En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 17 min 17 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 1 heure 32 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 1 heure 55 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 2 heures 30 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 2 heures 55 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 19 heures 13 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 20 heures 7 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 51 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 2 heures 47 sec
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 2 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 2 heures 55 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 19 heures 45 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 20 heures 39 min
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Disraeli Scanner

Theresa May, Premier ministre faible, doit profiter des divisions du Parlement et de la raideur des négociateurs européens

Publié le 02 août 2018
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Hughenden, 
Le 1er août 2018
 

Sondages ambigus sur l’action de Theresa May et de la classe politique

 

Mon cher ami, 

 
Depuis le début de la crise déclenchée par le dernier plan de Brexit de Theresa May (le plan dit “de Chequers”), je n’ai pas quitté Hughenden. Quand on porte le nom de Benjamin Disraëli, on doit faire attention à tout ce qui pourrait être interprété de travers par tel ou tel courant du Parti conservateur. Tant que Theresa May rassemblait le parti et permettait à David Davies ou Boris Johnson de peser autant, dans le gouvernement, que les Remainers, j’ai pu travailler visiblement, sinon officiellement, auprès de David. A présent que l’équilibre gouvernemental est rompu au profit des wets (des “mous”), je fais attention à tout ce qui pourrait mettre à mal l’unité du Parti. Je ne veux pas mettre en difficulté mon ami Liam Fox, Brexiteer resté au gouvernement. Je ne veux pas prendre le risque d’un vote perdu à la Chambre des Communes, qui conduirait à des élections générales et à l’arrivée de Jeremy Corbyn au pouvoir.  
 
Vous allez me dire que je me contredis. La semaine dernière, je vous faisais l’éloge de la politique industrielle envisagée par Corbyn! Mais, mon cher ami, je ne suis pas dupe du jeu que joue le chef travailliste. Il voudrait bien que le terrain soit déblayé avant qu’il arrive au pouvoir. Eh bien! Je ne souhaite pas que mon parti lui fasse ce cadeau. Oui, Theresa May a été sauvée, il y a quinze jours, dans deux votes décisifs, par des Brexiteers du Labour tanfis que des Remainers conservateurs votaient contre elle. Tant mieux ! Et tant pis pour Corbyn s’il ne tient pas ses troupes mieux que Theresa May. A vrai dire, je pense qu’il est trop content de ne pas devoir se lancer immédiatement dans une nouvelle élection générale. Les sondages de ces dernières semaines sont en effet, pour le moins, ambigus. 
 
A première vue, le plan de Chequers affaiblit un peu plus Theresa May. Si une élection générale avait lieu demain, le Labour partirait, nous disent les différents sondages, avec une avance de quelques points (entre 1 et 5 points). Mais quand vous regardez de plus près, vous vous apercevez qu’on reste dans la marge des deux à trois points d’erreur; et, surtout, qu’aucun sondage ne donne au Labour la majorité absolue. Quant à Madame May, d’un côté l’opinion taille en pièce son plan de Chequers (moins de 25% des sondés l’approuvent); mais, curieusement, elle reste un leader plus crédible que Jeremy Corbyn, ou Boris Johnson. 
 
A vrai dire, l’opinion de notre pays sent bien,  sans forcément suivre le détail des atermoiements politiques au quotidien, que les Brexiteers de la majorité n’y arrivent pas sans ceux de l’opposition. Mais comme Jeremy Corbyn est confronté à un Parti travailliste aussi divisé entre Remainers et Brexiteers que le Parti conservateur, nos concitoyens ne sont pas sûrs de souhaiter une alternance politique.  La seule certitude que donnent les sondages, c’est la réémergence de UKIP, le parti unanimement anti-Union Européenne de Nigel Farage, qui passe de 2 à 8% d’intentions de vote. 
 

Préserver l’unité du Parti conservateur 

 
Mon sentiment: nous autres Conservateurs devons absolument empêcher une remontée de UKIP. Elle se produit en effet au détriment des Tories plus que des travaillistes. Ces dernières semaines, je ne me suis pas montré à Londres mais j’ai beaucoup correspondu avec mes amis Brexiteers. David (Davies) est venu me rendre visite. J’échange quotidiennement des SMS avec Liam (Fox). Figure-vous que Boris lui-même, a jugé bon de m’appeler pour enterrer la hache de notre cordiale détestation mutuelle. Il veut être sûr que j’abandonnerai mes réserves si une élection générale se profile et que le parti choisit d’envoyer un autre candidat à la place de Theresa May. Je ne crois pas avoir amélioré nos relations en lui demandant comment il entendait neutraliser la remontée en puissance de Nigel Farage. C’est pour moi la seule question qui compte. Lorsque Benjamin Disraëli l’Ancien a pris le risque d’une confrontation sur le sujet du libre-échange et d’une division des conservateurs, il n’existait aucune force à droite du Parti. En l’occurrence, aujourd’hui, nous sommes menacés d’être débordés à droite. 
 
Ce que je dis à mes correspondants, c’est que nous avons malgré tout trois leviers 
- Même si les Brexiteers n’arrivent pas à s’emparer de leurs partis respectifs, néanmoins ils pèsent suffisamment: au Labour pour que Jeremy Corbyn temporise; et chez les Tories pour que Theresa May soit tenue d’envisager le hard Brexit - la sortie de l’UE sans accord - au cas où Bruxelles ne ferait aucun compromis.  
- On peut supposer, malgré tout, qu’une majorité de gouvernements de l’Union Européenne redoutent un hard Brexit . Au-delà des gesticulations de leurs présidents ni Airbus ni BMW n’ont envie de déménager leurs sites de production de Grande-Bretagne; en revanche le FMI a déjà calculé que l’absence d’accord était un deal perdant-perdant. L’Irlande, la Belgique, les Pays-Bas et la République tchèque perdraient jusqu’à 4 points de croissance en cas de rupture sans compensation. Et c’est en fait l’ensemble de l’UE qui serait affecté. 
- Et c’est à ce point que l’on revient à la pression que peuvent, que doivent exercer sur leur Premier ministre les Brexiteers conservateurs. Puisque l’opposition ne veut pas d’une élection générale maintenant; et puisque l’Union Européenne n’a pas intérêt à un hard Brexit, Theresa May doit être non seulement dissuadée de faire quelque concession que ce soit à Bruxelles; mais aussi encouragée à  transformer chaque rigidité ou refus de faire une concession de la part de ‘lUE en du terrain regagné au profit de notre pays. Puisque Michel Barnier a d’ores et déjà indiqué qu’il ne voulait pas de l’union douanière proposée par notre gouvernement, eh bien, qu’à cela ne tienne, le Premier ministre aura donné la preuve de sa bonne foi; elle pourra sans peine revenir à des positions plus dures. 
 
Mon cher ami, je ne veux pas vous paraître exagérément optimiste - voire panglossien. Mais le parlementarisme britannique a cela de sain qu’il permet aux gouvernements de changer d’avis sans avoir l’air de se déjuger totalement - on ne gouverne pas contre la Chambre des Communes. Il me semble urgent, désormais, que Theresa May refasse un bout de chemin vers les Brexiteers; qu’elle soigne la base du Parti; qu’elle utilise la rigidité de plusieurs de ses interlocuteurs européens pour sauver la face en reveenant à des positions de meilleure négociation. 
 
Attendons de voir, par exemple, comment va tourner l’entretien de la fin de semaine prochaine de notre Premier ministre avec votre président.  
 
Bien fidèlement à vous 
 
Benjamin Disraëli
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires