En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Dialogue de sourds ?

Flashback : jusqu'à présent, aucun débat présidentiel d'entre deux tours n'a changé la donne

Publié le 02 mai 2012
Alors que les candidats se préparent pour le débat qui les opposera ce mercredi 2 mai, Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion publique à l’IFOP, nous explique que cette confrontation orale qui réunit les deux favoris du premier tour n'a jamais changé la donne et ne joue qu'à la marge.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les candidats se préparent pour le débat qui les opposera ce mercredi 2 mai, Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion publique à l’IFOP, nous explique que cette confrontation orale qui réunit les deux favoris du premier tour n'a jamais changé la donne et ne joue qu'à la marge.

Atlantico : Historiquement, les débats présidentiels ont-ils déjà joués un rôle important dans l’opinion ou s’agit-il essentiellement d’un exercice symbolique ?

Jérôme Fourquet : Il s’agit d’un moment important dans toute campagne présidentielle et un passage obligé. Cette confrontation entre deux visions de la France est suivie par un nombre important d’électeurs. Une fois de plus, l’audience de mercredi devrait être au rendez-vous. C’est un rituel ancré au cours duquel il y a un affrontement psychologique entre deux candidats où l’on attend de voir qui prendra l’ascendant sur son adversaire.

D’ailleurs, on se souvient de certaines phrases célèbres qui ont marqué les esprits comme « Vous n’avez pas le monopole du cœur » de  Valéry Giscard d'Estaing ou « L’homme du passif » prononcé par François Mitterrand.

Malgré tout, ces débats présidentiels ne changent pas la donne électorale. Généralement, lorsque l’on compare les intentions de vote avant et après le débat, et même avant et après le premier tour, les tendances lourdes se confirment.

Ne faut-il donc s’attendre à aucun changement de tendance?

Cela peut éventuellement jouer à la marge, c'est à dire amplifier l’avantage pour le favori s’il domine le débat soit, au contraire, réduire un peu l’écart si ce dernier est mis en difficulté par le challenger.

Au vu de la forte participation lors du premier tour, il sera difficile de renverser la tendance en un seul débat. L’élection en cours est très solidement ancrée dans une logique de référendum sur Nicolas Sarkozy. Le changement incarné par François Hollande renvoie d’ailleurs surtout à l’alternance.

Il n’y a pas d’engouement très important autour de la campagne du candidat socialiste. Par contre, une majorité très nette d’électeur ne souhaite pas que Nicolas Sarkozy fasse un second mandat. Ce sont donc des logiques profondes qui s’assoient sur un corps électoral très large. Le débat ne pourra donc jouer qu’à la marge.

La proposition de Nicolas Sarkozy d’organiser trois débats aurait-elle pu changer véritablement les tendances en cours ?

Nous n’avons aucun élément pour le savoir. Sarkozy, qui est un très bon débatteur, n’a plus rien à perdre car il est très largement devancé. Mais dans son camp, François Hollande a peut être été sous-estimé.

Par exemple, lors de l’émission « Des paroles et des actes », le candidat de la gauche a été confronté plusieurs fois déjà à des partisans de Nicolas Sarkozy, le premier d’entre eux ayant été Alain Juppé. Mais celui-ci n’a pas réussi à le mettre en difficulté. Il n’est donc pas écrit à l’avance que François Hollande soit battu lors de ce débat.

A quel moment les intentions de vote se forment-elles ? Ne faut-il pas plutôt avancer la date du débat au lieu de le programmer quelques jours seulement avant le second tour ?

C’est une tradition. Le débat ne change pas l’arrivée. Il est difficile de dire à quel moment l’opinion se cristallise. En 2012, nous sommes une fois de plus sur un affrontement classique gauche-droite.

Un autre facteur important est le rejet de Nicolas Sarkozy qui s’est cristallisé, solidifié et ancré dans le pays à la fin de l’année 2007 et au début de 2008 lorsque son capital de popularité a fondu à un niveau très faible, un seuil qu’il n’a jamais quitté sauf exception.

Propos recueillis par Olivier Harmant

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Des tares pas si mauvaises pour l'économie

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
De France et de plus loin
- 02/05/2012 - 11:32
Si Sarko se laisse enfermer
Si Sarko se laisse enfermer sur son bilan, il est foutu. Il lui faudra au contraire développer les mêmes arguments que sur Atlantico, à savoir que la gauche est par nature nulle, incompétente et folle..pas sure que cela suffise.
slavkov
- 02/05/2012 - 11:06
dehors
... les "médias" complaisent n'ont jamais posé de questions dérangeantes au teinté, a mon avis sarko il va le sortir de léthargie et débusqué l'imposteur ...
ricouti
- 02/05/2012 - 10:41
@diane2012 : ils sont drôles
@diane2012 : ils sont drôles ces robots sarkozystes. Même quand on évoque des faits statistiques, c'est insupportable.
Pourtant, c'est un fait ; les débats de ce genre n'agissent qu'à la marge. Le seul reproche qu'on pourrait faire à cet article est d'oublier de dire que la statistique n'interdit pas qu'un fait peu probable se produise. NS a donc raison de continuer à batailler : il a statistiquement une toute petite chance.
La seule chose qu'un citoyen pointilleux sur la dignité (et je ne doute pas qu'il y en ait à droite) peut reprocher à Sarkozy est sa campagne du moment. Souci partagé apparemment par un certain nombre de dignitaires à l'UMP (Juppé,....) très silencieux en ce moment et pour qui l'objectif ne justifie pas toutes les bassesses.