En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

03.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille

06.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

07.

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Et en même temps

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

il y a 19 min 43 sec
décryptage > Politique
Le grand flou

Le mystère du financement de la relance

il y a 48 min 56 sec
décryptage > Politique
Oral de rattrapage

Macron, l'incompris... mais la faute à qui ?

il y a 1 heure 32 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 18 heures 46 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 20 heures 1 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 20 heures 39 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 21 heures 38 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 59 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 23 heures 47 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 1 jour 6 min
décryptage > Consommation
Révolution

Covid-19: le monde des supermarchés d’après est arrivé

il y a 25 min 56 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

il y a 1 heure 21 min
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 18 heures 35 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 19 heures 53 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 20 heures 26 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 21 heures 8 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 21 heures 55 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 23 heures 31 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 23 heures 56 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 1 jour 23 min
© MICHEL EULER / POOL / AFP
© MICHEL EULER / POOL / AFP
L'heure du bilan

Dernier conseil des ministres avant les vacances : mais au fait, à quoi servent vraiment les ministres de l’ère Macron ?

Publié le 03 août 2018
L'affaire Benalla a révélé qu'il pourrait y avoir des désaccords au sein même de la majorité, notamment en ce qui concerne les directeurs d'administration. Les hauts fonctionnaires n'ont en effet pas hésité à renvoyer l'exécutif à ses responsabilités.
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire Benalla a révélé qu'il pourrait y avoir des désaccords au sein même de la majorité, notamment en ce qui concerne les directeurs d'administration. Les hauts fonctionnaires n'ont en effet pas hésité à renvoyer l'exécutif à ses responsabilités.

Atlantico : L'an passé, Emmanuel Macron s'était engagé de "changer" ou de "confirmer l'intégralité des postes de direction dans la fonction publique". Il évoquait la possible mise en place d'un "Spoil sytem" à la Française. Cette promesse quelque peu laissée de côté pourrait bien refaire surface suite au scandale Benalla. En quoi consistait ce "spoil system" et concrètement que pourrait-il changer ? 

 
Didier Maus : Très honnêtement l'affaire Benalla n'a rien à voir avec la gestion des postes de responsabilité et de direction de la haute fonction publique. Entre les activités d'un collaborateur "officieux" du Président de la République et un directeur d'administration centrale, il y a un monde. 
Par nature les collaborateurs directs du Président, du Premier ministre ou des ministres ne doivent leur fonction qu'à celui auprès de qui ils servent. Les directeurs d'administration centrale, préfets, ambassadeurs et assimilés sont nommés par décret en conseil des ministres. Certes, ils sont révocables, mais ils demeurent en fonction même en cas de changement d'équipe politique ou de majorité.
Le "spoil system", tel qu'il est pratiqué aux États-Unis, impliqué que l'entrée en fonction d'un nouveau président entraine le départ de centaines de personnes nommées par le prédécesseur. De ce fait, il arrive que les nouvelles nominations mettent du temps à être effectuées, ce qui peut conduire à de vrais vides.
M. Macron avait indiqué qu'il ferait évaluer rapidement l'action et la loyauté des très grands responsables administratifs. Il n'y a aucun obstacle constitutionnel ou juridique à mettre en œuvre une telle orientation. Il s'agit d'abord d'une volonté politique. Il est normal que le Président et Le Gouvernement puissent s'appuyer sur des équipes compétentes et loyales. Cela fait d'ailleurs partie de l'ADN de la fonction publique française.
 

En s'assurant de sa mainmise sur la haute administration, Emmanuel Macron n'enlèverait-il pas quelques pouvoirs à ses ministres ? 

 
Le système politique français repose sur l'élection directe du Président de la République et l'existence d'une vraie majorité à l'Assemblée nationale. Nous ne sommes pas dans un système de coalition des partis politiques. De ce fait, sauf quelques exceptions, les ministres sont avant tout les relais du Président.  C'est encore plus vrai depuis l'an dernier dans la mesure où un nombre important de ministres n'ont pas derrière eux un passé politique classique. De manière très habituelle le ministre est chargé de proposer des actions ou une politique au Premier ministre et au Président puis,  après les arbitrages, de conduire les réformes décidées. Chaque équipe présidentielle définit ses méthodes quotidiennes de travail. À l'évidence celles de l'équipe Macron sont très centralisées. Le sont  elles plus que celles des précédents présidents? C'est très difficile à apprécier. 
 

Chevenement déclarait : “ un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne”. Peut-on faire un parallèle avec la situation actuelle ? Quel pouvoir ont réellement les ministres sous l'ère Macron ? Est-ce vraiment différent par rapport à d'autres quinquennats ? 

 
Il ne peut pas y avoir de voix dissonantes dans un gouvernement, surtout sur les questions à fort enjeu politique. L'exemple britannique montre que même dans un vrai régime parlementaire les ministres en désaccord avec la ligne du Premier ministre démissionnent ou sont démissionnés. On le voit bien en ce moment avec Mme May et Le Brexit.
Pour reprendre la formule de M. Chevenement l'intéressé, au moment de guerre d'Irak, a d'abord "fermé sa gueule" , puis a démissionné. Aujourd'hui, on voit bien que M. Hulot se tait...jusqu'au jour il démissionnera.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires