En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 39 min 24 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 34 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 38 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 31 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 9 heures 7 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 5 heures 13 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 49 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 7 heures 18 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 45 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 9 heures 23 sec
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 9 heures 12 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Bad luck

Retournement d’opinion : les Britanniques n’en peuvent plus du Brexit (ou en tous cas de la manière dont il est géré...)

Publié le 31 juillet 2018
D'après un sondage dévoilé sur le site britannique Sky News, les Anglais seraient de plus en plus mécontents de la façon dont leur gouvernement envisage le Brexit. Entre autres, 52% de la population le voit comme très mauvais pour l'économie nationale.
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après un sondage dévoilé sur le site britannique Sky News, les Anglais seraient de plus en plus mécontents de la façon dont leur gouvernement envisage le Brexit. Entre autres, 52% de la population le voit comme très mauvais pour l'économie nationale.

Atlantico : Un sondage Sky news révèle que 78% des britanniques estiment que le gouvernement de Theresa May traite mal la question du Brexit. 74% des britanniques estiment également que Theresa May gère mal la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union-Européenne. Que penser de ces chiffres ? L'opinion des Britanniques a-t-elle réellement changé sur la question ?  

Bruno Alomar : D’abord les britanniques ont raison. Le gouvernement de Theresa May est empêtré dans le Brexit, d’une manière qui surprend. En réalité, ce n’est pas si étonnant, pour plusieurs raisons.

Première raison : le choc. La réalité est que le Brexit est un changement majeur de l’Histoire du Royaume-Uni. Il est logique qu’un tel changement ébranle un certain nombre de fondations politiques. A cet égard, le principal problème du Brexit n’est pas économique : il est politique. Les élites européennes, à Bruxelles et dans les capitales, ont été incapables de regarder le Brexit autrement que comme un sujet économique, et c’est ce qui explique leur erreur ! Le problème c’est que le Brexit est à la fois une cause et une conséquence du délitement de la classe politique britannique. Le Royaume-Uni mettra des années à se reconstituer une classe politique digne de ce nom.

Deuxième raison, les britanniques, et plus largement libéraux et anglo-saxons, récoltent la monnaie de leur pièce. Depuis des décennies, il est un consensus que les meilleurs d’un pays doivent aller faire de l’argent à la City, au lieu, au moins pour une partie d’entre eux, de servir leur pays comme haut fonctionnaire. Le Royaume-Uni n’a simplement pas suffisamment de hauts fonctionnaires d’excellence pour gérer cette situation. La paupérisation et la médiocrité croissante des hautes fonctions publiques est un fait incompris, profond, qui affecte aussi la France et l’Union européenne.

Ensuite, il ne faut se méprendre sur la signification d’un sondage : ce n’est pas la même chose qu’un vote.

Enfin, il y a des responsables à cette déception. Les partisans du Brexit naturellement, qui, il faut le dire, n’avaient pas pensé à « l’après ». Il y a aussi, plus largement, l’état du monde tel qu’il est. Le Brexit est un sujet qui porte sur des années voire des décennies… Nos systèmes politiques, irrigués d’internet, de journalisme de mauvaise qualité, de politiciens de piètre niveau, sont incapables de penser le temps long.

52% des Britanniques estiment que le Brexit est mauvais pour l'économie de leur pays. Qu'en est-il réellement ? Leur crainte est-elle justifiée ? 

Il faut distinguer plusieurs niveaux.

A très court terme, le Brexit n’a pas eu d’effet notable. Il n’y a pas eu de récession. Pas de fuite massive des capitaux. Pas de défiance généralisée vis-à-vis du Royaume-Uni. Le ralentissement de l’économie britannique, prématuré par rapport à beaucoup de pays d’Europe continentale, tient au fait que ce pays était plus avancé dans le cycle économique.

A moyen terme, c’est-à-dire quelques années, il est probable, surtout si la classe politique britannique continue à se déchirer et si, ce qui serait un désastre, Monsieur Corbin devait accéder au pouvoir, que le Royaume-Uni aura des difficultés. Il y a trop de paramètres pour savoir si ces difficultés seront fortes ou moyennes. Parmi ces nombreux paramètres, il y a la nature exacte des relations avec l’Union européenne.

A long terme, c’est-à-dire 5-10 ans et plus, ce sont les facteurs de succès économique de long terme qui vont primer. La productivité du travail par exemple, traditionnellement insuffisante au Royaume-Uni, et qui résulte notamment du système éducatif. Des facteurs culturels, comme l’esprit d’entreprise, le rapport au droit, l’ouverture au monde etc. Je souligne, et c’est le point essentiel, que le succès d’une économie comme l’économie britannique n’a jamais dépendu que de manière marginale de l’appartenance à l’Union européenne. Si la France est un pays plus intégré à l’Union européenne à cause de l’euro, la réalité est la même : l’essentiel de notre politique économique se décide en France, et non pas à Bruxelles. Cette vérité brutale n’est jamais dite.

Outre le facteur économique, l'aspect politique n'est-il pas également facteur de peur ? Les Britanniques (citoyens et certains hommes politiques) n'ont-ils pas peur de voir leur pays écarté de la scène internationale une fois le Brexit acté ?  

Oui, c’est la clef du sujet. Le Brexit pose la question du rapport au monde des britanniques. Ils doivent réinventer leur rapport au monde. Au fond, il y a deux façons de voir le sujet, l’une positive, l’autre négative.

La façon positive, c’est considérer, ce que les partisans du Brexit ont effleuré, que l’appartenance à l’Union européenne empêchait le Royaume-Uni, grande puissance diplomatique, militaire, culturelle, de voir que le monde était plus vaste que la seule Europe. D’où les critiques sur la politique commerciale, jugée traditionnellement étroite par Londres. D’où la critique sur le budget, qualifié d’archaïque, notamment en raison des dépenses d’agriculture. A cette aune, le Brexit réussi, c’est le Royaume-Uni capable de trouver seul sa place sur cette planète, sans être entravé par l’appartenance à une Union européenne ou le génie britannique est dilué dans une moyenne européenne, c’est-à-dire un ensemble médiocre. Ca signifie repenser la souveraineté dans un monde ouvert et interconnecté, qui correspond à l’ADN britannique.

La façon négative, c’est considérer, ce que les partisans du Remain pensent, que l’Union européenne était bien le bon vecteur pour affronter la dureté du monde. C’est considérer que le « rule Britania » est une illusion, que le Royaume-Uni est trop petit, trop faible, trop démuni pour survivre dans le monde des géants chinois, américain, indien.

Ajoutons enfin que c’est exactement à la même question que la France, pays qui ressemble le plus au Royaume-Uni, est confrontée. Pour l’instant, la réponse française consiste à rester dans l’Union européenne. Mais un Brexit réussi serait un coup terrible pour tous ceux et celles qui pensent en France qu’hors de l’Union européenne il n’existe point de salut.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires