En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© NICOLAS TUCAT / AFP
Eté sanglant
Insécurité : brutal retour aux affres des ères Mitterrand-Hollande
Publié le 23 juillet 2018
Depuis juillet, le gouvernement Philippe, à qui tout réussissait en matière de sécurité pour l'instant, a multiplié les bourdes et les revers. Et autour du gouvernement règne aujourd'hui un climat qui rappelle les années 80.
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis juillet, le gouvernement Philippe, à qui tout réussissait en matière de sécurité pour l'instant, a multiplié les bourdes et les revers. Et autour du gouvernement règne aujourd'hui un climat qui rappelle les années 80.

Côté terrorisme, le quinquennat-Macron avait plutôt bien commencé. Un président saisissant vite et bien les enjeux, un appareil resserré, plus réactif et proactif. D'où, plus de détection-arrestation de terroristes avant l'acte. Rassurés, nos grands partenaires en sécurité voyaient la France sortie de l'impuissance-errance des années Hollande-Taubira-Cazeneuve. Restait la sécurité intérieure, ni M. Collomb ni Mme Belloubet n'étant exactement de ces cruciaux généraux de terrain qui - tels Lannes et sa géniale progression en échelle à Austerlitz - optimisent le plan du chef lors de la bataille.  

Mais bon, avis général favorable. Avis décisif, insistons, car à l'ère des chocs stratégiques soudains, le champ terreur-crime-fraudes-trafics est affaire d'échanges rapides et pertinents, entre gens de confiance et qui s'apprécient. Or début juillet, une rafale de loupés judiciaires et policiers remet tout en cause et ramène la France aux affres sécuritaires de l'ère Mitterrand-Hollande.

L'évasion de Redoine Faïd. Toute la France savait que Faïd s'évaderait. Du neuf-trois au plateau de Creil, tous les caïds attendaient qu'il "s'arrache". Les avocats - défense, partie civile - vivaient dans cette hantise. Les gardiens de prison bombardaient leurs supérieurs de fébriles alertes... l'évasion de Faïd approche ! Or comme à la parade - "trop facilement" disent des experts - Faïd s'évade. Nouvelle si dingue que, quand un gardien prévient - sur son portable à lui - le commissariat du coin, le policier de garde croit à une blague !

De la Biélorussie au Honduras, tout ministre ou haut fonctionnaire coupable du désastre aurait été viré illico. Car le ministre et ses directeurs auraient dû savoir - mais ignoraient - qu'un "gros" braqueur n'est pas un truand anodin, mais marche à 100% à l'adrénaline. Braquage, évasion : l'acte violent est pour lui plus enivrant que la meilleure cocaïne. Pour Faïd & co., une sensation si forte qu'ils la recherchent toujours, à n'importe quel prix. Ainsi, renvoyer aux calendes son transfert de prison est une incroyable ânerie, à sanctionner brutalement ; car, symptôme d'un désordre grave de l'Etat, une évasion majeure vaut toujours un discrédit durable au pays en cause. Là, Mme Belloubet, hagarde Georgina Dufoix, nous rejoue 27 ans après "responsable mais pas coupable".

Ajoutons-y une police épuisée et dépressive, des policiers lynchés partout en France, devant l'école de leurs enfants, chez eux ou au supermarché, par des voyous ivres d'impunité, assurés que les "keufs" ne sont que des "bouffons".  Pire, Nantes embrasé suite à la mort - non d'un gamin innocent mais d'un truand recherché pour "vol en bande organisée" - la justice et le sommet de l'Etat (le Premier ministre) donnant le pénible sentiment qu'ils s'excusent d'exister et sacrifient un flic de base.

Réaction des pros de la sécurité, de Moscou, Washington et Pékin, via Londres et Bruxelles : Macron frime à l'étranger - mais chez lui, il n'y arrive pas. De fait, dans la France de l'été 2018, police et justice sont à la dérive :

Police : un ministère de l'Intérieur rigide, incapable de vraies réformes face aux défis nouveaux - exemple, concevoir une doctrine et une pratique pour les hybrides terreur-crime, problème majeur aujourd'hui et demain. Et un ministre absent, soulignant à chaque drame les succès de sa police du quotidien. 

Justice : nul parquet spécifique pour traiter ensemble - désormais, le réel est là - terrorisme et crime organisé ; nulle coordination nationale des JIRS (juridictions interrrégionales spécialisées) cruciales structures pour le crime organisé, laissées chacune dans son coin, celle de Marseille coupée de celle de Lille, etc.

Ainsi émerge l'avenir du quinquennat Macron : la première marche, SNCF-CGT quasi-franchie ; la seconde, celle des dispositifs sociaux (le "pognon de dingue") plus ardue. Et la troisième, à présent inaccessible : la sécurité intérieure. Là, le président a fait ce qu'il voulait faire : coordination serrée du renseignement et de la lutte antiterroriste, à sa main, à l'Elysée. Mais bien sûr (Redouane Lakdim, Khamzat Azimov) ça ne suffit pas. 

Car la France a un seul problème criminel - énorme : ces quartiers hors contrôle qui s'embrasent quand on touche à un voyou, demain à un hybride-terroriste ; des quartiers ou déferle la cocaïne qui à présent inonde la France ; des quartiers d'où sont issus Redouane Faïd et Redouane Lakdim - l'évadé du Réau et l'assassin du col. Beltrame. Des quartiers où, depuis un-demi siècle, une "politique de la ville" titubant de Bisounours à corruption, enracine le crime, la terreur et les trafics. Des quartiers mi-Piste Ho-Chi-Minh, mi-Cour des miracles où la République a disparu - et ne semble pas prête de revenir - puisqu'au lieu du mirifique Plan Borloo, rien de sérieux n'est énoncé.

Telle est la troisième marche du président Macron - une reconquête, plutôt. Tâche exténuante dont M. Collomb et Mme Belloubet sont incapables. Mais qui d'autre ? Car, n'oublions pas, M. macron est de loin le président le plus isolé et solitaire de la Ve République. Et vouloir tirer un Davout, un Soult ou un Ney de la pitoyable République En Marche est une blague - pour le coup, une vraie.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen-gzr-28
- 24/07/2018 - 20:27
A parier que Jupiter, hors sol,
va considérer que l'affaire Ben Allah ,est pour lui, certainement une bêtise qui l'empêche simplement de travailler et de continuer de faire ses grandes réformes : réforme des retraites, réguler l'immigration légale, s'attaquer fermement à l'immigration illégale, libérer les contraintes des patrons,, transformer vraiment le service public, diminuer la dette....
Ah, la réforme de la constitution, on s'en fout !
Borgowrio
- 24/07/2018 - 18:27
Il doivent bien rire , ceux que Macron sermonait
La fameuse" image à l'internationale " du président Macron dont parle la télé française commence sérieusement à se fissurer . Comment pourra t'il maintenant sanctionner , Pologne , Hongrie , Autriche et surtout l'Italie , faire la morale à Poutine et à Trump . Les dirigeants à qui Macron a fait la leçon doivent passer un bon moment
ISABLEUE
- 24/07/2018 - 09:59
je pense qu'il va sauter, le hareng saur
ce sera le fusible... les flics bougent, et ce ministre n'a jamais fait l'unanimité chez eux.... Bon retour à Lyon...