En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 5 heures 23 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 8 heures 9 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 8 heures 31 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 9 heures 53 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 10 heures 48 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 11 heures 24 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 4 heures 45 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 6 heures 7 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 8 heures 13 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 8 heures 48 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 11 heures 33 min
© Thibault Camus / POOL / AFP
© Thibault Camus / POOL / AFP
Et sinon, un programme ?

L’affaire Benalla en est-elle vraiment une bonne pour l’opposition ?

Publié le 25 juillet 2018
Les Républicains et les Insoumis se sont emparés de l’affaire Benalla au point de balayer tous les autres sujets politiques. Dans une période creuse sur le plan électoral, n’est-ce pas un mauvais calcul ? L’heure n’est-elle pas plutôt au réarmement idéologique de l’opposition ? Faut-il s’attendre à ce que Macron dévisse dans l’opinion à la suite de cette affaire ?
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Républicains et les Insoumis se sont emparés de l’affaire Benalla au point de balayer tous les autres sujets politiques. Dans une période creuse sur le plan électoral, n’est-ce pas un mauvais calcul ? L’heure n’est-elle pas plutôt au réarmement idéologique de l’opposition ? Faut-il s’attendre à ce que Macron dévisse dans l’opinion à la suite de cette affaire ?

Atlantico.fr : Les Républicains et les Insoumis semblent s’enfoncer tête baissée dans l’affaire Benalla au point de balayer d’un revers de main tous les autres sujets politiques. Dans une période creuse sur le plan électoral, n’est-ce pas un mauvais calcul ? L’heure n’est-elle pas plutôt au réarmement idéologique de l’opposition ?

 
Jérôme Fourquet : On constate, d’abord, que cette affaire, pour importante qu’elle soit, est très fortement investie par les médias d’une part et par l’opposition d’autre part. Le journal Le Monde l’a sortie à un moment de l’agenda très habile, car l’actualité était restée concentrée sur la Coupe du Monde pendant quelques semaines, et était en train de retomber dans une phase de creux. Pour les médias, c’est peut-être aussi une forme de revanche vis-à-vis d’un pouvoir qui les avait jusque-là tenus à distance. La presse semble décidée à faire payer à Emmanuel Macron la monnaie de sa pièce.
 
Par ailleurs, c’est une immense opportunité pour les oppositions, qui jusqu’à maintenant étaient très fracturées entre elles : la recomposition consécutive à l’accession au pouvoir d’Emmanuel Macron a mis en place deux forces d’opposition qui ne s’entendent sur presque aucun sujet, et qui n’ont cessé d’afficher des positions irréconciliables. Il s’agit cette fois, avec l’affaire Benalla, d’une occasion rêvée pour toutes les oppositions de lui tomber dessus à bras raccourci sans afficher de fractures, comme autour de la loi asile et immigration par exemple, où Emmanuel Macron avait beau jeu de passer pour le seul raisonnable, entre ceux qui l’accusaient de trop en faire et ceux qui lui reprochaient de ne pas aller assez loin. Le seul effet était jusque-là de relégitimer En Marche. Cette affaire permet donc aux oppositions de faire un tir groupé, avec les mêmes arguments et le même angle d’attaque : elles-aussi règlent leurs comptes avec un pouvoir qui les a passablement secouées. Si l’affaire est importante, elle prend donc une tournure peut-être un peu disproportionnée, eu égard à la nature des faits qui ont été révélés au grand public jusqu’à maintenant.

 

Mais les Français ne sont-ils pas échaudés de voir l’opposition se concentrer sur cette affaire dans une sorte de réaction automatique, plutôt que de s’investir sur des sujets politiques plus fondamentaux comme la réforme constitutionnelle ?

 
On retrouve en effet un mode de fonctionnement un peu pavlovien, mais qui est de bonne guerre, à savoir que l’opposition est supposée s’opposer, c’est-à-dire se saisir de chaque brèche pour attaquer le pouvoir. Cette espèce d’opposition systématique, un peu facile mais somme toute très efficace, est ancrée dans l’histoire de la république ; c’est parce qu’on l’avait perdue de vue depuis une année que le jeu politique était brouillé. D’autre part, même si cette affaire n’est sans doute pas encore une affaire d’Etat, elle est néanmoins très intéressante en ce qu’elle révèle de manière très nette les travers du mode de fonctionnement d’Emmanuel Macron, le système « commando » qu’a mis en place le Président de la République, en faisant confiance uniquement à de très proches collaborateurs qui lui sont dévoués corps et âme. C’est aussi ce que critique l’opposition, et on voit l’impact de tout cela dans l’opinion : le deux-poids-deux-mesures, la contradiction flagrante avec le discours sur la République exemplaire et la dichotomie entre l’ancien et le nouveau monde, mettent à mal toute une partie du dispositif de communication de l’Elysée. Cela renforce encore la critique d’un président hautain ou méprisant vis-à-vis des petites gens : on peut se dire que ce type d’attitude doit se transmettre, de Macron à ses collaborateurs. C’est pour cela aussi que les oppositions se sont précipitées dans la brèche.

 

Faut-il s’attendre à ce que Macron dévisse dans l’opinion à la suite de cette affaire ?

 
Nous verrons très rapidement l’effet de tout cela sur la popularité du Président. C’est une affaire qui est manifestement très embarrassante pour le pouvoir. Quant au débat sur la réforme constitutionnelle, il est contaminé par cette affaire : la réforme est présentée comme un « dégraissage du mammouth » parlementaire, mais cette réforme consiste également en un renforcement des prérogatives présidentielles dans un régime qui est déjà très présidentiel. L’affaire Benalla rendre plus compliquée cette réforme, et les oppositions en viennent à construire jour après jour une critique très argumentée du style de présidence d’Emmanuel Macron : en cela, l’affaire a pris un tour déjà très différent de sa teneur initiale. Les oppositions s’en servent comme d’un levier pour contre-attaquer sur le cœur de la présidence Macron. Et chaque jour, de nouveaux arguments viennent étayer cette critique.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires