En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Charlotte Casiraghi & Dimitri, Laure Manaudou & Jérémy attendent leurs 2èmes enfants, Benjamin Castaldi son 4e; Sean Penn fait un mariage à la Lavoine, Vitaa flambe, Jenifer Lawrence fait des pertes; Bradley Cooper et l’ex de Ben Affleck sont très amis

03.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

04.

Mais qu’est-ce que les Turcs font dans l’OTAN ? Et s’ils y sont qu’y faisons-nous encore ?

05.

Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques

06.

La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov

07.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

04.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

05.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

06.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Là où chantent les écrevisses", une enquête policière envoûtante à lire absolument.

il y a 5 min 10 sec
pépite vidéo > Sport
Historique
Ligue des champions : revivez les 10 (!) buts du match où le Bayern Munich a humilié Barcelone
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Santé
Vecteur

Ce moustique qui pourrait accroître la dengue, le zika et le chikungunya en France

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Santé
Mode inutile

L’eau de coco : impact positif zéro sur votre santé

il y a 3 heures 11 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Charlotte Casiraghi & Dimitri, Laure Manaudou & Jérémy attendent leurs 2èmes enfants, Benjamin Castaldi son 4e; Sean Penn fait un mariage à la Lavoine, Vitaa flambe, Jenifer Lawrence fait des pertes; Bradley Cooper et l’ex de Ben Affleck sont très amis
il y a 3 heures 31 min
décryptage > International
Bruit de vagues en Méditerranée

Mais qu’est-ce que les Turcs font dans l’OTAN ? Et s’ils y sont qu’y faisons-nous encore ?

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 17 heures 23 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 19 heures 31 min
pépites > International
Vague de critiques
L'Autorité palestinienne, l’Iran et la Turquie rejettent l'accord entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 22 heures 13 sec
light > Culture
Succès fou
Le livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des tempêtes, devient officiellement le best-seller de l'été 2020
il y a 23 heures 49 min
décryptage > International
Nuances

Trump président impulsif, incendiaire... mais souvent efficace ?

il y a 39 min 58 sec
pépite vidéo > International
Tendresse
Beyrouth : une association réunit les victimes de l'explosion avec leurs animaux de compagnie
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Santé
Avec modération

L’abus de yoga serait-il mauvais pour la santé ?

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Histoire
Mémoires d'outre-tombe

Série de l'été : les femmes qui ont changé l'Histoire. Aujourd’hui, Charlotte Corday

il y a 3 heures 18 min
décryptage > High-tech
Big Brother

Comment Facebook et les géants de la Silicon Valley nous manipulent pour que nous leur abandonnions toujours plus de données privées

il y a 3 heures 39 min
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 16 heures 43 min
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 18 heures 59 min
pépites > International
Noms d'oiseaux
La Turquie accuse la France de se comporter "comme un caïd" en Méditerranée
il y a 20 heures 10 min
pépites > Politique
Couple franco-allemand
Emmanuel Macron va recevoir Angela Merkel au Fort de Brégançon le 20 août prochain
il y a 22 heures 44 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 1 jour 21 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Motion de censure

Benalla : quand les oppositions atteignent le moment où elles se tirent une balle dans le pied

Publié le 01 août 2018
Les deux motions de censure déposées par LR et les communistes n'ont pas fait vaciller le gouvernement. De l'extrême-gauche, des socialistes, des Républicains ou du Rassemblement National, qui risque le plus de souffrir d'un excès d'engagement dans cette affaire ?
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet, universitaire, essayiste, auteur de nombreux ouvrages, dont Histoire des Présidents de la République (Perrin 2013 et 2017)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux motions de censure déposées par LR et les communistes n'ont pas fait vaciller le gouvernement. De l'extrême-gauche, des socialistes, des Républicains ou du Rassemblement National, qui risque le plus de souffrir d'un excès d'engagement dans cette affaire ?

Atlantico : Les deux motions de censure déposées par LR et les communistes ce mardi ne devraient pas faire vaciller le gouvernement, qui bénéficie d'un soutien certain de sa majorité. Mais ne tend-elle pas à délégitimer l'opposition, qui, comme notre sondage Ifop pour Atlantico l'avait montré, en fait trop selon 41% des Français (ou même pas assez pour 28%) ?

 
Maxime Tandonnet : Oui, l'attitude de l'opposition parlementaire est en décallage me semble-t-il avec les Français dans leur ensemble. L'affaire Benalla écrase l'actualité depuis plus de quinze jours. Elle est dans la continuité d'une vie politique qui, depuis quelques années, se réduit à une succession de scandales. Les polémiques ne cessent de s'enchaîner, et, une ou deux fois par an, un véritable séisme fait trembler la démocratie fançaise sur ses bases: DSK, Cahuzac, les "sans dents", le livre "un président ne devrait pas dire ça", le déchaînement contre la candidature de Fillon et les élections présidentielles saccagées de 2017, aujourd'hui Benalla... Quelle est la logique? La politique n'est plus qu'une affaire d'image personnelle qu'il faut soit adorer, soit lyncher. Elle ne cesse de s'enfoncer dans le sensationnel et le grand spectacle. La crise d'hystérie autour de l'affaire Benalla est disproportionnée. Un membre du cabinet présidentiel a gravement failli dans son comportement. Cela mérite -t-il de mobiliser le pays pendant trois semaines? Les oppositions tentent d'exploiter cette nouvelle tempête médiatique pour affaiblir la présidence de la Répubique et le pouvoir LREM dans une logique politicienne. Mais les Français, globalement, sont fatigués de ce scandale qui s'éternise après tant d'autres et ils attendent propbablement autre chose des oppositions de droite comme de gauche.
 

Est-ce pour cela que certains leaders restent relativement en retrait (par exemple Laurent Wauquiez ou Valérie Pécresse) ?

 
C'est possible et si c'est le cas, tant mieux. Les deux motions de censure sont maladroites. Elles ne font que donner l'occasion au gouvernement et à la majorité LREM d'une victoire facile. Ce nouveau scandale met la France d'en haut, politico-médiatique, en transe. Les Français, dans leur ensemble, ont d'autres préoccupations: le chômage de masse – qui augmente selon les dernières statistiques – la violence quotidienne, la maîtrise des frontières, la pauvreté, le logement, la dégradation des services publics, en particulier la SNCF, la dette publique, les impôts, le déclin du niveau scolaire... Ces questions méritaient davantage la mise en cause de la responsabilité du gouvernement à travers une motion de censure. C'est le rôle d'une opposition responsable de critiquer l'action ou l'inaction du pouvoir et de présenter une alternative crédible et raisonnable. En revanche, il est inutile et contre-productif, quatre ans avant les prochaines élections nationales, de brasser de la boue pour affaiblir l'équipe gouvernementale. L'effet est exactement inverse: victimiser les dirigeants du pays et leur donner l'occasion de faire front. Et cette attitude ne favorise pas à terme l'image d'une opposition responsable et motivée par le sens de l'Etat.

 

La riposte d'Edouard Philippe à l'Assemblée, où il a pointé du doigt l'écart entre la gestion par son gouvernement de l'affaire Benalla et la gestion d'affaires précédentes tel que les sondages de l'Elysée ou l'affaire Cahuzac par le Parti Socialiste ou Les Républicains permet-elle pour autant de relancer la dynamique de "nouveau monde" que l'affaire Benalla avait clairement remise en cause pendant quelques semaines ?

 
Non, c'est très improbable. Personne au fond, n'en sortira gagnant. Dans la vie politique moderne, il est très difficile de redresser une image, de modifier une impression populaire.  L'idéologie LREM se fondait sur le renouvellement des moeurs de la République à la suite de ce qu'il a été convenu de nommer "l'affaire Fillon" qui fut son acte de naissance. "Un nouveau monde", vertueux, incarné par la jeunesse du président de la République, devait se substituer à "un ancien monde", dans une logique bien française de "table rase". Ce discours idéologique a bien fonctionné auprès des élites économiques, administratives, politiques sans pour autant convaincre pleinement l'opinion dans son ensemble. Il achève aujourd'hui de s'effondrer avec l'affaire Benalla qui  montre une République toujours autant rongée par la courtisanerie, les passe-droits et le copinage. L'image présientielle comme celle de la majorité sont gravement touchées, comme sous le quinquennat précédent, et ne s'en remettront sans doute jamais.
 

De l'extrême-gauche, des socialistes, des Républicains ou du Rassemblement National, qui risque le plus de souffrir d'un excès d'engagement dans cette affaire ?

 
Par leur implantation territoriale, leur poids au Parlement, et l'adhésion d'une partie de l'opinion, les Républicains constituent objectivement la force politique ayant le plus de chance, aujourd'hui, de prendre la relève de la majorité LREM. Il n'était pas utile pour eux de s'engager dans cette affaire au point de présenter une motion de censure. En y prenant part, ils finissent par y associer leur image et se lier au boulet qui entraîne tout le monde par le fond. La stratégie du pire n'est bonne pour personne. La politique française donne le sentiment de s'enfoncer toujours plus loin dans l'abîme. Le pouvoir LREM est né du discrédit de la classe politique traditionnelle. Lui-même se trouve à son tour gravement discrédité. Nous touchons au néant absolu en l'absence aujourd'hui, de tout horizon politique pour la France... Le nouveau scandale aurait pu être l'occasion d'une réflexion approfondie des dirigeants politiques et des intellectuels sur l'avenir de la politique française. L'extrême personnalisation du pouvoir, le naufrage de la vie publique dans le scandale permanent,  l'affaiblissement du sens de l'Etat et de l'intérêt général, appellent une remise en question profonde du fonctionnement des institutions, de l'action publique et de la démocratie française. Or, cette question vitale n'intéresse absolument personne...
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires