En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Embellie
EDF : des bons résultats conjoncturels qui masquent une situation de fond très inquiétante
Publié le 02 août 2018
EDF a augmenté ses objectifs de résultat opérationnel et de ratio d’endettement sur l’ensemble de l’année 2018. La Bourse salue d'ailleurs la performance. Comment expliquer cette hausse ?
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
EDF a augmenté ses objectifs de résultat opérationnel et de ratio d’endettement sur l’ensemble de l’année 2018. La Bourse salue d'ailleurs la performance. Comment expliquer cette hausse ?

Atlantico : EDF a profité de bonnes conditions en France, au premier semestre, permettant d’augmenter ses objectifs de résultat opérationnel et de ratio d’endettement sur l’ensemble de l’année 2018. La Bourse salue la performance. Comment expliquez-vous cette hausse ? A quoi est-elle due ?

Loïk Le Floch-Prigent : Il y a deux chiffres importants. Le premier est celui du résultat d’exploitation. Ce dernier s’explique par le fait que les réacteurs nucléaires ont bien fonctionné ainsi que l’hydrolique. Il faut s’en souvenir et garder cela en tête, car ce sont ces deux phénomènes qui ont conduit au résultat brut d’exploitation qui est satisfaisant. Ensuite, on a le résultat net et là par contre c’est l’inverse qui se produit du fait d’un résultat exceptionnel à la même période l’année dernière qui n’est pas reconduit. La situation de début 2018 pour EDF est bonne, mais maintenant le problème posé est le suivant : «Va-t-on continuer à vendre des actifs?». Aujourd’hui cela semble être le cas (alors que c’est à la fois un enrichissement et un appauvrissement). Le deuxième élément à prendre en compte, c’est que Flammanville va continuer de coûter cher tout comme l’EPR d’Hinkley Point. Par conséquent la situation réelle d’EDF reste une inconnue malgré des résultats bruts d’exploitation satisfaisants.

 

En ramenant cela à la dette d'EDF (36,2 milliards d’euros au 30 juin 2016), cette hausse est-elle encourageante ou juste conjoncturelle ? 

C’est incontestablement conjoncturel. Le fait d’avoir contracté cette dette avait pour objectif de faire du nucléaire. Aujourd’hui, les réacteurs nucléaires sont amortis et l’on dégage de la marge. Si jamais on suit un programme de désengagement du nucléaire, on ne bénéficiera pas de ces installations déjà amorties. Par conséquent l’on s’achemine vers un déséquilibre, car l’intérêt d’avoir contracté cette dette était de bénéficier des revenus que l’on allait dégager des 58 réacteurs nucléaires sur le long terme. Si jamais on les arrête, on va perdre cet élément clé sur lequel repose entre autres notre économie. 

 

Le fait de continuer à annoncer que l’on va arrêter des centrales qui marchent et qui sont amorties pour des raisons idéologiques représente un handicap certain. Un aveugle le verrait.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Cette aile de la majorité LREM qui grince face à la juppéisation en marche
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires