En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© MICHEL EULER / POOL / AFP
L'heure du bilan
Dernier conseil des ministres avant les vacances : mais au fait, à quoi servent vraiment les ministres de l’ère Macron ?
Publié le 03 août 2018
L'affaire Benalla a révélé qu'il pourrait y avoir des désaccords au sein même de la majorité, notamment en ce qui concerne les directeurs d'administration. Les hauts fonctionnaires n'ont en effet pas hésité à renvoyer l'exécutif à ses responsabilités.
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire Benalla a révélé qu'il pourrait y avoir des désaccords au sein même de la majorité, notamment en ce qui concerne les directeurs d'administration. Les hauts fonctionnaires n'ont en effet pas hésité à renvoyer l'exécutif à ses responsabilités.

Atlantico : L'an passé, Emmanuel Macron s'était engagé de "changer" ou de "confirmer l'intégralité des postes de direction dans la fonction publique". Il évoquait la possible mise en place d'un "Spoil sytem" à la Française. Cette promesse quelque peu laissée de côté pourrait bien refaire surface suite au scandale Benalla. En quoi consistait ce "spoil system" et concrètement que pourrait-il changer ? 

 
Didier Maus : Très honnêtement l'affaire Benalla n'a rien à voir avec la gestion des postes de responsabilité et de direction de la haute fonction publique. Entre les activités d'un collaborateur "officieux" du Président de la République et un directeur d'administration centrale, il y a un monde. 
Par nature les collaborateurs directs du Président, du Premier ministre ou des ministres ne doivent leur fonction qu'à celui auprès de qui ils servent. Les directeurs d'administration centrale, préfets, ambassadeurs et assimilés sont nommés par décret en conseil des ministres. Certes, ils sont révocables, mais ils demeurent en fonction même en cas de changement d'équipe politique ou de majorité.
Le "spoil system", tel qu'il est pratiqué aux États-Unis, impliqué que l'entrée en fonction d'un nouveau président entraine le départ de centaines de personnes nommées par le prédécesseur. De ce fait, il arrive que les nouvelles nominations mettent du temps à être effectuées, ce qui peut conduire à de vrais vides.
M. Macron avait indiqué qu'il ferait évaluer rapidement l'action et la loyauté des très grands responsables administratifs. Il n'y a aucun obstacle constitutionnel ou juridique à mettre en œuvre une telle orientation. Il s'agit d'abord d'une volonté politique. Il est normal que le Président et Le Gouvernement puissent s'appuyer sur des équipes compétentes et loyales. Cela fait d'ailleurs partie de l'ADN de la fonction publique française.
 

En s'assurant de sa mainmise sur la haute administration, Emmanuel Macron n'enlèverait-il pas quelques pouvoirs à ses ministres ? 

 
Le système politique français repose sur l'élection directe du Président de la République et l'existence d'une vraie majorité à l'Assemblée nationale. Nous ne sommes pas dans un système de coalition des partis politiques. De ce fait, sauf quelques exceptions, les ministres sont avant tout les relais du Président.  C'est encore plus vrai depuis l'an dernier dans la mesure où un nombre important de ministres n'ont pas derrière eux un passé politique classique. De manière très habituelle le ministre est chargé de proposer des actions ou une politique au Premier ministre et au Président puis,  après les arbitrages, de conduire les réformes décidées. Chaque équipe présidentielle définit ses méthodes quotidiennes de travail. À l'évidence celles de l'équipe Macron sont très centralisées. Le sont  elles plus que celles des précédents présidents? C'est très difficile à apprécier. 
 

Chevenement déclarait : “ un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne”. Peut-on faire un parallèle avec la situation actuelle ? Quel pouvoir ont réellement les ministres sous l'ère Macron ? Est-ce vraiment différent par rapport à d'autres quinquennats ? 

 
Il ne peut pas y avoir de voix dissonantes dans un gouvernement, surtout sur les questions à fort enjeu politique. L'exemple britannique montre que même dans un vrai régime parlementaire les ministres en désaccord avec la ligne du Premier ministre démissionnent ou sont démissionnés. On le voit bien en ce moment avec Mme May et Le Brexit.
Pour reprendre la formule de M. Chevenement l'intéressé, au moment de guerre d'Irak, a d'abord "fermé sa gueule" , puis a démissionné. Aujourd'hui, on voit bien que M. Hulot se tait...jusqu'au jour il démissionnera.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires