): Quartiers où règnent les bandes et la délinquance avec des faits de violences urbaines, fusillades ou règlements de comptes et trafic en tout genre. Ce sont les quartiers les plus chauds de France considérées comme des zones de non droit ; un niveau 2 ou QSTD (QUARTIERS SENSIBLES TRÈS DIFFICILES): des faits de délinquance réguliers et de toute sortes. La plupart de ces quartiers ont été auparavant des zones de non droit. ; un 3ème niveau, les QSD (QUARTIERS SENSIBLES DIFFICILES): des faits de délinquance assez réguliers, trafic de drogue et toutes sortent de trafics, des nuits de violences urbaines qui peuvent arriver à la suite d’une petite tension. Enfin, un niveau 4 constitué par les QSP (QUARTIERS SENSIBLES PROBLEMATIQUES): petite délinquance qui peut être régulières et qui peut exploser a certains moments mais généralement ces quartiers sont calment et font parler d’eux de temps à autres et posent quelques soucis a la ville mais ne sont pas considérés comme chauds. Et, parmi les QSN, sortes de jungles urbaines, sont répertoriés depuis plusieurs années les mêmes cités, dont nous entendons parler, alternativement chaque semaine, à longueur d'années. Ce sont d'abord les fameux quartiers Nord de Marseille (13), puis le Val Fourre (78), mais encore la Grande Borne (91) ou Le Mirail (31), sans oublier Clichy / Montfermeil (93) et Les Minguettes (69).  Or, ce qui apparaît comme extraordinairement étonnant c'est le discours toujours édulcoré de nos édiles lorsqu'il s'agit d'évoquer lesdites cités. En même temps on les comprend. Car reconnaître la réalité à la hauteur de ce qu'elle est véritablement conduirait inéluctablement, du même coup, à ce que fut implicitement reconnu par les mêmes acteurs politiques leur immense incompétence à résoudre les vrais problèmes qui se posent à notre pays, en termes d'intégration, d'insécurité, d'échec total du modèle républicain, de crise de l'Etat, d'immigration incontrôlée, cause essentielle desdits maux, même si, à l'évidence, nous n'opérons aucune confusion entre la grande majorité des français d'origine qui se sont parfaitement intégrés et ces sauvageons qui ne sont mus que par la haine. Ce qui est curieux c'est toutefois que les manques soient connus depuis des lustres en termes d'effectifs, donc de moyens, pourtant rien ne change et rien ne risque de changer, je crois même que les choses vont empirer. Car ce sont nos mentalités, trop dociles face à des personnes qui ont fait de la violence leur unique mode d'expression qu'il conviendrait, en urgence désormais, de modifier en profondeur, ce que nous appelons notre "logiciel", c'est dire une disposition de l'esprit propre à notre pays qui nous pousse constamment à ne pas vouloir accepter de dire ce qui est, à ne pas vouloir admettre ce qui est, bref à fuir nos responsabilités, par conformisme, égoïsme ou tout simplement par lâcheté. Et cette disposition de l'esprit, manifestement privé d'Esprit, ne concerne pas uniquement cet épineux problème, mais innerve également d'autres sujets ô combien essentiels, au premier rang desquels la question de la pression fiscale confiscatoire dans notre pays. Car subsiste encore une ironie doublée d'une illusion, celle de nous faire croire, comme un réflexe mental, que nous vivrions encore dans une République une et indivisible...

Si les bandes semblent avoir toujours existé, quelles en sont les spécificités actuelles ?

Trois caractéristiques définissent ces bandes particulièrement actives dans l'Est parisien. Leurs effectifs sont d'abord jeunes si l'on admet que la plupart des membres n'ont pas vingt ans, d'autre part, très violentes car lourdement armés, enfin, ne disposant d'aucune morale, car elles peuvent s'en prendre à n'importe qui, c'est dire également à des personnes très âgées, sans aucun ménagement. Leur seul but est l'intérêt recherché, tels des prédateurs avides. En réalité, le critère essentiel pour ses bandes, avant de se livrer à leurs exactions, c'est la particulière vulnérabilité de leurs proies, qu'elles soient des touristes peu enclines à se méfier de notre violence hexagonale ordinaire, que ce soient comme indiqué de personnes âgées, ou d'individus demeurant effectivement dans leurs quartiers dont elles connaissent les habitudes. Par conséquent, ce type de délinquance juvénile ne peut inspirer que le plus profond mépris ; et, lorsque des avocats les défendent, ils ne font qu'exercer leur métier, un métier qui est par essence schizophrénique. Enfin, ce qui apparaît comme inquiétant c'est effectivement l'aggravation du phénomène, à telle enseigne qu'en l'absence d'une forte répression (puisque la prévention ne sert à rien et ne suscite que l'hilarité de ces jeunes), ces bandes vont se multiplier car n'en déplaise aux donneurs de leçons en chefs du parti du Bien, elles se nourrissent également de l'apport des récentes vagues de migrants qui, pour dramatiques que soient leurs situations individuelles, viennent grossir leurs rangs. Je crois sincèrement qu'il n'y a pas de réelle volonté publique politique à enrayer cette délinquance-là, par peur d'un embrasement encore plus important de ces cités sensibles, par absence de courage, par crainte surtout de se voir opposer la plupart des associations de défense des droits de l'homme, lesquelles, en définitive, préféreront toujours un délinquant à un représentant des forces de l'ordre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires