En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

04.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 2 heures 35 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 4 heures 37 min
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 5 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 6 heures 49 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 7 heures 34 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 10 heures 26 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 11 heures 31 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 3 heures 1 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 4 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 5 heures 28 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 6 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 58 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 12 heures 1 min
Alliances stratégiques

Mais à quoi jouent les Etats-Unis et Donald Trump avec le projet d'un "OTAN arabe" ?

Publié le 02 août 2018
Les Etats-Unis travailleraient à la mise en place d'une alliance de sécurité entre plusieurs Etats amis au Moyen-Orient afin de lutter contre l'expansionnisme militaire iranien dans la région et le terrorisme.
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Etats-Unis travailleraient à la mise en place d'une alliance de sécurité entre plusieurs Etats amis au Moyen-Orient afin de lutter contre l'expansionnisme militaire iranien dans la région et le terrorisme.

Atlantico : Les Etats-Unis travailleraient à la mise en place d'une alliance de sécurité entre plusieurs Etats amis au Moyen-Orient afin de lutter contre l'expansionnisme militaire iranien dans la région et le terrorisme.  L'alliance comprendrait l'Egypte, la Jordanie, Oman, l'Arabie saoudite le Koweit, les EAU et le Qatar.  C'est dans cette perspective que le Pentagone prépare un sommet qui devrait se tenir les 12 et 13 octobre prochain. Mais concrètement quelles sont les chances pour que cette alliance aboutisse ? Quels freins pourraient mettre en péril le projet ?  

 
Jean-Sylvestre Mongrenier : De fait, les pays concernés par cette initiative, s’ils ont en commun d’être arabes et sunnites, constituent un ensemble hétérogène. La Jordanie est très liée aux Etats du Golfe et bénéficie du soutien de l’Arabie Saoudite comme des Emirats arabes Unis. C’est d’ailleurs le roi de Jordanie qui le premier, en 2004, a parlé de « croissant chiite », appelant l’attention sur la menace iranienne. L’Egypte d’Al-Sissi n’est pas suspecte de philo-iranisme, contrairement aux Frères musulmans, mais ce pays est situé à l’intersection de l’Afrique et du Proche-Orient : sa diplomatie est également tournée vers le Maghreb (voir la situation en Libye) et l’Afrique nilotique ou encore Gaza et les territoires palestiniens (le Hamas est considéré comme un ennemi), sans parler de la situation intérieure (voir notamment la situation au Sinaï). Bien qu’elle soit engagée dans la coalition arabe qui combat les Houthistes au Yémen, l’Egypte fait preuve d’une certaine prudence sur ce théâtre d’opérations. Cela dit, inclure l’Egypte dans une sorte d’« OTAN arabe » pourrait être un facteur d’équilibre, le poids de l’Arabie Saoudite à l’intérieur du CCG (Conseil de coopération des Etats du Golfe) faisant redouter aux émirats une satellisation pure et simple. Par ailleurs, les menaces sur le détroit de Bab el-Mandeb, et donc la route de Suez, concernent au premier chef l’Egypte. 
 
A bien des égards, le refoulement des ambitions irano-chiites, et donc l’effort de constitution d’une « OTAN arabe », repose sur les Etats membres du CCG, situés en première ligne. La subversion de ces monarchies de type traditionnel par un djihadisme de facture chiite ou une forme de guerre hybride ainsi que la fermeture du détroit d’Ormuz (30 % du pétrole mondial exporté transite par ce passage géostratégique) bouleverseraient les équilibres régionaux et mondiaux. Institué en 1981, en réponse aux menaces que la révolution islamique chiite faisait déjà peser sur la liberté de navigation dans le détroit d’Ormuz, le CCG avait vocation à constituer une alliance politico-militaire dûment instituée. Pourtant, les jeux troubles du Qatar et le blocus qui en résulte, depuis le 5 juin 2017, donnent une idée du peu de cohérence du CCG. Outre le Qatar, le Koweït et Oman maintiennent un certain nombre de liens avec l’Iran. A l’inverse, l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn affichent leur volonté de contrer l’impérialisme irano-chiite. Dans ce cas, l’analyse géopolitique débouche sur une approche différenciée. 
 
Du fait de sa masse territoriale, de son poids démographique, de ses réserves pétrolières et de son rôle dans l’OPEP, l’Arabie Saoudite appelle l’attention, d’autant plus que Mohammed Ben Salman, inspiré par les réalisations des Emirats arabes unis, a annoncé un grand programme de modernisation. S’il est important que le « quasi-califat » saoudien, centre du wahhabisme, défasse en quelque sorte ce qu’il a fait, l’inertie de ce pays et les risques inhérents à cette transformation ne sont pas négligeables. A l’inverse, la politique conduite par les Emirats arabes unis, la diversification de l’économie émiratie (la sortie du « tout-pétrole »), leur engagement sur le double front de la lutte contre le terrorisme et les prétentions irano-chiites doivent être réévalués en Occident. L’engagement émirati au Yémen mérite une plus grande attention. On ne saurait sous-estimer la partie géopolitique qui se joue dans ce pays, sur les arrières des monarchies sunnites et à proximité des routes maritimes entre Europe et Asie. Anticipant un conflit ouvert avec l’Iran, les Emirats arabes unis projettent leur puissance au-delà du golfe Arabo-Persique, afin de desserrer l’emprise de Téhéran sur le golfe d’Aden comme sur le détroit d’Ormuz. En somme, le régent, Mohammed Ben Zayed, a élaboré une vision stratégique d’ensemble, les Emirats arabes unis constituant un point d’appui pour contrer les actions et menaces iraniennes.

 

N'y a-t-il pas un risque que cette alliance accentue les divisions dans la région et creuse le fossé entre l'Iran et les autres pays dans la région comme le confiait un diplomate iranien à l'agence Reuters?

 
Faudrait-il donc laisser les Pasdarans (les Gardiens de la Révolution) semer le désordre dans toute la partie septentrionale du Moyen-Orient, sans broncher, en attendant une forme d’autorégulation du phénomène? N’intervertissons pas les causes et les conséquences ! En Europe, la question iranienne est perçue à travers le seul prisme nucléaire, mais l’approche doit être globale. Attelons-nous donc à la tâche. La réalité de l’expansionnisme irano-chiite, les dégâts déjà provoqués et les menaces qu’il représente, hic et nunc, s’imposent à l’observateur. En un premier temps, il importe de mettre en perspective les faits. Curieux alliage de panislamisme et de tiers-mondisme marxisant à ses débuts, la révolution islamique chiite de février 1979 et l’arrivée au pouvoir de l’imam Khomeyni sont à l’origine d’un grand chambardement au Moyen-Orient et dans le monde, accru par l’intervention soviétique en Afghanistan, à la fin de la même année (décembre 1979). Depuis, une vague islamiste balaie en tous sens le Moyen-Orient, le djihadisme chiite et le sunnite se nourrissant réciproquement. 
 
Si la guerre du Golfe (1980-1988) a épuisé la version panislamique et tiers-mondiste du khomeynisme, une synthèse irano-chiite, enracinée dans le nationalisme persan, a depuis pris le relais. Le Guide suprême, Ali Khamenei, et les Pasdarans sont animés par un vaste projet de domination du Moyen-Orient, depuis la Caspienne et le golfe Arabo-Persique jusqu’en Méditerranée orientale, avec de possibles répercussions en Afrique du Nord et dans le bassin occidental de la Méditerranée. On sait la menace que l’expansionnisme de Téhéran et l’ouverture d’une « autoroute chiite » à travers le Moyen-Orient représentent pour Israël. L’enracinement militaire de Téhéran à proximité immédiate des frontières septentrionales de l’Etat hébreu est d’ores et déjà une réalité sur laquelle les Russes reconnaissent qu’ils ne peuvent, ni ne veulent agir (voir les propos de l’ambassadeur russe en Israël, Anatoly Viktorov, sur l’irréalisme des demandes d’Israël, dépêche AFP, 30 juillet 2018). Les régimes arabes sunnites sont tout autant mis en péril. D’ores et déjà, les Pasdarans se vantent de contrôler quatre capitales arabes : Bagdad, Damas, Beyrouth et Sanaa. Ce ne sont pas là simples vantardises. 
 
Lorsqu’il est abordé, le cas du Yémen est souvent traité sous le seul angle humanitaire. Assurément, le poids du passé (le régime marxiste du Yémen du Sud), le soutien apporté à Saddam Hussein lors de l’invasion du Koweït (1990) et l’unification tardive d’un pays compartimenté sur les plans géographique et tribal (1991) expliquent partiellement la situation géopolitique. Pourtant, c’est le soutien de Téhéran à la rébellion houthiste, i.e. la minorité zaïdite du nord-ouest, qui a donné une nouvelle ampleur à la guerre civile. La prise de Sanaa et l’exil du gouvernement légal (2014) ont conduit à l’intervention d’une coalition arabe emmenée par Riyad et Abou Dhabi (mars 2015). En violation de l’embargo sur les armes institué par l’ONU, la livraison de missiles balistiques iraniens aux rebelles et leur emploi contre l’Arabie Saoudite pourraient étendre ce conflit. Les Houthistes s’avèrent être les auxiliaires du régime irano-chiite dans son entreprise de domination régionale, sur les arrières des monarchies du Golfe. Cette question géopolitique a aussi une forte dimension internationale : la principale route maritime entre l’Europe et l’Asie passe par le détroit de Bab-el-Mandeb et le golfe d’Aden. Tandis que le général Qassem Soleimani, commandant de la force Al Qods (le fer de lance des Pasdarans), menace Ormuz, les Houthistes passent à l’action contre un pétrolier saoudien dans le golfe d’Aden (juillet 2018). 
 
 

Est-ce que ce projet de « Middle East Strategic Alliance » (MESA) n'illustre pas surtout la volonté de désengagement des Etats-Unis de la région ?

 
La grande question consiste à déterminer s’il existe une telle volonté au niveau des élites politiques, diplomatiques et militaires américaines. Donald Trump n’est pas l’Amérique et cette dernière ne constitue pas un régime despotique dont la destinée serait entre les seules mains d’un autocrate. Alors qu’une grande politique devrait être plus vraie que la vérité, la Maison-Blanche ne facilite assurément pas la lecture et la compréhension de la politique étrangère américaine, au Moyen-Orient et ailleurs. Cette politique souffre de multiples contradictions dont on peut réduire le nombre à trois. Première contradiction : entre les divers propos et messages de Donald Trump (« no comment »). Deuxième contradiction : entre le discours de Trump et la pratique américaine (les alliances sont maintenues et il n’y a pas de désengagement militaire). Troisième contradiction : entre la vision du monde de Donald Trump et le monde tel qu’il est (un « monde plein », interconnecté et globalisé, arraisonné par la technique). Peut-être faut-il considérer Donald Trump comme un président principalement focalisé par les questions intérieures et les prochaines échéances électorales, laissant de fait son Administration conduire la diplomatie et la politique de défense avec une certaine autonomie ? A moins que le temps révèle le président américain comme un grand démagogue, capable de flatter son électorat et de jouer des passions populaires tout en conduisant un projet politique impliquant le remaniement des alliances (et non leur liquidation) et la redéfinition des règles du jeu mondial. Qui sait ? 
 
Quant à la « Middle East Strategic Alliance » (l’« OTAN arabe »), au regard de ce qui a été dit plus haut, on comprendra la difficulté à élaborer une nouvelle théorie des ensembles dans la région. On se souvient de l’échec du Pacte de Bagdad, à l’époque de la Guerre Froide. Toutefois, ce pacte allait de la Turquie au Pakistan et constituait un ensemble bien plus hétérogène et contradictoire que la zone arabe sunnite concernée par le projet d’« OTAN arabe ». Dans le présent contexte, la menace irano-chiite est aussi bien plus immédiate et pressante que la menace communiste au Moyen-Orient, dans les années 1950 (d’autant plus que le nationalisme arabe socialisant de l’époque cherchait ses solutions et des appuis du côté de Moscou). Bref, il y existe de réels enjeux de sécurité communs et, dans la plupart des régimes arabes sunnites, des perceptions et représentations convergentes. Une alliance défensive entre ces régimes, avec la réassurance américaine, aurait du sens. Ce n’est pas une vue de l’esprit.
 
Il reste que la formation d’une telle alliance dépendra du degré d’engagement des Etats-Unis dans cette entreprise : il faut un pays leader pour animer, encourager, maintenir les équilibres entre alliés. Ainsi une politique d’« off-shore balancing », fondée sur le renforcement des Etats situés sur le front géopolitique et le « partage du fardeau » (le « burden sharing »), requiert-elle un grand investissement personnel et collectif. A cet égard, le maintien de la présence américaine dans le Nord-Est de la Syrie constituera un test quant à la volonté réelle de contrer les agissements du régime iranien et de couper l’« autoroute chiite » Téhéran-Bagdad-Damas-Beyrouth. En dernière analyse, il s’agit de comprendre que la Russie ne pourra empêcher l’enracinement militaire de l’Iran en Syrie. Sans engagement confirmé des Etats-Unis en Syrie et dans la région, il n’y aura ni « OTAN arabe », ni refoulement de l’Iran. Au vrai, serait-il seulement possible de négliger le Moyen-Orient ? Cette région représente les deux cinquièmes de la production mondiale de pétrole et demeurera au centre de la géographie énergétique mondiale. Le Moyen-Orient est aussi un carrefour entre l’Europe et l’Asie orientale : la branche maritime du programme chinois de « nouvelles routes de la soie » le montre bien. Au-delà des considérations stratégiques, il conviendrait de s’interroger sur la place que la région tient dans notre histoire, nos représentations, voire dans notre inconscient collectif. Le Moyen-Orient est le nœud gordien du monde. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

04.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires